Une traversée de la Tihama

Paul-Emile Botta, Relation d’un voyage dans l’Yémen entrepris en 1837 pour le Museum d’Histoire naturelle de Paris, Paris, 1841, p. 128-134

N’ayant plus rien à faire à Hais, je me disposai à partir pour Moka; mes effets furent envoyés dans cette ville aux frais du cheikh Hassan. Quant à moi, avant de m’y rendre, j’allai avec Ezzé passer un jour à une plantation de dattiers qu’il avait sur le bord de la mer, à quelques heures de Hais. Pour y arriver, nous traversâmes des plaines arides et sablonneuses où nous ne rencontrâmes qu’un misérable café sur la route de Zebid à Moka, et après cinq heures de marche d’autant plus fatigantes pour moi que je commençais à ressentir les premiers symptômes de la fièvre, nous arrivâmes à un grand jardin, appartenant à Ezzé, planté sur le sable au bord de la mer, dans un endroit nommé El-Ghandja, où probablement la rivière de Hais, après s’être perdue sous les sables, reparaît au moment où elle atteint le niveau de la mer, car l’eau que l’on trouve en creusant d’un pied ou deux est douce, même à quelques pas du rivage, et dans des points recouverts par la marée montante.

Par un goût aussi remarquable chez,les Arabes que son caractère lui-même, Ezzé avait la passion du jardinage; son jardin était régulièrement planté, tenu avec une propreté presque anglaise , et il aimait à y rassembler toutes les plantes qu’il pouvait se procurer; pour augmenter collection botanique, il avait eu soin, pendant notre voyage dans les montagnes, de recueillir des graines de toutes les plantes remarquables qu’il voyait, afin d’en propager la culture, tentative qui probablement ne lui réussit pas. Parmi ses raretés, Ezzé me montra le seul cocotier que j’aie rencontré dans l’Yémen, quoique la nature des plaines paraisse très-favorable à la culture de cet arbre précieux. Outre l’intérêt qu`il offrait à cause de sa singularité dans un pareil pays, le jardin était encore décoré par des cabanes de diverses formes, très-simplement, mais très-joliment construites avec des troncs et des branches de palmiers, en sorte que l’ensemble offrait au premier abord l’aspect du Jardin des Plantes de Paris; tout autour était une vaste plantation de trois mille dattiers appartenant aussi à Ezzé. Lors de la saison des dattes, il invitait tous ses amis et beaucoup des habitants de Hais , à venir passer quelque temps chez lui. Les visiteurs se logeaient soit dans les chaumières du jardin , soit dans des huttes de branches de palmiers formant un petit village situé tout auprès, mais désert à l’époque où je m’y trouvais, et y vivaient aux dépens des palmiers, dont jamais Ezzé ne vendait la récolte, générosité tout-à-fait arabe, et bien en harmonie avec le reste de son caractère.

Continuer la lecture de Une traversée de la Tihama