La côte somalienne d’apres un routier de 1775

Instructions sur la navigation des Indes orientales et de la Chine, pour servir au Neptune oriental, par M. d’Aprés de Mannevillette, Paris, 1775

Depuis la rivière Dos-fugos, située sous la ligne équinoxiale, le gisement général de la côte jusqu’au cap Das Baixas est au nord-est 3 à 4 degré est. Le premier endroit habité et fréquenté par les Arabes est Barva, situé par 1° de latitude nord. C’est une grosse terre peu couverte de bois et on la reconnaît par quatre mornes escarpés de sable blanc ; ce sable commence au bord de la mer et va jusqu’au sommet : il y a au rivage deux récifs qui paraissent des îlots et sur lesquels la mer se brise.

Trois ou quatre lieues [une lieue marine = 5.556 km] au sud-ouest de ces quatre mornes commence une chaîne de montagnes de sable qu’on appelle les Lançoes, ou en langue du pays, Abumba. Ils vont jusques par 15 minutes de latitude. Au devant de ces sables, près de terre, il y a un petit îlot, au-delà duquel la terre forme une anse de deux lieues d’ouverture. Magadaxo est le principal endroit de cette côte et celui où tombe la rivière la plus considérable. Il est situé par 2° 20′ de latitude. Le terrain y paraît plus élevé et en rangeant la côte à deux ou trois lieues de distance on voit des édifices en forme de tours, qui sont des pagodes : celle qui est la plus nord a l’apparence d’un vaisseau avec les voiles d’avant. Au sud-ouest de cette pagode, dans un lieu qui paraît un peu plus obscur et couvert de bois d’égale hauteur, on aperçoit l’endroit habité. Au rivage, il y a de petites montagnes de sable blanc ; en venant du large on ne voit point les îles dont il est bordé et le tout paraît terre ferme. Plus au sud-ouest il y a de grandes plaines de sable blanc. Le terrain de l’intérieur est couvert de bois ras et le rivage est bordé de récifs. Quand on range la côte à une lieue de distance, on ne rencontre point le fond. De là, en allant au cap Das Baixas, on ne doit point ranger la terre de plus près que trois ou quatre lieues, gouvernant de jour au nord-est et pendant la nuit un peu plus au large.

Continuer la lecture de La côte somalienne d’apres un routier de 1775

Deux publications récentes

Matthew Adam Cobb (éd.), The Indian Ocean Trade in Antiquity. Political, Cultural and Economic Impacts, London-New York, 2018

Part 1: The Western Indian Ocean: A Developing Trade

  • Chapter 2: From the Ptolemies to Augustus: Mediterranean Integration into the Indian Ocean Trade (Matthew Adam Cobb)
  • Chapter 3: Indian Ocean Trade: The Role of Parthia (Leonardo Gregoratti) Chapter 4: Ethnographies of Sailing: From the Red Sea to the Bay of Bengal in Antiquity (Himanshu Prabha Ray)
  • Chapter 5: Patchworking the West Coast of India: Noes of the ‘Periplus of the Erythaean Sea’ (Federico De Romanis)

Part 2: The Indian Ocean and Cross-Cultural Engagement: People, Commodities, and Society

  • Chapter 6: Indian Ocean Commerce in Context: The Economic and Revenue Significance of Red Sea Trade in the Ancient World Economy (Raoul John McLaughlin)
  • Chapter 7: Erythaean Pearls in the Roman World: Features and Aspects if Luxury Consumption (late second century BCE – second century CE) (Pierre Schneider)
  • Chapter 8: India Abroad: Evidence for Ancient Indian Maritime Activity (Frederick M. Asher)

Part 3: The Indian Ocean Influence on Literary Culture

  • Chapter 9: The Universe from an Egg: Creation Narratives in the Ancient Indian and Greek Texts (Fiona Mitchell)
  • Chapter 10: The Impact of the Indian Ocean Trade on the Ancient Novel (Juan Pablo Sánchez Hernández)
  • Chapter 11: Between Egypt and India: on the Route of the Ancient Novel (Marco Palone)

Matthew Adam Cobb, Rome and the Indian Ocean Trade from Augustus to the Early Third Century CE, Leiden, 2018 (Mnemosyne Supplements, Volume: 418)

  • Introduction
  • The Ptolemies and the Erythra Thalassa
  • Organisation and Finance
  • The Roman State and the Indian Ocean Trade
  • Trade Routes and Merchant Diasporas
  • Imports
  • Exports
  • Rome’s Trade Balance with India
  • The Peak of Roman Trade in the Indian Ocean
  • Conclusion