De la peninsule de Qatar au ras musandaM

W. G.  Palgrave, Une année en Arabie centrale (1862-1863), traduction d’E. Jonvaux abrégée par J. Belin de Launay, Paris, 1869, p. 292-305

Le soir, nous arrivions en vue de la pointe occidentale du Catar, et le lendemain, exposés à toutes les insultes de la pluie et des flots, nous essuyions un assez bon nombre de bourrasques; ce qui ne nous empêcha pas de doubler le Ras-Rekan, cap qui forme la pointe la plus septentrionale du Catar et dont le front orgueilleux est couronné de rochers. Je remarquai sur les hauteurs une forteresse qui protège, me dit-on, un village caché dans une gorge voisine. Poussés par une brise favorable, nous arrivâmes le 28 (janvier) devant la ville principale du Catar, devant Bedaa. (…)

Bedaa est la pauvre capitale d’une pauvre province; mais, quelle qu’en soit la stérilité, ce pays est voisin d’une région plus aride encore, dont les habitants s’efforcent souvent d‘acquérir par la violence ce que leur refuse un sol ingrat. Aussi les villages sont-ils entourés de solides murailles et même gardés par des forteresses, qui semblent au premier abord n’avoir pas plus de raison d’être que n’en a la Tour de Londres en plein XIXe siècle. Cependant le Catar possède des trésors qu’il faut dérober à l’avidité des pillards. D’où peut venir cette opulence dans un pays si pauvre, et en quoi consiste-t-elle? Cette plage fangeuse, ces habitations malpropres ne sont pour ainsi dire que les monceaux de scories accumulés auprès d’une mine; le gisement lui-même, riche et inépuisable, s’étend non loin de là : c’est l’océan, voisin aussi généreux que la terre se montre avare. Les plus belles pêcheries de perles du Golfe Persique se trouvent sur les côtes du Catar, et l’abondance de leurs produits paraît presque incroyable. C’est donc de la mer que les habitants tirent leur subsistance; c’est sur la mer qu’ils habitent, passant une moitié de l’année à recueillir les perles, l’autre à les vendre.

Leurs véritables demeures sont les innombrables barques qui garnissent la cote; quant aux huttes construites sur le rivage, elles servent à cacher leurs trésors; tout au plus sont- elles habitées par les femmes et les enfants. « Depuis le premier d’entre nous jusqu’au dernier, me disait un soir Mohammed-ebn-Thani, nous sommes les esclaves d’une seule maîtresse: la perle. » En effet, toutes les pensées, toutes les conversations, toute l’activité des habitants se concentrent sur cet unique objet : le reste est regardé comme un passe-temps qui ne mérite pas de fixer l’attention. Continuer la lecture de De la peninsule de Qatar au ras musandaM