Des plongeurs faisaient-ils partie des expéditions de chasse à l’éléphant (IIIe siècle av. J.-C.) ?

Résumé. Le sujet de ce billet est un graffiti d’Abydos d’époque ptolémaïque. Ce document montre que des plongeurs professionnels accompagnaient les expéditions de chasses à l’éléphant en raison des services variés qu’ils pouvaient rendre. 

Abstract. The subject of this short note is a graffiti from Abydos dating to the Ptolemaic period. This document shows that professional divers accompanied the elephant hunting expeditions because of the various types of help they could provide.

Citer ce billet : “Des plongeurs faisaient-ils partie des expéditions de chasse à l’éléphant (IIIe siècle av. J.-C.) ?”, par Pierre Schneider. Publié sur : Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l’océan Indien le 18 octobre 2021. Lien : https://median.hypotheses.org/2902

1) La composition des corps expéditionnaires ptolémaïques

Les campagnes de chasse à l’éléphant en Trôgodytique et en Éthiopie, organisées de Ptolémée II à Ptolémée V, n’étaient pas de petites entreprises1. Les rois envoyaient des équipes de chasseurs au-delà de Ptolémaïs des Chasses – un établissement urbain important, qui pouvait servir de base arrière et d’escale2 – et ce pour quelques mois. Même si des points d’escale et des bases de chasse avaient été installés sur le littoral en-deçà et au-delà du détroit de Bab el-Mandeb, tout ceci nécessitait un appareil logistique important (une basilikê khorêgia, dirait Diodore de Sicile3 ).

Très peu de documents donnent des détails sur ces hommes qui partaient au loin. Il est néanmoins assuré que le nombre d’engagés comme “chasseurs d’éléphants” (elephantothêras4) devait s’élever à plusieurs centaines. Les chasseurs (kunêgoi) devaient évidemment constituer le gros des effectifs. Quelques sources donnent des ordre de grandeur5. Ces kunêgoi (qu’une inscription qualifie aussi de politikoi6) étaient placés sous le commandement d’un arkhikunêgos7 – une autre inscription parle de thêrophulax 8 – et d’un stratège9. Les éléphants n’étaient pas toujours les seuls animaux à être recherchés et capturés10, ce qui explique la présence de chasseurs spécialisés, tels les oiseleurs11. Continuer la lecture de Des plongeurs faisaient-ils partie des expéditions de chasse à l’éléphant (IIIe siècle av. J.-C.) ?

  1. sur les chasses de Ptolémée II et de ses successeurs, voir, par exemple, Rostovtzev 1908, p. 301-304 ; Casson 1993, p. 248-249 ; Desanges 1970, p. 31-50 ; Desanges 1978, p. 253-257 ; 263-279 ; 292-298 ; 302-303 ; Scullard 1974, p. 126-137 []
  2. Schneider 2019, p. 24-25 []
  3. Diodore de Sicile, 1, 30, 3 []
  4. Bernand et Masson 1957, n°27 []
  5. Voir, par exemple, WChr. 451, daté de 223 : l’équipe d’Andronikos et Peitholaos comprenait 231 hommes ; également Cuvigny 2017, p. 114 : l’expédition conduite par Lichas semble engager une troupe de 500 hommes. []
  6. Bernand 1977, n° 1. []
  7. Bernand 1969, n° 9. []
  8. Bernand 1977, n°1. Le même document indique la présence d’un kunêgos prôtos (chef d’une unité de chasseurs ?). []
  9. par exemple Lichas, sous le règne de Ptolémée IV (( Bernand 1977, n°77 = OGIS 82. []
  10. Voir Strabon, 17, 1, 5 ; Trinquier 2009, p. 335-339. []
  11. Bernand et Masson 1957, n° 26 : signature de Jason, fils de Zénobios, engagé pour la chasse aux oiseaux (ὀρνιθοθήρας). Voir également Cuvigny 2017, p. 114-115. []