Vasco de Gama en inde : deux lettres de sernigi

Voyages de Vasco de Gama. Relations des expéditions de 1497-1499 et 1502-1503, traductions présentées et annotées par P. Teyssier et P. Valentin et présentées par J. Aubin, Paris, Chandeigne, 1995, p. 171-182 (extraits)

Première lettre de Sernigi

On trouve toute les épices dans cette ville de Calicut à savoir la cannelle, le poivre, les clous de girofle, le gingembre, l’encens, la laque et une énorme quantité de brésil (il y en a plein les bois). Mais les épices ne sont pas produites là-bas : elles sont produites dans certaines îles situées à 60 lieues de la ville, et ces îles sont près de la terre ferme, toutes du même côté de la ville. Ils y vont par terre en vingt jours. Elles sont toutes peuplées de Maures et toutes les épices  arrivent à cette ville, où se fait l’étape.

(…) Les Portugais sont restés trois mois dans cette ville, à savoir du 21 mai au 25 août, et pendant cette période ils y ont vu et pendant cette période ils y ont vu venir une quantité infinie de navires appartenant à des Maures, environ 1500 nefs qui venaient chercher ces épices. Les plus gros navires jaugeaient 800 tonneaux et il y en avait de toutes sortes, des grands et des petits. Ils ne portent qu’un seul mât et ne peuvent naviguer que vent arrière. Quelquefois, ils restent là quatre à six mois à attendre les vents favorables. Beaucoup de ces navires se perdent, car ils sont très mal construits ; ils sont très fragile et n’emportent pas d’armes ni d’artillerie.

Les vaisseaux qui vont dans les îles chercher les épices pour les apporter à cette ville de Calicut sont à fond plat afin d’avoir un faible tirant d’eau, car il y a là beaucoup de hauts-fonds. Certains de ces navires sont construits sans clous ni ferrures car ils passent au-dessus de roches aimantées. Toutes les nefs, quand elles séjournent  devant cette ville, sont tirées à terre et elles y restent comme si elles étaient à sec, car il n’y a pas de port où elles puissent être plus en sûreté.

Continuer la lecture de Vasco de Gama en inde : deux lettres de sernigi