Navigation dans le golfe Arabo-Persique (1863)

W. G. Palgrave, Une année dans l’Arabie centrale (1862-1863), traduction d’Émile Jonveaux, abrégée par J. Belin-De Launay, Paris, 1869, p. 244-259

Ménama, comme la plupart des villes orientales, n’a pas d’hôtels pour recevoir les étrangers. Pendant plusieurs heures, nous errâmes sur les places, regrettant vivement de n’apercevoir aux murailles des maisons aucune de ces affiches hospitalières qui en Europe sollicitent le voyageur. Enfin nous entrâmes dans un élégant petit café situé près de la plage. Le propriétaire, Arabe fort poli, eut compassion de notre embarras et, emmenant avec lui Ba-racat, tandis que je restais à examiner un télescope qui passait pour un objet de grande curiosité, il s’occupa de nous chercher un logement. Tous deux revinrent au coucher du soleil, apportant la bonne nouvelle qu’ils avaient trouvé un appartement convenable pour notre court séjour. Un grand enclos, formé par une palissade haute d’environ deux mètres quarante, renfermait deux longues cases en feuilles de palmier, l’une pour nous, l’autre habitée par un marin et sa famille. Notre demeure avait environ neuf mètres de long sur trois de large et autant de hauteur ; une cloison clayonnée partageait l’intérieur en deux compartiments inégaux ; le plus petit servait de réserve et le plus grand d’habitation. Le plancher était couvert, suivant l’usage, d’une épaisse couche de menus coquillages presque tous du genre des hélices, et dont chacun est long de deux millimètres et demi. Les enfants vont chercher sur le rivage cette sorte de poudre qui entretient la propreté et la sécheresse ; par-dessus on avait étendu une grande natte rouge. A peine avions nous pris quelques dispositions pour embellir et meubler l’appartement, que nous reçûmes la visite du propriétaire lui-même. Sortant de la jolie maison en briques qu’il occupait dans le voisinage, il vint voir notre commencement d’installation ; ses serviteurs apportèrent bientôt pour les nouveaux hôtes un repas composé de riz, de poissons, de crevettes et de légumes. Nous invitâmes les amis, dont l’obligeance nous avait procuré cet asile, à partager notre souper, et nous passâmes tous ensemble une soirée fort agréable, rendue plus douce encore par le sentiment de calme et de sécurité, qui remplissait nos âmes et que nous n’avions pas souvent éprouvé depuis notre départ de Jaffa.

C’est à Bahraïn que commencent véritablement les pêcheries de perles ; elles s’étendent sur le rivage oriental de l’île et sur les côtes du Golfe Persique, depuis le promontoire de Catar jusqu’aux frontières du Chardja dans l’Oman. On trouve bien quelques huîtres perlières le long des plages du Catif, mais elles ne donnent lieu qu’à une exploitation insignifiante.

Le temps que nous ne passions pas au café se partageait entre les consultations médicales, les visites et les excursions dans la campagne ; nous parcourûmes plusieurs villages, dans l’un desquels se tenait une foire hebdomadaire absolument semblable à celles de Hofhouf et de Mebarraz. Continuer la lecture de Navigation dans le golfe Arabo-Persique (1863)

Aden dans les années 1880

Alfred Bardey, Barr-Adjam. Souvenirs d’Afrique orientale (1880-1887), éditions du C.N.R.S., Paris, 1981, p. 28-32.

Le lendemain nous quittons l’hôtel pour nous rendre à la ville d’Aden (Aden town ou Aden camp), située dans le cratère même de l’ancien volcan qui a formé la presqu’île, et à cinq milles ou huit kilomètres de Steamer Point. M. Suel veut bien nous renseigner afin de nous donner tous les renseignements que nous désirerons. Montés dans une américaine brinquebalante attelée de deux petits chevaux étiques et conduite par un gari walla nous longeons la mer à quelque distance et dépassons les grands dépôts de charbon qui livrent en moyenne 1000 tonnes par jour aux paquebots et aux autres navires de passage. A côté sont des quais primitifs où les balles de café, de gommes, de peaux etc. s’accumulent sans abri, car il ne pleut qu’une fois tous les cinq ans.

La route que nous suivons traverse une plaine pierreuse, au bout de laquelle s’étale un important village de paillotes somalies du nom de Maalah. En face, et tout au fond de la rade, se trouve un port du même nom, réservé aux sambouks arabes et somalis, voiliers de 40 à 100 tonnes. La forme de ces bateaux, qui n’ont qu’un mât et qu’une voile, est très ancienne. Non pontés et bas de l’avant, ils ont un arrière élevé et en plate-forme. Ceux qui appartiennent aux indigènes de la côte d’Afrique sont faits de planches cousues sur les bords au moyen de cordelettes et enduits d’une couche de madrépores pilés mélangés d’huile de poisson.

Continuer la lecture de Aden dans les années 1880

De Djeddah à Kilwa

Ibn Batoutah, Voyages, texte arabe, accompagné d’une traduction par C. Defremery et le Dr B. R. Sanguinetti, Volume 2, Paris, 1874.

Je quittai la Mecque à cette époque-là, me dirigeant vers le Yémen, et j’arrivai à Haddah, qui est à moitié chemin entre la Mecque et Djouddah. Puis j’atteignis cette dernière ville, qui est ancienne, et située sur le bord de la mer; l’on dit que Djouddah a été fondée par les Persans. A l’extérieur de cette cité il y a des citernes antiques, et dans la ville même des puits pour l’eau, creusés dans la pierre dure. Ils sont très rapprochés l’un de l’autre, et l’on ne peut pas les compter, tant leur nombre est considérable. L’année dont il s’agit manqua de pluie, et l’on transportait l’eau à Djouddah, de la distance d’une journée. Les pèlerins en demandaient aux habitants des maisons. (…)

Nous nous embarquâmes dans cette ville sur un bâtiment appelé djalbah qui appartenait à Rachid eddîn Alalfy alyamany, originaire de l’Abyssinie. Le chérif Mansour, fils d’Abou Nemy, monta sur un autre bâtiment de ce genre, et me pria d’aller avec lui. Je ne le fis pas, car il avait embarqué des chameaux sur son navire, et je fus effrayé de cela, vu que je n’avais point, jusqu’à ce moment, traversé la mer. Il y avait alors à Djouddah une troupe d’habitants du Yémen qui avaient déjà déposé leurs provisions de route et leurs effets dans les navires, et qui étaient prêts pour le voyage.
Lorsque nous prîmes la mer, le chérif Mansour ordonna à un de ses esclaves de lui apporter une ‘adîlah de farine, c’est-à-dire la moitié d’une charge, ainsi qu’un pot de beurre, à enlever l’un et l’autre des navires des gens du Yémen. Il le fit, et apporta ces objets au chérif; Les marchands vinrent à moi tout en pleurs; ils me dirent que dans le milieu de l’adîlah il y avait dix mille dirhems en argent, et me prièrent de demander à Mansour sa restitution, et qu’il en prit une autre en échange. J’allai le trouver et lui parlai à ce sujet, en lui disant que, dans le centre de cette ‘adîlah, il y avait quelque chose appartenant aux marchands. Il répondit : « Si c’est du vin (sacar), je ne le leur rendrai pas; mais si c’est autre chose, ce sera pour eux. » On rouvrit, et l’on trouva les pièces d’argent, que Mansour leur rendit. Il me dit alors : « Si c’eût été ‘Adjlân, il ne les aurait point rendues. » Celui-ci est le fils de son frère Romaïthah; il était entré peu de jours auparavant dans la maison d’un marchand de Damas, qui se rendait dans le Yémen, et il avait enlevé la majeure partie de ce qui s’y trouvait. ‘Adjlân est maintenant émir de la Mecque ; il a redressé sa conduite, et a fait paraître de l’équité et de la vertu. Continuer la lecture de De Djeddah à Kilwa

La 8e Red Sea conference à Varsovie, du 4 au 9 juillet

La conférence Red Sea VIII se tiendra du 4 au 9 juillet 2017 à Varsovie, sur le thème : Coveted treasure. The economy of natural resources: extraction, processing and trade.

 

Elle sera précédée d’un workshop le 3 juillet: The Arabian Red Sea Route.

Pour accéder à toutes les informations, et en particulier au programme de la conférence, cliquer sur le lien suivant: Red Sea viii.

Workshop « Thinking about luxury » au Collège d’études mondiales

Pierre Schneider donnera une communication le jeudi 15 juin 2017 au sujet de la consommation des produits « de luxe » importés des contrées de l’océan Indien dans le monde romain. Elle prend place dans le workshop « Thinking about luxury » organisé par Marc Abélès, titulaire de la chaire « Anthropologie globale du luxe » au Collège d’études mondiales (http://www.fmsh.fr/fr/college-etudesmondiales/28355)

Argumentaire et programme ci-dessous.

Continuer la lecture de Workshop « Thinking about luxury » au Collège d’études mondiales

« Aventuriers des mers : Méditerranée—océan Indien, VIIe-XVIIe siècles » au MUCEM

L’exposition « Aventuriers des mers » s’installe à partir du 7 juin au Mucem.

De l’Empire perse aux conquêtes d’Alexandre le Grand, de  l’expansion de l’islam aux explorations chinoises et des aventures portugaises aux navigations hollandaises, c’est entre Méditerranée et océan Indien que se sont déroulées les grandes aventures maritimes fondatrices du monde d’aujourd’hui. L’exposition débute par la mise en place, au VIIe siècle, d’un empire des deux mers, celui des Omeyyades, lequel ouvrira les voies d’un monde dont le destin se joue principalement à la bascule du XVe et du XVIe siècle. Cette exposition, riche de plus de deux cents œuvres provenant de cinquante musées et institutions, de Lisbonne à Singapour, conduit le visiteur au croisement de l’or d’Afrique et de l’argent d’Occident, des verreries de Venise, des cotonnades indiennes, des porcelaines et des épices venues des mers de Chine.

Les océans ont historiquement permis d’aller à la rencontre des autres, d’échanger et de commercer. Après avoir longtemps pensé la mer comme un espace périlleux, les hommes ont très tôt élaboré de multiples savoirs pour s’aventurer toujours plus loin et plus sûrement, à la recherche des trésors de l’Orient. Le développement des connaissances et des navigations exploratoires a permis de penser la géographie du monde dans son ensemble. Avec la belle énergie des pionniers, marins et commerçants se sont alors lancés sur les mers à la recherche de fortunes à faire, d’âmes à convertir, de nouveautés à découvrir. Continuer la lecture de « Aventuriers des mers : Méditerranée—océan Indien, VIIe-XVIIe siècles » au MUCEM

La pêche des perles en mer Rouge et à Bahrein

Pêcheurs de perles fut à l’origine une série d’articles pour « Le petit Parisien »,  parus entre le 19 octobre 1930 et le 16 novembre 1930. Ils furent rassemblé dans un livre dont le titre originellement prévu était A ce prix, Mesdames. Le livre numérique  complet est disponible dans la bibliothèque Gallica.

p.51-52
Lou-lou veut dire perle en arabe. Dans les souks, à Djeddah, les marchands de lou-lou se distinguent entre tous, tranchant crûment sur le fond bédouin et le reste de la racaille. On les prendrait, en allant vite, pour des courtisans d’antichambre royale (…) groupés devant deux ou trois boutiques qui ne sont pas les leurs, ils semblent réunis là plutôt pour causer des affaires du royaume que pour attendre une vile clientèle

p.52-55
Abdallah Kafir ben Ibrahim, en dépit de son nom sans fin, n’est qu’un pêcheur de perles. Il guette sans fin notre arrivée au milieu des marchands. C’est un homme petit et chétif , pas encore aveugle, et qui entend suffisamment d’une oreille. Il est venu de Rouyéïs, son village, pour nous prendre et nous y conduire. (…) tout près de Djeddah, sur la mer Rouge, est un village qui existe à peine : quelques demeures bâties en pierre de corail et protégées du vent de sable par de bas murs de mêmes pierres. C’est si pauvre à la vue que les bras vous en tomberaient (…) C’est là Rouyéïs. (…)le pêcheur de perles nous pria d’avancer. Il fallut nous baisser pour entrer dans son refuge (…) ce n’était pas une tannerie, mais une tanière : plafond bas, natte usée, quatre hommes au torse nu y racommodant une voile. Une inscription arabe était charbonnée sur le mur.
Ya-Mal, proclamait-elle. Et Ya-Mal veut dire : « Fortune. O Fortune!». (…)

Continuer la lecture de La pêche des perles en mer Rouge et à Bahrein

Nouvelle rubrique « Varia »

La nouvelle section intitulée « Varia » ouverte dans ce carnet de recherche est destinée à accueillir de courtes contributions, en relation avec la thématique générale du carnet. Les textes seront écrits en français ou en anglais et ne dépasseront pas 2000 mots pour le texte, et 300 mots pour les notes et la bibliographie. Les textes proposés seront envoyés aux deux éditeurs, Didier Marcotte (didier.marcotte@univ-reims.fr) et Pierre Schneider (pierre.schneider@univ-artois.fr), qui les examineront (pas de double-lecture à l’aveugle). En cas de nécessité, les éditeurs feront appel à l’expertise de leurs collègues. La publication sera immédiate après acceptation du billet.

Didier Marcotte ; Pierre Schneider

The editors are pleased to announce that this research blog includes a new section entitled “Varia”. We welcome short notes in French or English dealing with the topics on which this research blog focuses. We welcome submissions no longer than 2000 words, not including endnotes and bibliography which must not exceed 300 words. Submissions must be sent to the two editors, Didier Marcotte (didier.marcotte@univ-reims.fr) and Pierre Schneider (pierre.schneider@univ-artois.fr), who will review them (no peer-review process). If necessary we will ask colleagues for advice and further information. Texts will be published on line immediately after acceptation.

Didier Marcotte ; Pierre Schneider

La mousson de sud-ouest, ou mousson d’été, d’après un routier moderne

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Pilote du golfe d’Aden. Choix de documents extraits des mémoires des officiers de la marine de l’Inde par le commandant C. Y. Yard, L. N., traduits par M.-J. Lafont, Paris, 1866, p. 1-4; 10-11.

La mousson de sud-ouest (S.O.)

La mousson de S. O. commence, dans la mer d’Arabie, vers le milieu ou la fin d’avril et dure jusqu’à la fin de septembre. Elle est sujette à des variations de 10 à 15 jours, s’établissant tantôt plus tard ; on ne la ressent dans toute sa force qu’en mai ou même en juin. Elle continue à avoir toute sa force pendant les mois de juin, juillet et août, et souffle alors fortement et régulièrement en soulevant une mer plus grosse au large que sur les côtes. Près des côtes de l’Hindoustan, le vent varie de direction et souffle par grains accompagnés de forte pluie, principalement de l’ouest au nord. Sur la côte de Sindh, de grosses brises de l’O.S.O. s’établissent vers le commencement d’avril et produisent une grosse houle : à la même époque, de fortes brises d’ouest soufflent à l’ouest de Ceylan, et des vents de N.O. à la partie la plus basse de la côte de Malabar.
Sur la côte d’Afrique, la brise souffle très fortement du S.S.O. ; elle s’étend avec la même force dans le chenal compris entre l’île de Sokotra et Ras Asir (cap Gardafui), et de là dans le golfe d’Aden jusqu’à Ras Rehmat (qui en arabe signifie « cap de la mort du vent »), cap situé dans le S.O. de Makalleh. C’est sur cette ligne que les navires rencontrent généralement la mousson quand ils se rendent de la mer Rouge dans l’est. Continuer la lecture de La mousson de sud-ouest, ou mousson d’été, d’après un routier moderne