Dérive dangereuse aux alentours du cap Gardafui

Dérive dangereuse aux alentours du cap Gardafui

Cosmas Indicopleustês vécut dans la première moitié du 6e siècle ap. J.-C. Son surnom (« qui a navigué en mer Indienne », ou « qui navigué vers les contrées de l’Inde ») est en lien direct avec ce qui dut être l’une de ses principales activités : celle de marchand circulant en mer Rouge et dans la mer d’Oman. Sa Topographie chrétienne (un traité destiné à combattre les idées des chrétiens qui adoptaient les théories grecques de l’univers sphérique) est parsemée de diverses digressions -­ généralement à visée démonstrative – dans lesquelles Cosmas se réfère à ses propres souvenirs de marchand-navigateur dans l’océan Indien. Celle qui suit est d’un intérêt exceptionnel pour l’histoire de la navigation antique dans l’océan Indien.

« Un jour, cinglant dans ces régions vers l’Inde intérieure et ayant un peu trop poussé dans la direction de la Barbarie au-delà de laquelle se trouve le Zingion – on appelle ainsi l’embouchure de l’océan – nous avons aperçu, tandis que nous naviguions à tribord, une multitude d’oiseaux en vol nommés souspha (n. b. :la traductrice remplace le mot grec par « albatros ») ; ils sont deux fois aussi gros que des milans, peut-être davantage ; de plus, l’air est très insalubre dans cette région, de sorte que tout le monde prit peur. Ils disaient tous, ces gens exercés à la navigation, marins et passagers, que nous étions près de l’Océan et ils criaient au pilote : « Vire à babôrd, vers le golfe, de crainte qu’emportés par les courants nous n’allions déboucher dans l’océan et y périr. Car l’Océan, là où il pénétrait dans le golfe, produisait une barre excessivement grande et, à la sortie du golfe, le ressac entraînait vers l’Océan ; c’était pour nous un spectacle tout à fait terrifiant et une grand épouvante s’est emparée de nous. Certains de ces oiseaux qu’on appelle souspha nous ont longtemps suivi, volant très haut ; ils signalaient que l’Océan était proche. » Cosmas Indicopleustès, Topographie chrétienne, 2, 30 (traduction W. Wolska) Continuer la lecture de Dérive dangereuse aux alentours du cap Gardafui

Description moderne de la Patalène antique (delta de l’Indus)

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

James Rennell, Description historique et géographique de l’Indostan (tome 2), traduit par J.-B. Boucheseiche, Paris, 1800, p. 236-243.

On ne doit pas s’attendre à trouver ici une notice détaillée du nombre et des positions des différentes branches de l’Indus. Il faudrait que l’on en eût levé le plan auparavant. Je n’ai recueilli de particularités que sur trois de ces branches, et les voici. A 170 milles de la mer, en suivant le cours du fleuve, l’Indus se divise en deux branches, dont la plus occidentale est la plus large. Cette branche, après un cours d’environ 50 milles au sud-ouest, se divise en deux: la plus petite prend une direction ouest-sud-ouest, jusqu’à Larry-Bunder et Darraway, et la plus large, sous le nom de rivière de Ritchel, jusqu’à la ville de Ritchel, sur la côte maritime (Tatta est situé dans ce delta inférieur et à environ 5 milles au-dessous de son angle supérieur). L’autre branche principale, dont il reste à parler, est celle qui borne le côté oriental du delta supérieur. Elle est plus petite que la rivière de Ritchel mais plus large que celle de Larry-Bunder, et d’après des relations, elle commence à l’embouchure du golfe de Cutch, presque vis-à-vis de la pointe de Jigat.(…)

Continuer la lecture de Description moderne de la Patalène antique (delta de l’Indus)

« Navigations érythréennes » : prochainement une nouvelle rubrique dans ce carnet de recherches

Navigations érythréennes

Les sources grecques et latines parlent-elles de la navigation dans l’océan Indien? Les sources littéraires antiques disent-elles quelque chose des navires, des courants, des vents, des dangers de la mer etc.? La réponse est immédiate et positive, et quelques textes bien connus viennent à l’esprit : le « Périple » de Néarque, le Périple de la mer Erythrée, la description des routes vers l’Inde que donne Pline l’Ancien. A côté de ces documents majeurs il en est d’autres, souvent méconnus, rarement commentés. Cette nouvelle rubrique – une collaboration de Jean-Marie  Kowalski  et Pierre Schneider – leur sera entièrement consacrée.  Nous aurons ainsi  plaisir à soumettre aux lecteurs de ce carnet, de temps à autre, tel ou tel de ces textes accompagné de nos réflexions.

Ibn Kordadbeh : le livre des routes et des provinces

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Ibn Kordadbeh (flor. : 9e siècle),  Le livre des routes et des provinces, traduit et annoté par C. Barbier de Meynard (Journal asiatique, janvier-février 1865), extraits divers.

ROUTE DE BASRAH À L’OMAN, LE LONG DE LA CÔTE.

Abbadân, Hadaryah, Arfadja, Zabounah, El-Maaz, El-Assa, El-Migras, Holeïdjah, Haçan, El-Rora, Moçeïlaba (Ed. Maslakha), Hamadh, Hadjar, Mokabar (Kod. Mokayr), El-Katan, la Sabkhah, Oman ou Sohar.

ROUTE (DE BASRAH) VERS L’ORIENT, PAR MER.

De Basrah à Abbadân, 12 fars. — Les Estacades, 2 fars. c’est là qu’on s’embarque. La côte située à droite appartient aux Arabes, celle de gauche aux Persans; elles sont séparées par un bras de mer qui a 70 fars. de largeur. Dans ces parages se trouvent les deux montagnes nommées Koçaïr et Owaïr. La profondeur de la mer, en cet endroit, est de 70 à 80 brasses. Des estacades de Basrah à la capitale du Bahreïn, sur la côte des Arabes, il y a 70 fars. Les habitants du Bahreïn sont des pirates; ils n’ont pas de champs cultivés, mais possèdent des ruches d’abeilles et des chameaux. De là au Dourdour, 150 fars. — de là à Oman, 50 fars. — De Chihr à Aden, 100 fars. Aden est un des principaux points de relâche dans cette mer. On n’y trouve ni blé, ni troupeaux; mais l’ambre, l’aloès, le musc y abondent. Aden est l’entrepôt des marchandises du Sind, de l’Inde, de la Chine, du Zendj, de l’Abyssinie, de Basrah, de Djeddah et de Kolzoum (Suez). La grande mer orientale produit de l’ambre excellent. Elle recèle dans ses flots un poisson long de cent à deux cents coudées; les marins le redoutent, et, pour l’éloigner, ils choquent des morceaux de bois l’un contre l’autre. On trouve dans les mêmes parages un poisson volant, long d’une coudée, à face de chouette; un poisson, long de vingt coudées et qui renferme dans son ventre jusqu’à quatre poissons du même genre ; une tortue ronde de vingt coudées, qui pond mille œufs à la fois ; sa carapace fournit une écaille excellente : cet animal est vivipare. (On y trouve aussi) un poisson vivipare qui ressemble au chameau; enfin, un oiseau qui pond et couve ses œufs à la surface des vagues, sans jamais se poser sur le rivage.

Continuer la lecture de Ibn Kordadbeh : le livre des routes et des provinces

Introduction de la poule domestique par la mer Rouge : une découverte récente

Une pièce supplémentaire au dossier de l’introduction d’espèces animales domestiques dans le monde méditerranéen par la voie de la mer Rouge (Arabie – Corne de l’Afrique) : un article du journal « The Source » (Washington University in Saint-Louis, daté du 2 novembre 2016)

 

How the chicken crossed the Red Sea : Africa’s oldest domestic chicken bones are relics of ancient trade route

The discarded bone of a chicken leg, still etched with teeth marks from a dinner thousands of years ago, provides some of the oldest known physical evidence for the introduction of domesticated chickens to the continent of Africa, research from Washington University in St. Louis has confirmed.

Based on radiocarbon dating of about 30 chicken bones unearthed at the site of an ancient farming village in present-day Ethiopia, the findings shed new light on how domesticated chickens crossed ancient roads — and seas — to reach farms and plates in Africa and, eventually, every other corner of the globe.

Pour lire la suite de l’article, suivre le lien suivant: https://source.wustl.edu/2016/11/chicken-crossed-red-sea/

 

Semaine de l’histoire 2016 à Saint-Denis de la Réunion

La semaine de l’histoire de l’océan Indien se tiendra à l’Université de la Réunion du 14 au 19 novembre 2016. 

Un colloque spécialement dévolu à l’océan Indien ancien (de l’Antiquité à l’époque de la présence portugaise) se tiendra les 14 et 15 novembre.

 

logo-oia-95560

L’espace maritime de l’océan Indien ancien (l’océan Indien jusqu’au XVIe siècle)

Lundi 14 novembre 2016

8 h 30 : accueil des participants – 9 h : Séance inaugurale : message  du Président de l’AHIOI, pour l’Université ; de M. le Professeur Gilles LAJOIE, chargé de mission affaires générales, et des différents partenaires institutionnels, dont l’Institut Confucius, notre partenaire pour les invités chinois et pour la traduction.

Première séance – Modérateur : Serge Bouchet

– 9h30 – Siwei Chen:  Maritime Trade between India and Egypt in the 1st to 2nd Century: The Muziris Papyrus as the centre of study.

10h20 – Pierre Schneider : Les échanges maritimes locaux dans quelques secteurs de l’océan Indien occidental, d’après les sources antiques (du 3e siècle a.C. au 6e siècle p. C.) .

11 h. – Pause Continuer la lecture de Semaine de l’histoire 2016 à Saint-Denis de la Réunion

Du cap Gardafui au détroit de Bab el-Mandeb avec Jerónimo Lobo

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Voyage historique d’Abyssinie du R. P. Jérôme Lobo, de la compagnie de Jésus, traduit du portugais par M. Le Grand, tome 1, Amsterdam, 1728, p. 39-43.

Le matin, nous courûmes le long de l’île (i. e. Suquṭra) et nous ne voyions que montagnes, que rochers qui semblaient être prêts à tomber dans la mer. Il n’y a rien de considérable dans cette île, que quelques gommes précieuses ; parce que comme il y a beaucoup d’herbes bulbeuses et que la chaleur y est excessive, il coule de ces herbes un suc, ou une liqueur qui sont les plus excellentes gommes du monde. On y pêche quantité de baleines et de dauphins, dont on extrait une graisse qui, mêlée avec le chanambo, est merveilleuse pour caréner les navires et vaut beaucoup mieux que le goudron et le suif dont nous nous servons en Europe, parce que le bois qui est enduit de cette graisse et de ce chanambo ne se pourrit pas facilement et n’est pas sujet aux vers.
Nous abordâmes un peu après midi à un des meilleurs ports de cette île, ce qui alarma considérablement les habitants qui n’étaient pas accoutumés à voir des navires portugais sur leur côtes ; mais quand ils surent qui nous étions, ils vinrent nous visiter comme les souverains du roi de Caxem leur seigneur. Ils nous apportèrent es poules, des moutons, du poisson et nous leur donnâmes en échange quelques toiles peintes des Indes, qu’ils prisent beaucoup. Nous ne fûmes qu’une nuit dans ce port. Nous repartîmes le lendemain de grand matin et allâmes chercher le cap de Gardafui, qui n’est qu’à quarante lieues de Socotora.

457px-internal_waves_off_somalia_nasa

Continuer la lecture de Du cap Gardafui au détroit de Bab el-Mandeb avec Jerónimo Lobo

The Red Sea Journal

Connu pour ses travaux d’archéologie sous-marine, notamment en mer Rouge, Ralph K. Pedersen est aussi fondateur et directeur du Red Sea Institute for Anthropological Research.

L’Institut va créer en 2017 un journal en ligne (« peer reviewed »), The Red Sea Journal, auquel il est possible de proposer des articles dès à présent.

Pour plus d’information,  cliquer surle lien suivant:  http://www.redseainstitute.org/publications–papers.html

 

The Red Sea Institute for Anthropological Research

Un voyageur moderne le long de l’ancienne Troglodytique

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Edm. Combes, Voyage en Egypte, en Nubie, par les déserts de Beyouda, des Bicharys, et sur les côtes de la mer rouge, Paris, 1846, p. 349-359

Les Bédouins qui fréquentent le littoral communiquent par terre avec Cosseïr et Massaouah, mais principalement avec ce dernier port. Voici le nom des stations ordinaires comprises entre Saouakim et Massaouah :

De Saouakim on se rend à Barrâ-bab, de Barrâ-bab à El-Mactah, de El-Mactah à Aghig Kebir, de  Aghig Kebir à Hasséri, de Hasséri  à Gueurgueur, de Gueurgueur à Hadouména, de Hadouména à Haïddo, de Haïddo à El-Hasséma Add-Hégalal, de El-Hasséma Add-Hégalal à Add-Hégalal, de Add-Hégalal à Dar-Gaïa, de Dar-Gaïa à El-Hasséma, de El-Hasséma à Massaouah.

On trouve de l’eau dans toutes ces stations. Deux chefs indigènes, dont l’un s’appelle Heidad et l’autre Mohamed-Hasséri gouvernent cet espace, occupé par une peuplade nommée Abab. Cette peuplade est musulmane et parle la langue des habitants de Massaouah. Elle reconnaissait à cette époque l’autorité du pacha d’Égypte et vivait en paix avec ses voisins. Continuer la lecture de Un voyageur moderne le long de l’ancienne Troglodytique

Dans les parages du Bab al-Mandab

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

H. de Monfreid, Lettres de la mer Rouge (Aventures extraordinaires  [1911-1921]), Paris,  2007, p. 576-579.

13 juillet 1915

A 4 heures, nous sommes en vue des terres plates de la côte arabe. Le phare de Moka ne fonctionnant plus depuis la guerre avec les Turcs, je ne puis reconnaître de nuit notre position. Nous virons de bord par temps calme.
A 6 heures, une petite brise se lève du sud et nous mettons cap au nord-nord-ouest. Le temps est magnifique, mais un peu trop calme car nous faisons peu de route. Dans la matinée, nous prenons des bonites: je n’affirmerai pas que c’est bien ce poisson; c’est un grand maquereau de 80 cm de long et sa chair ressemble à celle du thon. C’est un mets exquis. le vent tombe est ce n’est plus qu’une petite brise qui moire à peine la mer immobile.

A 14 heures, la brise se lève du nord et nous faisons route nord-nord-ouest.

A 16 heures, aperçu les montagnes de l’île de Grande Hanish.

A 18 heures, nous doublons par sa pointe sud le récif de Parkin: ce récif ressemble comme à un dépôt de charbon, car il est formé de roches noires comme du jais. il est couvert d’oiseaux. D’ailleurs, ces volatiles sont très familiers: ils viennent au-dessus du bateau et y planent à portée de la main, dans les remous de vent formés par la voile. C’est très curieux de voir ces animaux suspendus dans les airs, les ailes absolument immobiles; leur tête seule va et vient, et leurs yeux vifs semblent regarder avec intérêt. On peut causer, crier, aller et venir, cela ne les inquiète point. Nous approchons de la Grande Hanish, laissant par tribord des petites îles bizarrement découpées qui se dressent hors de la mer, comme de colossales ruines.

Le soleil se couche derrière la Grande Hanish, le temps est un peu brumeux et le ciel est rouge-orange. Les montagnes de l’île semblent être de velours noir et grenat foncé. De grandes coulées de sable blanc dévalement sur leur flanc sombre et en quelques endroits des mamelons de terre rouge émergent au milieu de la lave noire.
J’approche à quelques encablures du rivage, à l’embouchure d’une de ces rivières de sable blanc. J’ai la vision d’un monde mort; la plage est hérissée de récifs noirs qui semblent de vieilles épaves mangées par la mer. Le crépuscule, le ciel rouge, le vent qui souffle, brûlant, achèvent de rendre dramatique l’aspect de cette grande île morte.
Nous virons de bord; je veux doubler au nord les deux îles « Coin ». La nuit est noire et sans étoiles, le vent fraîchit de plus en plus. Je ne distingue plus rien; dans le noir opaque, la crête des lames qui déferlent jettent des phophorescences qui semblent être les yeux méchants d’une multitude d’animaux bizarres.

Je suis pris brusquement de la crainte d’être drossé par un courant et de manquer de doubler les îles Coin. Je fais deux bordées pour monter dans le vent. Tout cela dans les ténèbres les plus opaques et avec des îles et des récifs de tous les côtés. Enfin, par bâbord, je vois une ligne brillante à un demi-mille. C’est la pointe de l’île où la mer se brise avec phosphorescence. C’est fini, nous avons la route libre. Le vent tourne au nord-ouest et nous pouvons alors faire route nord.
A 1 heure du matin, un choc violent sur l’arrière nous met tous debout. l’homme de barre crie: « C’est un requin! ». et en effet un sillon de feu marque la fuite du squale énorme. C’est lui qui a heurté le gouvernail. Nous avons eu de la chance d’en être quitte sans avarie.

14 juillet
Au lever du jour, calme. Nous avons le Djebel Zukur par ouest. En attendant la brise, je fais une réparation à la drisse de grand-voile qui me donnait des inquiétudes.

A 7 heures, le vent se lève sud-est. Nous faisons route grand largue nord-ouest. J’ai l’intention de toucher Massawa, où j’ai l’espoir d’avoir des renseignements sur Farsan (…).

A midi le calme est absolu. La chaleur est terrible et je subis une réelle torture. Je suis obligé de faire arroser le pont, sur lequel il est impossible de marcher. Même à l’ombre, tous les objets sont brûlants au toucher. Le thermomètre marque 49, 5° à l’ombre la plus fraîche. L’air est humide et le corps ne cesse de ruisseler de sueur. Je n’ai jamais éprouvé une telle angoisse à Djibouti, où l’air est plus sec. Cela dure jusqu’à 16 heures. Alors seulement une petite brise se lève. A 16 heures, elle souffle frais et nous marchons nord-nord-ouest, toutes voiles pleines.