Sur un boutre en mer Rouge, au large du Hedjaz

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Abd el-Hamid Bey (Louis Ducouret [1812-1867?]), Journal d’un voyage en Arabie, rédigé par Alexandre Dumas, Bruxelles, 1856, p. 177-191.

D’autres [matelots] se baignaient au milieu des requins. La première fois que j’avais vu cet effrayant spectacle, j’avais eu la bonhomie de leur crier de prendre garde. Le capitaine me rassura : « Bon ! me dit-il, soyez tranquille. Ils mangeront le requin avant que le requin ne les mange ! »
Le fait est que, dans les traversées de la mer Rouge et de la mer des Indes, les nègres m’ont toujours paru plus friands de requins que les requins friands de nègres. J’ai vu, au reste, plus d’un duel de ce genre, d’où l’homme ne manquait jamais de sortir vainqueur. Ainsi le nègre porte constamment au bras gauche une espèce de bracelet en cuir auquel il suspend un large couteau recourbé. Quand il se sent flairer de trop près par le requin, il tire son couteau et passe comme un éclair sous le ventre du squale. Bien entendu, en passant, il lui a ouvert le ventre dans une longueur de trois ou quatre pieds, plus ou moins (…)

Continuer la lecture de Sur un boutre en mer Rouge, au large du Hedjaz

Résumés des communications données à Dublin (9th Celtic Conference in Classics)

La table-ronde organisée par Matthew Cobb et Kyle Erickson (« The development of the Indian Ocean Trade in Antiquity ») a donné lieu à deux jours de discussions fructueuses. Les résumés des communication apparaissent ci-dessous.

 

Gwendolyn Kelly: Currencies, Commodities, and Regimes of Value: South India and the Indian Ocean Trade in Antiquity

From the 1st century BCE to 4th century CE, the people of Southern India were participants in the early ‘globalisation’ of the Indian Ocean trade. This involved trade in commodities, including imports
and exports, as well as contacts with a diverse array of people from different places and cultures. Recent research in Anthropology has centered on the question of how value is created and understood
in commodities and material culture, especially in the context of contemporary globalisation. One aspect of this research focuses on ‘regimes of value’, which are the culture-specific frames in which
objects and values are assessed. The question at the heart of the matter is how different goods were understood, interpreted, and assigned values, (in the economic, as well as cultural, and even moral,
senses of the word). In this paper I examine both the archaeological and textual evidence for the different regimes of value, and how they connected and conflicted with one another. I focus on South
Indian regimes of value, and how these informed the interpretation of, and values assigned to, Roman Mediterranean goods. For example, I argue that with regard to Roman coinage, South Indians did not view or assign value to it in at all the same ways Romans (or perhaps others) did. Silver coinage was incorporated in to existing regimes of value that blurred the lines between ornament and currency. Before the appearance of Roman coinage, I have argued South Indians used beads as a medium of exchange, even a form of currency. Roman coinage joined this category, and thus came to be
perforated, strung, and worn, joining beads as ornaments, that simultaneously functioned as currency, with exchange value. Thus I explore not only the goods traded, and the media of exchange, but also consider the meanings of currencies and commodities, and how they were translated and understood within the South Indian social, cultural, and political context.

Continuer la lecture de Résumés des communications données à Dublin (9th Celtic Conference in Classics)

Les éléphants domestiqués de l’Inde vus des Pays Bas

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Histoire de la navigation de Jean Hugues de Linschot, Hollandais, aux Indes Orientales, contenant diverses descriptions des lieux jusques à présent découverts par les Portugais. Observations des coutumes et singularités de delà, et autres déclarations. 3e édition augmentée, Amsterdam, 1638, chapitre 46, p. 87-89.

 

On trouve des éléphants en divers endroits des Indes, mais le plus grand nombre est en Éthiopie par delà Mozambique au dedans du pays où les Caffres Nègres habitent, qui les tuent pour les manger et vendent leurs dents aux Portugais. Il y en a aussi grande quantité es pays de Bengala et Pegu, lesquels on prend à la chasse avec grande troupe de gens et d’autres éléphants apprivoisés. On en enferme quelquefois bien deux mille dans une enclosture, desquels on se contente de retenir cent ou deux cents, laissant aller les autres pour les multiplier. Ceux qu’on retient s’apprivoisent et adoucissent avec le temps, par menaces par faim et soif et autres manières, les accoutumant à reconnaître la voix de l’homme ; finalement, on les oing d’huile et les lave fort soigneusement. Par ce moyen étant domts ils se laissent gouverner à leurs maîtres ; et approchent fort du naturel de l’homme et n’en diffèrent que quant à la forme et la parole. Il s’en trouve aussi une grande multitude au Royaume de Sian, là où le peuple adore solennellement un éléphant blanc, comme le tenant pour le roi des autres. Mais ceux de l’Isle de Seylan surpassent en esprit et en entendement. Car au dire des Indiens, ils sont honorés des autres, comme s’ils les reconnaissaient pour leur princes, et par eux sont adorés en signe de soumission.

Calicut_1572

On se sert des éléphants es Inde pour porter balles, tonneaux et autres fardeaux ; ils sont nourris aux dépens du roi et si on a affaire, il se faut adresser au maître qui en a le gouvernement, et faire marché avec lui de prix de la voiture. Le maître s’assied sur leur col et étend ses pieds sur leurs oreilles, tenant en sa main un aiguillon duquel il poinct leurs testicules, qui est la manière de les dompter. On serre bien fermement le fardeau dont on les charge de peur qu’il ne penche plus d’un côté que de l’autre. Cela fait, le maître leur fait prendre la bride avec leur trompe et la mettre autour de leurs dents, et en cette manière on leur fait porter le fardeau où on veut. Si l’on veut décharger sur quelque navire, on fait approcher le navire du bord, et l’éléphant entrant dedans, lui-même l’y décharge, et met des pierre dessus pour l’assurer et de ses dents essaye s’il tient fermement et si n’y a point danger qu’il roule. Ils traînent aussi sans grande difficulté des pièces de canon tant de fer que de fonte ; et tirent à terre, des barques et caravelles forts à leur aise ; et en somme font tous les services, à porter et traîner que font par deçà les chevaux. Ils sont nourris de riz et d’eau. Ils prennent leur repos comme les autres animaux à quatre pieds, ploient les genoux et retirent les jambes pour dormir.

Continuer la lecture de Les éléphants domestiqués de l’Inde vus des Pays Bas

Les échanges entre Méditerranée et océan Indien au programme de la Celtic Conference in Classics 2016

La  Celtic Conference in Classics 2016 se déroulera du 22 au 25 juin à Dublin (University College, Dublin) 

Un panel sera consacré à l’étude des échanges antiques entre le monde méditerranéen et l’océan Indien, sous la coordination de Matthew Cobb  et Kyle Erickson.

Programme provisoire (23 et 24 juin)

The Development of the Indian Ocean Trade in Antiquity – responsables: Matthew Cobb (TSD Lampeter) and Kyle Erickson (TSD Lampeter)

  • The Augustan Annexation of Egypt and its Impact on the Indian Ocean Trade. Matthew Cobb (University of Wales Trinity Saint David)
  • Indian Ocean Commerce in Context: The Economic and Revenue Significance of Red Sea trade in the Ancient World Economy. Raoul McLaughlin (Independent Scholar)
  • Currencies, Commodities, and Regimes of Value: South India and the Indian Ocean Trade in Antiquity. Gwendolyn Kelly (Ashoka University)
  • Indian-Ocean Trade: The role of Parthia. Leonardo Gregoratti (Durham)
  • Kottanarike to Malabar and back. Aspects of black pepper trade from antiquity to early modern times. Federico De Romanis (Roma)
  • India and the East at Home: The Reception of Foreign Aromatics in the Roman World. Thomas Derrick (Leicester)
  • Pearls and tortoise shell in the Mediterranean world: some features of the Roman consumption (1st century BC- 2nd century AD). Pierre Schneider (Université d’Artois (Arras) / Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Lyon)
  • The Visual Culture of Indian Ocean Trade to 700 CE. Frederick M. Asher (University of Minnesota)
  • The Impact of the Indian Ocean trade on the Ancient Novel. Juan Pablo Sánchez Hernández (Hyderabad)
  • Between Egypt and India, on the Route of the Ancient Novel. Marco Palone (Freiburg)
  • A Universe from an Egg: Cultural Interaction between India and Greece in Myth. Fiona Mitchell (University of Wales Trinity Saint David)

 

Le pays des Zendj

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Al-Mas’ûdî, Chaîne des chroniques (Reinaud, Relation des voyages faits par les Arabes et les Persans dans l’Inde et à la Chine dans le IXe siècle de l’ère chrétienne. Texte arabe imprimé en 1811 par les soins de feu Langlès, pub. avec de corrections et additions et accompagné d’une traduction française et d’éclaircissements par M. Reinaud , tome 1, Paris, 1845, p. 137-148)

 

Le pays des Zendj ; l’île de Socotra ; la mer de Colzom (mer Rouge) ; l’ambre et la perle

Le pays des Zendj est vaste. Les plantes qui y croissent, telles que le dorra, qui est la base de leur nourriture, la canne à sucre et les autres plantes, y sont d’une couleur noire. Les Zendj ont plusieurs rois en guerre les uns avec les autres; les rois ont à leur service des hommes connus sous le titre de almokhazzamonn (ceux qui ont la narine percée), parce qu’on leur a percé le nez. Un anneau a été passé dans leur narine, et à l’anneau sont attachées des chaînes. En temps de guerre, ces hommes marchent à la tête des combattants; il y a pour chacun d’eux quelqu’un qui prend le bout de la chaîne et qui la tire, en empêchant l’homme d’aller en avant. Des négociateurs s’entremettent auprès des deux partis ; si l’on s’accorde pour un arrangement, on se retire; sinon, la chaîne est roulée autour du cou du guerrier ; le guerrier est laissé à lui-même ; personne ne quitte sa place, tous se font tuer à leur poste. Les Arabes exercent un grand ascendant sur ce peuple; quand un homme de cette nation aperçoit un Arabe, il se prosterne devant lui et dit : « Voilà un homme du pays qui produit la datte ; » tant cette nation aime la datte, et tant les cœurs sont frappés.

Des discours religieux sont prononcés devant ce peuple; on ne trouverait chez aucune nation des prédicateurs aussi constants que le sont ceux de ce peuple dans sa langue. Dans ce pays, il y a des hommes, adonnés à la vie dévote, qui se couvrent de peaux de panthères ou de peaux de singes; ils ont un bâton à la main, et s’avancent vers les habitations; les habitants se réunissent aussitôt; le dévot reste quelquefois tout un jour jusqu’au soir, sur ses jambes, occupé à les prêcher et à les rappeler au souvenir de Dieu, qu’il soit exalté! Il leur expose le sort qui a été éprouvé par ceux de leur nation qui sont morts. On exporte de ce pays les panthères zendjyennes, dont la peau, mêlée de rouge et de blanc, est très grande et très large.

La même mer renferme l’île de Socothora, où pousse l’aloès socothorien. La situation de cette île est près du pays des Zendj et de celui des Arabes. La plupart de ses habitants sont chrétiens; cette circonstance vient de ce que, lorsque Alexandre fit la conquête de la Perse, il était en correspondance avec son maître, Aristote, et lui rendait compte des pays qu’il parcourait successivement. Aristote engagea Alexandre à soumettre une île nommée Socothora, qui produit le sabr, nom d’une drogue du premier ordre, sans laquelle un médicament ne pourrait pas être complet. Aristote conseilla de faire évacuer l’île par les indigènes, et d’y établir des Grecs, qui seraient chargés de la garder, et qui enverraient la drogue en Syrie, dans la Grèce et en Egypte. Alexandre fit évacuer l’île et y envoya une colonie de Grecs. En même temps, il ordonna aux gouverneurs de provinces, qui, depuis la mort de Darius, obéissaient à lui seul, de veiller à la garde de cette île. Les habitants se trouvèrent donc en sûreté, jusqu’à l’avènement du Messie. Les Grecs de l’île entendirent parler de Jésus, et, à l’exemple des Romains, ils embrassèrent la religion chrétienne. Les restes de ces Grecs se sont maintenus jusqu’aujourd’hui, bien que, dans l’île, il se soit conservé des hommes d’une autre race. Continuer la lecture de Le pays des Zendj

Publication : Yémen, terre d’archéologie, édité par G. Charloux et J. Schiettecatte

Il y a quarante-cinq ans, le Yémen est sorti d’une longue période de conflits et d’isolement. Dans le domaine culturel, cette renaissance s’est accompagnée d’un important volet archéologique, d’abord centré sur l’époque antique, celle de la civilisation sudarabique, puis rapidement étendu aux périodes préhistorique et islamique. Cet ouvrage retrace plus de quarante années de recherches archéologiques françaises, coordonnées à partir de 1982 par le Centre français d’Études yéménites, devenu le Centre français d’Archéologie et de Sciences sociales de Sanaa. Bien que brutalement stoppées par les conflits récents, les découvertes effectuées par les nombreuses équipes d’archéologues et d’historiens permettent de retracer les grandes étapes de l’évolution d’un pays légendaire, le pays de la reine de Saba. Cette terre a vu l’émergence de royaumes et de cités dont le développement fut le résultat d’une maîtrise avancée de l’agriculture irriguée et de l’accroissement du commerce caravanier puis maritime des résines aromatiques, des chevaux et du café. Par la monumentalité de son architecture, le raffinement de ses arts et la fascination qu’exercent ses inscriptions, la civilisation de l’Arabie du Sud apparaît désormais bien différente de l’image trompeuse d’une Arabie désertique parcourue par les seuls nomades.

Continuer la lecture de Publication : Yémen, terre d’archéologie, édité par G. Charloux et J. Schiettecatte

Henry Salt à Aksum (1805)

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Voyage en Abyssinie par Mr Salt, traduit de l’anglais et extrait des voyages de Lord Valentia, Paris et Genève, 1812, tome 1, p. 237-249

16 septembre [1805]
La première impression que me fit l’église d’Axoum fut de me rappeler les manoirs gothiques de la noblesse en Angleterre, avec lesquels elle a une ressemblance frappante. En nous approchant, nous passâmes devant les ruines d’un grand nombre d’obélisques renversés, dont quelques-uns n’offrent rien qui indique qu’autrefois ils aient été embellis d’aucun ornement de sculpture, et dont d’autres au contraire semblent avoir été fort soignés sous ce rapport. À la fin, après avoir passé un grand réservoir sur notre gauche, nous eûmes beaucoup de plaisir à voir un obélisque encore dressé sur sa base, que nous avait caché jusque-là le feuillage d’un grand darou. C’est sans aucun doute celui dont parle Poncet, et que Bruce a décrit et dessiné depuis. Il a environ quatre-vingts pieds de haut ; il est fait d’un seul bloc de granit, sculpté avec soin, et les proportions en sont très belles. Mon attention demeura longtemps fixée sur ce monument aussi beau qu’extraordinaire, dont le dessin, tel que l’a donné le dernier des deux voyageurs que je viens de citer, ne peut donner aucune idée. 1280px-Stelenpark_in_Axum_2010Il est difficile d’imaginer quels moyens durent être mis en œuvre pour dresser cette lourde masse de granit. L’étonnement, produit par un ouvrage de cette nature, est accru par le souvenir de l’état auquel l’Abyssinie se trouve réduite.

Un peu au dessous de cet obélisque, qui seul a bravé les injures du temps, et qui paraît si parfait qu’on le croirait élevé tout récemment, nous nous trouvâmes en face de l’église, que Bruce a mal à propos dépréciée. Si on la compare aux autres églises du Tigré, on trouve qu’il n’y en a aucune qui la vaille, pour la grandeur, la richesse et la sainteté, à l’exception de celle de Chélicut. Les prêtres eurent d’abord beaucoup de répugnance à nous en accorder l’entrée. Mais enfin le nom et l’autorité du Ras les y détermina. Nous sûmes ensuite que l’unique motif de leur résistance était qu’ils n’avaient pu préparer pour notre réception toutes les belles choses qu’ils possèdent. Ce qui frappe d’abord à l’extérieur, est la hauteur de l’église, qui ne peut être moindre de quarante pieds. La colonnade de la face est soutenue par quatre piliers massifs, de forme carrée et d’environ cinq pieds de côté, composés de petites pierres et recouverts de plâtre. Quand nous demandâmes à voir l’intérieur de l’édifice, la porte du fond s’ouvrit, et nous entendîmes chanter dans un appartement éloigné de nous ; ensuite quelques prêtres s’avancèrent en récitant des prières et brûlant de l’encens. Tous les livres, tous les trésors de l’église furent mis sous nos yeux. Les livres sont d’un très grand format, et couverts de dorures et de figures en relief. Quant aux trésors, ils ressemblent tellement à ceux de Chélicut, que ce n’est pas la peine de les décrire. J’appris par les livres, que la première église chrétienne fut fondée à Axoum, il y a onze cent quarante ans, à la même époque où fut fondée celle d’Abrahasuba ; et qu’elle fut détruite par Mahomet Cragné en 1526. L’église actuelle a été bâtie par le Sultan Ayto Fasil, fils d’Ayto Socinios, en 1657.Stela_aksum

Continuer la lecture de Henry Salt à Aksum (1805)

Compte-rendu de la journée d’études « Ex Oriente luxuria II » (Lyon – 1-2 décembre 2015)

Le compte-rendu de la deuxième journée d’études Ex oriente luxuria 2 – Première étude de cas : perles et écaille de tortue est disponible au téléchargement  sur le site des archives ouvertes HAL-SHS (cliquer ici).

Il comprend les résumés ou les textes de toutes les communications présentées, ainsi qu’un document introductif à la journée d’études.

Les communications seront publiées sous leur forme définitive dans la revue Topoi (Lyon).

La journée d’études Ex oriente luxuria III  (2017 – Paris) sera consacrée au poivre.

EOL 2 pge 1

 

Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve

Programme du séminaire de François Villeneuve 

Les séances ont lieu les mardis de 9 h. 30 à 13 h. 30, à l’Institut d’art et d’archéologie, 13 rue Michelet, Paris (75006),
salle 319 (ex-bibliothèque d’Orient)

8 mars  

  • L’archéologie en Arabie ; Hégra : présentation des recherches et fouilles (Fr. Villeneuve- Université de Paris I)

 

15 mars 

  • Adoulis, un port antique sur la côte africaine de la mer Rouge méridionale ;  la Corne de l’Afrique dans l’Antiquité ( Chiara Zazzaro- Université » L’Orientale », Naples).

Continuer la lecture de Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve