Le pays des Zendj

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Al-Mas’ûdî, Chaîne des chroniques (Reinaud, Relation des voyages faits par les Arabes et les Persans dans l’Inde et à la Chine dans le IXe siècle de l’ère chrétienne. Texte arabe imprimé en 1811 par les soins de feu Langlès, pub. avec de corrections et additions et accompagné d’une traduction française et d’éclaircissements par M. Reinaud , tome 1, Paris, 1845, p. 137-148)

 

Le pays des Zendj ; l’île de Socotra ; la mer de Colzom (mer Rouge) ; l’ambre et la perle

Le pays des Zendj est vaste. Les plantes qui y croissent, telles que le dorra, qui est la base de leur nourriture, la canne à sucre et les autres plantes, y sont d’une couleur noire. Les Zendj ont plusieurs rois en guerre les uns avec les autres; les rois ont à leur service des hommes connus sous le titre de almokhazzamonn (ceux qui ont la narine percée), parce qu’on leur a percé le nez. Un anneau a été passé dans leur narine, et à l’anneau sont attachées des chaînes. En temps de guerre, ces hommes marchent à la tête des combattants; il y a pour chacun d’eux quelqu’un qui prend le bout de la chaîne et qui la tire, en empêchant l’homme d’aller en avant. Des négociateurs s’entremettent auprès des deux partis ; si l’on s’accorde pour un arrangement, on se retire; sinon, la chaîne est roulée autour du cou du guerrier ; le guerrier est laissé à lui-même ; personne ne quitte sa place, tous se font tuer à leur poste. Les Arabes exercent un grand ascendant sur ce peuple; quand un homme de cette nation aperçoit un Arabe, il se prosterne devant lui et dit : « Voilà un homme du pays qui produit la datte ; » tant cette nation aime la datte, et tant les cœurs sont frappés.

Des discours religieux sont prononcés devant ce peuple; on ne trouverait chez aucune nation des prédicateurs aussi constants que le sont ceux de ce peuple dans sa langue. Dans ce pays, il y a des hommes, adonnés à la vie dévote, qui se couvrent de peaux de panthères ou de peaux de singes; ils ont un bâton à la main, et s’avancent vers les habitations; les habitants se réunissent aussitôt; le dévot reste quelquefois tout un jour jusqu’au soir, sur ses jambes, occupé à les prêcher et à les rappeler au souvenir de Dieu, qu’il soit exalté! Il leur expose le sort qui a été éprouvé par ceux de leur nation qui sont morts. On exporte de ce pays les panthères zendjyennes, dont la peau, mêlée de rouge et de blanc, est très grande et très large.

La même mer renferme l’île de Socothora, où pousse l’aloès socothorien. La situation de cette île est près du pays des Zendj et de celui des Arabes. La plupart de ses habitants sont chrétiens; cette circonstance vient de ce que, lorsque Alexandre fit la conquête de la Perse, il était en correspondance avec son maître, Aristote, et lui rendait compte des pays qu’il parcourait successivement. Aristote engagea Alexandre à soumettre une île nommée Socothora, qui produit le sabr, nom d’une drogue du premier ordre, sans laquelle un médicament ne pourrait pas être complet. Aristote conseilla de faire évacuer l’île par les indigènes, et d’y établir des Grecs, qui seraient chargés de la garder, et qui enverraient la drogue en Syrie, dans la Grèce et en Egypte. Alexandre fit évacuer l’île et y envoya une colonie de Grecs. En même temps, il ordonna aux gouverneurs de provinces, qui, depuis la mort de Darius, obéissaient à lui seul, de veiller à la garde de cette île. Les habitants se trouvèrent donc en sûreté, jusqu’à l’avènement du Messie. Les Grecs de l’île entendirent parler de Jésus, et, à l’exemple des Romains, ils embrassèrent la religion chrétienne. Les restes de ces Grecs se sont maintenus jusqu’aujourd’hui, bien que, dans l’île, il se soit conservé des hommes d’une autre race. Continuer la lecture de Le pays des Zendj

Publication : Yémen, terre d’archéologie, édité par G. Charloux et J. Schiettecatte

Il y a quarante-cinq ans, le Yémen est sorti d’une longue période de conflits et d’isolement. Dans le domaine culturel, cette renaissance s’est accompagnée d’un important volet archéologique, d’abord centré sur l’époque antique, celle de la civilisation sudarabique, puis rapidement étendu aux périodes préhistorique et islamique. Cet ouvrage retrace plus de quarante années de recherches archéologiques françaises, coordonnées à partir de 1982 par le Centre français d’Études yéménites, devenu le Centre français d’Archéologie et de Sciences sociales de Sanaa. Bien que brutalement stoppées par les conflits récents, les découvertes effectuées par les nombreuses équipes d’archéologues et d’historiens permettent de retracer les grandes étapes de l’évolution d’un pays légendaire, le pays de la reine de Saba. Cette terre a vu l’émergence de royaumes et de cités dont le développement fut le résultat d’une maîtrise avancée de l’agriculture irriguée et de l’accroissement du commerce caravanier puis maritime des résines aromatiques, des chevaux et du café. Par la monumentalité de son architecture, le raffinement de ses arts et la fascination qu’exercent ses inscriptions, la civilisation de l’Arabie du Sud apparaît désormais bien différente de l’image trompeuse d’une Arabie désertique parcourue par les seuls nomades.

Continuer la lecture de Publication : Yémen, terre d’archéologie, édité par G. Charloux et J. Schiettecatte

Henry Salt à Aksum (1805)

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Voyage en Abyssinie par Mr Salt, traduit de l’anglais et extrait des voyages de Lord Valentia, Paris et Genève, 1812, tome 1, p. 237-249

16 septembre [1805]
La première impression que me fit l’église d’Axoum fut de me rappeler les manoirs gothiques de la noblesse en Angleterre, avec lesquels elle a une ressemblance frappante. En nous approchant, nous passâmes devant les ruines d’un grand nombre d’obélisques renversés, dont quelques-uns n’offrent rien qui indique qu’autrefois ils aient été embellis d’aucun ornement de sculpture, et dont d’autres au contraire semblent avoir été fort soignés sous ce rapport. À la fin, après avoir passé un grand réservoir sur notre gauche, nous eûmes beaucoup de plaisir à voir un obélisque encore dressé sur sa base, que nous avait caché jusque-là le feuillage d’un grand darou. C’est sans aucun doute celui dont parle Poncet, et que Bruce a décrit et dessiné depuis. Il a environ quatre-vingts pieds de haut ; il est fait d’un seul bloc de granit, sculpté avec soin, et les proportions en sont très belles. Mon attention demeura longtemps fixée sur ce monument aussi beau qu’extraordinaire, dont le dessin, tel que l’a donné le dernier des deux voyageurs que je viens de citer, ne peut donner aucune idée. 1280px-Stelenpark_in_Axum_2010Il est difficile d’imaginer quels moyens durent être mis en œuvre pour dresser cette lourde masse de granit. L’étonnement, produit par un ouvrage de cette nature, est accru par le souvenir de l’état auquel l’Abyssinie se trouve réduite.

Un peu au dessous de cet obélisque, qui seul a bravé les injures du temps, et qui paraît si parfait qu’on le croirait élevé tout récemment, nous nous trouvâmes en face de l’église, que Bruce a mal à propos dépréciée. Si on la compare aux autres églises du Tigré, on trouve qu’il n’y en a aucune qui la vaille, pour la grandeur, la richesse et la sainteté, à l’exception de celle de Chélicut. Les prêtres eurent d’abord beaucoup de répugnance à nous en accorder l’entrée. Mais enfin le nom et l’autorité du Ras les y détermina. Nous sûmes ensuite que l’unique motif de leur résistance était qu’ils n’avaient pu préparer pour notre réception toutes les belles choses qu’ils possèdent. Ce qui frappe d’abord à l’extérieur, est la hauteur de l’église, qui ne peut être moindre de quarante pieds. La colonnade de la face est soutenue par quatre piliers massifs, de forme carrée et d’environ cinq pieds de côté, composés de petites pierres et recouverts de plâtre. Quand nous demandâmes à voir l’intérieur de l’édifice, la porte du fond s’ouvrit, et nous entendîmes chanter dans un appartement éloigné de nous ; ensuite quelques prêtres s’avancèrent en récitant des prières et brûlant de l’encens. Tous les livres, tous les trésors de l’église furent mis sous nos yeux. Les livres sont d’un très grand format, et couverts de dorures et de figures en relief. Quant aux trésors, ils ressemblent tellement à ceux de Chélicut, que ce n’est pas la peine de les décrire. J’appris par les livres, que la première église chrétienne fut fondée à Axoum, il y a onze cent quarante ans, à la même époque où fut fondée celle d’Abrahasuba ; et qu’elle fut détruite par Mahomet Cragné en 1526. L’église actuelle a été bâtie par le Sultan Ayto Fasil, fils d’Ayto Socinios, en 1657.Stela_aksum

Continuer la lecture de Henry Salt à Aksum (1805)

Compte-rendu de la journée d’études « Ex Oriente luxuria II » (Lyon – 1-2 décembre 2015)

Le compte-rendu de la deuxième journée d’études Ex oriente luxuria 2 – Première étude de cas : perles et écaille de tortue est disponible au téléchargement  sur le site des archives ouvertes HAL-SHS (cliquer ici).

Il comprend les résumés ou les textes de toutes les communications présentées, ainsi qu’un document introductif à la journée d’études.

Les communications seront publiées sous leur forme définitive dans la revue Topoi (Lyon).

La journée d’études Ex oriente luxuria III  (2017 – Paris) sera consacrée au poivre.

EOL 2 pge 1

 

Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve

Programme du séminaire de François Villeneuve 

Les séances ont lieu les mardis de 9 h. 30 à 13 h. 30, à l’Institut d’art et d’archéologie, 13 rue Michelet, Paris (75006),
salle 319 (ex-bibliothèque d’Orient)

8 mars  

  • L’archéologie en Arabie ; Hégra : présentation des recherches et fouilles (Fr. Villeneuve- Université de Paris I)

 

15 mars 

  • Adoulis, un port antique sur la côte africaine de la mer Rouge méridionale ;  la Corne de l’Afrique dans l’Antiquité ( Chiara Zazzaro- Université » L’Orientale », Naples).

Continuer la lecture de Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve

Sur la mer d’Abyssinie

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Al-Mas’ûdî (mort en 956), Les Prairies d’or, chapitre 10 (traduction Barbier de Meynard et Pavet de Courteille, tome 1, p. 230-239)

Renseignements généraux sur la mer d’Abyssinie ; opinions diverses sur son étendue, ses golfes et ses détroits

On a déterminé les dimensions de la mer de l’Inde, qui n’est autre que la mer d’Abyssinie : sa longueur, de l’ouest à l’est, c’est-à-dire de l’extrémité de l’Abyssinie aux limites de l’Inde et de la Chine, est de huit mille milles ; sa largeur diffère selon les localités, et elle varie entre deux mille sept cents milles et dix-neuf cents milles. On donne encore, relativement à l’étendue de cette mer, différentes évaluations que nous passerons sous silence, parce que, aux yeux des gens du métier, elles ne reposent sur aucune preuve satisfaisante. Quoi qu’il en soit, cette mer est la plus vaste du monde habité.

Elle forme sur les côtes d’Abyssinie un canal qui s’avance dans, la contrée de Berbera, portion du pays habité par les Zendjs et les Abyssins. Ce canal, connu sous le nom de Berberi, a cinq cents milles de longueur, et sa largeur, d’une rive à l’autre, est de cent milles. Il ne faut pas confondre ce territoire de Berbera avec le pays des Berbers, situé dans le pays nommé Ifriqiya, pays bien distinct de celui dont nous parlons, et qui n’a de commun avec lui que le nom. Les pilotes de l’Oman traversent ce canal pour gagner l’île de Kanbalou, située dans la mer de Zanguebar, et habitée par une population mélangée de musulmans et de Zendjs idolâtres. Ces mêmes marins de l’Oman prétendent que ce détroit de Berberi, qu’ils désignent par le nom de mer de Berbera et de pays de Djafouna, est d’une étendue plus grande que celle que nous venons d’indiquer ; ils ajoutent que ses vagues ressemblent à de hautes montagnes, et ils les nomment des vagues aveugles, sans doute parce que, après s’être enflées comme d’énormes montagnes, elles se creusent en forme de profondes vallées ; mais elles ne se brisent pas, et ne sont jamais couvertes d’écume, comme on le remarque dans les autres mers. Ils leur donnent aussi le nom de vagues folles. Les marins qui fréquentent ces parages sont des Arabes de l’Oman et de la tribu de Azd ; lorsqu’ils ont gagné le large, et qu’ils montent et descendent au gré de cette mer agitée, ils chantent en cadence le refrain suivant :

Berbera et Djafouna, que vos vagues sont folles !
Djafouna et Berbera, voilà leurs vagues. Continuer la lecture de Sur la mer d’Abyssinie

Discussions d’histoire économique: commerce à longue distance, biens de luxe, mondialisation

Deux rencontres autour des échanges à longue distance entre la Méditerranée et l’océan Indien

 

Autour de la consommation des produits de luxe à Rome: le cas des perles de l’océan Indien (Pierre Schneider, Université d’Artois / Hisoma -Maison de l’Orient et de la Méditerranée)

 

Les premières globalisations : autour de Ph. Norel, L’invention du marché. Une histoire économique de la mondialisation, Paris, Seuil, 2004 (http://www.seuil.com/livre-9782020410915.htm) – discussion animée par Pierre Schneider et Jérôme Maucourant.

 

Découverte d’une inscription bilingue à Mleiha (Sharjah – Emirats arabes unis)

Article du Times of Oman, en date du 31 janvier 2016

An archaeological team at Mleiha in Sharjah has discovered a tomb dating back to 216-215 BC, making it the oldest historical discovery that refers to Oman and also proves that the ancient Kingdom of Oman existed in the late 3rd century BC.

« The recovered treasure features inscriptions engraved on a huge grave consisting of an underground burial chamber measuring 5.2X5.2 square metres. The inscription, written in Aramaic and a southern Arabic language, states that the tomb was built by the son of a certain Amid, who was in the service of the king of Oman, » Dr Bruno Overlaet, Curator, Ancient Near East, Iran and Islam collections at Royal Museums of Art and History, Brussels, wrote in an email interview he gave to the Times of Oman.

« The local Abiel dynasty, known from its coins minted at Mleiha, can in all probability be associated with this title of « King of Oman ». Their kingdom was apparently centred around Mleiha and probably consisted of the territory of the UAE and the northern parts of Oman, » the curator added.

Continuer la lecture de Découverte d’une inscription bilingue à Mleiha (Sharjah – Emirats arabes unis)

Sur la côte occidentale de Socotra, en 1847

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Charles Guillain, Relation d’un voyage d’exploration à la côte orientale de l’Afrique, réalisé pendant les années 1846, 1847 et 1848 par le brick Le Ducouëdic, tome 1, p. 349-353

J’avais l’intention d’aller mouiller dans la baie de Galan’sié, située dans l’est de Ras Bedou, pour y prendre de l’eau. J’espérais aussi y trouver quelque bateau destiné pour la côte d’Afrique, et auquel je pourrais demander un pilote. Un instant, je crus même que mon espoir allait se réaliser plus tôt : un point blanc, de forme triangulaire et ressemblant à un bateau sous voiles, venait d’être signalé par la vigie ; plus il se dégageait des vapeurs qui couvraient en ce moment l’horizon, plus l’illusion augmentait ; mais notre erreur ne fut pas de longue durée : ce que nous avions pris pour une voile n’était autre chose que la roche Saboyna, qui nous restait alors dans l’ouest, à environ cinq milles. La coupe triangulaire de cet îlot, la couleur blanchâtre du calcaire dont il est formé, rendue plus éclatante par les reflets de lumière qui l’inondaient alors, ce qu’il y a d’étrange dans la saillie abrupte de cette aiguille rocheuse à une assez grande distance de terre, tout, en un mot, rendait possible une méprise. Après midi, nous louvoyâmes avec une brise fraîche et donnant de fortes rafales, pour doubler Ras Bedou et atteindre le mouillage de Galan’sié ; mais, à minuit, nous étions encore sous le vent de ce dernier. Nous continuâmes donc à louvoyer pour gagner dans l’est. (…)

Socotra_76

Continuer la lecture de Sur la côte occidentale de Socotra, en 1847