Sur la côte occidentale de Socotra, en 1847

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Charles Guillain, Relation d’un voyage d’exploration à la côte orientale de l’Afrique, réalisé pendant les années 1846, 1847 et 1848 par le brick Le Ducouëdic, tome 1, p. 349-353

J’avais l’intention d’aller mouiller dans la baie de Galan’sié, située dans l’est de Ras Bedou, pour y prendre de l’eau. J’espérais aussi y trouver quelque bateau destiné pour la côte d’Afrique, et auquel je pourrais demander un pilote. Un instant, je crus même que mon espoir allait se réaliser plus tôt : un point blanc, de forme triangulaire et ressemblant à un bateau sous voiles, venait d’être signalé par la vigie ; plus il se dégageait des vapeurs qui couvraient en ce moment l’horizon, plus l’illusion augmentait ; mais notre erreur ne fut pas de longue durée : ce que nous avions pris pour une voile n’était autre chose que la roche Saboyna, qui nous restait alors dans l’ouest, à environ cinq milles. La coupe triangulaire de cet îlot, la couleur blanchâtre du calcaire dont il est formé, rendue plus éclatante par les reflets de lumière qui l’inondaient alors, ce qu’il y a d’étrange dans la saillie abrupte de cette aiguille rocheuse à une assez grande distance de terre, tout, en un mot, rendait possible une méprise. Après midi, nous louvoyâmes avec une brise fraîche et donnant de fortes rafales, pour doubler Ras Bedou et atteindre le mouillage de Galan’sié ; mais, à minuit, nous étions encore sous le vent de ce dernier. Nous continuâmes donc à louvoyer pour gagner dans l’est. (…)

Socotra_76

Continuer la lecture de Sur la côte occidentale de Socotra, en 1847

Appel à communications – Semaine de l’Histoire 2016 à l’Université de la Réunion

Centre de Recherches sur les Sociétés de l’Océan Indien (CRESOI) -Section : Océan Indien Ancien (OIA)

logo-oia-95560
Semaine de l’Histoire 2016 : L’espace maritime de l’Océan Indien ancien

 

Les deux journées porteront sur le rapport à la mer dans l’océan Indien, des périodes les plus reculées au XVIe siècle inclus.

14 novembre : “Les échanges maritimes. L’océan utilisé”.
L’objet de cette première journée est de présenter les échanges sur le pourtour de l’océan Indien depuis les périodes les plus anciennes. Naturellement, les échanges au-delà de cet océan, avec le monde austronésien, la mer de Chine, la Méditerranée seront aussi au cœur de cette journée. La réflexion visera à apporter un regard multiple sur la réalité des échanges. Après la parution de la monumentale synthèse de Philippe Beaujard, l’objectif est de susciter de nouveaux travaux approfondissant nos connaissances sur cet océan comme centre d’activité et de commerce aux périodes anciennes. Les interventions pourront placer dans une perspective globale, insérant l’océan Indien dans un ensemble d’échange plus vaste. Mais nous souhaitons aussi promouvoir des études de cas, des approches locales afin de mettre en évidence la place concrète de l’océan dans la vie des sociétés qui le bordent. Les communications traiteront de la navigation, du commerce à l’échelle de l’océan ou à des échelles régionales. Continuer la lecture de Appel à communications – Semaine de l’Histoire 2016 à l’Université de la Réunion

F. de Romanis et M. Maiuro (éditeurs): Across the Ocean. Nine Essays on Indo-Mediterranean Trade

 

FDRIssu d’un colloque tenu à la Columbia University en 2011, cet ouvrage regroupe neuf contributions réparties en deux parties:

  • la première section est spécifiquement consacrée à l’Antiquité, et particulièrement aux produits et routes du commerce empruntant les chemins de la mer Rouge et du désert oriental égyptien.
  • la seconde section se place dans la perspective de la “longue durée” et de l’approche comparatiste.

Table des matières et aperçu

Le nouveau carnet de recherche Méditerranée / océan Indien

En 2010, Didier Marcotte créait, avec le soutien de l’Agence nationale de la recherche, le programme transversal “MeDIan : les sociétés méditerranéennes et l’océan Indien”. Le carnet de recherches qui lui était associé a accompagné, de 2010 à 2013, les travaux de tous les chercheurs réunis dans ce programme (archives conservées ici).

Dans le sillage de MeDIan, un axe de recherche consacré aux connexions reliant la Méditerranée antique et les mondes de l’océan Indien a pris place au sein du programme quinquennal (2016-2020) d’Hisoma, une unité de recherche de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée ( “De la Méditerranée à l’océan Indien”, un projet conduit par Pierre Schneider).

Ces deux programmes, aux centres d’intérêt convergents, se sont tout naturellement réunis dans ce carnet de recherches partagé.

Didier Marcotte – Pierre Schneider

Publication des actes du colloque MeDIan / ANR de Kolkata

CouverturePortsIndianOceanLes actes du colloque organisé dans le cadre de l’ANR à Kolkata en 2011 viennent de paraître. Le volume publié à Delhi par Primus Books (primus book) sous le titre Ports of the Ancient Indian Ocean (éds M.-Fr. Boussac, J.-Fr. Salles et J.-B. Yon) rassemble 24 contributions de spécialistes indiens et européens, sous quatre têtes de chapitre principales :
– From the Red Sea to India through Arabia and the Persian Gulf
– Ancient Ports and Maritime Contacts of India
– Related Areas: Sri Lanka, South-East Asia
– French Archives
Les sources archéologiques, les textes littéraires ou techniques, les inscriptions, les documents iconographiques sont utilisés pour mettre en lumière le rôle joué par les ports dans les échanges et les transferts  de connaissance entre l’Océan Indien et la Méditerranée.

Carsten Niebuhr dans la Tihama yéménite

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Carsten Niehbur (1733-1815), Voyage en Arabie et dans d’autres pays d’Orient, traduction française de 1780, volume 1, p. 288-293

Section 9: voyages dans les environs de Beit el Fakih
Chapitre 1 : voyage à Ghalefka

Pour profiter de la liberté dont nous jouissions à Beit el Fakih, je me proposai de faire seul quelques courses pour examiner les endroits ruinés aujourd’hui, mais célèbres autrefois, dont parle Abulfeda. J’espérais d’y découvrir quelques inscriptions, propres à montrer les variations survenues dans les mœurs et la langue de cette province : mon attente ne fut pas entièrement trompée.
Convaincu de la sûreté entière qui règne dans le Tehama, je résolus d’aller à Ghalefka et de faire ce voyage dans l’équipage le plus simple et le plus éloigné d’un air d’opulence qui eût pu tenter les brigands. Je louai un âne, dont le propriétaire qui suivait à pied me servait de domestique. Un turban, un surtout sans manches, une chemise, une culotte de toile, à la mode des Arabes et une paire de pantoufles composaient tout mon habillement.La coutume étant de voyager armé, je portais un sabre et deux pistolets à la ceinture. Un mauvais tapis était, en même temps, ma selle, ma chaise, ma table et mon matelas ; le linge dont les Arabes s’enveloppent les épaules pour se garantir du soleil et de la pluie me servait de couverture pendant la nuit. Depuis quelque temps, j’avais tâché de vivre à la manière des Arabes : ainsi, je pouvais me passer de beaucoup de commodités et me nourrir de mauvais pain, la seule chose que l’on trouve dans beaucoup d’auberges. Continuer la lecture de Carsten Niebuhr dans la Tihama yéménite

Ex oriente luxuria (2) – première étude de cas :perles et écailles de tortues

Programme détaillé: Ex oriente luxuria (2)

La première journée d’études (« Ex Oriente luxuria 1 ») s’était donné pour thème de réflexion l’objet de luxe en général. Notre objectif était d’éclaircir une notion destinée à se trouver constamment en arrière-plan des journées d’études suivantes. En effet, la plupart des produits « érythréens » – i. e. importés des contrées de l’océan Indien – sont presque automatiquement classés dans la catégorie « objet de luxe ». Or ce concept – ou cette catégorie – ne va pas de soi. Cette journée a été l’occasion de dresser l’état de la recherche académique sur ce sujet et de faire un premier état de la question. Ce faisant, nous avons voulu contribuer à replacer l’Antiquité au cœur des recherches sur le luxe et l’objet de luxe – un domaine bien exploré par nos collègues d’histoire moderne et contemporaine –.

Cette deuxième journée d’étude s’inscrit dans la continuité de la première, tout en prenant une autre orientation – qui sera aussi celles des suivantes – : nous passons aux études de cas, à savoir l’examen de certains objets et matières produits dans les mondes de l’océan Indien et consommés par les Méditerranéens. Ce faisant, ces études de cas mettent à l’épreuve les idées générales et, par induction, permettent d’affiner les concepts. Autrement dit, notre réflexion générale ne s’est pas arrêtée à la première journée, mais continue de se construire au moyen de ces corpus de documents spécifiques. Continuer la lecture de Ex oriente luxuria (2) – première étude de cas :perles et écailles de tortues

L’appel à chercheurs de la BnF 2015/2016 – date limite : 15 avril 2015

L’appel à chercheurs de la BnF est ouvert à tout type de sujet. Les candidats à l’appel à chercheurs peuvent donc proposer spontanément à la Bibliothèque des sujets de recherches dans leur discipline.

Afin d’éviter la dispersion des travaux, la Bibliothèque a défini toutefois deux larges axes de recherche :

– Axe 1 : étude et valorisation des collections

– Axe 2 : étude de l’histoire du livre et des bibliothèques

Dans le domaine de la cartographie, le sujet proposé concerne ‘Les cartes du fonds du Service Hydrographique de la Marine (XVIIe – XVIIIe siècle)’, qui couvre les côtes et îles du monde entier, océan indien inclus.

La date limite de candidature est fixée au : 15 avril 2015. L’appel à chercheurs de la BnF s’adresse à tous pour les chercheurs dits ‘invités’; il est restreint aux doctorants pour les ‘chercheurs associés’. La sélection des candidats est effectuée en collaboration avec le Conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France.

Conditions d’accueil8 bourses sont offertes

– Pour les ‘chercheurs associés’ : possibilité d’accéder à l’une des 3 bourses BnF-Pasteur Vallery Radot à partir de la deuxième année de recherche

– Musiciens chercheurs associés pour les interprètes élèves des conservatoires supérieurs de musique

– Chercheurs invités par un mécène :  Fondation Louis Roederer (10 000 euros sur une année pour une recherche sur la photographie), Mark Pigott (3 bourses de 10 000 euros sur une année pour une recherche en histoire, arts et histoire de l’art, innovation et technologies),  “Prix de la BnF” (8 000 euros sur une année, pour une recherche portant sur l’œuvre de Mona Ozouf, lauréat du prix de la BnF en 2014).

Comment répondre à l’appel à chercheurs ?

Les candidatures sont à adresser par courriel en deux étapes.

1ère étape : adresser votre dossier de candidature par courriel à l’adresse appelachercheurs@bnf.fr  avec les éléments suivants au format .pdf :

– Fiche de candidature complétée à télécharger sur le site bnf.fr ;

– Curriculum vitae et publications du candidat ;

– Présentation du sujet de recherche proposé (4 pages maximum)

– Projet de valorisation envisagé (2 pages maximum) pour les candidats à une bourse de recherche (Fondation Louis Roederer, Mark Pigott, Prix de la BnF)

L’objet du courriel devra indiquer : « Nom et prénom du candidat + candidature à l’Appel à chercheurs 2015-2016 ».

2ème étape : en complément, vous pouvez faire adresser par les personnalités qui vous recommandent (2 maximum) leur lettre de recommandation par courriel à l’adresse lettrechercheur@bnf.fr. L’objet du courriel devra indiquer : « Nom et prénom du candidat + lettre de soutien à l’appel à chercheur ».

En savoir plus :  http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX02/P2015000003_appel-a-chercheurs

Contacts mél : appelachercheurs@bnf.fr courrier : Bibliothèque nationale de France – ” Appel à chercheurs ” – Quai François Mauriac – 75706 Cedex 13 Paris

IIIe séminaire doctoral “Littératures techniques et tradition des textes scientifiques de l’Antiquité gréco-romaine”, Madrid, 20-24 avril 2015

Logo_SemDocANNONCE

Du 20 au 24 avril 2015, l’Université de Reims et la Casa de Velázquez à Madrid s’associeront pour la troisième édition du séminaire doctoral Littératures techniques et tradition des textes scientifiques de l’Antiquité gréco-romaine, organisé depuis 2012 en partenariat avec l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT, CNRS).

La formation est ouverte aux doctorants en lettres classiques, philologie et histoire ancienne, ainsi qu’aux étudiants de master2 qui se destinent à un doctorat dans ces disciplines. Elle conjuguera l’étude des textes et l’histoire des traditions savantes, avec un intérêt particulier pour les corpus, les projets d’édition et de commentaire en cours. Elle proposera un ensemble de leçons sur la géographie et la cartographie, l’astronomie et les encyclopédismes antiques, ainsi qu’en histoire des textes et papyrologie. Une journée d’étude internationale sera consacrée le mercredi 22 avril à « La géographie entre ciel et terre. Se situer et situer les lieux dans l’espace dans l’Antiquité gréco-romaine ».

Une visite est prévue à la Biblioteca de El Escorial le jeudi 23 avril. Enfin, deux ateliers permettront aux doctorants de présenter, en une vingtaine de minutes, leurs travaux de recherche et d’en discuter la méthode et les premiers résultats avec les encadrants.

ORGANISATION

Organisation scientifique : Université de Reims (responsable : Didier Marcotte, URCA, Institut universitaire de France ; contact : Benoît Roux, assistant ingénieur ; benoit.roux@univ-reims.fr);

Organisation logistique : Casa de Velázquez (responsable : Laurent Callegarin, directeur des études ; contact : Flora Lorente, secrétaire : secehehi@casadevelazquez.org).

CANDIDATURES ET MODALITÉS D’ACCUEIL

Il n’y a pas de frais d’inscription. Les candidatures, accompagnées d’une lettre de motivation et d’une proposition d’exposé pour les ateliers doctoraux, seront à déposer sur le site de la  Casa de Velázquez sur la  Plate-forme dédiée (bas de page) entre le 15 janvier et le 15 février 2015. Une réponse sera donnée aux candidats par mail pour le 20 février. La Casa de Velázquez accueillera les quatorze candidats retenus du 19 au 25 avril ; l’hébergement leur sera offert en chambre double, ainsi que le petit déjeuner, le déjeuner, et l’excursion à l’Escorial. Le transport et les dîners restent à la charge des étudiants.

PROGRAMME

CARTEL GRECO ROMAIN BD2Lundi 20 avril, Casa de Velázquez

9h30 – Accueil par Michel Bertrand, Directeur de la Casa de Velázquez,

10h00 – Anne Tihon (Université Catholique de Louvain), leçon inaugurale : Sur les traces d’Hipparque: le papyrus Fouad inv. 267A.

15h30 – Francesco Prontera (Università degli Studi di Perugia), Le Caucase Indien: d’Alexandre le Grand à Eratosthène.

18h00 – Tour de table des doctorants : présentation des participants.

Mardi 21 avril, Casa de Velázquez et Biblioteca Nacional de España

9h00-12h30 – Casa de Velázquez : atelier de doctorants

15h30 – Biblioteca Nacional : présentation du département des manuscrits et des collections

16h00 – Inmaculada Pérez Martín (Instituto de Lenguas y Culturas del Mediterráneo y Oriente Próximo, CCHS-CSIC, Madrid) : La réception du savoir géographique et ethnographique à Byzance pendant la période macédonienne

17h30 – Pascal Arnaud (Université Lumière Lyon 2, Institut universitaire de France) : Le Stadiasme de la grande mer: stratigraphie(s) d’une compilation périplographique.

CARTEL CIELO BD3Mercredi 22 avril, Casa de Velázquez

9h00 – Journée d’étude « La géographie entre ciel et terre. Se situer et situer les lieux dans l’espace dans l’Antiquité gréco-romaine », organisée par Arthur Haushalter (doctorant de l’Université de Reims, ancien membre de l’Ecole des Hautes Etudes hispaniques et ibériques).
Communications de Pascal Arnaud (Lyon 2), Francisco Beltrán Lloris (Zaragoza), Klaus Geus (FU Berlin), Francisco Javier Gómez Espelosín (Alcalá de Henares), Irene Pajón Leyra (CSIC), Francesco Prontera (Perugia), Anne Tihon (UCL), Arnaud Zucker (Nice).

Jeudi 23 avril, El Escorial

Excursion à l’Escorial, visite et séance de travail dans la bibliothèque sous la direction d’Inmaculada Pérez Martín et de Didier Marcotte.

Vendredi 24 avril, Casa de Velázquez

9h00 – Rosario Pintaudi (Università degli Studi di Messina) : Ricerca archeologica e recuperi di papiri da Antinoupolis

11h00 – Arnaud Zucker (Université de Nice) : L’encyclopédisme antique

15h00 – Atelier de doctorants

17h30 – Clôture du séminaire

PARTENARIAT

Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA) — Casa de Velázquez, École des Hautes Études hispaniques et ibériques — Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires (URCA, EA 3311) — École doctorale Sciences de l’Homme et de la Société (URCA, ED 462) – Institut de Recherche et d’Histoire des Textes – Institut universitaire de France.

TÉLÉCHARGEMENTS
| Programme du Séminaire
| Affiche du séminaire

LIENS UTILES
Plate-forme d’inscription au séminaire
Programmation 2015 de la Casa de Velázquez
Stage d’initiation aux-manuscrits grecs et orientaux de l’IRHT

Une association internationale pour l’étude de la géographie antique

Les 20 et 21 novembre 2014 a été créée à l’université d’Alcalá de Henares l’association internationale GAHIA, acronyme de “Geography and Historiography in Antiquity”, dont le but est de promouvoir les études de la géographie du monde antique et de fédérer sur ce thème les équipes de recherche et les institutions. À l’occasion de la séance fondatrice, un état des lieux des recherches en cours a été dressé et un ensemble d’initiatives prochaines a été défini, dont le détail est accessible en ligne : GAHIADossier informativo. L’association est actuellement présidée par Francisco González Ponce, professeur à l’université de Sevilla et spécialiste des périples antiques; le bureau directeur en est constitué par José María Candau Morón (Sevilla), Gonzalo Cruz Andreotti (Málaga), Francisco Gómez Espelosín (Alcalá), Jaime Alvar Ezquerra (Madrid), Virgilio Costa (Roma), Arthur Haushalter (Reims), Pierre Moret (Toulouse) et Roberto Nicolai (Roma).