Exposition à la BnF : L’âge d’or des cartes marines, jusqu’au 27 janvier 2013

27 janvier 2013
Par

 

L’âge d’or des cartes marines : quand l’Europe découvrait le monde

23 octobre 2012 - 27 janvier 2013

BnF - Site François-Mitterrand, Quai François-Mauriac, Paris XIIIe, Grande Galerie

En partenariat avec MeDIan

 La Bibliothèque nationale de France conserve la plus importante collection au monde de cartes marines enluminées sur parchemin. Ces documents, connus aussi sous le nom de “cartes portulans” (de l’italien « portolano », livre d’instructions nautiques), représentent la succession des ports et des havres le long des côtes, tandis que l’espace maritime est sillonné par des lignes géométriques (lignes de rhumb) qui correspondent aux directions de la boussole. Ce système graphique permettait aux marins de s’orienter en reportant sur la carte la distance qu’ils estimaient avoir parcourue. La plus ancienne carte marine occidentale parvenue jusqu’à nous est généralement datée de la fin du XIIIe siècle : c’est la « carte pisane », conservée au département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France. Ce genre cartographique spécifique s’est épanoui jusqu’au XVIIIe siècle.

Sous un angle inédit, l’exposition interroge la manière dont les Européens ont entrepris d’explorer et de se partager le monde, et de quelle façon les cartes portulans donnent une représentation des territoires et de leurs peuples entre le XIVe et le XVIIIe siècle. La construction européenne de l’image du monde a pris corps au gré des expéditions maritimes, mais aussi par une réflexion sur les sources de la connaissance géographique et par la rencontre avec d’autres civilisations. Dès le XIVe siècle, les cartes marines ont joué un rôle fondamental pour la maîtrise des espaces de la Méditerranée, comme dans la diffusion d’une iconographie des Nouveaux Mondes avec leurs peuples, leur faune, leur flore, leurs moeurs et leurs paysages. Innovation technique, en même temps qu’objet de science et miroir de la quête d’un ailleurs, réel ou fantasmé, les cartes marines anciennes s’imposent au regard contemporain comme de véritables oeuvres d’art. Leur caractère spectaculaire tient autant à leur taille, imposante, qu’à leur polychromie – elles sont souvent rehaussées d’or –, et à leur univers exotique.

La première partie de l’exposition traite de la matière même : l’apparition des cartes portulans, leurs techniques de fabrication, leurs usages et leurs utilisateurs. La deuxième analyse le sens politique des cartes, la manifestation de la concurrence des grandes puissances européennes.

La troisième partie est tout particulièrement consacrée à l’océan Indien et aux transferts de savoirs entre la Méditerranée et l’Asie. C’est là que l’on démontre combien la cartographie marine occidentale fut tributaire d’autres types de cartes et d’autres sources d’information géographique que les “découvertes” portugaises : les savoirs antiques et Ptolémée, les récits des voyageurs médiévaux, la géographie arabe. Les synthèses savantes élaborées au XVe siècle (par exemple la mappemonde de Fra Mauro ou le planisphère de Henricus Martellus, présentés dans l’exposition) furent ensuite complétées par les relevés des navigateurs à partir du XVIe siècle.

Enfin, la quatrième partie met en valeur cinq trésors cartographiques rarement présentés au public : l’Atlas Catalan (1375), le planisphère de Nicolas Caverio (1504), l’Atlas Miller (1519), la Cosmographie universelle de Guillaume Le Testu (1556), la carte de l’océan Pacifique par Hessel Gerritsz (1622).

 

Près de deux cents pièces majeures, dont quatre-vingts cartes portulans, mais aussi des globes, des instruments astronomiques, des objets d’art et d’ethnographie, des animaux naturalisés, des dessins, des estampes et des manuscrits structurent les quatre parties de l’exposition. Elles sont issues des collections dela BnF ou prêtées exceptionnellement par le musée du Quai Branly, le musée Guimet, le musée du Louvre, les Arts et métiers, le Service historique de la Défense, le Mobilier national ou le musée dela Marine, la British Library, des institutions italiennes et régionales.

Fruit d’une complexe opération de numérisation, l’ensemble des collections de cartes et atlas portulans conservés à la BnF sont d’ores et déjà accessibles en ligne dans Gallica, à l’adresse suivante :

http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&f_typedoc=cartes&q=Portulans

Commissariat

Jean-Yves Sarazin, directeur du département des Cartes et plans dela BnF

Catherine Hofmann, conservateur en chef des bibliothèques au département des Cartes et plans

Emmanuelle Vagnon, chargée de recherches au CNRS et à l’université Paris 1 pour le programme MeDIan.

Hélène Richard, inspecteur général des bibliothèques

Publications

- L’âge d’or des cartes marines. Quand l’Europe découvrait le monde

Catalogue de l’exposition sous la direction de Catherine Hofmann, d’Hélène Richard et d’Emmanuelle Vagnon

Editions de la BnF/ Editions du Seuil. Prix : 45 euros

- Les nouveaux mondes racontés par les cartes

Jean-Yves Sarazin. 170 x120 cm. 50 illustrations avec huit modules de cartes à déployer.

Coédition BnF / Gallimard découvertes Hors Série. Prix : 9,70 euros

- Nouveaux mondes

Jean-Yves Sarazin. 290 x250 cm. Existe également en version anglaise

Coédition BnF / Bibliothèque de l’image. Prix : 10 euros

Détails pratiques :

Ouvert du mardi au samedi 10h > 19h, dimanche 13h >19h, fermé lundi et jours fériés

Entrée : 7 euros, tarif réduit : 5 euros

Réservations FNAC au 0892 684 694 (0,34 euros TTC/mn) et sur www.fnac.com

Contacts presse

Claudine Hermabessière, chef du service de presse et des partenariats médias

01 53 79 41 18 – 06 82 56 66 17 – claudine.hermabessiere@bnf.fr

Isabelle Coilly, chargée de communication presse

01 53 79 40 11 – isabelle.coilly@bnf.fr


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Actualités de la recherche

Les commentaires sont fermés.

A propos de ce carnet

Ce carnet est la plate-forme de débat et l'outil de communication du programme MeDIan (ANR 09-SSOC-050-01). Celui-ci consiste à envisager l'océan Indien comme objet d'étude et de connaissance dans les sociétés méditerranéennes, de ses premières mentions dans les sources grecques sous le nom de mer Érythrée, jusqu'à la fin du XVIe s.

Carnets de recherche