Les ports des mers de l’Arabie et de la Perse du VIIe au XVIe siècle

Représentations idéalisées et réalités matérielles

(textes – images – archéologie)

Journées d’étude du programme APIM (Atlas des ports et itinéraires maritimes de l’Islam médiéval)

dans le cadre de l’ANR MEDIAN.

Dates : jeudi et vendredi 7-8 octobre 2010


Lieu : Paris, Bibliothèque nationale de France (site Richelieu) / CNRS, 27, rue Paul Bert, 94200 Ivry-sur-Seine

Organisées par :


Accès libre dans la limite des places disponibles.

Responsables : Monique Kervran, Michel Tuchscherer, Eric Vallet

Pour tout renseignement, contact : evallet@univ-paris1.fr

Problématique

De Qulzum à Sîrâf, d’Aylat à al-Ahsâ’, l’Arabie est entourée par un chapelet de sites portuaires qui ont joué un rôle essentiel dans son histoire. Longtemps considérés comme des espaces en marge, souvent décrits sous les traits d’une insularité fictive ou réelle, les ports de l’Arabie ont connu d’importantes transformations dans leur répartition, leur organisation spatiale et leurs relations avec leurs arrière-pays continentaux ou leurs « avant-pays » littoraux, depuis l’avènement de l’Islam jusqu’à l’établissement des hégémonies modernes, portugaises ou ottomanes. Reconstituer l’histoire de ces ports – telle est l’ambition du programme APIM – réclame un dialogue entre spécialistes des sources textuelles et des sources matérielles issues de l’archéologie. L’étude du fait portuaire se situe en effet au croisement de plusieurs perspectives historiques : celles de la longue durée, appuyée sur la permanence relative des structures de l’échange et de l’occupation des sols ; celles de l’éphémère, de l’événement, de la succession chronologique des faits politiques et militaires, dans des régions marquées par un fort éclatement des pouvoirs (tribus, cités, États). Rendu visible par les découvertes archéologiques de plus en plus nombreuses, le fait portuaire dans les mers de l’Arabie reste plus difficile à appréhender à partir des textes écrits en arabe, persan, latin ou portugais.

Sans prétendre à une couverture exhaustive de l’histoire de tous ces ports, cette journée d’étude visera à approfondir deux points en particulier, en s’appuyant sur les données rassemblées dans le cadre de la base APIM :

Nous nous intéresserons tout d’abord à l’évolution de la représentation de ces ports dans les sources écrites, en particulier dans les schémas, dessins, gravures, qui émergent à compter du xiiie siècle, avant de se multiplier au xvie siècle. L’évolution de la représentation des ports dans la cartographie sera évaluée en parallèle. Comment expliquer cette efflorescence des représentations figurées des ports des mers de l’Arabie, de la mer Rouge au Golfe Arabo-Persique ? Cela traduit-il une simple évolution du regard ? une appréhension nouvelle du fait portuaire ?

Les différentes communications auront pour but, d’une part, de proposer un panorama le plus vaste possible de ces représentations iconographiques du viie au xvie siècle, de cerner les contours des corpus et d’envisager les problèmes que pose spécifiquement leur étude. D’autre part, elles proposeront des pistes d’analyse afin de mieux comprendre les enjeux de cette « mise en image » des sites littoraux (rapport entre texte et iconographie ; critères de choix des ports représentés, de sélection des éléments naturels ou bâtis décrits ; dimensions politiques et militaires des documents ; usages, réception et diffusion).

Durant la période considérée, seuls quelques ports ont les honneurs de la représentation iconographique. Ce sont en même temps souvent les sites côtiers les plus importants, à la tête de réseaux transrégionaux à la fois politiques et économiques établis sur la longue durée, sans être pour autant immuables. Dans la région du Golfe et de la mer d’Oman, sept ports se distinguent en particulier entre le viie et le xvie siècle : Baṣra, Sīrāf, Qays, Ṣuḥār, Hurmūz, Qalhāt et Mascate. Nous chercherons à mieux comprendre quels furent les fondements de ces hégémonies portuaires successives ou concurrentes. Les ports les plus éminents du Golfe et de la mer d’Oman présentent-ils des caractères identiques d’un bout à l’autre de la période (morphologie urbaine et gestion des espaces littoraux ; activités économiques, artisanales et navales ; rapports entre pouvoir politique et monde marchand) ? Les ressorts de leur domination sont-ils similaires ?

Pour chacun de ces ports, historiens des textes et archéologues seront invités à confronter, dans un esprit de synthèse, leurs données respectives. Ils accorderont une attention particulière à la façon dont le rôle central de ces ports se manifeste dans les sources disponibles, non sans des décalages fréquents entre les représentations idéalisées des textes et les données plus prosaïques des vestiges matériels.

Programme

Jeudi 7 octobre 2010

Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, Salle des commissions

14h Accueil et présentation, Françoise Micheau (Paris 1 / Laboratoire Islam médiéval) et Jean-Yves Sarazin (BNF, Cabinet des cartes et plans)

Premier atelier. L’iconographie portuaire : formation et évolution

1. Iconographie arabe et iconographie latine

14h15 Eric Vallet (Paris 1 / Laboratoire Islam médiéval), Du texte à l’image : les premières représentations figurées des ports de l’Arabie.

14h45 Jean-Charles Ducène (Université libre de Bruxelles), La représentation des ports des mers d’Arabie dans la cartographie arabe médiévale.

15h15 Emmanuelle Vagnon (Laboratoire Islam médiéval / Bibliothèque nationale de France), Les ports d’Arabie et de Perse dans les cartes occidentales, xiiie-xve siècle.

15h45 Discussion

16h Pause

2. Iconographie portugaise

16h15 Dejanirah Couto (EPHE), L’évolution du port de Masqat dans les sources iconographiques portugaises (xvie-xviie siècles)

16h45 Rui Loureiro (Lisbonne), Portas do Estreito. Iconographie portugaise des ports de la mer Rouge et du golfe d’Aden au xvie siècle

17h15 Zoltán Biedermann (Birkbeck University of London), Le littoral de l’Arabie méridionale dans les cartes portugaises du xvie siècle

17h45 Discussion

18h15 Conclusion du premier atelier, Didier Marcotte (Université de Reims, coordinateur du projet MEDIAN)

Vendredi 8 octobre 2010

CNRS, 27, rue Paul Bert, 94200 Ivry-sur-Seine

9h Accueil

Second atelier. Les grands ports du Golfe à la période islamique : nouvelles données textuelles et archéologiques

9h30 Hélène Renel et équipe APIM (Laboratoire Islam médiéval), Les ports du Golfe dans la base APIM, bilan et perspectives

Discussion

10h15 Pause

1. Grands ports des premiers siècles de l’Islam

10h30 Alastair Northedge (Paris 1 / Laboratoire Islam médiéval), Al-Bara, ville et port aux premiers siècle de l’Islam

11h00 Moez Dridi (Laboratoire Islam médiéval), Anciens établissements de tribus arabes sur la côte iranienne: relais et réseau tribal entre les deux rives du Golfe

11h30 Monique Kervran (Laboratoire Islam médiéval), Les premières étapes du commerce de Suhar vers l’Inde et la Chine

12h Discussion

12h30 Déjeuner

2. De Siraf à Qays, naissance d’une cité-Etat

14h Seth Priestman (British Museum), Bushehr and Siraf: The Transformation of the Maritime Trade Network in the Middle Persian Gulf

14h30 Valeria Fiorani Piacentini (Università del Sacre Cuore, Milano), Qays and the Seljuqs

15h Discussion

15h30 Pause

3. Qalhāt, un port-capitale de l’Oman ?

15h45 Axelle Rougeulle (Laboratoire Islam médiéval), Recherches archéologiques récentes à Qalhāt

16h15 Abdulrahman al-Salimi (Ministère des Waqfs, Sultanat d’Oman), Medieval Qalhāt in Arabic Sources

16h45 Discussion

17h15 Conclusion et synthèse


Eric Vallet

Maitre de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

More Posts