Archives par mot-clé : Inde

Fragments arabes et persans relatifs à l’Inde

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Fragments arabes et persans relatifs à l’Inde, recueillis par M. Reinaud. Journal asiatique : ou recueil de mémoires, d’extraits et de notices relatifs à l’histoire, à la philosophie, aux sciences, à la littérature et aux langues des peuples orientaux, publié par la Société asiatique (juillet 1844) p.237-268.

Qu’on se représente la partie habitée du monde comme étant située dans l’hémisphère septentrional, et comme occupant la moitié de cet hémisphère : la portion de la terre qui est habitée forme alors un des quatre quarts de la terre. Cette portion est entourée par une mer qui, à ses deux extrémités occidentale et orientale, a reçu le nom de mer Environnante. Les Grecs ont donné le nom d’Océan à la partie qui est située du côté de l’occident et qui touche à leur pays. La mer sépare la partie de la terre qui est habitée, des terres qui se trouvent peut-être de l’un et de l’autre côté, au-delà de la mer, que ces terres, qui sont entourées d’eaux, soient habitées ou ne le soient pas. On ne navigue pas sur cette mer à cause de l’obscurité de l’air, de l’épaisseur de l’eau, de la confusion des routes, et à cause des nombreuses chances qui existent de s’égarer, sans compter le peu d’avantages qu’on retirerait d’un voyage aussi lointain. Voilà pourquoi les anciens érigèrent dans cette mer et sur ses côtes des signes qui avertissaient de ne pas s’y aventurer Du côté du nord, la terre est inhabitable à cause du froid, excepté en quelques endroits où s’introduisent les navires, et qui sont disposés en forme de golfe. Quant au côté du midi, la portion habitée du monde se termine aux bords de la mer qui touche aux deux côtés de la mer Environnante. Cette mer est traversée par les navires, et les parties de la terre qui la bornent sont habitées. Cette mer est entièrement couverte d’îles grandes et petites. La mer et le continent se disputent respectivement la place, et empiètent l’un sur l’autre. Du côté de l’occident, le continent s’avance dans la mer, et ses côtes se prolongent au midi. C’est dans ces régions, qui s’étendent en plaines, que se trouvent les peuples noirs de l’ouest qui nous fournissent des eunuques, ainsi que les montagnes de Comr, où sont les sources du Nil. Les côtes et les îles-voisines sont occupées par les peuples de race Zendj ; la mer forme, du même côté, des golfes qui s’avancent dans les terres : tels sont le canal de Barbora, le canal de Colzoum (la mer Rouge), et le canal de Farès (golfe Persique). Le continent s’étend plus ou moins vers la mer, dans l’espace qui sépare ces canaux. Dans la partie orientale de la mer du Midi (c’est la mer qui s’avance dans les terres, dans la direction du nord, de la même manière qu’auparavant la terre s’avançait dans la mer, du côté du midi), la mer forme en plusieurs endroits des golfes et des baies. La mer du Midi reçoit différentes dénominations ; le plus souvent ces dénominations sont empruntées aux îles que la mer baigne ou aux terres qui se trouvent en face. Pour nous, nous n’avons à parler que de la partie de la mer du Midi qui borne la terre de l’Inde, et qui, en conséquence, a été appelée mer des Indiens.

Maintenant, il faut admettre, dans la partie du monde qui est habitée, des montagnes escarpées et contiguës les unes aux autres, de manière à former, pour ainsi dire, les vertèbres de la terre. Ces montagnes s’étendent au milieu de la terre, dans le sens de sa longueur, et de l’est à l’ouest. Elles traversent successivement la Chine, le Tibet, le pays des Turks, le Kaboul, le Badakhschan, le Thokharestan, le Bamyan, le Gour, le Khorassan, le Djebal, l’Aderbaydjan, l’Arménie, le pays de Roum, le pays des Francs et celui des Galiciens. Ces montagnes offrent, dans leur prolongement, des faces variées, des intervalles libres et des déviations qui renferment des plaines. Une partie est habitée. De l’un et de l’autre côté de cette chaîne, coulent des rivières.

Continuer la lecture de Fragments arabes et persans relatifs à l’Inde

Séminaire : Christine Gadrat. Deux voyageurs latins dans l’océan Indien, Jordan Catala et Jean de Marignolli

Séminaire Les mondes de l’océan Indien. Résumé de la séance du 3 mars 2011. C. Gadrat est archiviste-paléographe (diplômée de l’Ecole des Chartes), ingénieur de recherche au CNRS (LAMM à Aix-en-Provence).  Contact : gadrat@mmsh.univ-aix.fr. Elle vient de soutenir une thèse sur la diffusion et la réception de Marco Polo. Elle a publié notamment les œuvres du dominicain Jordan Catala et du franciscain Giovanni de’ Marignolli, dont elle nous présente les parcours et les témoignages.

Jordan Catala, originaire de Sévérac-le-Château dans l’Aveyron, se trouve à Tabriz en 1320 après avoir parcouru l’Arménie et la Perse. Il prend part à une mission vers l’Orient avec plusieurs frères franciscains. Alors que ses compagnons subissent le martyre à Thana, près de Bombay en 1321, Jordan Catala parvient à poursuivre sa mission. Il se fixe au sud de l’Inde et fait construire une église à Quilon. De retour en 1329-1330 à Avignon, il y rédige les Mirabilia descripta, une description ordonnée de l’Orient plus qu’un récit de son voyage. Le pape le nomme alors évêque de Quilon et lui fournit des lettres de recommandation pour repartir en Orient, où l’on perd sa trace.

 Giovanni de’ Margnolli, franciscain entré au couvent de Santa-Croce de Florence, part pour l’Orient en 1338. Il participe en effet à une mission, demandée par le pape Benoît XII, en réponse à une délégation émanant du Grand Khan et du peuple des Alains, venue annoncer la mort de Jean de Montecorvino, archevêque de Khanbaliq (Pékin). Au cours de son voyage, Giovanni de’ Margnolli passe quatorze mois à Quilon et séjourne à Ceylan. Certains éléments de cette expérience indienne sont insérés dans une vaste chronique universelle (la Chronique de Bohême), écrite dans les années 1350 pour le roi Charles IV de Bohême, dont il est devenu le chapelain. La structure de son témoignage est donc particulièrement originale, puisque ses souvenirs sont présentés comme des commentaires de la Bible, et en particulier de la Genèse.

 La comparaison des œuvres permet de dégager les conceptions géographiques des deux auteurs. L’Orient est divisé en « trois Indes », dont les limites varient d’un texte à l’autre. La « troisième Inde » correspond pour la première fois chez Jordan Catala à la côte orientale de l’Afrique, qu’il semble concevoir comme une terre se prolongeant vers l’Orient au sud de l’océan Indien. Son image mentale de l’Asie est conforme à la mappemonde de Pietro Vesconte, visible lors de son séjour à Avignon en 1329. La description du paradis terrestre (considéré comme un endroit réel) par les deux voyageurs, reflète les discussions universitaires de l’époque sur le climat tempéré des régions équatoriales. Enfin, Jordan Catala s’intéresse tout particulièrement à la faune et à la flore, et insiste beaucoup sur les couleurs. Il diffère en cela de Marco Polo, qui décrit une géographie essentiellement urbaine. Giovanni de’ Marignolli évoque davantage les villes et l’artisanat, et prête une grande attention aux coutumes religieuses des peuples de l’Inde. A Ceylan, il admire la pureté des moines, et décrit même une statue de Bouddha.

 Il ressort de ces deux témoignages (contrairement à celui d’Odoric de Pordenone, par exemple), une image très positive, admirative, de l’Inde et de ses merveilles.   

 Bibliographie :

 Thèse : « Traduction, diffusion et réception du livre de Marco Polo », sous la direction de Patrick Gautier Dalché, EPHE, IVe section, 2010.

Jordan Catala : Une image de l’Orient au XIVe siècle : les Mirabilia descripta de Jordan Catala de Sévérac, Paris, Coll. « Mémoires et documents de l’École des Chartes », 2005.

Giovanni de’ Marignolli : Jean de Marignolli, Au jardin d’Eden, traduit du latin, présenté et annoté par Christine Gadrat, Toulouse, Anacharsis, 2009.

Séminaire : Antonio García Espada (Madrid), Fourteenth-century Latin fascination for the real Indies and its inherent contradiction.

Séminaire Les Mondes de l’océan Indien, résumé de la séance du jeudi 13 janvier 2011.

Antonio García Espada est docteur en histoire médiévale de l’Institut Universitaire Européen de Florence ; il a été visiting scholar à l’université de Columbia à New York et à l’université Jawaharlal Nehru de New Delhi. Il est l’auteur de Marco Polo y la Cruzada. Historia de la literatura de viajes a las Indias en el siglo XIV, Madrid 2009.

Contact : http://www.medievaltraveler.blogspot.com

 Les témoignages d’auteurs latins en Inde à la fin du XIIIe siècle et dans la première moitié du XIVe siècle : Marco Polo, Jean de Montecorvino, Giovanni de Marignolli, Odoric de Pordenone, Guillaume Adam, reflètent un flux sans doute bien plus important de voyageurs et de marchands latins qui ont parcouru l’Océan Indien à cette époque. Ces expéditions vers un Orient lointain et largement inconnu jusque là, sont à mettre en rapport avec la perte définitive  de la Terre Sainte en 1291, et les projets de croisade qui ont suivi la chute d’Acre. La volonté de trouver d’autres communautés chrétiennes (même schismatiques) au-delà du Dar al-islam, la nécessité stratégique d’obtenir des renseignements fiables sur ces pays lointains et leurs populations, ont stimulé l’envoi de missions d’évangélisation. Celles-ci furent conduites le plus souvent par des frères des Ordres Mendiants – et l’on peut souligner que certains d’entre eux, comme les Franciscains installés à Tabriz- étaient eux-mêmes des dissidents, en difficulté avec la doctrine de leur ordre. Certains trouvèrent en Inde le martyre, comme les compagnons de Jordan Catala de Sévérac à Thana.

Par ailleurs, la teneur des témoignages de ces voyageurs latins est en rupture avec la tradition antérieure des merveilles de l’Inde, inspirée des auteurs antiques et largement allégorique. Tout en cherchant à plaire à un public occidental qu’il s’agissait de convaincre, les descriptions de l’Inde du XIVe siècle décrivent un espace géopolitique concret, un monde où la diplomatie et les contacts commerciaux peuvent se déployer.

Pour finir cet exposé, Antonio García Espada montre, images à l’appui, combien certaines descriptions extraites de Marco Polo et d’autres voyageurs médiévaux reflètent des réalités dont on peu encore trouver les traces dans l’Inde d’aujourd’hui : les rites et les fêtes, le rapport au corps, la spiritualité, les couleurs.

Nouvelle publication : La Perse et l’Inde racontées par un Grec

Stefano Micunco (ed.), Ctesia. Storia della Persia. L’India, (Fozio, Bibliotheca, 72), con la traduzione inedita di J.B. Constantin, Editrice Antenore, Roma-Padova, 2010.

PhotiosLa Biblioteca di Fozio I detto il Grande (IX sec.), due volte patriarca di Costantinopoli, filologo ed esegeta, è stato il veicolo fondamentale per conoscere molte opere greche, dall’antichità classica al periodo contemporaneo dell’autore, altrimenti perdute. Tra queste vi sono gli scritti di Ctesia di Cnido, medico e storico greco del V-IV sec a.C., che ebbe modo di redigere 23 libri di Storia della Persia ed un libro relativo all’India, avendo a supporto i documenti e le tradizioni a cuicopertina poté accedere durante il suo lungo soggiorno alla corte achemenide.

La prima traduzione in lingua moderna completa della Biblioteca fu realizzata dal poligrafo francese Jean-Baptiste Constantin (1771-1855 ca.); nonostante non sia mai stata data alle stampe, essa sembra essere stata di ispirazione per le moderne interpretazioni dell’antologia di Fozio. Questa edizione del capitolo 72 della Biblioteca presenta la traduzione francese inedita di Constantin con testo greco a fronte, un ricco apparato di note e un’ampia introduzione in cui vengono precisate le vicissitudini dei manoscritti di Constantin.