Voyages de M. Henri Lambert, assassiné près des îles Moussah (Afrique) le 4 juin 1859 (1855-1859)

« Voyages de M. Henri Lambert, assassiné près des îles Moussah (Afrique) le 4 juin 1859 (1855-1859) »

Le Tour du monde (nouveau journal des voyages), volume 6, 1862, p. 66-75 (extraits)

Le 17 septembre 1855, je quittai Port-Louis et l’île Maurice à bord de la barque française Bayadère. Mon frère, Joseph Lambert, un des plus riches planteurs de la colonie mauritienne, m’envoyait à Aden. Il avait formé le projet, avec son associé M. Menon, d’établir une ligne de bateaux à vapeur entre Maurice, la Réunion (île Bourbon) et Aden. De cette façon les créoles allant en Europe éviteraient la voie du Cap en venant s’embarquer, au moyen de nouveaux vapeurs, sur les steamers anglais de l’Inde touchant à Aden. Le voyage pour rentrer en France ne durerait plus que vingt-cinq jours au lieu de quatre mois. Mon frère voulait aussi établir un commerce d’échange avec les ports de l’Yémen et de l’Hedjaz, sur la rive arabique, et ceux de Nubie, d’Abyssinie et de la côte de Somal, sur la rive africaine. Ces riches contrées qui produisent le café, l’ivoire et les aromates, abondent aussi en bétail ; enfin l’immigration libre de leurs habitants vers les colonies de Maurice et Bourbon devait amener dans ces deux îles un grand nombre de bras pour le travail des plantations. Je compris toute l’importance des projets de mon frère, et dès le lendemain de mon départ de Maurice, touchant à peine à Bourbon, je faisais route pour l’Arabie. Je passai, le 1er octobre, par le travers de l’île de Socotora, et le 9 je mouillai sur rade d’Aden, dans le port nord-ouest, que les Anglais ont décoré du nom de Steamer-point, depuis que leurs vapeurs y touchent. Je louai à Aden un bateau arabe pour me conduire sur la côte d’Afrique. Ces bateaux sont fort petits, non pontés et naviguent sans boussole ; le mien ne jaugeait que quinze tonneaux. Je partis le 13 au soir, quatre jours après mon arrivée.

Zeyla. — Dessin de A. de Bar d’après une vue de côte anglaise

Le 15, nous nous trouvâmes égarés. Une discussion eut lieu pour savoir si Zeyla, où nous nous dirigions, se trouvait au nord ou au sud. La majorité opina pour le nord, et elle eut raison, ce qui n’arrive pas toujours aux majorités. Ayant rencontré des pêcheurs de perles, nous prîmes parmi eux un pilote, et le 16 nous jetâmes l’ancre devant Zeyla. Mon premier soin, en débarquant, fut d’aller faire une visite au gouverneur du pays. Cette espèce de commandant de place est sous les ordres du pacha turc d’Hodeidah, auquel il paye un impôt annuel ; il se rembourse sur les revenus de la douane dont le pacha lui laisse la ferme. Les tribus du pays ne reconnaissent pas son autorité et obéissent à leurs chefs respectifs. La population de Zeyla est d’environ 2 000 âmes, mélange de Somaulis, d’Arabes et d’Indiens. Ces derniers sont des Banians faisant presque tous le commerce. Le voyageur qui descend à Zeyla doit toujours se tenir armé, ne jamais sortir le soir et se garder bien de franchir, même de jour, les portes de la ville, à moins d’être accompagné par un détachement. Dans la campagne et le long de la côte, jusqu’au delà de Tadjoura, rôdent des tribus errantes de Bédouins Essas, qui vivent de pillage et massacrent les voyageurs sans pitié.

Vue de Tadjoura. — Dessin de A. de Bar d’après Hochet d’Héricourt.

Après une journée passée à Zeyla, je fis voile pour Tadjoura, distant de 45 milles nord-ouest. Le village est d’un aspect misérable et peut compter 3 000 habitants : ils sont d’un naturel paisible et se livrent au commerce. Le chef de Tadjoura, le vieux Mohamed-Mohamed, est indépendant du pacha d’Hodeidah. C’est un vieillard avare, fin et rusé, qui se prétend descendant du Prophète dont il a pris deux fois le nom. Il n’est guère ami des Turcs, et n’a pas non plus pour les Anglais une bien vive affection. Il aime mieux les Français, et me demandait très-naïvement si la France ne possédait qu’un navire, car depuis le naufrage de la corvette de guerre Caïman sur la côte de Zeyla, en 1854, aucun bâtiment français n’était reparu dans ces mers ; cependant le commandant Cormier était un homme que tout le monde aimait. Je répondis à la question saugrenue de Mohamed, que la France avait bien en ce moment autre chose à faire que d’envoyer des navires à Tadjoura, car ils étaient tous engagés dans la guerre contre la Russie. Ma réponse parut satisfaire le bonhomme, et il changea de conversation. Le 20 octobre, je dis adieu au vieux shériff (je lui donne le titre auquel il a droit en sa qualité de descendant du Prophète), et j’appareillai pour Moka, où je jetai l’ancre le lendemain. Continuer la lecture de Voyages de M. Henri Lambert, assassiné près des îles Moussah (Afrique) le 4 juin 1859 (1855-1859)

Colloque « circulations animales »- rome, février 2020

Le réseau interdisciplinaire « Animed » développe depuis de nombreuses années des recherches archéo-historiques sur l’animal dans les sociétés méditerranéennes antiques (nombreuses informations disponibles en accédant au carnet de recherche Hypothèses du groupe de recherches).

Du 20 au 22 février 2020 s’est tenu à Rome un colloque organisé par Christophe Chandezon, Bruno d’Andrea et Armelle Gardeisen (le deuxième d’une série de trois).

Les organisateurs avaient proposé les questionnements suivants :  comment les animaux participent-ils aux phénomènes de contacts ?
Comment passent-ils d’une région à une autre ? Comment un animal venu de l’extérieur s’intègre-t-il dans un système de représentation, donc dans un bestiaire ? Comment les hommes l’exploitent-ils ? Quelle place trouve-t-il dans les processus économiques et sociaux ? Dans les systèmes religieux ? Cet « extérieur » recouvre en particulier l’Orient lointain.

 

Plusieurs interventions concernaient les contacts Méditerranée – Océan Indien.

  1. L’introduction et la diffusion de la poule en Méditerranée (Jacopo De Grossi Mazzorin, Claudia Minniti et Chiara Corbino : « Introduzione e diffusione del pollo in Italia » ; Kevin Bouchité, Silvia Albizuri et Armelle Gardeisen : « Introduction et statut des poules en Méditerranée nord-occidentale »).
  2. L’introduction du paon en Méditerranée  (Jean Trinquier, « Le paon à la conquête de l’Ouest : chronologie et modalités de l’acclimatation du paon bleu (Pavo cristatus) dans le bassin méditerranéen »).
  3. L’introduction du tigre (Pierre Schneider, « ‘Il ajoute que les animaux que nous appelons tigres sont des chacals’ (Arrien, Ind., 15.4). L’ acclimatation « intellectuelle » du tigre dans le monde méditerranéen »).

Ces communications ont été mises en ligne par les organisateurs.

 

4e rencontre « ex oriente luxuria » : l’ivoire d’elephant

La 4e rencontre « Ex Oriente luxuria » se déroulera à Lille les 15 et 16 septembre, autour du sujet suivant:

L’ivoire d’éléphant (Méditerranée antique ; mondes médiévaux et modernes) : état de la recherche et perspectives nouvelles

Cette conférence bénéficie du soutien de la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société de Lille.

 

Pour télécharger l’appel à communications, cliquer ici

 

 

 

The 4th « Ex Oriente luxuria » conference will be held on 15-16 September in Lille on the topic:

The elephant ivory (ancient Mediterranean societies; medieval and modern worlds): state of research and new perspectives

This conference is supported by the Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (Lille).

 

To download the CfP, click here

 

parution du dossier « perle-ecaille » dans la revue topoi orient-occident

Les 1er et 2 décembre 2015 se tenait à Lyon la deuxième édition du cycle de conférences Ex oriente luxuria. La rencontre avait pour thème d’étude deux produits précieux venus de l’océan Indien : la perle et l’écaille de tortue.

La revue TOΠOI Orient-Occident vient de publier une partie des contributions dans sa dernière livraison (site de la revue)

Voir le sommaire ci-dessous

 

The second Ex oriente luxuria conference was held in Lyon on December 1-2, 2015. Two luxury materials imported from the Indian Ocean, pearls and tortoise shell, were the subject of the meeting.

Several contributions have been published in the latest issue of the TOΠOI Orient-Occident journal (click to go to the website)

See below for more details.

Dossier « Perles et écaille » (éd. P. Schneider)

  • P. Schneider , « Introduction » –  11-13
  • J. Trinquier , « De la tortue marine à l’écaille : un matériau ‘indien’
    du luxe romain » – 15-124
  • F. Gury , « Les perles, passion virile, parure des tyrans » – 125-149
  • P. Descotes , « Amour du luxe et amour de Dieu : la perle chez les auteurs latins chrétiens » – 151-162
  • N. Coquery , « L’objet de luxe dans l’Europe moderne : définitions,
    appropriation, diffusion » – 163-179

Conférences en ligne

En attendant la publication prochaine de la monographie sur le poivre issue du colloque Ex oriente luxuria 3 ( « Le poivre, de l’Antiquité à l’époque moderne: un luxe populaire ? » – 24-25 novembre 2017), un certain nombre d’interventions, hébergées par L’Ecole normale supérieure de Paris, sont accessibles en ligne.

Vladimir Dabrowski

Le poivre dans tous ses états

Grant Parker

Conclusions

Jean Ribeyro : histoire de ceylan (1)

Histoire de Ceylan, écrite par le capitaine Jean Ribeyro et présentée au roi de Portugal en 1685, traduite du portugais en français, Paris, 1701

Chapitre 3 : les richesses de Ceylan

Le roi de Cotta permit aux Portugais de s’établir en l’île de Ceylan. J’ai déjà dit que ce roi prenait la qualité d’empereur et qu’il était considéré et respecté comme tel par tous les rois de cette île. C’est particulièrement dans son pays que croît la cannelle. Il y en a une forêt de 12 lieues entre Chilaon et la pagode de Tenevaré; et ces forêts sont si épaisses qu’un homme ne saurait y entrer. La feuille du cannelier approche de beaucoup celle du laurier; elle ne tombe jamais quoiqu’il pleuve souvent en ce pays. Si on la rompt entre les doigts, elle rend une odeur très agréable et en même temps très forte. Cet arbre n’est pas grand et le plus haut n’a pas plus de deux brasses; il porte son fruit deux fois l’année et ce fruit ressemble à celui que donne le laurier. La chaleur du climat et l’humidité de la terre le font germer presqu’aussitôt qu’il tombe à terre.; et ces arbres croissent si vite et si facilement qu’il y a une loi qui oblige les habitants à battre les chemins et à les nettoyer; et s’ils étaient une année sans le faire on y verrait un bois si épais qu’on en pourrait plus passer: quelque soin même que l’on prenne d’entretenir les chemins, ils sont si étroits que deux hommes ne peuvent marcher de front. Ainsi de sont ces défilés continuels qui embarrassent extrêmement les armées (…).

Cinnamomum verum (Wikimedia Commons – USDA photo)

Il y a aussi dans les royaumes de Ceita-Vaca, de Dina-Vaca, de Candy, d’Uva et de Cotta, beaucoup de mines très riches: on en tire des rubis, des saphirs, des topazes d’une grandeur considérable; des yeux de chat, et on en a trouvé quelques-uns qui ont été vendus 20 000 cruzades; des jacinthes, des verlis, des taripos et plusieurs autres pierres précieuses, dont on fait là aussi peu de cas que nous pourrions faire ici du sable ou des cailloux que l’on ramasse dans les rivières.

Continuer la lecture de Jean Ribeyro : histoire de ceylan (1)

Voyage a bandar abbas du chevalier chardin (1674)

Voyages de Monsieur le chevalier Chardin en Perse et autre lieux de l’Orient, enrichis d’un grand nombre de belles figures en taille-douce, représentant les antiquités, et les choses remarquables du pays, chez Delorme, à Amsterdam (1711).

Le Bander-Abassi est bâti le long de la mer, si proche du rivage que les flots viennent  laver le pied des maisons dans les hautes marées. [IX, 234] Il est situé justement  entre les îles  d’Ormus et de Kichmichs,  que l’on voit la première à gauche  et l’autre à droite à environ  quatre lieues de distance. La côte d’Arabie que l’on voit aussi à la droite n’en est qu’à vingt  lieues, et comme  cette côte est de hautes montagnes,  on la voit fort à plein du Bander-Abassi  quand le ciel est serein. Cette place a aussi des hautes montagnes  derrière soi à trois lieues  seulement,  lesquelles ne sont pas stériles comme  dans la plupart de la Caramanie déserte,  mais fertiles, chargées de bois, et abondantes en eaux. Le terroir du Bandar, au contraire, et  sec et stérile, un sable mouvant  qui ne produit qu’à force de culture et surtout  à force d’eau.  

On peut appeler le Bander une ville, car il est ceint de murs du côté de la terre ayant deux  petites forteresses. On y compte quatorze ou quinze cents maisons, le tiers d’Indiens gentils  ou idolâtres, quelque cinquante  de juifs, et le reste de Persans naturels. Pour des chrétiens il  n’y en a que d’étrangers, et point qui y soient établis. Je ne parle point de sa figure, parce  qu’on la voit à clair dans le plan qui est à côté. Le quai a plus d’un mille de longueur.  Ces  maisons où l’on voit des pavillons ou bannières sont celles des compagnies orientales de  France, d’Angleterre, et de Hollande, qui sont les plus commodes  du lieu. Le gouverneur  de  la province, qui d’ordinaire fait ici sa résidence et non pas dans la capitale, qui est appelée  Neris, et qui est à dix journées de chemin,  y a un palais assez grand et assez commode  à un  bout de la ville, à l’endroit le plus éloigné de la mer, [IX, 235] bâti en partie de pierres et de  marbres tirés d’Ormus. Les maisons du lieu sont toutes en plate-forme avec des tours à vent  pour avoir de l’air. Ces tours, qui sont au milieu ou aux côtés de la plate-forme, sont carrées,  hautes de dix à quinze  pieds, selon la chaleur du pays, car les plus hautes font le plus d’air, et  de six à huit pieds de diamètre, divisées par-dedans en quatre, six, ou huit espaces, comme  des tuyaux  de cheminée,  afin que l’air qui entre par le haut,  se trouvant  plus resserré, se fasse  mieux  sentir. On le reçoit en une ou en plusieurs chambres, comme  on le veut, en faisant que  tous les tuyaux  répondent au milieu d’une chambre ou qu’ils donnent  dans les coins. J’ai  donné un modèle de ces tours dans le volume précédent. Il faut observer que l’on s’en sert  principalement pour les appartements des femmes,  à cause qu’elles ne pourraient pas prendre  le frais sur les plates-formes ou les terrasses, comme  les hommes,  sans les voir ou sans en  être vues. On voit de ces tours à vent particulièrement aux maisons qui ne sont pas bâties sur  le quai, comme  n’étant pas si ouvertes à l’air. Du reste, il n’y a rien du tout de considérable  dans les édifices publics du Bander-Abassi.

Continuer la lecture de Voyage a bandar abbas du chevalier chardin (1674)

Soutenance de these de vladimir dabrowski

Lundi 4 février Vladimir Dabrowski a obtenu le titre de docteur du Muséum national d’histoire naturelle – avec les unanimes félicitations du jury – pour une thèse dirigée par les professeurs Margareta Tengberg et Jean-Pierre Van Staëvel, intitulée :

Stratégies d’approvisionnement et gestion des ressources végétales en Arabie orientale aux périodes antique et islamique (IVème s. av. J.-C. – XVIème s. ap. J.-C.) : approches archéobotanique et archéoentomologique

Résumé. Les campagnes de fouilles menées sur plusieurs sites antiques et islamiques en Arabie orientale ont livré des macrorestes botaniques et entomologiques. Les sites inclus dans le corpus sont Qal’at al-Bahreïn (Royaume de Bahreïn), Kush et Mleiha (E.A.U.) et Fulayj et Qalhât (Sultanat d’Oman). Ce travail se base sur des analyses carpologiques, anthracologiques, xylologiques et archéoentomologiques. Il s’attache à déterminer les stratégies d’approvisionnement et de gestion des ressources végétales mises en place par les sociétés des périodes historiques, de l’Antiquité à l’arrivée des Portugais dans l’océan Indien, au sein d’un environnement aride contraignant et d’un contexte de dynamiques commerciales. L’agriculture est reconnue sous la forme de palmeraies, un agrosystème oasien, polycultural et irrigué, au sein desquelles étaient cultivés des céréales, des légumineuses, des fruitiers et des condiments. Des informations concernant les modalités de stockage et des mesures de conservation et de protection des denrées alimentaires ont été mises en évidence dans le contexte incendié de Mleiha. Les ravageurs des produits stockés auxquels les sociétés devaient faire face ont été déterminés. L’acquisition du combustible se basait sur une optimisation des ressources disponibles issues des différentes formations végétales de la région, du système agricole et d’activités de rejets. Un grand nombre de taxons allochtones a été trouvé, correspondant à des plantes cultivées et du bois de plantes sauvages ligneuses, ainsi que des insectes. Les plantes cultivées correspondent surtout à des taxons d’origine tropicale et sub-tropicale pour lesquels il est généralement difficile de déterminer s’ils ont été importés ou s’ils ont pu être acclimatés localement. Le contexte de dynamiques commerciales au sein du golfe Persique et de l’océan Indien aux périodes antique et islamique semble avoir favorisé l’importation et l’acclimatation de plantes allochtones, voire d’insectes, en Arabie orientale.

Abstract. Excavations conducted on several classical and Islamic period sites in eastern Arabia have provided botanical and insect macroremains. The sites included in our study are Qal’al al-Bahrain (Kingdom of Bahrain), Kush and Mleiha (U.A.E.) and Fulayj and Qalhât (Sultanate of Oman). This work is based on the analysis of seeds/fruits, charcoal (anthracology), wood (xylology) and insect remains (entomology). It aims at understanding the supplying strategies and the management of plant resources by the societies of historical periods, from Antiquity to the arrival of the Portuguese in the Indian Ocean, in an environment marked by aridity and a context of trade dynamics. Agriculture is recognised in the form of date palm gardens, an oasis agrosystem with multi-cropping and irrigation in which cereals, pulses, fruit trees and condiments were cultivated. Information concerning the storage as well as measures of conservation and protection of foodstuffs has been obtained from a burnt context at Mleiha. Parasites attacking storage of food that the past populations had to face have been determined. The procurement of fuel was based on the optimal use of resources present in the different local plant communities, in agricultural systems and the use of waste. A large number of allochtonous plant taxa have been identified, corresponding to cultivated plants and wood from wild-growing trees, as well as insects. The cultivated plants correspond mainly to taxa of tropical and subtropical origin for which it is generally difficult to determine if they were brought to the sites as importations or if they could have been acclimatised locally. The context of trade dynamics across the Persian Gulf and the Indian Ocean during the classical and Islamic periods seem to have favoured the importation and acclimatisation of allochtonous plants, or even insects, in eastern Arabia.

La côte somalienne d’apres un routier de 1775

Instructions sur la navigation des Indes orientales et de la Chine, pour servir au Neptune oriental, par M. d’Aprés de Mannevillette, Paris, 1775

Depuis la rivière Dos-fugos, située sous la ligne équinoxiale, le gisement général de la côte jusqu’au cap Das Baixas est au nord-est 3 à 4 degré est. Le premier endroit habité et fréquenté par les Arabes est Barva, situé par 1° de latitude nord. C’est une grosse terre peu couverte de bois et on la reconnaît par quatre mornes escarpés de sable blanc ; ce sable commence au bord de la mer et va jusqu’au sommet : il y a au rivage deux récifs qui paraissent des îlots et sur lesquels la mer se brise.

Trois ou quatre lieues [une lieue marine = 5.556 km] au sud-ouest de ces quatre mornes commence une chaîne de montagnes de sable qu’on appelle les Lançoes, ou en langue du pays, Abumba. Ils vont jusques par 15 minutes de latitude. Au devant de ces sables, près de terre, il y a un petit îlot, au-delà duquel la terre forme une anse de deux lieues d’ouverture. Magadaxo est le principal endroit de cette côte et celui où tombe la rivière la plus considérable. Il est situé par 2° 20′ de latitude. Le terrain y paraît plus élevé et en rangeant la côte à deux ou trois lieues de distance on voit des édifices en forme de tours, qui sont des pagodes : celle qui est la plus nord a l’apparence d’un vaisseau avec les voiles d’avant. Au sud-ouest de cette pagode, dans un lieu qui paraît un peu plus obscur et couvert de bois d’égale hauteur, on aperçoit l’endroit habité. Au rivage, il y a de petites montagnes de sable blanc ; en venant du large on ne voit point les îles dont il est bordé et le tout paraît terre ferme. Plus au sud-ouest il y a de grandes plaines de sable blanc. Le terrain de l’intérieur est couvert de bois ras et le rivage est bordé de récifs. Quand on range la côte à une lieue de distance, on ne rencontre point le fond. De là, en allant au cap Das Baixas, on ne doit point ranger la terre de plus près que trois ou quatre lieues, gouvernant de jour au nord-est et pendant la nuit un peu plus au large.

Continuer la lecture de La côte somalienne d’apres un routier de 1775
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search