Pierre Schneider – Local exchange networks in the Horn of Africa: a view from the Mediterranean world (third century B.C. – sixth century A.D.)

Local exchange networks in the Horn of Africa: a view from the Mediterranean world (third century B.C. – sixth century A.D.) – Pierre Schneider (University of Artois, France [UArtois, CREHS, F-62000 Arras, France]

Cite this article : Pierre Schneider,  « Local exchange networks in the Horn of Africa: a view from the Mediterranean world (third century B.C. – sixth century A.D.) », published in : Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l’océan Indien on 8 December 2020. Link: https://median.hypotheses.org/2691.

This version is a preprint; the final version has been published in the journal Indianocéanie. Annales d’histoire de l’Indianocéanie, 2 (2020), p. 9-23.

Key words : Indian Ocean ;Erythraean Sea; Antiquity; Horn of Africa; local trade patterns; Adulis; South Arabia ; Axum

Introduction

 The ancient history of the Horn of Africa1 is closely tied to to Axum’s glorious destiny. From the first century A.D. onwards this modest polity settled on the Abyssinian plateau gradually evolved into a kingdom whose power extended westward to Nubia and Meroe, and eastward as far as the Red Sea – an anonymous king even boasted of reaching the African coast of the Gulf of Aden. The Axumite authority also expanded across the Red Sea more than once, temporarily subjugating the South Arabian kingdoms of Saba and Ḥimyar2. With the port of Adulis, Axum judiciously took advantage of its position on the Red Sea to become a prominent trading state between the third and the sixth centuries A.D. Axum’s prestige owes much to this key role in the Western Indian Ocean trade system3. Due to this rather understandable bias in favour of Axum’s long-range trade activity, the more humble local forms of trade which flourished throughout the Horn of Africa over centuries are generally overlooked4. These local exchange networks, however, were the building blocks of the whole Indian Ocean commerce, which was entirely supported by this low scale activity and its agents. As such local networks are worth being investigated for their own sake. The longue durée perspective is also required, for they were just as subject to changes and disruptions over centuries as the large scale trade patterns.

This paper aims at extensively collecting the Greek and Latin documents handed down to us5 . The truth is that this evidence does not amount to much, many texts being lost. In spite of not depicting the local trade in the Horn in detail, this material provides nonetheless an acceptable picture of the local inland and maritime circuits (the sea routes between the Horn and southern Arabia obviously fall within the scope of this paper). Thus it is hoped that this paper will properly complement the past and future investigations carried out by archaeologists focusing on the same issue.

  1. First accounts of local exchanges: a conspicuous traffic in the Bab al-Mandab area (third century B.C. – second century B.C.)

Following Alexander the Great’s expedition in India (328-325 B.C.), war elephants began to be incorporated in Greco-Macedonian armies. Indeed, his successors – especially those who found themselves in possession of the most powerful kingdoms, namely the Seleucids and the Ptolemies6 – could not conceive of a battle without this frightening new weapon. Unlike the former who could acquire trained Indian elephants from the neighbouring Mauryan rulers, the latter were practically denied access to this unique source of tamed animal. Thus, in the face of a shortage of war elephants – for those taken from Alexander’s army were now getting older –, Ptolemy II decided to have African elephants captured, brought back to Egypt and trained for war. This is the main, albeit not the only, reason for this extraordinary achievement which caused numerous Greeks – explorers, hunters, carpenters etc. – to venture into the Red Sea and the Gulf of Aden as far as the cape Gardafui, between around 270 B.C. and the early second century B.C.7

Continuer la lecture de Pierre Schneider – Local exchange networks in the Horn of Africa: a view from the Mediterranean world (third century B.C. – sixth century A.D.)

  1. The Horn of Africa must be understood as the region that is home to the countries of Djibouti, Eritrea, Ethiopia, and Somalia. The southern coast of Somalia, however, does not fall within the scope of this study. []
  2. See, e. g., Stuart C. Munro-Hay, Aksum: an African Civilisation of Late Antiquity. Edinburgh: Edinburgh University Press, 1991, 294 p, 69-94. []
  3. See, e.g., Roberta Tomber, Indo-Roman Trade: from Pots to Pepper. London: Duckworth, 2008, 216 p., 88-89. []
  4. R. Pankhurst, “Across the Red Sea and Gulf of Aden: Ethiopia’s historic ties with Yaman”, Africa: Rivista trimestrale di studi e documentazione dell’Istituto italiano per l’Africa e l’Oriente, 57:3 (2002), p. 393-419, contents himself with paraphrasing the Periplus of the Erythraean Sea. []
  5. My own field of expertise – ancient history – and the sources which I master – Greek and Latin written documents – are the essential justification for this specific approach. []
  6. At its greatest extent the Seleucid Empire (312 – 64 B.C.), founded by Seleucus Nicator, stretched from Thrace to Bactriane, at the borders of India. The Ptolemaic empire, of which Egypt formed the core, was founded by Ptolemy Sôter and ended with the death of Cleopatra (30 B.C.). []
  7. About war elephants and Ptolemaic hunts, see Howard H. Scullard, The Elephant in the Greek and Roman World. London: Thames & Hudson, 1974, 288 p., 64-100; 120-145. []

Poivre et perles

Le changement dans les économies antiques, ouvrage édité par François Lerouxel et Julien Zurbach vient de paraître aux éditions Ausonius :

« Les économies de l’Antiquité changent, et elles changent profondément. Il n’y a pas une seule économie antique, plus ou moins identique à elle-même d’Homère à Constantin. Les contributions rassemblées dans ce livre instaurent un dialogue entre historiens des textes, archéologues, technologues et environnementalistes pour comprendre les ressorts de ces transformations. De l’Inde à l’Atlantique, en accordant la première place à l’évaluation des sources existantes et à la production de données nouvelles, elles suivent certains produits et certaines techniques de leur mise au point à leur diffusion, sans cacher les revers et les retours. C’est la diversité et les dynamiques des mondes antiques, dans leur originalité, qui se révèlent ici. »

L’ouvrage comporte deux chapitres consacrés respectivement au poivre et aux perles :
III. Deux produits de luxe 

Federico De Romanis, Pierre Schneider, Jean Trinquier: La circulation du poivre noir de l’Inde méridionale jusqu’en Méditerranée : quels changements ? : p. 277 

Pierre Schneider :Les perles de la mer Érythrée : p. 317

Voyages de M. Henri Lambert, assassiné près des îles Moussah (Afrique) le 4 juin 1859 (1855-1859)

« Voyages de M. Henri Lambert, assassiné près des îles Moussah (Afrique) le 4 juin 1859 (1855-1859) »

Le Tour du monde (nouveau journal des voyages), volume 6, 1862, p. 66-75 (extraits)

Le 17 septembre 1855, je quittai Port-Louis et l’île Maurice à bord de la barque française Bayadère. Mon frère, Joseph Lambert, un des plus riches planteurs de la colonie mauritienne, m’envoyait à Aden. Il avait formé le projet, avec son associé M. Menon, d’établir une ligne de bateaux à vapeur entre Maurice, la Réunion (île Bourbon) et Aden. De cette façon les créoles allant en Europe éviteraient la voie du Cap en venant s’embarquer, au moyen de nouveaux vapeurs, sur les steamers anglais de l’Inde touchant à Aden. Le voyage pour rentrer en France ne durerait plus que vingt-cinq jours au lieu de quatre mois. Mon frère voulait aussi établir un commerce d’échange avec les ports de l’Yémen et de l’Hedjaz, sur la rive arabique, et ceux de Nubie, d’Abyssinie et de la côte de Somal, sur la rive africaine. Ces riches contrées qui produisent le café, l’ivoire et les aromates, abondent aussi en bétail ; enfin l’immigration libre de leurs habitants vers les colonies de Maurice et Bourbon devait amener dans ces deux îles un grand nombre de bras pour le travail des plantations. Je compris toute l’importance des projets de mon frère, et dès le lendemain de mon départ de Maurice, touchant à peine à Bourbon, je faisais route pour l’Arabie. Je passai, le 1er octobre, par le travers de l’île de Socotora, et le 9 je mouillai sur rade d’Aden, dans le port nord-ouest, que les Anglais ont décoré du nom de Steamer-point, depuis que leurs vapeurs y touchent. Je louai à Aden un bateau arabe pour me conduire sur la côte d’Afrique. Ces bateaux sont fort petits, non pontés et naviguent sans boussole ; le mien ne jaugeait que quinze tonneaux. Je partis le 13 au soir, quatre jours après mon arrivée.

Zeyla. — Dessin de A. de Bar d’après une vue de côte anglaise

Le 15, nous nous trouvâmes égarés. Une discussion eut lieu pour savoir si Zeyla, où nous nous dirigions, se trouvait au nord ou au sud. La majorité opina pour le nord, et elle eut raison, ce qui n’arrive pas toujours aux majorités. Ayant rencontré des pêcheurs de perles, nous prîmes parmi eux un pilote, et le 16 nous jetâmes l’ancre devant Zeyla. Mon premier soin, en débarquant, fut d’aller faire une visite au gouverneur du pays. Cette espèce de commandant de place est sous les ordres du pacha turc d’Hodeidah, auquel il paye un impôt annuel ; il se rembourse sur les revenus de la douane dont le pacha lui laisse la ferme. Les tribus du pays ne reconnaissent pas son autorité et obéissent à leurs chefs respectifs. La population de Zeyla est d’environ 2 000 âmes, mélange de Somaulis, d’Arabes et d’Indiens. Ces derniers sont des Banians faisant presque tous le commerce. Le voyageur qui descend à Zeyla doit toujours se tenir armé, ne jamais sortir le soir et se garder bien de franchir, même de jour, les portes de la ville, à moins d’être accompagné par un détachement. Dans la campagne et le long de la côte, jusqu’au delà de Tadjoura, rôdent des tribus errantes de Bédouins Essas, qui vivent de pillage et massacrent les voyageurs sans pitié.

Vue de Tadjoura. — Dessin de A. de Bar d’après Hochet d’Héricourt.

Après une journée passée à Zeyla, je fis voile pour Tadjoura, distant de 45 milles nord-ouest. Le village est d’un aspect misérable et peut compter 3 000 habitants : ils sont d’un naturel paisible et se livrent au commerce. Le chef de Tadjoura, le vieux Mohamed-Mohamed, est indépendant du pacha d’Hodeidah. C’est un vieillard avare, fin et rusé, qui se prétend descendant du Prophète dont il a pris deux fois le nom. Il n’est guère ami des Turcs, et n’a pas non plus pour les Anglais une bien vive affection. Il aime mieux les Français, et me demandait très-naïvement si la France ne possédait qu’un navire, car depuis le naufrage de la corvette de guerre Caïman sur la côte de Zeyla, en 1854, aucun bâtiment français n’était reparu dans ces mers ; cependant le commandant Cormier était un homme que tout le monde aimait. Je répondis à la question saugrenue de Mohamed, que la France avait bien en ce moment autre chose à faire que d’envoyer des navires à Tadjoura, car ils étaient tous engagés dans la guerre contre la Russie. Ma réponse parut satisfaire le bonhomme, et il changea de conversation. Le 20 octobre, je dis adieu au vieux shériff (je lui donne le titre auquel il a droit en sa qualité de descendant du Prophète), et j’appareillai pour Moka, où je jetai l’ancre le lendemain. Continuer la lecture de Voyages de M. Henri Lambert, assassiné près des îles Moussah (Afrique) le 4 juin 1859 (1855-1859)

Colloque « circulations animales »- rome, février 2020

Le réseau interdisciplinaire « Animed » développe depuis de nombreuses années des recherches archéo-historiques sur l’animal dans les sociétés méditerranéennes antiques (nombreuses informations disponibles en accédant au carnet de recherche Hypothèses du groupe de recherches).

Du 20 au 22 février 2020 s’est tenu à Rome un colloque organisé par Christophe Chandezon, Bruno d’Andrea et Armelle Gardeisen (le deuxième d’une série de trois).

Les organisateurs avaient proposé les questionnements suivants :  comment les animaux participent-ils aux phénomènes de contacts ?
Comment passent-ils d’une région à une autre ? Comment un animal venu de l’extérieur s’intègre-t-il dans un système de représentation, donc dans un bestiaire ? Comment les hommes l’exploitent-ils ? Quelle place trouve-t-il dans les processus économiques et sociaux ? Dans les systèmes religieux ? Cet « extérieur » recouvre en particulier l’Orient lointain.

 

Plusieurs interventions concernaient les contacts Méditerranée – Océan Indien.

  1. L’introduction et la diffusion de la poule en Méditerranée (Jacopo De Grossi Mazzorin, Claudia Minniti et Chiara Corbino : « Introduzione e diffusione del pollo in Italia » ; Kevin Bouchité, Silvia Albizuri et Armelle Gardeisen : « Introduction et statut des poules en Méditerranée nord-occidentale »).
  2. L’introduction du paon en Méditerranée  (Jean Trinquier, « Le paon à la conquête de l’Ouest : chronologie et modalités de l’acclimatation du paon bleu (Pavo cristatus) dans le bassin méditerranéen »).
  3. L’introduction du tigre (Pierre Schneider, « ‘Il ajoute que les animaux que nous appelons tigres sont des chacals’ (Arrien, Ind., 15.4). L’ acclimatation « intellectuelle » du tigre dans le monde méditerranéen »).

Ces communications ont été mises en ligne par les organisateurs.

 

4e rencontre « ex oriente luxuria » : l’ivoire d’elephant

La 4e rencontre « Ex Oriente luxuria » se déroulera à Lille les 15 et 16 septembre, autour du sujet suivant:

L’ivoire d’éléphant (Méditerranée antique ; mondes médiévaux et modernes) : état de la recherche et perspectives nouvelles

Cette conférence bénéficie du soutien de la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société de Lille.

 

Pour télécharger l’appel à communications, cliquer ici

 

 

 

The 4th « Ex Oriente luxuria » conference will be held on 15-16 September in Lille on the topic:

The elephant ivory (ancient Mediterranean societies; medieval and modern worlds): state of research and new perspectives

This conference is supported by the Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (Lille).

 

To download the CfP, click here

 

parution du dossier « perle-ecaille » dans la revue topoi orient-occident

Les 1er et 2 décembre 2015 se tenait à Lyon la deuxième édition du cycle de conférences Ex oriente luxuria. La rencontre avait pour thème d’étude deux produits précieux venus de l’océan Indien : la perle et l’écaille de tortue.

La revue TOΠOI Orient-Occident vient de publier une partie des contributions dans sa dernière livraison (site de la revue)

Voir le sommaire ci-dessous

 

The second Ex oriente luxuria conference was held in Lyon on December 1-2, 2015. Two luxury materials imported from the Indian Ocean, pearls and tortoise shell, were the subject of the meeting.

Several contributions have been published in the latest issue of the TOΠOI Orient-Occident journal (click to go to the website)

See below for more details.

Dossier « Perles et écaille » (éd. P. Schneider)

  • P. Schneider , « Introduction » –  11-13
  • J. Trinquier , « De la tortue marine à l’écaille : un matériau ‘indien’
    du luxe romain » – 15-124
  • F. Gury , « Les perles, passion virile, parure des tyrans » – 125-149
  • P. Descotes , « Amour du luxe et amour de Dieu : la perle chez les auteurs latins chrétiens » – 151-162
  • N. Coquery , « L’objet de luxe dans l’Europe moderne : définitions,
    appropriation, diffusion » – 163-179

Conférences en ligne

En attendant la publication prochaine de la monographie sur le poivre issue du colloque Ex oriente luxuria 3 ( « Le poivre, de l’Antiquité à l’époque moderne: un luxe populaire ? » – 24-25 novembre 2017), un certain nombre d’interventions, hébergées par L’Ecole normale supérieure de Paris, sont accessibles en ligne.

Vladimir Dabrowski

Le poivre dans tous ses états

Grant Parker

Conclusions

Jean Ribeyro : histoire de ceylan (1)

Histoire de Ceylan, écrite par le capitaine Jean Ribeyro et présentée au roi de Portugal en 1685, traduite du portugais en français, Paris, 1701

Chapitre 3 : les richesses de Ceylan

Le roi de Cotta permit aux Portugais de s’établir en l’île de Ceylan. J’ai déjà dit que ce roi prenait la qualité d’empereur et qu’il était considéré et respecté comme tel par tous les rois de cette île. C’est particulièrement dans son pays que croît la cannelle. Il y en a une forêt de 12 lieues entre Chilaon et la pagode de Tenevaré; et ces forêts sont si épaisses qu’un homme ne saurait y entrer. La feuille du cannelier approche de beaucoup celle du laurier; elle ne tombe jamais quoiqu’il pleuve souvent en ce pays. Si on la rompt entre les doigts, elle rend une odeur très agréable et en même temps très forte. Cet arbre n’est pas grand et le plus haut n’a pas plus de deux brasses; il porte son fruit deux fois l’année et ce fruit ressemble à celui que donne le laurier. La chaleur du climat et l’humidité de la terre le font germer presqu’aussitôt qu’il tombe à terre.; et ces arbres croissent si vite et si facilement qu’il y a une loi qui oblige les habitants à battre les chemins et à les nettoyer; et s’ils étaient une année sans le faire on y verrait un bois si épais qu’on en pourrait plus passer: quelque soin même que l’on prenne d’entretenir les chemins, ils sont si étroits que deux hommes ne peuvent marcher de front. Ainsi de sont ces défilés continuels qui embarrassent extrêmement les armées (…).

Cinnamomum verum (Wikimedia Commons – USDA photo)

Il y a aussi dans les royaumes de Ceita-Vaca, de Dina-Vaca, de Candy, d’Uva et de Cotta, beaucoup de mines très riches: on en tire des rubis, des saphirs, des topazes d’une grandeur considérable; des yeux de chat, et on en a trouvé quelques-uns qui ont été vendus 20 000 cruzades; des jacinthes, des verlis, des taripos et plusieurs autres pierres précieuses, dont on fait là aussi peu de cas que nous pourrions faire ici du sable ou des cailloux que l’on ramasse dans les rivières.

Continuer la lecture de Jean Ribeyro : histoire de ceylan (1)

Voyage a bandar abbas du chevalier chardin (1674)

Voyages de Monsieur le chevalier Chardin en Perse et autre lieux de l’Orient, enrichis d’un grand nombre de belles figures en taille-douce, représentant les antiquités, et les choses remarquables du pays, chez Delorme, à Amsterdam (1711).

Le Bander-Abassi est bâti le long de la mer, si proche du rivage que les flots viennent  laver le pied des maisons dans les hautes marées. [IX, 234] Il est situé justement  entre les îles  d’Ormus et de Kichmichs,  que l’on voit la première à gauche  et l’autre à droite à environ  quatre lieues de distance. La côte d’Arabie que l’on voit aussi à la droite n’en est qu’à vingt  lieues, et comme  cette côte est de hautes montagnes,  on la voit fort à plein du Bander-Abassi  quand le ciel est serein. Cette place a aussi des hautes montagnes  derrière soi à trois lieues  seulement,  lesquelles ne sont pas stériles comme  dans la plupart de la Caramanie déserte,  mais fertiles, chargées de bois, et abondantes en eaux. Le terroir du Bandar, au contraire, et  sec et stérile, un sable mouvant  qui ne produit qu’à force de culture et surtout  à force d’eau.  

On peut appeler le Bander une ville, car il est ceint de murs du côté de la terre ayant deux  petites forteresses. On y compte quatorze ou quinze cents maisons, le tiers d’Indiens gentils  ou idolâtres, quelque cinquante  de juifs, et le reste de Persans naturels. Pour des chrétiens il  n’y en a que d’étrangers, et point qui y soient établis. Je ne parle point de sa figure, parce  qu’on la voit à clair dans le plan qui est à côté. Le quai a plus d’un mille de longueur.  Ces  maisons où l’on voit des pavillons ou bannières sont celles des compagnies orientales de  France, d’Angleterre, et de Hollande, qui sont les plus commodes  du lieu. Le gouverneur  de  la province, qui d’ordinaire fait ici sa résidence et non pas dans la capitale, qui est appelée  Neris, et qui est à dix journées de chemin,  y a un palais assez grand et assez commode  à un  bout de la ville, à l’endroit le plus éloigné de la mer, [IX, 235] bâti en partie de pierres et de  marbres tirés d’Ormus. Les maisons du lieu sont toutes en plate-forme avec des tours à vent  pour avoir de l’air. Ces tours, qui sont au milieu ou aux côtés de la plate-forme, sont carrées,  hautes de dix à quinze  pieds, selon la chaleur du pays, car les plus hautes font le plus d’air, et  de six à huit pieds de diamètre, divisées par-dedans en quatre, six, ou huit espaces, comme  des tuyaux  de cheminée,  afin que l’air qui entre par le haut,  se trouvant  plus resserré, se fasse  mieux  sentir. On le reçoit en une ou en plusieurs chambres, comme  on le veut, en faisant que  tous les tuyaux  répondent au milieu d’une chambre ou qu’ils donnent  dans les coins. J’ai  donné un modèle de ces tours dans le volume précédent. Il faut observer que l’on s’en sert  principalement pour les appartements des femmes,  à cause qu’elles ne pourraient pas prendre  le frais sur les plates-formes ou les terrasses, comme  les hommes,  sans les voir ou sans en  être vues. On voit de ces tours à vent particulièrement aux maisons qui ne sont pas bâties sur  le quai, comme  n’étant pas si ouvertes à l’air. Du reste, il n’y a rien du tout de considérable  dans les édifices publics du Bander-Abassi.

Continuer la lecture de Voyage a bandar abbas du chevalier chardin (1674)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search