De la peninsule de Qatar au ras musandaM

W. G.  Palgrave, Une année en Arabie centrale (1862-1863), traduction d’E. Jonvaux abrégée par J. Belin de Launay, Paris, 1869, p. 292-305

Le soir, nous arrivions en vue de la pointe occidentale du Catar, et le lendemain, exposés à toutes les insultes de la pluie et des flots, nous essuyions un assez bon nombre de bourrasques; ce qui ne nous empêcha pas de doubler le Ras-Rekan, cap qui forme la pointe la plus septentrionale du Catar et dont le front orgueilleux est couronné de rochers. Je remarquai sur les hauteurs une forteresse qui protège, me dit-on, un village caché dans une gorge voisine. Poussés par une brise favorable, nous arrivâmes le 28 (janvier) devant la ville principale du Catar, devant Bedaa. (…)

Bedaa est la pauvre capitale d’une pauvre province; mais, quelle qu’en soit la stérilité, ce pays est voisin d’une région plus aride encore, dont les habitants s’efforcent souvent d‘acquérir par la violence ce que leur refuse un sol ingrat. Aussi les villages sont-ils entourés de solides murailles et même gardés par des forteresses, qui semblent au premier abord n’avoir pas plus de raison d’être que n’en a la Tour de Londres en plein XIXe siècle. Cependant le Catar possède des trésors qu’il faut dérober à l’avidité des pillards. D’où peut venir cette opulence dans un pays si pauvre, et en quoi consiste-t-elle? Cette plage fangeuse, ces habitations malpropres ne sont pour ainsi dire que les monceaux de scories accumulés auprès d’une mine; le gisement lui-même, riche et inépuisable, s’étend non loin de là : c’est l’océan, voisin aussi généreux que la terre se montre avare. Les plus belles pêcheries de perles du Golfe Persique se trouvent sur les côtes du Catar, et l’abondance de leurs produits paraît presque incroyable. C’est donc de la mer que les habitants tirent leur subsistance; c’est sur la mer qu’ils habitent, passant une moitié de l’année à recueillir les perles, l’autre à les vendre.

Leurs véritables demeures sont les innombrables barques qui garnissent la cote; quant aux huttes construites sur le rivage, elles servent à cacher leurs trésors; tout au plus sont- elles habitées par les femmes et les enfants. « Depuis le premier d’entre nous jusqu’au dernier, me disait un soir Mohammed-ebn-Thani, nous sommes les esclaves d’une seule maîtresse: la perle. » En effet, toutes les pensées, toutes les conversations, toute l’activité des habitants se concentrent sur cet unique objet : le reste est regardé comme un passe-temps qui ne mérite pas de fixer l’attention. Continuer la lecture de De la peninsule de Qatar au ras musandaM

4e rencontre « ex oriente luxuria » – resumes des communications

Les 11 et 12 mars se tenait à Lille la 4e rencontre Ex oriente luxuria :

L’ivoire d’éléphant (Méditerranée antique ; mondes médiévaux et modernes) :  état de la recherche et perspectives nouvelles.

 

 

En attendant la publication des communications dans TOPOI-Orient-Occident, les résumés des communications sont disponibles ci-dessous.

Annie Caubet (Musée du Louvre) : « L’ivoire au Proche Orient (Âge du Bronze) ».

Anselme Cormier(Université Catholique de l’Ouest): « Formes et usages de l’ivoire d’éléphant à l’époque romaine:l’exemple de Pompéi« .

Matt Cobb (University of Wales): « World-Systems Theory, Globalization or Glocalization – analysing the dynamics of the ancient Indian Ocean ivory trade? ».

Déjanirah Couto (Ecole pratique des hautes études) :  » ‘Non moins important que les épices’ :  l’ivoire et son commerce dans l’empire portugais asiatique au XVIe siècle. »

Federico De Romanis (Roma Tor Vergata): « Observations sur les valeurs officielles de l’ivoire dans le ‘papyrus de Mouziris’ et l’Edictum de pretiis. »

Giovanna Di Giacomo (Roma – Tor Vergata): « L’ars eboraria in Roma: il contributo dell’epigrafia ».

Hannah Gwyther (University of Bristol): « Tusks, techniques and traditions: ivory crafting during the Iron Age in the Ancient Near East« .

Bénédicte Khan (Arscan – Paris 1): « Exploiter l’ivoire durant l’Antiquité : les sources écrites face à l’archéologie ».

Ana Roque (Centro de História da Universidade de Lisboa): « Éléphants et ivoire: ressources, subsistance et commerce en Afrique du Sud-Est au début du XVIe siècle ».

 

 

Le tigre de la caspienne (panthera tigris virgata)

Jean Chardin, Voyages du chevalier Chardin en Perse et autres lieux de l’Orient (nouvelle édition), Amsterdam, 1735 (4 volumes), vol. 3, p. 398-399.

Pour les grandes chasses, on se sert de bêtes féroces dressées à chasser, lions, léopards, tigres, panthères, onces. Les Persans appellent ces bêtes dressées yourze. Elles ne font point de mal aux hommes. Un cavalier en porte une en croupe, les yeux bandés avec un bourrelet, attachée par une chaîne, et se tient sur la route des bêtes qu’on relance et qu’on lui fait passer devant le plus près qu’on peut. Quand le cavalier en aperçoit quelqu’une, il débande les yeux de l’animal et lui tourne la tête du côté de la bête relancée. S’il l’aperçoit, il fait un cri et s’élance, et à grands sauts se jette dessus et la terrasse. S’il la manque après quelques sauts, il se rebute d’ordinaire et s’arrête. On va le prendre et pour le consoler on le caresse, et on lui conte que ce n’est pas sa faute, mais qu’on ne lui a pas bien montré la bête. On dit qu’il entend cette excuse et en est satisfait. J’ai vu cette sorte de chasse en Hyrcanie, l’an 1666, et on me disait que le roi avait de ces animaux élevés à la chasse qui, étant trop grands pour être portés en croupe par un cavalier, on les portait dans des cages de fer, sur un éléphant, sans avoir les yeux bandés ; que le gardien avait toujours la main à la fenêtre de la cage, parce que quand l’animal aperçoit une bête, il fait un cri et il faut lâcher à l’instant. Il y a de ces bêtes dressées qui font la chasse finement, se traînant sur le ventre le long des buissons et des haies, tant qu’elles soient proches de la proie, et alors elles se lancent dessus.

Tigre de la Caspienne (au zoo de Berlin, vers 1899). Source : http://www.tigerfdn.com/Foundation%20overview/caspian2.htm (Wikimedia Commons)

Jean-Baptiste-Jacques Le Verrier de La Conterie,  Vénerie normande, ou L’école de la chasse aux chiens courants, pour le lièvre, le chevreuil, le cerf, le daim, le sanglier, le loup, le renard & la loutre, Rouen, 1778, p. 193

Lorsque le Persan lâche un lion ou un tigre d’une énorme grandeur contre le redoutable taureau des forêts, contre le lion sauvage, le léopard ou le tigre, il est plus aisé de s’imaginer que de rendre toute la vigueur d’un combat où l’un reprend sa férocité naturelle pour l’amour de son maître, tandis que l’autre ranime ses fureurs pour défendre sa liberté. A entendre les affreux rugissements, à voir les féroces efforts de son tigre ou de son lion affidé, le chasseur devrait, ce semble, redouter le retour de ce terrible serviteur ; mais sa rage, après sa victoire, se change en douceur, en plaisirs et cette même queue qui, dans le feu de l’action, agitait l’air à coups redoublés, imprimait la terreur par un horrible sifflement, devient l’instrument de ses caresses. Ce qu’il y a de plus surprenant, il paraîtrait que ces animaux, dès que l’homme se les est associés, depuis qu’ils ont sucé un lait étranger, n’aient d’ennemis que leurs semblables et d’amis que l’homme. Continuer la lecture de Le tigre de la caspienne (panthera tigris virgata)

GIS « Méditerranée – Océan indien »

English version below

Le G.I.S (groupement d’intérêt scientifique) « Méditerranée / océan Indien : échanges à longue distance dans l’Antiquité » vient de voir le jour. Ce GIS réunit des chercheurs de différentes unités, collaborant depuis plusieurs années. Une convention (cliquer ici) formalise ce partenariat. Le GIS est une structure souple, permettant une recherche collaborative réactive. Par ailleurs, ce GIS a été conçu pour rechercher des financements de façon plus efficace.

Le GIS « Méditerranée – Océan Indien » réunit des chercheurs appartenant à 5 unités de recherche:

  • Ecole normale supérieure de Paris / PSL – Jean Trinquier
  • Muséum national d’Histoire naturelle de Paris – Charlène Bouchaud ; Joséphine Lesur ; Marie-Pierre Ruas
  • Sorbonne Université – Didier Marcotte
  • Université d’Artois – Pierre Schneider
  • Università di Roma “Tor Vergata” – Federico de Romanis

Le GIS se donne pour objectif d’étudier les multiples connexions reliant le monde méditerranéen antique et les sociétés de l’océan Indien, de l’Afrique Orientale jusqu’au golfe du Bengale et au-delà, dans la longue durée de l’Antiquité.

A côté d’autres projets de recherche, le GIS se donne pour but de continuer la série de rencontre Ex oriente luxuria, dont les principes sont les suivants : 1) aborder les connexions Orient-Occident sous l’angle des produits et des objets ; 2 ) développer une recherche transdisciplinaire et transpériodique. Continuer la lecture de GIS « Méditerranée – Océan indien »

4e rencontre « ex oriente luxuria »

Jeudi 11 mars et vendredi 12 mars 2021, 4e rencontre de la série Ex Oriente luxuria :

L’ivoire d’éléphant (Méditerranée antique ; mondes médiévaux et modernes) :  état de la recherche et perspectives nouvelles

Ce colloque se tiendra à Lille, dans les locaux de la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS).

Il a pu être organisé grâce au soutien de la MESHS.

Pour télécharger le programme, cliquer ici:programme

Pour télécharger l’affiche, cliquer ici: affiche

Federico de Romanis – The Indo-Roman Pepper Trade and the Muziris Papyrus

 

This volume presents a systematic and fresh interpretation of a mid-second-century AD papyrus – the so-called Muziris papyrus – which preserves on its two sides fragments of a unique pair of documents: on one side, a loan agreement to finance a commercial enterprise to South India and, on the other, an assessment of the fiscal value of a South Indian cargo imported on a ship named the Hermapollon. The two texts, whose informative potential has long been underexploited, clarify several aspects of the early Roman Empire’s trade with South India, including transport logistics, financial and legal elements in the loan agreement funding the commercial enterprise, the trade goods included in the South Indian cargo, and the technicalities of calculating and collecting Roman customs duties on the Indian imports. This study also considers imperial fiscal policy as it related to the South Indian trade, the overall evolution of Rome’s trade relations with South India, the structure and organization of South Indian trade stakeholders, and the role played by private tax-collectors. The in-depth analysis sheds new light on this important sector of the Roman economy during the first two centuries AD in two innovative ways: through a balanced consideration of South Indian sources and data, and by drawing comparisons with the pepper trade from late antiquity, the Middle Ages, and early modernity, resulting in a longue durée perspective on the western trade in South Indian pepper.

La plus ancienne attestation de riz asiatique dans la péninsule Arabique

 

Dabrowski V., Bouchaud C., Tengberg M., Mouton M. “Crop processing, consumption and trade of Asian rice (Oryza sativa L.) in the Arabian Peninsula during Antiquity: earliest evidence from Mleiha (third c. AD), United Arab Emirates”, Archaeological and Anthropological Sciences 13 (34) (publié en ligne le 30 janvier 2021). https://doi.org/10.1007/s12520-021-01277-5

Abstract

Asian rice (Oryza sativa L.) was identified, among other plant remains, from several contexts in a fortified elite residence at the site of Mleiha (United Arab Emirates) that was partially destroyed by fire in the third century AD. These remains, present both as isolated grains and as clusters of rice, constitute the earliest example of the species in the Arabian Peninsula and raise numerous questions on the role of rice in local economies during the Late Pre-Islamic period. The discussion focuses on two aspects of the finds. On the one hand, the state of preservation and the archaeological contexts of the rice remains are investigated in detail in order to reconstruct crop processing activities that might have taken place within the building as well as different aspects of the preparation and consumption of what seems to have been a rare crop. On the other hand, we discuss the origin of the Mleiha rice weighing the possible cultivation in local irrigated date palm gardens against its importation through the long-distance trade networks across the Persian Gulf and the Indian Ocean that are well attested by archaeological and textual sources for the period
of concern.

Résumé

Du riz asiatique (Oryza sativa L.) a été identifié, parmi d’autres restes archéobotaniques, au sein de plusieurs contextes d’une résidence élitaire fortifiée sur le site de Mleiha (Emirats Arabes Unis) qui a été partiellement détruite par le feu au 3ème s. ap. J.-C. Ces restes, attestés sous forme de grains isolés et d’amas de grains fusionnés par la carbonisation, représente l’attestation la plus ancienne de cette plante dans la péninsule Arabique et soulève de nombreuses questions sur la place occupée par e riz au sein des économies locales durant la période Pré-Islamique Récente (PIR). La discussion se concentre sur deux aspects des découvertes. Dans un premier temps, l’état de préservation et les contextes archéologiques des grains de riz sont considérés en détails afin de reconstituer les activités de traitement de cette céréale qui ont pu avoir pris place à l’intérieur du bâtiment ainsi que différents aspects de la préparation et de la consommation de ce qui semble avoir été un produit rare. Dans un deuxième temps, l’origine du riz trouvé à Mleiha est discutée, comparant la possibilité d’une mise en culture locale dans les oasis irriguées avec une importation par le biais de réseaux commerciaux longue distance du golfe Persique et de l’océan Indien qui sont bien documentés grâce aux témoignages archéologiques et textuels pour la période concernée. 

Pierre Schneider – Local exchange networks in the Horn of Africa: a view from the Mediterranean world (third century B.C. – sixth century A.D.)

Local exchange networks in the Horn of Africa: a view from the Mediterranean world (third century B.C. – sixth century A.D.) – Pierre Schneider (University of Artois, France [UArtois, CREHS, F-62000 Arras, France]

Cite this article : Pierre Schneider,  « Local exchange networks in the Horn of Africa: a view from the Mediterranean world (third century B.C. – sixth century A.D.) », published in : Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l’océan Indien on 8 December 2020. Link: https://median.hypotheses.org/2691.

This version is a preprint; the final version has been published in the journal Indianocéanie. Annales d’histoire de l’Indianocéanie, 2 (2020), p. 9-23.

Key words : Indian Ocean ;Erythraean Sea; Antiquity; Horn of Africa; local trade patterns; Adulis; South Arabia ; Axum

Introduction

 The ancient history of the Horn of Africa1 is closely tied to to Axum’s glorious destiny. From the first century A.D. onwards this modest polity settled on the Abyssinian plateau gradually evolved into a kingdom whose power extended westward to Nubia and Meroe, and eastward as far as the Red Sea – an anonymous king even boasted of reaching the African coast of the Gulf of Aden. The Axumite authority also expanded across the Red Sea more than once, temporarily subjugating the South Arabian kingdoms of Saba and Ḥimyar2. With the port of Adulis, Axum judiciously took advantage of its position on the Red Sea to become a prominent trading state between the third and the sixth centuries A.D. Axum’s prestige owes much to this key role in the Western Indian Ocean trade system3. Due to this rather understandable bias in favour of Axum’s long-range trade activity, the more humble local forms of trade which flourished throughout the Horn of Africa over centuries are generally overlooked4. These local exchange networks, however, were the building blocks of the whole Indian Ocean commerce, which was entirely supported by this low scale activity and its agents. As such local networks are worth being investigated for their own sake. The longue durée perspective is also required, for they were just as subject to changes and disruptions over centuries as the large scale trade patterns.

This paper aims at extensively collecting the Greek and Latin documents handed down to us5 . The truth is that this evidence does not amount to much, many texts being lost. In spite of not depicting the local trade in the Horn in detail, this material provides nonetheless an acceptable picture of the local inland and maritime circuits (the sea routes between the Horn and southern Arabia obviously fall within the scope of this paper). Thus it is hoped that this paper will properly complement the past and future investigations carried out by archaeologists focusing on the same issue.

  1. First accounts of local exchanges: a conspicuous traffic in the Bab al-Mandab area (third century B.C. – second century B.C.)

Following Alexander the Great’s expedition in India (328-325 B.C.), war elephants began to be incorporated in Greco-Macedonian armies. Indeed, his successors – especially those who found themselves in possession of the most powerful kingdoms, namely the Seleucids and the Ptolemies6 – could not conceive of a battle without this frightening new weapon. Unlike the former who could acquire trained Indian elephants from the neighbouring Mauryan rulers, the latter were practically denied access to this unique source of tamed animal. Thus, in the face of a shortage of war elephants – for those taken from Alexander’s army were now getting older –, Ptolemy II decided to have African elephants captured, brought back to Egypt and trained for war. This is the main, albeit not the only, reason for this extraordinary achievement which caused numerous Greeks – explorers, hunters, carpenters etc. – to venture into the Red Sea and the Gulf of Aden as far as the cape Gardafui, between around 270 B.C. and the early second century B.C.7

Continuer la lecture de Pierre Schneider – Local exchange networks in the Horn of Africa: a view from the Mediterranean world (third century B.C. – sixth century A.D.)

  1. The Horn of Africa must be understood as the region that is home to the countries of Djibouti, Eritrea, Ethiopia, and Somalia. The southern coast of Somalia, however, does not fall within the scope of this study. []
  2. See, e. g., Stuart C. Munro-Hay, Aksum: an African Civilisation of Late Antiquity. Edinburgh: Edinburgh University Press, 1991, 294 p, 69-94. []
  3. See, e.g., Roberta Tomber, Indo-Roman Trade: from Pots to Pepper. London: Duckworth, 2008, 216 p., 88-89. []
  4. R. Pankhurst, “Across the Red Sea and Gulf of Aden: Ethiopia’s historic ties with Yaman”, Africa: Rivista trimestrale di studi e documentazione dell’Istituto italiano per l’Africa e l’Oriente, 57:3 (2002), p. 393-419, contents himself with paraphrasing the Periplus of the Erythraean Sea. []
  5. My own field of expertise – ancient history – and the sources which I master – Greek and Latin written documents – are the essential justification for this specific approach. []
  6. At its greatest extent the Seleucid Empire (312 – 64 B.C.), founded by Seleucus Nicator, stretched from Thrace to Bactriane, at the borders of India. The Ptolemaic empire, of which Egypt formed the core, was founded by Ptolemy Sôter and ended with the death of Cleopatra (30 B.C.). []
  7. About war elephants and Ptolemaic hunts, see Howard H. Scullard, The Elephant in the Greek and Roman World. London: Thames & Hudson, 1974, 288 p., 64-100; 120-145. []

Poivre et perles

Le changement dans les économies antiques, ouvrage édité par François Lerouxel et Julien Zurbach vient de paraître aux éditions Ausonius :

« Les économies de l’Antiquité changent, et elles changent profondément. Il n’y a pas une seule économie antique, plus ou moins identique à elle-même d’Homère à Constantin. Les contributions rassemblées dans ce livre instaurent un dialogue entre historiens des textes, archéologues, technologues et environnementalistes pour comprendre les ressorts de ces transformations. De l’Inde à l’Atlantique, en accordant la première place à l’évaluation des sources existantes et à la production de données nouvelles, elles suivent certains produits et certaines techniques de leur mise au point à leur diffusion, sans cacher les revers et les retours. C’est la diversité et les dynamiques des mondes antiques, dans leur originalité, qui se révèlent ici. »

L’ouvrage comporte deux chapitres consacrés respectivement au poivre et aux perles :
III. Deux produits de luxe 

Federico De Romanis, Pierre Schneider, Jean Trinquier: La circulation du poivre noir de l’Inde méridionale jusqu’en Méditerranée : quels changements ? : p. 277 

Pierre Schneider :Les perles de la mer Érythrée : p. 317

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search