Carsten Niebuhr dans la Tihama yéménite

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre » (…), tire « une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Carsten Niehbur (1733-1815), Voyage en Arabie et dans d’autres pays d’Orient, traduction française de 1780, volume 1, p. 288-293

Section 9: voyages dans les environs de Beit el Fakih
Chapitre 1 : voyage à Ghalefka

Pour profiter de la liberté dont nous jouissions à Beit el Fakih, je me proposai de faire seul quelques courses pour examiner les endroits ruinés aujourd’hui, mais célèbres autrefois, dont parle Abulfeda. J’espérais d’y découvrir quelques inscriptions, propres à montrer les variations survenues dans les mœurs et la langue de cette province : mon attente ne fut pas entièrement trompée.
Convaincu de la sûreté entière qui règne dans le Tehama, je résolus d’aller à Ghalefka et de faire ce voyage dans l’équipage le plus simple et le plus éloigné d’un air d’opulence qui eût pu tenter les brigands. Je louai un âne, dont le propriétaire qui suivait à pied me servait de domestique. Un turban, un surtout sans manches, une chemise, une culotte de toile, à la mode des Arabes et une paire de pantoufles composaient tout mon habillement.La coutume étant de voyager armé, je portais un sabre et deux pistolets à la ceinture. Un mauvais tapis était, en même temps, ma selle, ma chaise, ma table et mon matelas ; le linge dont les Arabes s’enveloppent les épaules pour se garantir du soleil et de la pluie me servait de couverture pendant la nuit. Depuis quelque temps, j’avais tâché de vivre à la manière des Arabes : ainsi, je pouvais me passer de beaucoup de commodités et me nourrir de mauvais pain, la seule chose que l’on trouve dans beaucoup d’auberges.
Le 7 mars, je partis de Beit el Fakih etjusqu’à la distance d’un mille de cette ville, je vis plusieurs villages. Mais le reste du chemin, pendant quatre milles et demi jusqu’à Ghalefka, je ne rencontrai que quelques puits sans aucune habitation. Les deux derniers milles, la route traverse une contrée si sablonneuse que mon guide s’égara souvent, à cause des collines de sable que le vent enlève, transporte et forme de nouveau. Il fallait même prendre des détours pour éviter quelques unes de ces nouvelles collines. Suivant mon calcul, Ghalefka est éloigné de Beit el Fakih de deux milles et demi d’Allemagne et autant de Zebid.

yémen zabid

Ghalefka était autrefois une ville célèbre et le port de Zebid, autre ville alors très florissante. Aujourd’hui ce port est entièrement impraticable, non seulement parce que la mer s’est retirée et que les bancs de corail augmentent, mais surtout à cause de la quantité prodigieuse de sable fin que les vents poussent dans ces parages et qui a formé depuis peu une haute colline. Il ne reste que les ruines d’une mosquée dédiée à un saint qui, par ses prières, avait obtenu une belle source, dont les habitants croient lui être redevable.Ces habitants sont actuellement logés dans une vingtaine de cabanes, où ils se nourrissent de dattes et de quelques moutons. La mer ne leur fournit guère de poisson : elle ne leur donne que du sel, dont chacun peut prendre tant qu’il veut, en payant au secrétaire du Dola de Beit el Fakih une petite redevance par charge. (…)

Chapitre 2 : retour par Hodeida à Beit el Fakih
Le lendemain, je partis de Ghalefka accompagné de mon ânier. Le chemin passe toujours près des côtes de la mer par une contrée sablonneuse et stérile, où l’on ne voit que des dattiers en petite quantité. On rencontre beaucoup de huttes à café et un seul village. A quelque distance de ce village il y a des maisons répandue parmi les dattiers, qui ne sont habitées que le temps de la maturité des dattes. J’arrivai le même soir à Hodeida, qui est éloigné de Ghalefka de cinq milles d’Allemagne.
Le port de Hodeida est un peu meilleur que celui de Loheya. Cependant les gros vaisseaux ne peuvent pas non plus y entrer. Le Dola de Hodeida dépend immédiatement de l’Imam, mis ce gouverment ne s’étend que sur la ville, et les revenus du gouverneur consistent dans une part sur les droits de l’exportation du café. La demeure du Dola, la douane et les maisons des principaux marchands sont de pierre ; le reste de la ville consiste en cabanes bâties à la manière ordinaire. Vers la mer est une petite citadelle de peu de défense (…) Je repartis dès le lendemain 9 mars pour Beit el Fakih. Dans cette saison on ne voyage que de nuit dans le Tehama. Une telle manière de voyager me privant de l’avantage de voir les objets dignes d’être remarqués, je préférais de m’exposer à la grande chaleur plutôt que de suivre l’usage. On rencontre en chemin beaucoup de huttes à café mais très peu de villages. A un mille et demi de Hodeida il y a un puits de bonne eau, qu’on vient chercher depuis cette ville, puisque celle de la ville est très mauvaise. Après avoir passé, en approchant de Beit el Fakih, quelques villages de peu d’importance, j’arrivai dans cette ville le soir du même jour.

Crédits :

Carte: avec l’aimable autorisation  de University of Texas Libraries (Perry Castañeda Library Map Collection)

Photographie :photo of Tihama (Yemen) taken by Carl Rathjens in 1931 (Wikimedia Commons)