Description moderne de la Patalène antique (delta de l’Indus)

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

James Rennell, Description historique et géographique de l’Indostan (tome 2), traduit par J.-B. Boucheseiche, Paris, 1800, p. 236-243.

On ne doit pas s’attendre à trouver ici une notice détaillée du nombre et des positions des différentes branches de l’Indus. Il faudrait que l’on en eût levé le plan auparavant. Je n’ai recueilli de particularités que sur trois de ces branches, et les voici. A 170 milles de la mer, en suivant le cours du fleuve, l’Indus se divise en deux branches, dont la plus occidentale est la plus large. Cette branche, après un cours d’environ 50 milles au sud-ouest, se divise en deux: la plus petite prend une direction ouest-sud-ouest, jusqu’à Larry-Bunder et Darraway, et la plus large, sous le nom de rivière de Ritchel, jusqu’à la ville de Ritchel, sur la côte maritime (Tatta est situé dans ce delta inférieur et à environ 5 milles au-dessous de son angle supérieur). L’autre branche principale, dont il reste à parler, est celle qui borne le côté oriental du delta supérieur. Elle est plus petite que la rivière de Ritchel mais plus large que celle de Larry-Bunder, et d’après des relations, elle commence à l’embouchure du golfe de Cutch, presque vis-à-vis de la pointe de Jigat.(…)

La partie basse du delta est coupée par des rivières et de petites baies, dans presque toutes les directions, comme le delta du Gange; mais elle n’est pas pas, comme ce delta, plantée d’arbres. La portion de son terrain qui n’est pas couverte d’eau est hérissée de broussailles; le reste ne présente que des marécages malsains et des lacs bourbeux. Un minaret à l’embouchure de la rivière de Ritchel indique la route, que l’on ne pourrait distinguer autrement, tant la côte est basse et uniforme. La partie supérieure du delta est bien cultivée et produit du riz en abondance. D’après les idées généralement reçues sur la nature et le traitement des chameaux, on ne s’attendrait pas que ce delta, et spécialement la partie voisine de la mer, serait propre à a nourriture de ces animaux. C’est pourtant ce qui a lieu: les branches tendres des broussailles leur servent de fourrage.

300px-indus_river_delta

C’est une circonstance très remarquable que la marée cesse d’être sensible dans ce fleuve à 60 ou 65 milles de la mer. Les bores sont hautes et dangereuses à l’embouchure. La largeur de la branche de Ritchel au-dessus de l’endroit ou cesse la marée est évaluée à un mille, et à un demi-mille seulement à Tatta. Il est certain que l’Indus est bien moins considérable que le Gange. On estime à 4 milles par heure la rapidité de son courant, dans les temps de sécheresse, ce qui me paraît exagéré, à moins que la pente ne soit plus considérable que je l’imagine; mais aussi nous devons convenir que si la marée ne remonte pas plus haut, il faut l’attribuer à quelque cause de cette nature.

La province de Sindy, tant pour des particularités du sol et du climat, que pour l’apparence générale de sa surface, ressemble à l’Egypte. Sa partie basse est composée d’une excellente terre végétale, et forme un large delta, tandis que sa partie supérieure est étroite, bornée du côte de la Perse par une chaîne ou des chaînes de montagnes, et de l’autre par un désert de sable. L’Indus, au moins égal au Nil, coule au milieu de cette vallée unie et l’inonde périodiquement. Pendant une grande partie de la mousson sud-ouest, ou au moins dans les mois de juillets, d’août et une partie de septembre (saison des pluies dans la plupart des autres contrées de l’Inde), l’atmosphère est ici généralement obscurcie de nuage, mais il n’y pleut qu’au voisinage de la mer. Les pluies y sont rares, à la vérité, durant toute l’année. Le capitaine Hamilton rapporte qu’il ne plut pas une seule fois pendant les trois années qui précédèrent son voyage à Tatta. Ce manque de pluie et le voisinage des déserts de sable qui bornent cette province à l’est, et n’en sont pas éloignés au nord-ouest, rendent les chaleurs si violentes, et les vents si pernicieux, que les maisons sont construites de manière à recevoir de l’air, au besoin par le moyen d’ouvertures pratiquées sur les combles, semblables à des tuyaux de petites cheminées (…).

La ville de Tatta, dont nous avons décrit la position, était dans le siècle dernier très vaste et populeuse. C’était une place où se faisait un grand commerce. Il y avait des manufactures d’étoffes de soie, de laine et de coton. Aujourd’hui la ville est beaucoup moins considérable et elle a conservé très peu de ses établissements. Sur les bords de l’Indus, au-dessus du delta, on fait une grande quantité de salpêtre, et l’on trouve des mines de fer et de sel dans le pays montagneux qui commence à environ 3 milles au nord-ouest de Tatta. On voit à 4 milles de Tatta les ruines d’une ville que l’on croit avoir été Braminabad.

Crédits: Indus River Delta (cliché Nasa – Wikimedia Commons)