Dérive dangereuse aux alentours du cap Gardafui

Dérive dangereuse aux alentours du cap Gardafui

Cosmas Indicopleustês vécut dans la première moitié du 6e siècle ap. J.-C. Son surnom (« qui a navigué en mer Indienne », ou « qui navigué vers les contrées de l’Inde ») est en lien direct avec ce qui dut être l’une de ses principales activités : celle de marchand circulant en mer Rouge et dans la mer d’Oman. Sa Topographie chrétienne (un traité destiné à combattre les idées des chrétiens qui adoptaient les théories grecques de l’univers sphérique) est parsemée de diverses digressions -­ généralement à visée démonstrative – dans lesquelles Cosmas se réfère à ses propres souvenirs de marchand-navigateur dans l’océan Indien. Celle qui suit est d’un intérêt exceptionnel pour l’histoire de la navigation antique dans l’océan Indien.

« Un jour, cinglant dans ces régions vers l’Inde intérieure et ayant un peu trop poussé dans la direction de la Barbarie au-delà de laquelle se trouve le Zingion – on appelle ainsi l’embouchure de l’océan – nous avons aperçu, tandis que nous naviguions à tribord, une multitude d’oiseaux en vol nommés souspha (n. b. :la traductrice remplace le mot grec par « albatros ») ; ils sont deux fois aussi gros que des milans, peut-être davantage ; de plus, l’air est très insalubre dans cette région, de sorte que tout le monde prit peur. Ils disaient tous, ces gens exercés à la navigation, marins et passagers, que nous étions près de l’Océan et ils criaient au pilote : « Vire à babôrd, vers le golfe, de crainte qu’emportés par les courants nous n’allions déboucher dans l’océan et y périr. Car l’Océan, là où il pénétrait dans le golfe, produisait une barre excessivement grande et, à la sortie du golfe, le ressac entraînait vers l’Océan ; c’était pour nous un spectacle tout à fait terrifiant et une grand épouvante s’est emparée de nous. Certains de ces oiseaux qu’on appelle souspha nous ont longtemps suivi, volant très haut ; ils signalaient que l’Océan était proche. » Cosmas Indicopleustès, Topographie chrétienne, 2, 30 (traduction W. Wolska)

ν ος ποτε πλεύσαντες π τν σωτέραν νδίαν κα περβάντες μικρ πρς τν Βαρβαρίαν, νθα περαιτέρω τ Ζίγγιον τυγχάνει—οτω γρ καλοσι τ στόμα το κεανοῦ—, κε θεωρομεν ες τ δεξι εσερχομένων μν πλθος πετεινν πετομένων, ἃ καλοσι σοσφα· εσ δ ς διπλο κτνες, κα μείζους μικρόν· κα δυσαερίαν πολλν ν τ τόπ, ς κα δειλιν πάντας. λεγον γρ πάντες ο ν τ πλοί μπείρως χοντες, ναταί τε κα πιβάται, τι γγύς σμεν το κεανο, κα λεγον τ κυβερνήτῃ· πωσαι τν ναν π τ ριστερ ες τν κόλπον, μ κσύρωμεν τος εύμασι κα μπέσωμεν ες τν κεανν κα πολώμεθα. Ὁ γρ κεανς ες τν κόλπον εσβάλλων κμα μέγα κα ξαίσιον ποίει, κ το δ κόλπου εύματα ελκον π τν κεανόν, κα ν φρικτν μν πάνυ τ θέαμα κα δειλία πολλ κατεχεν μς. κ τν δ πετεινν κείνων τν καλουμένων σοσφα κολούθουν μν π πολ πετόμενα κατ τ ψος, τινασήμαινον γγς εναι τν κεανόν.

1. Toponymie et géographie

La toponymie de Cosmas est relativement précise. Elle nécessite néanmoins, pour le lecteur d’aujourd’hui, quelques clarifications.

1.1.  L’ « Inde intérieure »

Bien avant l’époque de Cosmas Indicopleustês, le nom « Inde » a été appliqué à des contrées qui se situaient en dehors de la péninsule indienne. Différents secteurs de l’Afrique orientale et de la péninsule Arabique– notamment les parties bordées par la mer Rouge méridionale – pouvaient être nommées « Inde ». En raison de cette importante extension de l’espace indien, certains auteurs ajoutaient des qualificatifs sectoriels, tels que « intérieure », « citérieure », « petite » etc. Il n’y a pas d’uniformité dans l’usage de ces appellations. Dans le cas de Cosmas, la situation n’est pas trop compliquée : dans ses conceptions géographique, la Corne de l’Afrique est occupée par l’Aithiopia et la Barbaria ; par ailleurs, il ne semble pas que pour lui le golfe Arabo-Persique soit une partie de l’« Inde ». Cette « Inde intérieure » désigne donc très vraisemblablement la péninsule indienne. L’île de Sielediba [Sri Lanka] appartient aussi à l’Inde intérieure et se trouve dans la mer Indienne (voir T. C. 3, 65). Quant à l’île de de Socotra (Dioskouridês en grec), qui se trouve dans la mer Indienne, il n’est pas inconcevable qu’elle fasse aussi partie de l’Inde intérieure dans la géographie de Cosmas.

1.2.  Le Zingion

Ce terme ne se trouve dans aucune autre source en langue grecque ou latine. C’est un nom vernaculaire (voir T. C. 2, 29 : τὸ λεγόμενον Ζίγγιον), utilisé par ceux qui naviguaient dans l’océan Indien occidental (Axoumites, Himyarites, Perses, Indiens …) et que Cosmas devait côtoyer sur les navires et dans les escales. Les commentateurs ont depuis longtemps fait un rapprochement avec le nom Zanj (Zenj / Zinj) des sources arabes (Winstedt, p. 334). Ptolémée (4, 7, 8) connaît un cap Zingis qui se trouve au sud-ouest d’Oponê (ras Hafun?) dans la Barbaria (rapprochement également possibles avec le peuple nommé Zangenae ainsi que le terme Azania [H. von Wissmann, RE suppl. 11, c. 1337-1348, s.v. Zangenae]).

Cosmas fait mention du Zingion dans deux autres passages de la Topographie chrétienne :

  • « … le golfe Arabique, nommé mer Érythrée [= actuelle mer Rouge] et le golfe Persique, pénétrant tous deux à partir de ce que l’on appelle Zingion, dans la partie sud-est de la terre, du côté de ladite Barbaria, là où le pays d’Éthiopie prend fin. Ils le connaissent, ce Zingion, ceux qui traversent la mer Indienne : il se trouve au-delà du pays de l’encens qu’on appelle Barbarie et que l’Océan enveloppe avant de s’engouffrer de là dans les deux golfes. » ( T. C. 2, 29, traduction W. Wolska, légèrement modifiée). Le Zingion semble être un secteur maritime (ce nom apparaît systématiquement en relation avec la navigation), situé en Afrique orientale, à la jonction de la Barbaria (Somalie septentrionale) et de l’Aithiopia . Localisé plus précisément au-delà de la région productrice d’encens qu’ici Cosmas ne distingue pas de la Barbarie, le Zingion, région et secteur maritime, doit être placé dans les parages du cap Gardafui.

  • « La mer qui s’intercale entre eux [i. e. la Barbarie et le pays des Homérites [= le Yémen] ne représente que deux jours de navigation [= de traversée d’une rive à l’autre]. Au-delà de la Barbarie il n’y a plus que l’océan que l’on appelle Zingion. » (T. C. 2, 50, traduction W. Wolska légèrement modifiée). Ce passage confirme que le nom Zingion s’applique au secteur maritime – et océanique – qui se trouve à l’extrémité de la Barbaria.

    Ces indications viennent s’ajouter à celles du texte qui fait l’objet de cette chronique, à savoir que le Zingion est la bouche (stoma), ou l’embouchure de l’océan. (le même mot stoma s’applique à l’embouchure ou au delta d’un fleuve). Cosmas reproduit une conception assez commune du rôle dynamique de l’océan dans la géographie antique : selon cette conception, c’est l’océan qui crée les grands golfes de la terre habitée en envoyant ses eaux dans les masses terrestres. Selon Cosmas, donc, l’océan commence par entrer dans l’espace circonscrit que nous appelons aujourd’hui la mer d’Oman avant de s’engouffrer dans les golfes Arabique (= mer Rouge) et Persique (que l’on tend à nommer aujourd’hui golfe Arabo-Persique). Et avant de former le golfe Arabique, l’océan entre dans l’étroit golfe d’Aden : cette entrée est une embouchure (stoma), ou, en d’autres termes, sa partie terminale Cette « embouchure » porte un nom en usage chez les utilisateurs des routes de l’océan Indien : le Zingion.

    En effet, les navigateurs qui se rendent en Inde intérieure, ou qui traversent la mer Indienne, connaissent bien le Zingion. Le verbe ἵσασι de T. C. 2, 29, se réfère évidemment à une connaissance par l’expérience et en aucun cas à une connaissance intellectuelle. Si l’on passe par le Zingion, c’est que l’on a probablement pour destination l’Inde du sud-ouest ou Sielediba (Sri Lanka) : à l’époque de Cosmas, cette île est un marché (emporion) important et fréquenté. L’île de Socotra est également une destination possible.

    1.3.  L’océan

    Cosmas fait quatre fois mention d’un « océan » qu’il faut à tout prix éviter. Ici, il ne se réfère pas à la partie terminale de l’océan, celle qui pénètre dans le golfe d’Aden et enveloppe la Barbarie – celle qui se confond plus ou moins avec le Zingion -. Il s’agit de l’océan ouvert, au sud du Zingion, espace immense et inconnu.

zingion-2

2. Le vocabulaire maritime

  • εἰς τὰ δεξιὰ εἰσερχομένων ἡμῶν. Bien que la droite se confonde ici avec le côté droit (tribord) du navire, elle désigne d’abord la droite de l’observateur. La dérive vers la droite indique donc, dans le cadre d’une navigation vers l’est, une dérive vers le sud. Autrement dit, il vaut mieux comprendre « tandis que nous naviguions vers la droite », plutôt que « à tribord ». Cette observation répète la précédente : le navire s’est un peu trop déporté vers la Barbarie (ὑπερβάντες μικρῷ πρὸς τὴν Βαρβαρίαν), c’est-à-dire vers la droite pour qui navigue vers l’est.

  • ἄπωσαι τὴν ναῦν ἐπὶ τὰ ἀριστερὰ εἰς τὸν κόλπον. La traduction de W. Wolska (« vire à babôrd, vers le golfe ») ne semble pas appropriée. Le verbe apôthéô désigne l’action de s’écarter d’une route. Il peut s’agir tout simplement de serrer davantage le vent en restant sur la même amure : « Ramène le navire vers la gauche ». Le golfe n’est pas nécessairement le golfe d’Aden. Il peut d’agir de la mer d’Oman, perçue dans sa totalité comme un grand golfe par opposition à l’océan ouvert et aux contours inconnus qui s’ouvre au sud du Zingion.

  • γὰρ Ὠκεανὸς εἰς τὸν κόλπον εἰσβάλλων κῦμα μέγα καὶ ἐξαίσιον ἐποίει. Il s’agit du secteur où l’océan « entre » dans le golfe (d’Aden), et qui porte précisément le nom de Zingion – c’est ce que Cosmas appelle aussi l’ « embouchure de l’Océan ». La traduction de W. Wolska (« barre ») ne convient pas : Cosmas ne se réfère aucunement à une barre littorale. Le nom κῦμα désigne l’état de la mer résultant des effets – conjugués ou non- du vent et du courant. La forme verbale kumainein désigne déjà dans l’épopée homérique (Iliade, IV, 425 ; XIV, 229 ; Odyssée, IV, 570) l’agitation des flots. C’est précisément à l’endroit où l’Océan rejoint le golfe que les eaux s’agitent. Cette description n’est pas sans évoquer le changement brutal que l’on observe en période de mousson d’été, lorsque, venant du Golfe d’Aden, on passe le cap Guardafui puis l’île de Socotra. La mer, faiblement agitée, se creuse alors brutalement et soulève une forte houle venant du sud-ouest. Les navires qui font route vers l’est sont alors soumis à un roulis important, tandis que les navires venant de l’est doivent aujourd’hui encore affronter une mer parfois dangereuse. Lorsque se produit le phénomène -de plus en plus rare à mesure que l’été avance- d’un vent soufflant du nord, la confrontation du vent et de la houle soulève une mer tumultueuse, avec des vagues déferlantes. La séparation des eaux entre le Golfe d’Aden et l’Océan Indien n’en est alors que plus perceptible. Lorsque Cosmas et ses compagnons passèrent ce jour-là, la houle océanique dut être particulièrement violente (ἐξαίσιον : « extraordinaire », « excessif »). Outre cette mer agitée, la rencontre des deux masses d’eaux en cette saison provoquait un courant dangereux (ci-après).

  • μὴ ἐκσύρωμεν τοῖς ῥεύμασι ; ἐκ τοῦ δὲ κόλπου ῥεύματα εἷλκον ἐπὶ τὸν Ὠκεανόν. Le mot rheuma désigne sans équivoque les courants (la seconde occurrence est mal traduite par W. Wolska : « ressac »). Ce terme est aussi utilisé dans la Topographie chrétienne (2, 32) pour désigner le courant du Tigre, de l’Euphrate et du Nil. (cf. également Thucydide, 2, 102, 3-5, à propos du courant de l’Akhélôos charriant des alluvions). Son effet est donc particulièrement sensible pour les navires. Des phénomènes d’upwelling se produisent le long de la côte somalienne. Cosmas se réfère sans doute à des courants de surface consécutifs aux vents, qui feraient dériver le navire vers le sud et la mer ouverte.

  • καὶ δυσαερίαν πολλὴν ἐν τῷ τόπῳ. La traduction de W. Wolska (« de plus, l’air est très insalubre dans cette région ») n’est pas satisfaisante, compte-tenu du contexte. Certes ce mot – peu employé – peut désigner un air malsain (voir Strabon, 5, 1, 7, parlant de l’air qui s’élève des marais de Ravenne). Mais le même Strabon, décrivant l’embouchure du Rhône, dit qu’elle est peu visible de la mer, car elle est basse et que, dans des conditions atmosphériques difficiles (temps couvert ? brouillard ?), on ne la voit pas, bien qu’elle soit proche (μὴ καθορᾶσθαι μηδ’ ἐγγὺς ἐν ταῖς δυσαερίαις [Strabon, 4, 1, 8]). Cosmas évoque donc un temps couvert ou brumeux. De fait, le changement de contexte maritime s’accompagne d’un changement brutal de conditions atmosphérique lorsque se fait sentir l’effet des vents de mousson, l’air devenant plus humide.

3. Les oiseaux nommés souspha

L’origine du terme – non grec – n’a pas, à notre connaissance, été identifiée (le dernier traducteur en date, Schneider, p. 54, lequel suit tous ses prédécesseurs en traduisant par « albatros », est muet sur cette question). La langue doit évidemment être celle d’un peuple riverain de l’océan Indien occidental. L’apparition de ce nom vernaculaire prouve que les Grecs empruntaient des vocables aux hommes avec lesquels ils pouvaient être en contact fréquent – ici pour des raisons professionnelles -. C’est un cas banal de « transfert culturel », dont l’emploi du terme Zingion est un autre exemple,

W. G. Arnott, p. 219, récuse l’hypothèse de l’Albatros. De de façon beaucoup plus convaincante, il identifie les souspha aux Frégates : « Place, size and flight clearly identify souspha as Frigatebirds (Greater, Fregata minor, length 80-100 cm, wingspan 206-230 cm, and Lesser, Fregata ariel, length only 71-81 cm, wingspan 175-193 cm), which frequent these coasts, fly higher than most sea birds, follow ships and gather in large number over offal. Scholars who translate souspha here as Albatross fail to realise that no species of that bird is found off Africa’s east coast north of Mozambique. » Cosmas compare la taille des souspha à celle de l’iktinos, c’est-à-dire au Milan (W. G. Arnott, p. 76-77), dont deux espèces sont connues des Méditerranéens : Milvus milvus (Milan royal ; longueur : 66 cm ; envergure : 175-195 cm) et Milvus migrans (Milan noir ; 60 cm ; envergure : 135-155 cm – source : http://www.oiseaux.net/). Pour autant que la comparaison de Cosmas soit fiable, la Frégate du Pacifique (Fregata minor) paraît être l’espèce à privilégier, en raison de son envergure.

fragata_comun_fregata_minor_isla_baltra_islas_galapagos_ecuador_2015-07-23_dd_07

Une recherche récente conduite sur des oiseaux nichant dans l’île Europa (sud du canal de Mozambique) montre que les Frégates planent sur des distances considérables en utilisant les vents : « A large échelle, les enregistrements montrent que les frégates effectuent leurs vols transocéaniques entre l’Afrique et l’Indonésie en suivant le bord de la zone de formation des cyclones tropicaux autour de l’équateur, souvent appelée pot-au-noir par les marins. Elles utilisent des vents favorables (les alizés) pour effectuer sans effort d’immenses cercles dans l’océan Indien. Les juvéniles en particulier, qui quittent pour la première fois leur lieu de naissance, parcourent des milliers de kilomètres et, encore plus étonnant, peuvent rester en vol pendant plus de deux mois, sans se poser. » ( http://www2.cnrs.fr/presse/communique/4611.htm). Il est remarquable de noter que Cosmas établit une relation entre la présence des souspha et les conditions atmosphériques du moment.Cette donnée va dans le sens d’une identification à la Frégate du Pacifique (Fregata minor).

4. Le trajet du navire

A la lumière de toutes ces indications, on peut rétablir une partie des faits qui se sont déroulés en ce jour mémorable.

Cosmas avait embarqué sur un navire à destination d’un port de l’Inde, qui avait mis cap à l’est. Il avait probablement quitté un port où il avait ses habitudes professionnelles. On pense immédiatement à Adoulis, que Cosmas connaît bien pour y avoir séjourné – au point d’y être connu des autorités locales –. La destination était un port de l’Inde « intérieure », ce qui exclut l’Afrique orientale, comme on l’a vu plus haut. L’’île de Socotra – qui semble faire partie de l’Inde intérieure – pouvait-elle être la destination du bateau ? C’était une île fréquentée par des navigateurs de toutes origines, comme l’ont révélé les trouvailles de la grotte de Hoq. Toutefois, Cosmas affirme ailleurs (T. C., 3, 65) qu’il longé dans le passé Dioskoridês, une « île de la mer Indienne » mais ne s’y est pas arrêté. Cette île ne faisait pas partie de ses destinations habituelles. On peut en déduire que Cosmas et ses compagnons se rendaient alors, en trajectoire directe, dans un port de l’Inde. Dans quelle partie de l’Inde se trouvait ce port ? Sans doute sur la côte sud-occidentale : un navire en route vers l’Inde du nord-ouest n’aurait probablement pas suivi une trajectoire proche de la Somalie au point de se retrouver en situation périlleuse à l’approche du Zingion. Bien que W. Wolska-Conus, p. 9,  en doute, il pourrait s’agir de l’un des ports de l’Inde du sud-ouest spécialisé dans l’exportation du poivre.

Quoi qu’il en soit, ce navire parti en trajectoire directe ne pouvait faire route qu’au moyen des vents de sud-ouest de la mousson d’été. L’incident a donc dû se dérouler entre juillet et septembre (L. Casson, p. 284). A la sortie de la mer Rouge, après le passage du Bab al-Mandab, le navire a commencé à traverser le golfe d’Aden. Il dérive vers la côte somalienne, sans visiblement que cela inquiète beaucoup. Le bateau ne doit pas se trouver très loin très loin de l’extrémité de la Barbaria (= de la pointe de la Corne) là où commence le Zingion. Ce qui déclenche la panique, c’est l’apparition simultanée d’un vol de frégates et du mauvais temps (voir ci-dessous les remarques d’Olivier Planchon sur les tempêtes tropicales dans le golfe d’Aden). Passagers et marins redoutent probablement que le courant – et le vent – n’entraînent le navire dans l’océan ouvert (au-delà du cap Gardafui ?). Une très forte houle est visible, qui marque la rencontre de l’océan Indien et du golfe d’Aden. On craint d’être entraîné par ces courants dans les courants de l’océan et que le navire soit perdu corps et biens. C’est pourquoi les passagers et les marins qui ont l’expérience de cette route conjurent le pilote de revenir vers le « golfe » en se dirigeant vers la gauche (vers le nord ? le nord-ouest ?) afin de ne pas tomber dans cette zone de mauvais temps. Les frégates accompagnent un certain temps le navire avant que les routes des uns et des autres ne se séparent – le pilote ayant effectué la manœuvre demandée -.

a3f3-tmp

Nous devons à l’amabilité d’Olivier Planchon (université de Rennes) la très utile remarque suivante : « La description pourrait correspondre à la sortie du golfe d’Aden, à la longitude du cap Gardafui. Les tempêtes et cyclones tropicaux sont très rares sur le golfe d’Aden. Mais en pénétrant sur la mer d’Arabie proprement dite, le danger devient potentiellement partout présent jusqu’à la côte occidentale de l’Inde. » O. Planchon nous transmet également une carte représentant l’intensité maximale des systèmes tropicaux observés en mer d’Arabie (1978-2015), établie par Karl Hoarau.

points-avec-intensites-maximales-1978-2015

 5. Remarques complémentaires : le kubernetês (pilote) et les passagers

Comme on le voit, c’est vers le pilote que se tourne l’ensemble du navire, passagers et marins. C’est dire le rôle majeur qu’il joue. Comme l’écrit à ce sujet J.-M. Kowalski, p. 28 :« Le pilotage apparaît comme un art qui s’apprend et se transmet, s’enrichissant de l’expérience accumulée des marins qui parcourent les mers. Cet art ne se limite pas à la connaissance des techniques de navigation : il englobe, d’une manière plus vaste, toutes les connaissances sur l’environnement maritime susceptibles d’être utiles pour mener le navire. (…) L’absence presque totale de moyens techniques d’aide à la navigation fait que cet art était – dans l’univers culturel grec – intimement lié à la connaissance que pouvaient avoir les marins de l’environnement physique dans lequel ils évoluaient. » Par ailleurs, « on notera que les connaissances techniques, quand elles sont précises, sont (…) généralement limitées à une région donnée, car elles sont le fruit d’une expérience d’itinéraires répétés dans des conditions variées. » La dichotomie entre l’art du pilotage et le savoir livresque est résumée par une phrase lapidaire de Polybe : critiquant l’incapacité des médecins de l’école « dogmatique » – i. e. uniquement formé par les lecture des traités de médecine -, il les compare à des pilotes qui gouverneraient leur navire d’après un livre ( εἰσὶ γὰρ ἀληθῶς ὅμοιοι τοῖς ἐκ βυβλίου κυβερνῶσιν [Polybe, 12, 25d, 6]),

On peut, à titre de rapprochement, citer les lignes suivantes, empruntées à A. Unali, p. 31-33 : « On désignait le pilote qui menait le navire par le mot arabe ‘mu’allim’, ‘maître’, mais aussi dans le langage nautique ‘maître de la navigation’. Par rapport aux décisions à assumer, il se trouvait investi de lourdes responsabilités vis-à-vis de l’armateur, des hommes et des marchandises embarqués. (…) Ecrit par Aryā Sūra, auteur vécu (sic) aux premiers siècle (sic) de notre ère, le texte indien Jātaka di Sūpāraga (sic) fait l’étalage des meilleures qualités d’un pilote, menant un vaisseau dans l’océan. Indien. (…) Parmi ses compétences, une connaissance approfondie des astres et un sens de l’orientation sans failles. (…) Dans leur variété, les indications – fournies par les éléments naturels – permettaient de ‘distinguer les régions océaniques’ l’une de l’autre et, par là même, de prévenir les périls propres à chaque endroit. Parmi les indices pris en compte par les pilotes, grâce à leur habileté et leur mémoire : ‘les poissons, la couleur de l’eau, les fonds marins, les oiseaux et les reliefs’ »

Incontestablement, le pilote détient un savoir et un savoir-faire qui le qualifient pour cette fonction. On voit néanmoins que non seulement les marins, mais également les passagers ne sont pas ignorants des phénomènes observables dans cette partie de l’océan. Les habitués de la route – i. e. les professionnels, marchands et matelots – savent reconnaître par expérience (ἐμπείρως ἔχοντες) certains signes atmosphériques dangereux.

Jean-Marie Kowalski ; Pierre Schneider

Citer ce billet : “Dérive dangereuse aux alentours du cap Gardafui”, par Jean-Marie Kowalski et Pierre Schneider. Publié sur Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l’océan Indien le 12 janvier 2016. Lien : https://median.hypotheses.org/1846

Bibliographie

W. G. Arnott, Birds in the Ancient World, from A to Z, London, 2007.

Cosmas Indicopleustès, Topographie chrétienne (tome 1 : livres 1-4), édité, traduit et commenté par W. Wolska-Conus, Paris, 1968.

Kosmas Indikopleustes, Christliche Topographie, édité, traduit et commenté par H. Schneider, Turnhout, 2010.

J.-M. Kowalski, Navigation et géographie dans l’antiquité gréco-romaine. La terre vue de la mer, Paris, 2012.

The Periplus Maris Erythraei, édité, traduit et commenté par L. Casson, Princeton, 1989.

A. Unali, En suivant les moussons. Voyageurs et marchands sur la route de l’océan Indien (9e – 16e siècle), Paris, 2014 ([très mauvaise] traduction française).

W. Wolska-Conus, La Topographie chrétienne de Cosmas Indicopleustès. Théologie et science au 6e siècle, Paris, 1962.

Crédits. Fond de carte : Free relief layers for Google maps ;  Great frigatebird (Fregata minor), Baltra island, Galapagos islands, Ecuador (photo: Diego Delso – Wikimedia Commons) ; carte produite à partir du E.U. Copernicus Marine Service Information; carte des systèmes tropicaux établie par Karl Hoarau (université de Cergy-Pontoise).