Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (II)

Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (II)
Les dégradations subies par les œuvres vives des navires (Cassiodore)

1. Cassiodore

 Cassiodore (Magnus Aurelius Cassiodorus Senator), né vers 485 et mort vers 580, a mené une brillante carrière politique à la cour de Ravenne dans l’Italie wisigothique, au service de Théodoric puis de sa fille et régente Amalasonthe. On le connaît également comme fondateur du monastère de Vivarium, dans lequel il s’est retiré. Les Variae sont un recueil de lettres et écrits qu’il avait rédigés pour Théodoric et ses successeurs, ainsi que des arrêtés qu’il avait promulgués en tant que préfet du prétoire (ces derniers sont conservés dans les livres 11 et 12).

2. Le texte (Variae 1, epist. 35)

La traduction (due à Th. Hodgkin) qui figure ci-après n’est pas fidèle, car elle comporte des abrègements. Elle permet néanmoins de prendre connaissance du sens général de cette lettre.

« King Theodoric to Faustus, Praepositus.
This extraordinarily dry season having ruined the hopes of our harvest, it is more than ever necessary that the produce should be brought forward promptly. We are therefore exceedingly annoyed at finding that the crops which are generally sent forward by your Chancellor from the coasts of Calabria and Apulia in summer have not yet arrived, though it is near autumn and the time is at hand when the sun, entering the southern signs (which are all named from showers), will send us storm and tempest.
What are you waiting for? Why are your ships not spreading their sails to the breeze? With a favourable wind and with bending oarsmen, are you perhaps delayed by the echeneis ? or by the shell‐fish of the Indian Ocean? or by the torpedo, whose touch paralyses the hand? No. The echeneis in this case is entangling venality; the bites of the shell‐fish, insatiable avarice; the torpedo, fraudulent pretence. The merchants are making delays in order that they may seem to have fallen on adverse weather.
Let your Magnitude put all this to rights promptly, otherwise our famine will be imputed, not to bad seasons, but to negligence. »

Dans cette lettre, Cassiodore énumère, sur le mode ironique, les possibles raisons du grand retard pris par les navires chargés de grains :

« … ou serait-ce que, tandis que la poussée de l’auster et le secours des rames favorisent la course des navires, l’echinais au milieu de l’onde liquide a planté sa morsure ; ou alors que les coquillages de la mer Indienne, tout aussi puissants, ont transpercé de leurs lèvres la carène des navires : on dit que leur paisible action ralentit plus (les navires) que les flots déchaînés ne parviennent à le faire (aut forte incumbente austro remigiisque juvantibus meatus navium echinais morsus inter undas liquidas alligavit : aut Indici maris conchae simili potentia labiis suis navium dorsa fixerunt : quarum quietus tactus plus dicitur retinere quam exagitata possunt elementa complere). »

J. André et J. Filliozat, p. 296, proposent une traduction légèrement différente : « Ou bien, d’aventure, malgré la poussée de l’auster et l’aide des rameurs, la morsure du rémora a retenu la marche des navires sur les ondes liquides, ou bien, par le même pouvoir, les coquillages de la mer Indienne ont avec leurs lèvres arrêté les carènes des navires. »

Un peu plus loin, Cassiodore cesse d’être ironique et nomme les véritables obstacles à la course des navires : non l’echinais, mais la vénalité des responsables de l’approvisionnement ; non la morsure des coquillages (de la mer Indienne), mais leur rapacité, non la torpille, mais leur hypocrisie (sed echinais illis impedimentosa uenalitas est, concharum morsus insatiata cupiditas, torpedo fraudulenta simulatio).

3. L’echinais et les coquillages de la mer Indienne

Les références aux fléaux de la navigation qui apparaissent dans ce texte sont avant tout celles d’un lettré, d’un homme cultivé. Cela se manifeste à tout le moins par la mention de l’echinais, poisson réputé ralentir les navires. Aristote, Hist. Anim. 6, 14 (ἐχενηΐς), Pline l’Ancien, Hist. Nat. 9, 79 (« Il y a un tout petit poisson accoutumé à vivre dans les rochers, qu’on appelle echeneis. On croit que les vaisseaux auxquels il s’attache vont plus lentement ; c’est de là que lui vient son nom. Cela fait qu’il a une fâcheuse renommée pour la composition des philtres amoureux, et pour retarder les jugements et les procès » [trad. E. Littré]), et Plutarque, Propos de table, 2, 7, en font état. Certains poètes le nomment  aussi : Lucain, B. C., 6, 675 et Ovide, Halieut. 99 .

Cassiodore n’est pas le premier non plus à parler de coquillages qui ralentissent la marche des navires – ceux-ci semblent toutefois moins attestés que l’echinais. Pline l’Ancien, Hist. nat. 9, 80, écrit : « Mucianus parle d’un murex plus large que la pourpre, dont la tête n’est ni raboteuse ni ronde, et dont le bec n’est point anguleux; sa coquille est unie, et se replie en dedans de chaque côté (Mucianus muricem esse latiorem purpura, neque aspero neque rotundo ore neque in angulos prodeunte rostro sed sicut concha utroque latere sese colligente). Il dit que ces murex s’étant attachés au vaisseau qui portait les enfants de condition noble condamnés par Périandre à être châtrés, et qui allait à pleines voiles, l’arrêtèrent, et que les coquilles qui rendirent ce service sont honorées dans le temple de Vénus à Cnide. Trebius Niger dit que ce murex a un pied de long et une épaisseur de cinq doigts ; qu’il retarde les vaisseaux, et qu’en outre, conservé dans le sel, il a la propriété d’attirer l’or qui est tombé dans les puits les plus profonds. » (traduction E. Littré)

La mention de coquillages qui sont propres à la mer Indienne et s’accrochent aux navires est, en revanche, unique dans la tradition littéraire. A ma connaissance, aucun autre document écrit ayant subsisté jusqu’à aujourd’hui ne fait allusion à ce fléau. Quel sens faut-il donner à mare Indicum ? Encore une fois [voir la rubrique « Navigations érythréennes » précédente], en cette époque tardive, le nom « mer Indienne » peut s’appliquer à la mer Rouge comme à l’ensemble de l’océan Indien occidental. Par quelle voie Cassiodore est-il informé de cette singularité ? Le contexte général du passage laisser penser que ce coquillage, tout comme l’echinais et la torpille, fait partie des realia (et curiosa)  assez bien connus (d’où le terme dicitur ?). On reste néanmoins étonné que le témoignage de Cassiodore soit unique dans la tradition.

4. Le « bio-fouling »

Le phénomène auquel fait allusion Cassiodore est bien connu : il s’agit du « fouling », ou « biofouling », terme anglais désignant la constitution de dépôts organiques sur des corps immergés, et spécialement les œuvres vives des navires. Les espèces capables de se fixer sur la carène sont innombrables :

« The variety among biofouling organisms is highly diverse, and extends far beyond attachment of barnacles and seaweeds. According to some estimates, over 1700 species comprising over 4000 organisms are responsible for biofouling. Biofouling is divided into microfouling — biofilm formation and bacterial adhesion — and macrofouling — attachment of larger organisms. Due to the distinct chemistry and biology that determine what prevents them from settling, organisms are also classified as hard- or soft-fouling types. Calcareous (hard) fouling organisms include barnacles, encrusting bryozoans, mollusks, polychaete and other tube worms, and zebra mussels. Examples of non-calcareous (soft) fouling organisms are seaweed, hydroids, algae and biofilm « slime ». Together, these organisms form a fouling community. » (Wikipedia)

 

La gêne la plus évidente est le ralentissement imposé à la course des navires :

 

“Historically, the focus of attention has been the severe impact due to biofouling on the speed of marine vessels. In some instances the hull structure and propulsion systems can become damaged. Over time, the accumulation of biofoulers on hulls increases both the hydrodynamic volume of a vessel and the frictional effects leading to increased drag of up to 60%. The additional drag can decrease speeds up to 10%, which can require up to a 40% increase in fuel to compensate.” (Wikipedia).

Le nettoyage de la coque était un moyen utilisé pour débarrasser périodiquement, comme l’atteste ce passage de Plutarque, Propos de table, 2, 7, traduit par V. Bétolaud (le locuteur essaie de montrer que les « rémoras » (echinais) ne ralentissent pas les navires)

« Quand la coque d’un navire est sèche et non pas trop alourdie par l’humidité, il est tout simple que la quille, glissant sur la mer en raison de sa légèreté, fende les flots qui cèdent et se séparent avec la plus grande facilité sous un bois bien propre et bien net. Mais quand cette coque, profondément humectée et trempée, amasse de nombreux fucus et des concrétions moussues, le bois de la quille a moins de force pour fendre l’eau; et les vagues donnant contre cette masse visqueuse ne s’en détachent pas aisément. C’est pour cela que l’on racle les parois d’un navire, afin d’en détacher la mousse et les herbes marines. En faisant cette opération, il est possible qu’on ait découvert quelque rémora retenu par ces matières visqueuses; et l’on aura pensé qu’il était la cause du ralentissement de la marche pour le navire: tandis qu’on aurait dû reconnaître, qu’il n’était qu’un accessoire à la cause même de ce ralentissement. »

5. De quel organisme marin peut-il s’agir ?

Cassiodore évoque métaphoriquement la fixation des organismes marins en parlant de morsure (morsus) et de lèvres (labiis suis). Quant au terme concha, assez vague, il peut s’appliquer à pratiquement toute sorte de coquillage marin. Cassiodore se réfère donc d’une façon générale à tous les mollusques et crustacés (par exemple, bernacles) pouvant s’accrocher aux navires. Il n’y a aucune raison de penser qu’il mentionne les mêmes coquillages que Pline l’Ancien, Hist. nat. 9, 80, contrairement à ce que pensent André et Filliozat, p. 411, n. 511 (i. e. des « porcelaines »).

Un point est assuré : les eaux de l’océan Indien semblent être réputées pour les dégâts qu’elles infligent aux carènes. Il est utile de rappeler ici l’existence d’un mollusque, qui au premier abord, ne ressemble pas un coquillage, nommé « taret » (en anglais, « shipworm »), qui dégrade les œuvres vives en bois. La notice de l’Encyclopaedia Britannica le décrit ainsi:

Shipworm, also called pileworm, any of the approximately 65 species of marine bivalve mollusks of the family Teredidae (Teredinidae). Shipworms are common in most oceans and seas and are important because of the destruction they cause in wooden ship hulls, wharves, and other submerged wooden structures. Only a small part of the anterior end of the shipworm is covered by a shell; the remainder is a long tubelike structure that, in some species, may be 180 cm (6 feet) long. The white shell, often marked with closely set lines, is used for burrowing into wood. File-like ridges on the shell cut into the wood at a rate of about 8 to 12 rasping motions a minute. Shipworms secrete lime to line the inside of the burrow. The tubelike portion of the animal, which extends back to the burrow opening, ingests food particles and oxygen from the water and discharges wastes and reproductive cells. A certain amount of wood is also ingested as food by most species.The most economically important shipworms, i.e., those causing the most damage, are members of the genus Teredo, which includes about 15 species. Other genera are Bankia, Xylotrya, and Xylophaga. Teredo norvegica, of the coasts of Europe, has a tube about 30 cm (1 foot) long. The common shipworm, T. navalis (20 to 45 cm [8 to 18 inches] long), has a worldwide distribution but is especially destructive on the Baltic Sea coast.


Il est possible que le taret fasse partie des organismes désignés par le terme générique concha utilisé par Cassiodore.
On notera à ce sujet que les fouilles de Bérénice ont mis au jour des feuilles de plomb qui, selon S. Sidebotham, p. 197, servaient à protéger les parties de bois immergées :

« Hulls of large merchant vessels were built using timbers joined edge to edge with dowels and metal nails ; the hulls were then sheated in pitch, and sometimes in lead, to retard the deleterious effects of boring marine organisms. The 95 kg of lead sheets excavated in Berenikê’s Ptolemaic industrial area, and Roman era lead sheating with nail holes found in excavations at Myos Hormos demonstrates, that this practice was also used in the Red Sea.”

Pierre Schneider

Citer ce billet : “Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (II). Les dégradations subies par les œuvres vives des navires (Cassiodore)”, par Pierre Schneider. Publié sur : Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l’océan Indien le 28 avril 2017. Lien : https://median.hypotheses.org/1940.

Bibliographie

J. André et J. Filliozat, L’Inde vue de Rome, Paris, 1986.

Encylopaedia Britannica, s. v. “shipworm” (https://global.britannica.com/animal/shipworm).

Th. Hodgkin, The Letters of Cassiodorus, being a Condensed Translation of the Variae Epistolae of Magnus Aurelius Cassiodorus Senator, with an Introduction, Londres, 1886.

Wikipedia, s. v. “Biofouling”.

S. Sidebotham, Berenike and the Ancient Maritime Spice Route, Berkeley – Los Angeles – London, 2011.
Crédits
Biologische (Rankenfußkrebse) und Atmosphärische Korrosion (auteur : Rafal Konkolewski – Wikimedia Commons).  Cadavres d’organismes invertébrés (« biofouling »). Ces organismes ont grandi accrochés sous la coque d’un bateau de pêche en bois, ici mis au sec pour carénage, sur le port de la ville de Morgat (auteur : Aliot – Wikimedia Commons). Arrangement of a shipworm in a piece of wood (auteur du schéma: A. Le Roux – Wikimedia Commons). Shipworm Teredo sp. (United States Geological Survey – Wikimedia Commons).