Une traversée de la Tihama

Paul-Emile Botta, Relation d’un voyage dans l’Yémen entrepris en 1837 pour le Museum d’Histoire naturelle de Paris, Paris, 1841, p. 128-134

N’ayant plus rien à faire à Hais, je me disposai à partir pour Moka; mes effets furent envoyés dans cette ville aux frais du cheikh Hassan. Quant à moi, avant de m’y rendre, j’allai avec Ezzé passer un jour à une plantation de dattiers qu’il avait sur le bord de la mer, à quelques heures de Hais. Pour y arriver, nous traversâmes des plaines arides et sablonneuses où nous ne rencontrâmes qu’un misérable café sur la route de Zebid à Moka, et après cinq heures de marche d’autant plus fatigantes pour moi que je commençais à ressentir les premiers symptômes de la fièvre, nous arrivâmes à un grand jardin, appartenant à Ezzé, planté sur le sable au bord de la mer, dans un endroit nommé El-Ghandja, où probablement la rivière de Hais, après s’être perdue sous les sables, reparaît au moment où elle atteint le niveau de la mer, car l’eau que l’on trouve en creusant d’un pied ou deux est douce, même à quelques pas du rivage, et dans des points recouverts par la marée montante.

Par un goût aussi remarquable chez,les Arabes que son caractère lui-même, Ezzé avait la passion du jardinage; son jardin était régulièrement planté, tenu avec une propreté presque anglaise , et il aimait à y rassembler toutes les plantes qu’il pouvait se procurer; pour augmenter collection botanique, il avait eu soin, pendant notre voyage dans les montagnes, de recueillir des graines de toutes les plantes remarquables qu’il voyait, afin d’en propager la culture, tentative qui probablement ne lui réussit pas. Parmi ses raretés, Ezzé me montra le seul cocotier que j’aie rencontré dans l’Yémen, quoique la nature des plaines paraisse très-favorable à la culture de cet arbre précieux. Outre l’intérêt qu`il offrait à cause de sa singularité dans un pareil pays, le jardin était encore décoré par des cabanes de diverses formes, très-simplement, mais très-joliment construites avec des troncs et des branches de palmiers, en sorte que l’ensemble offrait au premier abord l’aspect du Jardin des Plantes de Paris; tout autour était une vaste plantation de trois mille dattiers appartenant aussi à Ezzé. Lors de la saison des dattes, il invitait tous ses amis et beaucoup des habitants de Hais , à venir passer quelque temps chez lui. Les visiteurs se logeaient soit dans les chaumières du jardin , soit dans des huttes de branches de palmiers formant un petit village situé tout auprès, mais désert à l’époque où je m’y trouvais, et y vivaient aux dépens des palmiers, dont jamais Ezzé ne vendait la récolte, générosité tout-à-fait arabe, et bien en harmonie avec le reste de son caractère.

Je pus remarquer dans cet endroit combien le dattier, comme presque tous les palmiers, pousse avec vigueur dans des terrains salés. Sur la route  de Moka on en trouve qui croissent et donnent des produits très-abondants sur un sol couvert d’une croûte de sel assez abondante pour servir aux usages des habitants. J’appris aussi d’Ezzé que le vent est favorable àla végétation du dattier, et que plus les vents sont violents et fréquents, plus les dattes sont abondantes et belles; enfin, je pus vérifier le fait singulier déjà observé par Forsskål, que les dattiers sont attaqués dans l’Yémen par une espèce de fourmis qui les ferait périr si, chaque année, on n’apportait des montagnes et ne suspendait pas à leur sommet des bûches d’un arbres que ne connais pas, et qui contiennent les nids d’une autre espèce de fourmis qui détruit celle du dattier. Ezzé , très-heureux de faire admirer son jardin à un Européen, ce qui ne lui était pa encore arrivé, m’en fit-les honneurs et me traita du mieux qu’il put, quoiqu’il eût la fièvre, dont je commençais aussi à sentir les approches, ainsi que deux de mes domestiques. Ces exemples, ainsi que celui de Shamsân, peuvent montrer combien, après un séjour dans l’air purifiant des montagne l’air des plaines est dangereux.

La maladie d’Ezzé lui fournit l’occasion de me donner une preuve de fidélité observer les préceptes de sa religion, qui m’étonna d’autant plus qu’elle n’était pas nécessaire. C’était le mois de ramadan, et malheureusement il avait oublié de boire avant l’aurore pour le reste de la journée. La fièvre lui avait  donné dès, le matin une soif ardente qu’il refusa toujours de satisfaire jusqu’au soir, quoique le Coran permette aux malades  et aux gens en voyage de rompre le, jeûne; mais il ne se croyait ni assez malade ni assez en voyage  pour transiger avec sa conscience. Je remarquai aussi que pendant le Ramadan il s’abstint de se teindre les paupières avec le  kohl , parce qu’une très-petite quantité de cette poudre noire passe dans les narines par lea conduits des larmes, et peut être avalée avec la salive ; c’était pousser le scrupule un peu loin , et cependant jamais pendant trois mois qu’il passa avec moi il ne laissa paraître la moindre trace de fanatisme. Jamais il ne m’a fait une question sur ma religion, et jamais je ne lui ai entendu exprimer du mépris pour les croyances des autres. Cette tolérance ne lui était pas, au reste, particulière, et j’ai trouvé la même qualité chez; tous ses compatriotes.

Après avoir passé la nuit sous les palmiers, je partis avant le jour d’El-Ghandja, et  suivant le bord de la mer, j’arrivai vers dix heures à Moushié, que Niebuhr nomme Moushid, je ne sais pourquoi, car le nom, se, temine par un hamza et non par un d. C’est un village assez considérable dans lequel il y a une mosquée et quelques maisons blanchies ä la chaux, mais un bien plus grand nombre de cabanes de branches et de chaume. Quoiqu’il n’y ait plus de port, ce qui n’est pas étonnant sur une côte aussi sablonneuse, il est possible que cet endroit soit le Musa des anciens, où les marchandises apportées par terre de Cana, près d’Aden, pour éviter le dangereux passage du détroit, étaient embarquées de nouveau pour continuer leur route vers les parties septentrionales de la mer Rouge. On voit aux environs beaucoup de monticules de sable recouverts par les plantes du bord de la mer, qui généralement en orient indiquent l’emplacement d’anciennes constructions.

(…) Je ne restai dans cet endroit que quelques heures employées à dépouiller une hyène que l’on m’avait amenée vivante à Hais au moment de mon départ, et que j’avais fait tuer et envoyer en avant. Ces animaux sont très-communs dans l’Yémen, et les habitants les prennent au moyen de fosses recouvertes sur lesquelles ils mettent un animal mort. Quand une hyène est tombée dans la fosse, ils la tuent à coups de lance, ou s’ils veulent l’avoir vivante, ils sautent après elle, armés d’une fourche avec laquelle ils lui prennent le cou, qu’ils maintiennent contre terre pendant qu’un autre bâillonne l’animal en lui passant dans la gueule un bâton qu’on lui attache derrière la tête. C°est ainsi qu’on avait amené celle que j’avais fait prendre à Hais, et qui me coûta cinq francs.  Voulant faire un présent agréable à l’homme qui m’avait prêté sa maison pour m’y arrêter pendant les quelques heures que je passai à Moushié, je lui donnai, à la demande d’Ezzé, un paquet de branches de cât que j’avais avec moi, et d’autant plus précieux pour lui qu’il en vient rarement dans cet endroit écarté de toute route fréquentée: il me remercia en me baisant la main et les genoux, comme si je lui avais ouvert les portes du paradis. Je fis ensuite avec regret mes adieux à Ezzé, qui retourna à Hais, et je continuai ma route le long de la mer , dans des plaines sablonneuses ou salées que les Arabes nomment khabt, extrêmement ennuyeuses à traverser et désolantes à voir. Forcé par la fatigue et la fièvre, je m’arrêtai un moment dans un café établi dans un trou creusé en terre et recouvert de branches, et après le coucher du soleil j’arrivai dans un village où je passai la nuit , pendant laquelle la lièvre ne fit qu’augmenter, et le lendemain, après une marche de six heures qui me un siècle de souffrance, j’arrivai presque mourant à Moka.