Savoirs cartographiques sur l’océan Indien, entre tradition et innovations

Responsable : Catherine Hofmann, BnF, Département des Cartes et Plans

L’objectif est de constituer un corpus raisonné de cartes géographiques et d’autres sources iconographiques illustrant la place accordée à l’océan Indien dans la cartographie produite par les sociétés méditerranéennes, de Ptolémée à la fin du XVIe siècle.

Un travail historique préalable consistera à distinguer les différents types de cartes représentant l’océan Indien pour la période considérée. L’établissement d’un corpus de cartes sera réalisé principalement dans les collections de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Il prendra également en compte les grandes collections cartographiques d’autres bibliothèques françaises et étrangères. On procédera à une recherche sur le lieu de production et le contexte intellectuel de réalisation de chaque carte, et une classification en vue de la publication, de la mise en ligne d’un corpus numérique et de l’exposition. Les recherches historiques doivent permettre de rédiger des notices explicatives pour chaque document.

La deuxième étape consistera à mettre en évidence l’originalité et la nouveauté des toponymes des cartes: il s’agira de relever les noms de lieux les plus significatifs pour l’évolution de la cartographie de l’océan Indien. La précision de ce travail, qui sera coordonné à la BnF, demandera une collaboration étroite avec les autres partenaires. Ce travail sur la nomenclature pourra aboutir à la réalisation d’une indexation par autorité géographique dans le catalogue numérisé de la BnF. Parallèlement, une vectorisation des contenus géographiques et un référencement graphique des divers toponymes sera menée.

Dans ces deux étapes, on se propose de suivre en bonne part la méthode offerte par le récent Atlas historique du golfe Persique (Couto, Bacqué-Grammont, Taleghani, Bidermann 2006), qui opère un choix de cartes archétypes pour une zone comprise dans l’espace qu’on considérera ici et permet de faire apparaître, notamment grâce à une nomenclature significative, les différents moments de la reconnaissance et de la représentation de l’espace cartographié.

On prêtera également une attention particulière aux documents qui, sans être cartographiques au sens strict, traduisent la perception que les voyageurs ont eue des paysages et des littoraux de l’océan Indien, notamment aux vues côtières que produisent les routiers portugais du XVIe siècle. Une interrelation sera établie entre les cartes de l’atlas et un appareil de textes et d’illustrations témoignant des étapes de la représentation de cet espace par les scientifiques, les milieux du négoce ou de la religion.

Les Archives nationales de l’Outre-Mer collaboreront dans le choix de documents associés aux cartes au sein du corpus et en vue de l’exposition, notamment pour mettre en perspective sur les XVIIe et XVIIIe siècles les acquis de nos travaux.