La côte somalienne d’apres un routier de 1775

Instructions sur la navigation des Indes orientales et de la Chine, pour servir au Neptune oriental, par M. d’Aprés de Mannevillette, Paris, 1775

Depuis la rivière Dos-fugos, située sous la ligne équinoxiale, le gisement général de la côte jusqu’au cap Das Baixas est au nord-est 3 à 4 degré est. Le premier endroit habité et fréquenté par les Arabes est Barva, situé par 1° de latitude nord. C’est une grosse terre peu couverte de bois et on la reconnaît par quatre mornes escarpés de sable blanc ; ce sable commence au bord de la mer et va jusqu’au sommet : il y a au rivage deux récifs qui paraissent des îlots et sur lesquels la mer se brise.

Trois ou quatre lieues [une lieue marine = 5.556 km] au sud-ouest de ces quatre mornes commence une chaîne de montagnes de sable qu’on appelle les Lançoes, ou en langue du pays, Abumba. Ils vont jusques par 15 minutes de latitude. Au devant de ces sables, près de terre, il y a un petit îlot, au-delà duquel la terre forme une anse de deux lieues d’ouverture. Magadaxo est le principal endroit de cette côte et celui où tombe la rivière la plus considérable. Il est situé par 2° 20′ de latitude. Le terrain y paraît plus élevé et en rangeant la côte à deux ou trois lieues de distance on voit des édifices en forme de tours, qui sont des pagodes : celle qui est la plus nord a l’apparence d’un vaisseau avec les voiles d’avant. Au sud-ouest de cette pagode, dans un lieu qui paraît un peu plus obscur et couvert de bois d’égale hauteur, on aperçoit l’endroit habité. Au rivage, il y a de petites montagnes de sable blanc ; en venant du large on ne voit point les îles dont il est bordé et le tout paraît terre ferme. Plus au sud-ouest il y a de grandes plaines de sable blanc. Le terrain de l’intérieur est couvert de bois ras et le rivage est bordé de récifs. Quand on range la côte à une lieue de distance, on ne rencontre point le fond. De là, en allant au cap Das Baixas, on ne doit point ranger la terre de plus près que trois ou quatre lieues, gouvernant de jour au nord-est et pendant la nuit un peu plus au large.

Le cap Das Baixas, ou des récifs, ainsi nommé à cause de ceux qui le cernent et qui sont au large est par 4° 50′ de latitude nord. Son terrain est égal, escarpé et avance un peu plus en mer que la côte. Deux à trois lieues au large de ce cap, il y a des récifs sur lesquels la mer ne brise que quand elle est agitée par le vent ; c’est pourquoi on ne doit pas s’en approcher de plus près pendant le jour et dans la nuit il faut s’en tenir au moins écarté de 5 à 6 lieues. La terre, en allant vers le nord, ne gît plus qu’au nord-nord-est ; elle est unie, égale et escarpée jusques par 7° de latitude, avec quelques bouquets de bois, et peut être aperçue de 9 à 10 lieues en mer. On voit, en la côtoyant, plusieurs enfoncements ou baies, sur lesquels on n’a aucune instruction. On se borner à côtoyer cette terre de jour, à la vue. Il ne serait pas prudent de l’aborder de nuit ; il faut, au contraire, prendre un quart de rumb plus au large que son gisement.

Par 8° 15′ de latitude est situé Bandel Dagoa, en une anse que fait la côte, et à la pointe au sud de cette anse, il y a un morne remarquable nommé Morocobir. Le cap d’Elgada est par 9° 50′ de latitude. Quatre lieues au sud de ce cap on voit une autre pointe ; la terre qui se trouve entre les deux est de hauteur à pouvoir être aperçue de 12 lieues. Elle est fort unie par le haut, escarpée et tachetée de blanc sur le bord de la mer. La principale marque pour reconnaître ce cap, en venant du sud, est que la côte paraît discontinuer et forme un grand enfoncement, ou baie, dans laquelle il faut prendre garde d’entrer, non seulement parce que le détail n’en est pas connu, mais parce qu’avec les vents de sud-est on aurait beaucoup de peine à en sortir. Par son travers, on ne voit point les terres du fond de la baie.

Quand on est au large du cap d’Elgada, trois ou quatre lieues au large, on découvre au nord-quart-nord-est le cap Dorfui. En venant du sud, il paraît isolé et coupé à pic vers la mer. A l’ouest de ce cap, on voit une montagne qui ressemble à une grange : elle est jointe à ce cap par une basse terre, ce qui fait que, dans l’éloignement, elle en paraît séparée. On n’aperçoit les terres au nord du cap Dorfui que lorsqu’il reste au nord-nord-ouest. Ce cap est très haut et très escarpé. Sa latitude est de 10° 25′.

Du cap Dorfui à celui de Gardafui, le gisement est au nord et la distance est de 26 à 27 lieues. Entre les deux, et précisément au-dedans du cap Dorfui, il y a un grand enfoncement, ou baie. Ensuite la côte court au nord-nord-est jusqu’au cap Gardafui. Ces terres sont très élevées et escarpées au bord en falaises blanches et hachées à leur sommet. Elles se montrent ainsi jusqu’à une demi-lieue au sud du cap Gardafui, où elles se terminent ; alors cette extrémité semble, en s’abaissant, former plusieurs gradins. Le véritable cap est une basse terre, escarpée au bord. Sa latitude, en comparant plusieurs observations, est par 11° 45′. Cette côte est fort accore et ne porte point de sonde, même à un tiers de lieue du rivage.

Du cap Gardafui au mont-Felix, le gisement est au ouest-quart-nord-ouest quelques degrés nord et la distance est de 14 ou 15 lieues. La côte continue d’être haute et escarpée pendant 8 à 9 lieues. Le reste jusqu’à Mont-Felix est une plaine aride et raboteuse sur le bord de la mer, mais dans le terrain se sont de hautes montagnes. Cette côte est saine et on peut la côtoyer sans rien craindre ; cependant, si c’est la nuit, il faut prendre un peu plus au large que le gisement de ces deux caps, à cause d’une langue de terre qui s’avance en mer entre l’un et l’autre. Le mont Felix paraît isolé quand on vient de l’est. C’est un rocher haut et escarpé sur une basse terre, qui fait qu’on le prendrait pour une île. D’un beau temps il eut être aperçu de 15 à 16 lieues.

Après qu’on a passé le mont Felix, on voit la basse terre continuer le long de la mer, l’espace d’environ 5 lieues au sud-ouest. Ensuite la terre est fort haute pendant 5 à 6 lieues ; alors elle se termine par une plaine de moyenne élévation qui gît au ouest-quart-sud-ouest, environ 2 lieues. Du bout du ouest de cette plaine on compte 6 lieues jusqu’au cap Saint Pierre. Cette dernière côte est haute et bordée de montagnes hachées au sommet. L’extrémité de cette chaîne de montagne est ce qu’on appelle le cap Saint-Pierre. A 2 lieues environ de ce cap, on voit, sur le bord de la mer une tache blanche qui ressemble à une anse de sable. Le cap Mont Felix et celui de Saint Pierre gisent est-nord-est et ouest-sud-ouest et leur distance est de 16 à 17 lieues.

Du cap Saint Pierre à l’île de Mette, la route est au ouest-quart-sud-ouest, environ 21 lieues ; il y a un enfoncement entre les deux, où la terre est de moyenne hauteur et fort inégale. Sur le terrain ce sont de hautes montagnes. En approchant de l’île de Mette on voit, environ 3 lieues dans l’est, une péninsule de moyenne hauteur, couverte de petits mondrains qui paraissent isolés. Entre cette péninsule et l’île, il y a un enfoncement dont le rivage n’est pas élevé, mais dans le terrain règne toujours la chaîne de hautes montagnes. L’île de Mette, très proche de cette péninsule, est aussi de moyenne hauteur et couverte de petits mondrains, dont le plus élevé, situé au milieu de l’île, ressemble par le sommet à la forme d’un chapeau plat. Le terrain de cette île et de toute la côte est extrêment sec et aride.

De l’île de Mette à l’île Brûlée, ou Blanche, la route tire vers l’ouest, 19 à 20 lieues. La terre ferme entre les deux est médiocrement élevée. Cette île n’est qu’un roche fort haut qu’on peut apercevoir de 10 lieues. La fiente d’oiseaux qui le couvre le fait paraître blanc. Quelques navigateurs le nomment l’île Brûlée. Il s’éloigne de la terre ferme d’environ 3 lieues. Quand il reste au sud-est, il paraît fort rond et environné d’autres petites roches qui y joignent ; mais lorsqu’il reste au sud, il semble s’étendre un quart de lieue est et ouest. De l’île Brûlée la côte continue de courir à l’ouest et l’on voit toujours de hautes montagnes sur le terrain. On ne fréquente guère cette côte, on n’en peut donner aucun détail. Les vaisseaux qui suivent la côte d’Ethiopie, quand ils sont parvenus à l’île Brûlée, font ordinairement route pour traverser à la côte d’Arabie.

Crédits: 1) images satellites : copyright Google Earth; 2) «Karte des Somáli-Küste und des Golf’s von Áden», de von Heuglin, publiée en 1857 (Wikimedia Commons).