Voyage a bandar abbas du chevalier chardin (1674)

Voyages de Monsieur le chevalier Chardin en Perse et autre lieux de l’Orient, enrichis d’un grand nombre de belles figures en taille-douce, représentant les antiquités, et les choses remarquables du pays, chez Delorme, à Amsterdam (1711).

Le Bander-Abassi est bâti le long de la mer, si proche du rivage que les flots viennent  laver le pied des maisons dans les hautes marées. [IX, 234] Il est situé justement  entre les îles  d’Ormus et de Kichmichs,  que l’on voit la première à gauche  et l’autre à droite à environ  quatre lieues de distance. La côte d’Arabie que l’on voit aussi à la droite n’en est qu’à vingt  lieues, et comme  cette côte est de hautes montagnes,  on la voit fort à plein du Bander-Abassi  quand le ciel est serein. Cette place a aussi des hautes montagnes  derrière soi à trois lieues  seulement,  lesquelles ne sont pas stériles comme  dans la plupart de la Caramanie déserte,  mais fertiles, chargées de bois, et abondantes en eaux. Le terroir du Bandar, au contraire, et  sec et stérile, un sable mouvant  qui ne produit qu’à force de culture et surtout  à force d’eau.  

On peut appeler le Bander une ville, car il est ceint de murs du côté de la terre ayant deux  petites forteresses. On y compte quatorze ou quinze cents maisons, le tiers d’Indiens gentils  ou idolâtres, quelque cinquante  de juifs, et le reste de Persans naturels. Pour des chrétiens il  n’y en a que d’étrangers, et point qui y soient établis. Je ne parle point de sa figure, parce  qu’on la voit à clair dans le plan qui est à côté. Le quai a plus d’un mille de longueur.  Ces  maisons où l’on voit des pavillons ou bannières sont celles des compagnies orientales de  France, d’Angleterre, et de Hollande, qui sont les plus commodes  du lieu. Le gouverneur  de  la province, qui d’ordinaire fait ici sa résidence et non pas dans la capitale, qui est appelée  Neris, et qui est à dix journées de chemin,  y a un palais assez grand et assez commode  à un  bout de la ville, à l’endroit le plus éloigné de la mer, [IX, 235] bâti en partie de pierres et de  marbres tirés d’Ormus. Les maisons du lieu sont toutes en plate-forme avec des tours à vent  pour avoir de l’air. Ces tours, qui sont au milieu ou aux côtés de la plate-forme, sont carrées,  hautes de dix à quinze  pieds, selon la chaleur du pays, car les plus hautes font le plus d’air, et  de six à huit pieds de diamètre, divisées par-dedans en quatre, six, ou huit espaces, comme  des tuyaux  de cheminée,  afin que l’air qui entre par le haut,  se trouvant  plus resserré, se fasse  mieux  sentir. On le reçoit en une ou en plusieurs chambres, comme  on le veut, en faisant que  tous les tuyaux  répondent au milieu d’une chambre ou qu’ils donnent  dans les coins. J’ai  donné un modèle de ces tours dans le volume précédent. Il faut observer que l’on s’en sert  principalement pour les appartements des femmes,  à cause qu’elles ne pourraient pas prendre  le frais sur les plates-formes ou les terrasses, comme  les hommes,  sans les voir ou sans en  être vues. On voit de ces tours à vent particulièrement aux maisons qui ne sont pas bâties sur  le quai, comme  n’étant pas si ouvertes à l’air. Du reste, il n’y a rien du tout de considérable  dans les édifices publics du Bander-Abassi.

Cette ville n’a point de port, ce n’est qu’une  rade, mais elle est grande, bonne, et  assurée, autant  qu’aucune  de l’univers ; cependant il y a un grand inconvénient,  c’est que les  vaisseaux qui y passent l’été sont attaqués de vers qui les percent, surtout  les vaisseaux de  l’Europe, parce que le bois n’en est pas si dur que celui des vaisseaux des Indes. Les [IX,  236] navires sont à l’ancre à quatre ou cinq brasses d’eau en toute assurance, comme  dans un  bassin, sans jamais sentir d’orages, ni même  de gros vents, de sorte que l’on charge les vaisseaux fort vite et fort commodément. Les bateaux dont ils se servent pour cela, qu’ils nomment  chambouc, sont hauts,  longs, et étroits, ce que les Persans disent qu’ils font ainsi pour empêcher l’eau d’y entrer  quand la mer est plus agitée. Ils sont faits de cet arbre qui porte la noix de cocos, et duquel  l’on dit que l’on peut et faire et charger un navire tout ensemble, le corps du vaisseau se  faisant du corps de l’arbre, les voiles et les cordages avec ses feuilles et avec son écorce, et le  fruit de l’arbre fournissant la charge du vaisseau. Il est vrai que tous les cordages du golfe  Persique sont faits de cette écorce, mais je n’y ai pas vu d’autres voiles que de toile de coton.  Ce qui est assez remarquable, c’est que les planches des barques sont cousues avec ces sortes  de cordes et enduites de chaux  au défaut de poix, sans un morceau de fer en aucun  endroit, ce  qui fait aussi que ces bâtiments ne résistent guère à la mer.

L’eau du Bander est fort mauvaise, salée, pesante, et amère, se tirant de puits creusés  dans le sable à trois brasses de profondeur seulement,  ce qui fait qu’il n’y a que le pauvre  peuple qui en boive. Le commun  boit de l’eau de Mines, qui est un hameau  à une lieue du  port où les Indiens vont faire leurs dévotions sous un de ces arbres des Indes qui jette ses  branches en terre, d’où elles repoussent en haut  comme de nouveaux  surgeons. [IX, 237] Cet  arbre a près de six toises de tour mesuré au-dessus de la terrasse que l’on a élevée alentour du  pied à demi-toise de hauteur pour servir de reposoir ou d’estrade. Et les gens accommodés  boivent de l’eau d’Issin, grand et beau village à trois lieues de là au pied des montagnes,  laquelle est claire et agréable au goût. On la porte de nuit dans des pots de terre sur des  bourriques, quatre pots sur chacune,  lesquels tiennent  quelque huit pintes chacun. Elle est  fraîche en arrivant, plus qu’au sortir du puits. On l’achète huit sols la charge. Il y a aussi  quelques citernes dans cette ville.

Quant  à l’air qu’on y respire, je ne pense pas qu’il y en ait au monde un plus méchant  et plus malsain, surtout depuis la fin d’avril jusqu’à la fin de septembre. Il faut dire même  qu’il est mortel, surtout  aux étrangers qui n’y sauraient faire de long séjour, mourant  tous au  bout de peu d’années, et sinon tous du moins neuf  de dix, dans l’espace de dix ans, car c’est  le compte que l’on en fait d’ordinaire : ce qui vient ou de ce que les montagnes  dont il est  environné empêchent  l’air de le rafraîchir, ou des exhalaisons de sel et de souffre dont les îles  voisines sont couvertes, ou des puantes vapeurs de la mer durant le temps chaud, qui font  bondir le cœur la première fois qu’on les sent, ou bien enfin  de la nature du climat qui est  chaud et humide  au dernier degré. Les naturels du pays portent sur leur teint et dans leur  constitution  les marques de cet air malin, étant jaunes et hâves dès l’âge de vingt  ans, et  s’affaiblissant dès l’âge de trente. Aussitôt que vient le [IX, 238] mois de mai, tous les  étrangers songent  à s’en aller, et les naturels du pays s’en vont tous bientôt après et se retirent  dans les montagnes,  les plus riches à plus de distance que les autres, parce que plus on  s’éloigne de la mer, plus on trouve l’air meilleur et la chaleur moindre. Les riches Indiens se  retirent à ce village d’Issin dont j’ai parlé, qui est un long amas de jardins pleins d’orangers,  de citronniers, de dattiers, de grenadiers, et d’autres arbres, chacun avec des eaux vives et des  fleurs en tout temps, entre autres du jasmin d’Espagne et de petits narcisses dont l’odeur est  aussi forte que la tubéreuse. On y est parfumé  de tous côtés, et les matins il y tombe beaucoup  de rosée qui rafraîchit l’air, mais le reste du jour on étouffe  de chaleur, laquelle y est encore  plus ardente qu’au Bander, ce qui vient de ce qu’il n’y fait guère de vent. On trouve l’hiver  des perdrix alentour de ce village, et des grives, qui est une sorte de gibier rare en Perse. Si au  lieu de s’arrêter à Issin on pousse vingt-cinq  lieues loin dans les montagnes,  on y trouve de la  neige et de la glace et beaucoup de bons rafraîchissements ; mais la meilleure retraite est  Neris, capitale de la province, à dix journées de chemin,  comme je l’ai observé. Ceux qui ne  se retirent qu’au village d’Issin ou à cinq ou six lieues du Bander en d’autres villages ou dans  les bois de dattiers sont exposés à l’incommodité de ces petits moucherons  qu’on appelle  mesquittes,  qui y sont en si grand nombre qu’ils obscurcissent l’air. On s’en garantir comme l’on fait de la chaleur, en se mettant  dans des bassins d’eau jusqu’au col et [IX, 239] y  passant des demi-journées. Ainsi, il ne demeure dans le Bander durant les mois d’été que des  gens pour garder les maisons, qui se relaient de dix en dix jours. Ces six mois d’été sont ceux  durant lesquels la moisson est fermée, comme  l’on parle, c’est-à-dire que l’on ne peut  naviguer dans la mer des Indes à cause des pluies et des ouragans, ce qui fait qu’il n’y a guère  d’affaires au Bander durant ce semestre-là. Je ne dois pas oublier que son élévation est à  28°24′ .

Les maladies les plus ordinaires dans ce lieu sont la dysenterie, le flux de sang, et les  fièvres malignes.  On se fait emporter hors de la ville dès qu’on s’en sent attaqué, mais la  plupart ne laissent pas d’en mourir au bout de quatre ou cinq jours ; et si l’on n’en meurt pas,  on s’en sent incommodé  bien des années. De plus, ce lieu est assez sujet à une autre  incommodité,  je veux dire à des tremblements  de terre, qui reviennent  tous les trois ou quatre  ans, et toujours dans l’automne,  mais non pas également  violents.    On observe dans ce lieu-là que les vents y changent  fort régulièrement  quatre fois le  jour presque toute l’année de cette manière : de minuit  à l’aube du jour, le vent vient du  septentrion, et est froid ; depuis l’aube du jour jusqu’à dix ou onze heures qu’il tombe tout à  fait, il vient d’orient et souffle froid aussi ; il s’en lève un autre, méridional, à trois heures qui  dure jusqu’au coucher du soleil, et qui est chaud, venant du côté de la mer ; du soir à minuit  celui qui règne vient d’occident, et est chaud de même  ; et c’est ce changement  de vents  froids et chauds d’heures en heures qui [IX, 240] cause les maladies et qui donne la mort en  si peu de temps. Une chose que l’on remarque aussi généralement,  c’est que plus le vent est  chaud, plus l’eau qui y est exposée se rafraîchit, comme  au contraire le vent froid la réchauffe  au lieu de la rafraîchir.

Les vivres au reste y sont bons et en abondance, et particulièrement le poisson, dont je  ne crois pas qu’il y ait d’endroit au monde  qui en produise une si grande quantité, et si bon,  que fait ce port. On y en apporte de frais soir et matin,  les pêcheurs rejetant à la mer ce qu’ils  n’ont pas vendu une heure après être arrivé à terre. De plus durant l’hiver on apporte du  poisson salé de l’Arabie qui est vermeil et de bon goût, plus que le saumon  et le thon. Pour  les viandes, le chevreau y est la plus délicate, comme  la plus commune.  On y mange  quelquefois des gazelles ou biches, et des perdrix, mais ce dont il y a le plus au Bander- Abassi, c’est le laitage et les légumes  de toutes sortes, comme  dans l’Europe. Quant  aux  fruits, on y en a aussi de toutes sortes durant l’hiver ; mais comme  on les apporte de bien loin,  ils ne sont pas à fort bon marché ; les plus communs  sont les pavies, les coins, les citrons, les  oranges, les grenades, les pommes et les poires, les noix et les amandes, et les raisins noirs et  blancs qu’on apporte en assez grande quantité pour faire du vin. J’y ai vu aussi des prunes et  des figues en leur saison, et beaucoup de melons et de patègues presque en tout temps.