Jean Ribeyro : histoire de ceylan (1)

Histoire de Ceylan, écrite par le capitaine Jean Ribeyro et présentée au roi de Portugal en 1685, traduite du portugais en français, Paris, 1701

Chapitre 3 : les richesses de Ceylan

Le roi de Cotta permit aux Portugais de s’établir en l’île de Ceylan. J’ai déjà dit que ce roi prenait la qualité d’empereur et qu’il était considéré et respecté comme tel par tous les rois de cette île. C’est particulièrement dans son pays que croît la cannelle. Il y en a une forêt de 12 lieues entre Chilaon et la pagode de Tenevaré; et ces forêts sont si épaisses qu’un homme ne saurait y entrer. La feuille du cannelier approche de beaucoup celle du laurier; elle ne tombe jamais quoiqu’il pleuve souvent en ce pays. Si on la rompt entre les doigts, elle rend une odeur très agréable et en même temps très forte. Cet arbre n’est pas grand et le plus haut n’a pas plus de deux brasses; il porte son fruit deux fois l’année et ce fruit ressemble à celui que donne le laurier. La chaleur du climat et l’humidité de la terre le font germer presqu’aussitôt qu’il tombe à terre.; et ces arbres croissent si vite et si facilement qu’il y a une loi qui oblige les habitants à battre les chemins et à les nettoyer; et s’ils étaient une année sans le faire on y verrait un bois si épais qu’on en pourrait plus passer: quelque soin même que l’on prenne d’entretenir les chemins, ils sont si étroits que deux hommes ne peuvent marcher de front. Ainsi de sont ces défilés continuels qui embarrassent extrêmement les armées (…).

Cinnamomum verum (Wikimedia Commons – USDA photo)

Il y a aussi dans les royaumes de Ceita-Vaca, de Dina-Vaca, de Candy, d’Uva et de Cotta, beaucoup de mines très riches: on en tire des rubis, des saphirs, des topazes d’une grandeur considérable; des yeux de chat, et on en a trouvé quelques-uns qui ont été vendus 20 000 cruzades; des jacinthes, des verlis, des taripos et plusieurs autres pierres précieuses, dont on fait là aussi peu de cas que nous pourrions faire ici du sable ou des cailloux que l’on ramasse dans les rivières.

Elettaria cardamomum (Wikemedia Commons –
Franz Eugen Köhler, Köhler’s Medizinal-Pflanzen)

Il y a beaucoup de cardamome dans le royaume de Candy, et il vient si grand et si gros que six cardamomes de Cananor n’en égalent pas un de Ceylan. On trouve encore dans cette île beaucoup de bois de Brésil que l’on appelle dans les Indes Sapaon et que l’on estime extraordinairement. On tire tous les ans du seul royaume de Cotta plus de 1000 bateaux, chacun de 60 tonneaux, d’un certain sable dont on fait un très grand débit dans toutes les Indes (…).

On sait combien le Mogol, les rois de Pegu, de Siam, les autres rois des Indes estiment les éléphants de Ceylan. Le poivre qui croît dans cette île est beaucoup plus cher que celui des autres pays. Il y a dans cette île tant de bois et tant d’espèces différentes qu’on ne sait que choisir. On n’y manque pas non plus de bré, ni de mines de fer, et les drogues que l’on tire de cette île sont sans nombre. Mais nous parlerons de tout cela en particulier dans la suite de cette histoire.

Addition au chapitre troisième

Une des plus grande richesse de l’île de Ceylan est le débit de la cannelle. Cet arbre croît en divers endroits;il y en a à la Chine, à la Cochinchine, dans les îles de Trinor et de Mindanao, dans le Malabar; et depuis quelques années, les Portugais en ont transplanté dans le Brésil, où elle vient merveilleusement bien, mais elle n’approche pas pour la bonté de celle de Ceylan. Les Portugais appellent la canelle qui vient dans ce pays-là canela brava, canela trifle et n’en connaissent de bonne que celle de Ceylan: encore cet arbre ne vient pas généralement par toute l’île. On ne le trouve que depuis Grudumalé jusqu’à Tenevaré, ainsi que l’on a eu soin de le marquer sur la carte. Cette cannelle même n’est pas également bonne dans toute l’étendue de pays; l’excellente est celle que l’on cueille entre Ceita-Vaca et Colombo; et afin qu’elle soit encore meilleure, il faut que l’arbre ne soit ni trop vieux, ni trop jeune, et que l’on en prenne que la seconde écorce (…)

Les Perses et les Arabes qui consomment beaucoup plus de cannelle que nous distinguent ces différentes espèces de cannelle par deux noms qui n’ont aucun rapport ensemble: ils appellent la cannelle de Malabar et toute celle qui n’est pas de Ceylan Kersab, et ils nomment la cannelle de Ceylan Dar Chini Seylani, parce que c’était les Chinois qui en faisaient le plus grand trafic et qui portaient la cannelle à Ormus et Dormus, d’où on la distribuait dans toutes les parties de notre continent, toujours sous le nom de bois de Chine. On prétend même que son nom latin Cinnamomon vient du mot Sin et Ha Mama, qui en langue chinois veut dire pied de colombe ou de pigeon. Quoique cet arbre vienne très vite, on ne le dépouille que de trois ans en trois ans, et la première année qu’il est dépouillé, il paraît comme mort. Pour avoir cette précieuse écorce, on fend l’arbre en long; cette écorce, qui est assez blanche, prend à l’air une couleur qui tire sur le brun et se ploie comme nous la voyons. On ne fait point d’autres façons aux canneliers, que de couper les plus vieux pour donner de l’air aux plus jeunes. Ces vieux canneliers ainsi coupés et secs font le plus beau et le plus agréable feu du monde (…).

Areca catechu (Wikimedia Commons –
Franz Eugen Köhler, Köhler’s Medizinal-Pflanzen)

Quoique l’areka croisse en beaucoup d’autres lieux que dans l’île de Ceylan, on en tire néanmoins une si grande quantité et on en fait un commerce si considérable que je crois en devoir dire quelque chose. Cet arbre devient très haut, les branches sont pendantes et forment comme des bouquets de plumes vertes; son fruit est un peu aigre et très agréable au goût. On ne le prend guère que mêlé avec de la chaux et enveloppé d’une feuille de bétel; mais l’usage que l’on fait de l’areka ainsi préparé est si grand qu’il n’y a ni homme ni femme, ni Indien, ni Portugais, ni Hollandais qui n’en ait toujours la bouche pleine. On prétend qu’il rend l’haleine douce, qu’il affermit les gencives, qu’il nettoie et fortifie l’estomac. Aussi l’on ne reçoit aucune visite, on ne fait aucun festin qu’on ne présente le bétel. Les Chingulais attribuent leur bonne santé et leur longue vie à l’usage de ce fruit (…)

Chapitre 10 : des revenus des rois de Ceylan

(…) Ceux qui cultivent et cueillent la cannelle sont obligés à en donner une certaine quantité au roi, à proportion de leur paravenia; parce que les paravenia n’étant pas toutes d’un même revenu, les unes payent plus, les autres moins. Ces ouvriers portent à leur ceinture une serpette ou un petit couteau pour marque de leur emploi, afin qu’on ne les oblige pas à travailler à autre chose; et soit que leur profession leur rapporte beaucoup, soit qu’elle ne leur rapporte rien, ils ne la quittent point et ne font jamais autre chose, alléguant pour toute raison que c’est leur coutume. Le roi tire tous les ans 3200 bahares ou coffres de cannelle, et chaque coffre pèse 13 arrobes et 7 livres, poids de Portugal, ce qui fait en tout 10 565 quintaux (…).

Il vient tous les ans un grand nombre de bâtiments de Perse, d’Arabie, de la mer Rouge, de Malabar, de la Chine, de Bengala et d’Europe prendre cette cannelle. Mais s’il en arrive moins une année que l’autre, on n’en diminue jamais le prix et on la vend toujours également; et lorsqu’il en reste trop, on la brûle, de peur que les Chalias ne s’accoutument à en cultiver moins qu’à l’ordinaire. C’est en cela que consiste le principal revenu de l’Empereur de Ceylan, et c’est ce qui lui attire toutes les richesses de l’Inde.

On tire encore chaque année environ 20 à 30 éléphants pour le Mogol, et chaque éléphant se vend des sommes considérables: c’est dans le débit de la cannelle et des éléphants que consistent les principaux revenus du roi et si tout cela était bien ménagé, j’ose espérer que le roi de Portugal tirerait plus de la seule île de Ceylan que le roi d’Espagne ne tire de tous ses royaumes d’Occident.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Schneider (25 avril 2019). Jean Ribeyro : histoire de ceylan (1). Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l'océan Indien. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rbp1