Le tigre de la caspienne (panthera tigris virgata)

Jean Chardin, Voyages du chevalier Chardin en Perse et autres lieux de l’Orient (nouvelle édition), Amsterdam, 1735 (4 volumes), vol. 3, p. 398-399.

Pour les grandes chasses, on se sert de bêtes féroces dressées à chasser, lions, léopards, tigres, panthères, onces. Les Persans appellent ces bêtes dressées yourze. Elles ne font point de mal aux hommes. Un cavalier en porte une en croupe, les yeux bandés avec un bourrelet, attachée par une chaîne, et se tient sur la route des bêtes qu’on relance et qu’on lui fait passer devant le plus près qu’on peut. Quand le cavalier en aperçoit quelqu’une, il débande les yeux de l’animal et lui tourne la tête du côté de la bête relancée. S’il l’aperçoit, il fait un cri et s’élance, et à grands sauts se jette dessus et la terrasse. S’il la manque après quelques sauts, il se rebute d’ordinaire et s’arrête. On va le prendre et pour le consoler on le caresse, et on lui conte que ce n’est pas sa faute, mais qu’on ne lui a pas bien montré la bête. On dit qu’il entend cette excuse et en est satisfait. J’ai vu cette sorte de chasse en Hyrcanie, l’an 1666, et on me disait que le roi avait de ces animaux élevés à la chasse qui, étant trop grands pour être portés en croupe par un cavalier, on les portait dans des cages de fer, sur un éléphant, sans avoir les yeux bandés ; que le gardien avait toujours la main à la fenêtre de la cage, parce que quand l’animal aperçoit une bête, il fait un cri et il faut lâcher à l’instant. Il y a de ces bêtes dressées qui font la chasse finement, se traînant sur le ventre le long des buissons et des haies, tant qu’elles soient proches de la proie, et alors elles se lancent dessus.

Tigre de la Caspienne (au zoo de Berlin, vers 1899). Source : http://www.tigerfdn.com/Foundation%20overview/caspian2.htm (Wikimedia Commons)

Jean-Baptiste-Jacques Le Verrier de La Conterie,  Vénerie normande, ou L’école de la chasse aux chiens courants, pour le lièvre, le chevreuil, le cerf, le daim, le sanglier, le loup, le renard & la loutre, Rouen, 1778, p. 193

Lorsque le Persan lâche un lion ou un tigre d’une énorme grandeur contre le redoutable taureau des forêts, contre le lion sauvage, le léopard ou le tigre, il est plus aisé de s’imaginer que de rendre toute la vigueur d’un combat où l’un reprend sa férocité naturelle pour l’amour de son maître, tandis que l’autre ranime ses fureurs pour défendre sa liberté. A entendre les affreux rugissements, à voir les féroces efforts de son tigre ou de son lion affidé, le chasseur devrait, ce semble, redouter le retour de ce terrible serviteur ; mais sa rage, après sa victoire, se change en douceur, en plaisirs et cette même queue qui, dans le feu de l’action, agitait l’air à coups redoublés, imprimait la terreur par un horrible sifflement, devient l’instrument de ses caresses. Ce qu’il y a de plus surprenant, il paraîtrait que ces animaux, dès que l’homme se les est associés, depuis qu’ils ont sucé un lait étranger, n’aient d’ennemis que leurs semblables et d’amis que l’homme.

Gaspard Drouville, Voyage en Perse, fait en 1812 et 1813, Paris, 1825, vol. 2, p. 37-38

On fait aussi quelquefois, dans le Mazanderan et le Guilan, la chasse des tigres ; mais ils commencent à y devenir rares, et ce qui reste se montre peu et reste caché dans des steppes dont l’herbe touffue a souvent quatre pieds de haut. Les chats-tigres sont très communs dans ces provinces, mais on les chasse de manière à les attraper vivants pour les conserver comme curiosité. Ils ne sont pas farouches, se privent facilement, et l’on en voit beaucoup qui parcourent librement les rues commes les chiens, sans jamais offenser personne. Il ne faut cependant pas les fâcher en jouant avec eux, car le moindre coup de patte emporte la pièce.

Photos d’un tigre abattu en Iran (années 1940). Source :The Tiger Foundation (Wikimedia Commons)

Auguste Lacoin de Vilmorin,  De Paris à Bombay par la Perse, Paris, 1895, p. 170-171

La chasse, dont le commandant Duhousset nous fait ici le récit, peut être prise comme type. Les chasses sont, il est vrai, quelquefois plus mouvementées et des pertes d’hommes et de chevaux y sont souvent occasionnées par de terribles accidents. Dans la chasse à la panthère et au tigre, fauves très abondants dans ces montagnes, il arrive que des serviteurs, dans le but d’être agréable à leur maître, s’exposent témérairement et se font mettre en pièces. Il paraît, d’après ce que j’ai entendu dire à Téhéran, que le Châh est remarquablement brave et que, plus d’une fois, il a chargé sur des tigres qu’il transperçait de sa lance. On comprend qu’après un exercice aussi pénible que celui d’une chasse à courre au milieu des montagnes, le Châh aime à se reposer et se divertir dans des palais construits dans les sites les plus frais, aux abords de sa capitale, ou près des endroits où ont lieu ces grands chasses.

Max Franz Guido, Freiherr von Thielmann, Le Caucase, la Perse et la Turquie d’Asie, d’après la relation de M. le baron de Thielmann, traduit par le baron Ernouf, Paris, 1876, p. 111-112

On trouve dans cette région toutes les espèces de gibier de l’Europe et de l’Asie centrale, le lion excepté. Le tigre même y paraissait assez fréquemment autrefois ; aujourd’hui, il ne se hasarde plus guère que dans la région limitrophe de la Perse. On a rarement la chance, si c’en est une, de rencontrer des individus de cette espèce d’une grandeur respectable.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Schneider (25 mars 2021). Le tigre de la caspienne (panthera tigris virgata). Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l'océan Indien. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rbpe