De la peninsule de Qatar au ras musandaM

W. G.  Palgrave, Une année en Arabie centrale (1862-1863), traduction d’E. Jonvaux abrégée par J. Belin de Launay, Paris, 1869, p. 292-305

Le soir, nous arrivions en vue de la pointe occidentale du Catar, et le lendemain, exposés à toutes les insultes de la pluie et des flots, nous essuyions un assez bon nombre de bourrasques; ce qui ne nous empêcha pas de doubler le Ras-Rekan, cap qui forme la pointe la plus septentrionale du Catar et dont le front orgueilleux est couronné de rochers. Je remarquai sur les hauteurs une forteresse qui protège, me dit-on, un village caché dans une gorge voisine. Poussés par une brise favorable, nous arrivâmes le 28 (janvier) devant la ville principale du Catar, devant Bedaa. (…)

Bedaa est la pauvre capitale d’une pauvre province; mais, quelle qu’en soit la stérilité, ce pays est voisin d’une région plus aride encore, dont les habitants s’efforcent souvent d‘acquérir par la violence ce que leur refuse un sol ingrat. Aussi les villages sont-ils entourés de solides murailles et même gardés par des forteresses, qui semblent au premier abord n’avoir pas plus de raison d’être que n’en a la Tour de Londres en plein XIXe siècle. Cependant le Catar possède des trésors qu’il faut dérober à l’avidité des pillards. D’où peut venir cette opulence dans un pays si pauvre, et en quoi consiste-t-elle? Cette plage fangeuse, ces habitations malpropres ne sont pour ainsi dire que les monceaux de scories accumulés auprès d’une mine; le gisement lui-même, riche et inépuisable, s’étend non loin de là : c’est l’océan, voisin aussi généreux que la terre se montre avare. Les plus belles pêcheries de perles du Golfe Persique se trouvent sur les côtes du Catar, et l’abondance de leurs produits paraît presque incroyable. C’est donc de la mer que les habitants tirent leur subsistance; c’est sur la mer qu’ils habitent, passant une moitié de l’année à recueillir les perles, l’autre à les vendre.

Leurs véritables demeures sont les innombrables barques qui garnissent la cote; quant aux huttes construites sur le rivage, elles servent à cacher leurs trésors; tout au plus sont- elles habitées par les femmes et les enfants. « Depuis le premier d’entre nous jusqu’au dernier, me disait un soir Mohammed-ebn-Thani, nous sommes les esclaves d’une seule maîtresse: la perle. » En effet, toutes les pensées, toutes les conversations, toute l’activité des habitants se concentrent sur cet unique objet : le reste est regardé comme un passe-temps qui ne mérite pas de fixer l’attention.

La ville de Bedaa n’est pas longue à explorer. Elle possède un étroit et sale marché, où des boutiquiers et des artisans de Bahrain exercent leur modeste trafic; les maisons, petites et sombres, sont séparées les unes des autres par des ruelles irrégulières. Le nombre de ses habitants s’élève à environ six mille : ils sont bons et hospitaliers (…).. En raison de la concavité du golfe, la route de terre pour aller à l’Oman nous aurait pris au moins une quinzaine, et nous résolûmes de nous y rendre par mer. Ainsi, le 6 février, par une douce soirée qui promettait un magnifique lendemain, nous prîmes congé du gouverneur, fîmes nos adieux à trois ou quatre amis que nous avions déjà dans la ville, puis nous montâmes sur un petit canot dans lequel Faris, notre capitaine, nous attendait. avec deux hommes pour nous conduire au vaisseau.

La brise favorable qui gonflait nos voiles semblait nous promettre une prompte traversée, mais le vent vira au sud, nous obligeant à nous écarter de notre route, tandis que la chaleur étouffante de l’atmosphère présageait un orage. Bientôt le ciel s’assombrit, et quand nous arrivâmes en vue de l’île Haloul, masse de rochers volcaniques qui s’élèvent perpendiculairement au sein de la mer, la brise avait fait place à de violentes rafales.   Le lendemain, le vent du sud-est nous mena en vue des contours arrondis de la montagne Astrandja, et la côte persane s’éleva bientôt à nos yeux. Elle nous parut former avec celle de l’Arabie un contraste frappant. Deux heures avant le coucher du soleil, nous entrions dans le port de Charac et nous débarquions aisément sur un rivage en pente douce. (…)

Après avoir pris le café, Faris, avec une politesse et un tact bien rares en Orient, offrit de nous montrer ce que la ville renferme de remarquable. C’est peu de chose, à vrai dire; mon cicerone me conduisit voir les ruines des anciennes fortifications de la cité, dont il suivait avec l’intérêt d’un antiquaire les traces à demi perdues au milieu des arbres et des cultures.

Le 10, comme j’allais de bonne heure me baigner dans les eaux limpides de la mer, ce qui n’aurait pas été facile sur les rives vaseuses du Catar, je faillis être blessé par l’aiguillon d’une grande raie, que j’aperçus tout à coup près de moi et que j’eus à peine le temps d’éviter. Poulpes, requins, orties de mer et autres monstres marins fourmillent dans le golfe; de sorte que, sur les côtes du Barr-Faris, un nageur doit avoir la prudence de regarder au fond de l’eau avant de plonger.

Il était près de midi quand nous rentrâmes à bord; bientôt le navire mit à la voile pour Lindja, où nous arrivâmes vers minuit. Les lumières qui étincelaient au milieu des eaux ne n’empêchaient pas de désirer ardemment que le lever du soleil me permit de reconnaître autour de moi le paysage. L’aube éclaira enfin notre bâtiment, mouillé à quelques centaines de mètres de la terre; entre la côte et nous, se trouvait une masse de bâtiments de toutes grandeurs; un amphithéâtre de maisons blanches, encadrées au milieu des arbres et des jardins, bordait au loin le rivage.  Dans la matinée du 11 , nous fûmes portés à terre par un canot du navire. Tout près du quai central se trouve un petit bassin, dont une moitié demeure à sec, tandis que l’autre est assez grande pour contenir de soixante à quatre-vingts bâtiments arabes. Il est protégé en avant par une haute jetée assez habilement construite; à droite et à gauche, par un brise-lame. Les navires qui ne peuvent y trouver place, mouillent en mer dans une large baie sablonneuse. A l’époque de notre arrivée, le port renfermait environ cent voiles; il est abrité de sorte que le vent du sud soit le seul qui puisse en agiter les eaux. La ville s’élève au bord de la mer, dont la sépare seule une étroite bande de sable blanc. Le rivage a une hauteur de six ou neuf mètres, en sorte que les habitations sont garanties de l’humidité et largement aérées, grâce à une vaste plaine située non loin de la côte.  Le vieux quartier, c’est-à-dire celui qui existait avant que l’Oman se fût emparé de ce littoral, a peu d’étendue ; les constructions sont serrées les unes contre les autres et renferment de quatre a cinq mille habitants. Depuis l’époque où le sultan Saïd a rendu ce port libre et l’a exempté de toutes les exactions douanières, sauf un faible droit d’entrée et de sortie, Lindja a vu son importance s’accroître: dans ces dernières années, l’étendue qu’elle avait sous l’administration persans a au moins quintuplé. Elle est aussi redevable de sa prospérité à la sage-tolérance qui, d’accord avec les principes de l’Oman, a remplacé l’étroit esprit des chiites, et favorisé l’établissement d’un grand nombre de marchands étrangers. De nouvelles maisons, dont la construction atteste la richesse de leurs propriétaires, se sont élevées à l’est et à l’ouest de la baie, en sorte qu’on met aujourd’hui une heure et plus pour parcourir, d’un pas régulier, la ville dans toute sa longueur. Le palais du gouverneur est de forme carrée; ses quatre étages, percés de fenêtres ogivales, sont décorés dans le style persan, et sa vue me rappelait les antiques hôtels de ville du moyen âge, ceux surtout que l’on rencontre; encore dans les Pays-Bas. (…)

C’est vraiment une charmante ville que Lindja, avec ses blanches maisons, alignées sur le rivage ou ombragées de gracieux palmiers; avec ses marchés, pleins d’animation, les coupoles brillantes de ses réservoirs, ses boutiques construites en feuilles de palmier, ses forges sur lesquelles résonne le marteau, les bateaux qui remplissent son port; enfin, avec son gai soleil et son atmosphère limpide.

Le 6 février, nous étions en vue de la côte de l’Oman proprement dit. Elle est en cet endroit basse et sablonneuse, mais couverte de riants. villages qu’abritent des bois de palmiers. Les montagnes de Bereyma se dessinaient au loin comme un nuage léger sur l’azur du ciel; vers le nord, nous distinguions les contours vagues du cap Mesandum et les pics des monts Rous. Nous nous proposions d’aborder à Chardjâ; et, après quelques manœuvres, notre petit navire entra dans le port de cette ville, crique étroite ouvrant à angles droits sur l’océan; à quarante. mètres plus: loin, s’enfonçant par un brusque détour dans l’intérieur des terres, elle suit une direction parallèle à la mer pendant plus d’une lieue (…). L’entrée du port est fermée par une barre, qui exige de la part des marins beaucoup d`adresse et d’expérience; au-delà, l’eau est parfaitement calme et n’a pas une grande profondeur; les croiseurs et les bateaux de pêche peuvent fréquenter ces parages-, mais un grand vaisseau ne saurait y naviguer. Chardjâ, ou plutôt Charkâ, c’est-à-dire l`Orientale, s’étend tout le long de la crique et compte environ vingt à trente mille habitants, répandus sur une superficie presque double de celle de Lindja. Chardjâ est pour la côte occidentale de l’Oman ce que Lindja est devenue, depuis quelques années, pour la côte acquise sur la Perse, le centre d’un vaste commerce d’importation et d’exportation, le point où convergent les différentes routes de terre et de mer. Les habitants en sont hospitaliers, honnêtes et industrieux. La dague qui, dans l’Oman, orne la ceinture de tout homme libre, sert ici de parure plutôt que de défense. Je vis à Chardjâ pour la première fois les délicats filigranes d’or et d’argent qui décorent les armes, les coupes, les pipes et autres objets ; ils attestent un goût et une habileté auxquels atteignent rarement les ouvriers des autres pays. (…)

Dans cette ville, les rues sont propres, mais sans la moindre symétrie; des allées étroites et tortueuses séparent les habitations, construites presque toutes en feuilles de palmier. Il va sans dire que l’espace laissé pour le quai entre les maisons et la crique est rempli de petits bâtiments et de bateaux. Quelques-uns de ces derniers, qui portent sur leurs côtés des sillons creusés par les cordes des plongeurs, appartiennent à la pêcherie des perles. En effet, ce point forme la limite extrême de la côte perlière; mais la pêche y est beaucoup moins productive qu’à Bahrain et sur le rivage du Catar. Chardjâ possède une multitude d’ânes, inférieurs peut-être à la race égyptienne, mais d’une ardeur remarquable, et par cela même très-propres à de petits voyages. Yousef et moi, nous en louâmes deux pour aller explorer les environs; puis, comme il était plus de midi, nous dirigeâmes nos montures du côté de la mer et nous arrivâmes à Dobey un peu avant le coucher du soleil.  (…)

De même que Chardjâ, cette bourgade longe une crique très–vaste, qui ressemble à un lac intérieur et qu’un large lit de sable blanc sépare de la mer. Elle est populeuse, bien que dépourvue de fortifications et construite d’une manière fort irrégulière; ses jardins -sont riches, ses puits nombreux, et elle a toute une flottille de bateaux employés à la pêche des perles, non sur cette côte, mais dans la baie sud-ouest, au-delà d’Abou Debi. Nous mîmes pied à terre sous un bouquet de palmiers qui ombrageait quelques maisons près de l’entrée du village et nous prîmes un peu de repos. (…) Nous nous embarquâmes le lendemain matin après avoir dit adieu a notre hôte et à quelques Arabes qui nous avaient conduits jusqu’au port. L’heure du départ dépend ici de la marée, car, au moment du reflux, la plus petite embarcation arabe ne pourrait passer la barre qui ferme l’embouchure de la crique. Il était midi, et un vent léger gonflait nos voiles, lorsque, le 20 février, nous gagnâmes la pleine mer. Des pêcheries considérables ont été établies le long de la côte ; elles tirent leur principale ressource de la vente d’un poisson appelé metour, assez semblable pour la forme et la grandeur à un petit anchois, mais d’une saveur beaucoup moins délicate. On le sale, on le fait sécher au soleil, et on le mange sans aucune autre préparation. (…)

Quelques heures après, nous atteignîmes l’étroit passage qui sépare de la côte les rochers les plus avancés de Mesandum. Ce canal, appelé par les Arabes « Bab » ou Porte, présente un aspect redoutable avec ses eaux noires et profondes, ses terribles écueils contre lesquels viennent se briser les vaisseaux poussés par la tempête. Le bruit incessant des sombres vagues, pareil à celui d`un lourd marteau a fait donner au cap le nom de Mesandurn (Enclume). En outre, une masse énorme de rocs basaltiques , hauts d’une centaine de pieds, s’élève à quelque distance dans la mer; on l’appelle Salama, c’est-à-dire lieu de paix  et de sécurité, probablement parla même raison qui avait engagé les Grecs  à nommer euménides, ou bonnes déesses, les trois sombres divinités des enfers. En réalité, ces écueils ont causé de si nombreux naufrages que les marins arabes les croient placés en cet endroit par le démon lui-même. Plusieurs pics aigus, à demi cachés au milieu des vagues, se groupent autour du rocher principal; ce sont les benat-salama ou Fils du Salama. Au résumé, le canal étroit compris entre les hautes falaises du cap du sinistre Mesandum, et le terrible Salama environné de son effrayante famille, tout cet ensemble est loin d’être sans péril, particulièrement pour des navigateurs arabes. Aussi, comme une tempête s’élevait et qu’aucun ancrage sûr ne s’offrait à nous, le capitaine manœuvra  de façon a gagner Ormouz, que nous apercevions à quelque distance. (…)

Enfin le vent souffla du nord, et le 27 février nous quittâmes l’ancienne colonie portugaise; nous passâmes, sans éprouver cette fois aucune crainte, devant le Salama et ses Fils, puis, avec lenteur, sous les rochers du cap Mesandum, qui ine rappelaient les colonnades de la grotte de Fingal.

Crédits (Wikimedia Commons) : Arab pearl-divers at work in the Persian Gulf from: George Frederick Kunz, The Book of the Pearl – Fujairah Beach (Imre Solt) – Coast from Jezzerat Gunnum to Ras Sheikh Munsoud by Michael Houghton (1825) – View of the mountains of Musandam, Oman, December 1971 (Shaibalahmar)- Coast from Ras Moosendem to Perforated Rock by Michael Houghton (1825).

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Schneider (21 juin 2021). De la peninsule de Qatar au ras musandaM. Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l'océan Indien. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rbpg