Des plongeurs faisaient-ils partie des expéditions de chasse à l’éléphant (IIIe siècle av. J.-C.) ?

Résumé. Le sujet de ce billet est un graffiti d’Abydos d’époque ptolémaïque. Ce document montre que des plongeurs professionnels accompagnaient les expéditions de chasses à l’éléphant en raison des services variés qu’ils pouvaient rendre. 

Abstract. The subject of this short note is a graffiti from Abydos dating to the Ptolemaic period. This document shows that professional divers accompanied the elephant hunting expeditions because of the various types of help they could provide.

Citer ce billet : “Des plongeurs faisaient-ils partie des expéditions de chasse à l’éléphant (IIIe siècle av. J.-C.) ?”, par Pierre Schneider. Publié sur : Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l’océan Indien le 18 octobre 2021. Lien : https://median.hypotheses.org/2902

1) La composition des corps expéditionnaires ptolémaïques

Les campagnes de chasse à l’éléphant en Trôgodytique et en Éthiopie, organisées de Ptolémée II à Ptolémée V, n’étaient pas de petites entreprises1. Les rois envoyaient des équipes de chasseurs au-delà de Ptolémaïs des Chasses – un établissement urbain important, qui pouvait servir de base arrière et d’escale2 – et ce pour quelques mois. Même si des points d’escale et des bases de chasse avaient été installés sur le littoral en-deçà et au-delà du détroit de Bab el-Mandeb, tout ceci nécessitait un appareil logistique important (une basilikê khorêgia, dirait Diodore de Sicile3 ).

Très peu de documents donnent des détails sur ces hommes qui partaient au loin. Il est néanmoins assuré que le nombre d’engagés comme “chasseurs d’éléphants” (elephantothêras4) devait s’élever à plusieurs centaines. Les chasseurs (kunêgoi) devaient évidemment constituer le gros des effectifs. Quelques sources donnent des ordre de grandeur5. Ces kunêgoi (qu’une inscription qualifie aussi de politikoi6) étaient placés sous le commandement d’un arkhikunêgos7 – une autre inscription parle de thêrophulax 8 – et d’un stratège9. Les éléphants n’étaient pas toujours les seuls animaux à être recherchés et capturés10, ce qui explique la présence de chasseurs spécialisés, tels les oiseleurs11.

Il fallait aussi des rameurs, des pilotes, des matelots, puisque ces expéditions empruntaient la voie maritime. La protection du corps expéditionnaire pendant son voyage et au cours des campagnes de chasse dans l’hinterland (mesogaia12) nécessitait l’enrôlement d’hommes armés. La série d’ostraca trouvés dans le fortin d’Abbad, édités et commentés par Hélène Cuvigny, montre que des makhimoi (soldats) et des misthophoroi (mercenaires) accompagnaient les chasseurs13. Un autre document, daté du règne de Ptolémée IV Philopatôr, va dans le même sens : il nous informe qu’un certain Apoasis, portant le titre d’hêgêmon, commandait une troupe de soldats (stratiôtai) engagés pour une expédition conduite par le stratège Kharimortos14. C’est assurément le stratège (accompagné d’un adjoint nommé diadokhos15) qui supervisait les opérations et dirigeait les campagnes. Il avait aussi sans doute la responsabilité d’un territoire de chasse16.

À côté de ces troupes qui composaient le gros du corps expéditionnaire, on trouvait des spécialistes, moins nombreux sans doute mais tout aussi indispensables. Les éléphants étant ramenés vivants, la présence de conducteurs-dresseurs était requise. Ils sont nommés “Indiens”, sans pour autant être nécessairement originaire de l’Inde, puisque le terme a fini par perdre sa signification ethnique pour devenir un nom de métier17. On connaît aussi un certain Dôrion, charpentier, qui faisait partie du corps expéditionnaire d’Eumédès. Il est l’auteur d’une dédicace à Pan, lequel lui avait permis de revenir sain et sauf en Égypte18. Était-il charpentier de marine ? Était-il envoyé pour des constructions terrestres ? Sans doute les deux, car on imagine qu’un spécialiste du bois était indispensable partout. La gestion administrative nécessitait la présence probable d’un grammateus (secrétaire)19. Il est enfin un document qui nous parle d’un plongeur – et ce document est clairement en rapport avec les expéditions de chasses ptolémaïques.

2) Un kolymbêtês (« plongeur ») dans un corps expéditionnaire : le texte et ses interprétations traditionnelles 

Le texte, un graffite, se trouve dans la cella d’Osiris du temple de Séthi Ier (le lieu était appelé Memnônion par les Grecs), à Abydos en Haute-Égypte. P. Charvet et J. Yoyotte décrivent le lieu en ces termes : « Les parois (…) sont couvertes de graffitis d’hellénophones (…). Ces textes nous apprennent qu’à l’époque ptolémaïque ce vieux monument était largement à l’abandon (…) mais dans les milieux de culture grecque, il était tenu pour un lieu saint où l’on venait prier le dieu d’Abydos que les uns appelaient Osiris et d’autres Sarapis. Certains des pèlerins, des gens venus de loin, étaient pour beaucoup des chasseurs d’éléphants, des mercenaires provenant de toutes les ethnies et parties du monde hellénisé.20 » Le texte qui nous concerne avait été gravé sur la jambe gauche d’Anmoutef. Il a été publié pour la première fois par P. Perdrizet et G. Lefevbre21 :

(5 lignes illisibles)

Λύκανδρος
[στρ]ατ[ι]ῶται
ἀπὸ τῆς
θήρας τῶν
ἐλφάντων22
ἐσώ[θη]
Ἄριστις
κολυμβητὴς
Λεωθέμιος

Le texte est ainsi traduit par P. Charvet et J. Yoyotte :
« […] Lycandre, les soldats de retour de la chasse des éléphants. Aristis le plongeur a été sauvé, Léôthémios23. ».

Les commentateurs s’accordent à dire (ci-dessous, n. 15 et 16) que ces stratiôtai étaient des chasseurs d’éléphant, ce qui n’est pas tout à fait exact. Il s’agit de soldats qui faisaient partie du corps expéditionnaire et nous ignorons dans quelle mesure ils participaient aux chasses. Étaient-ils placés sous le commandement de Lykandros ? On l’ignore également. D’autre part le graffite voisin (sur la jambe droite d’Anmoutef) donne les noms de plusieurs hommes revenus sains et saufs (sôthentes) sans autre précision. Sans doute s’agit-il aussi d’un retour de campagne de chasse, comme l’avancent avec raison les éditeurs24.
Quant à la présence de ce plongeur parmi ces soldats, elle a donné lieu à deux explications. Cet Aristis aurait été soit un pêcheur d’éponges25, soit un pêcheur de perles26. Bien que les commentateurs ne justifient pas leurs propositions respectives, on devine facilement ce qui les a inspirés. Dans le premier cas, ils pensaient à la pêche des éponges en Méditerranée, bien connue par la documentation antique – notamment par la description du difficile métier de plongeur par Oppien27 ; dans le second cas, ils avaient à l’esprit les célèbres pêcheries de perles en mer Rouge, connues, entre autres, par diverses relations de voyageurs modernes28

3) Ni un pêcheur d’éponges, ni un pêcheur de perles


Il paraît, en réalité, bien improbable qu’un kolumbêtês ait été envoyé dans des territoires lointains en compagnie d’un corps expéditionnaire dans le seul but de récolter des éponges ou des perles. Sans entrer dans le détail de l’organisation de la chasse aux éléphant, si complexe et si grandiose que les Ptolémées en avaient fait un élément de leur prestige royal, rapppelons un fait essentiel : ces expéditions sont très coûteuses. Il nous manque les archives comptables qui le prouveraient, mais on l’apprend indirectement par Diodore de Sicile (d’après Agatharchide de Cnide)29. Celui-ci, en effet, en introduction à la narration de la capture d’un gigantesque serpent en Éthiopie, écrit : “Ptolémée II, qui aimait passionnément la chasse aux éléphants et qui, à l’occasion de la capture extraordinaire des animaux les plus vigoureux, distribuait de grandes récompenses (μεγάλας δωρεάς), dépensa des sommes considérables (πολλὰ χρήματα δαπανησάς) pour satisfaire ce goût, acquit ainsi un grand nombre d’éléphants de guerre (ἐλεφαντὰς συχνούς) et fit connaître aux Grecs d’autres espèces d’animaux inconnues et extraordinaires. Aussi quelques chasseurs, constatant avec quelle générosité le roi distribuait les récompenses (μεγαλοψυχίαν ἐν ταῖς δωρεαῖς), se groupèrent en grand nombre et décidèrent de risquer leurs vies pour capturer l’un de ces grands serpents et le rapporter vivant à Alexandrie pour Ptolémée30.”

Si Ptolémée II était prêt à payer largement pour la capture d’animaux sans utilisation militaire, il est évident que les dépenses engagées pour la capture d’éléphant de guerre devaient être encore plus considérables. Dans ces conditions, on s’explique mal pourquoi le roi aurait encombré le corps expéditionnaire de plongeurs chargés d’aller prélever des éponges, objet commun et sans grande valeur, dans les eaux inconnues et dangereuses de la mer Rouge. Il était assurément plus facile de les importer de la Méditerranée31.

Concernant les perles, produit dont la valeur marchande semble de prime abord plus importante, il semble également invraisemblable que des plongeurs, pêcheurs d’huîtres perlières, aient accompagné les expéditions, pour les raisons suivantes32 :
1) A l’époque à laquelle les Ptolémées allaient prélever des éléphants (i. e., pour l’essentiel, le IIIe siècle), les perles ne suscitaient pas l’intérêt des Grecs. Il faut attendre le IIe siècle pour assister à un début d’engouement pour cet objet utilisé en bijouterie33.
2) Les contraintes liées à la pêche sont énormes. Les bancs perliers – du côté africain de la mer Rouge, ils sont surtout présents dans les parages des îles Dahlak – ne se trouvent pas nécessairement à l’emplacement des bases de chasse. De plus, la plongée est une activité saisonnière, car il est impossible de plonger quand l’eau est froide et que la mer est agitée. par ailleurs, le rendement est faible (plusieurs centaines d’huîtres pour une perle médiocre), ce qui implique qu’un grand nombre de pêcheurs soient en opération. Enfin la pêche des perles exige une expertise technique que les populations du golfe Persique et de l’Inde du Sud possédaient, mais certainement pas les Méditerranéens à cette époque.
3) D’une manière générale, la mer Rouge ne semble pas avoir été un grand centre de production perlière dans l’Antiquité34.
Bref, la pêche des perles est une activité à la fois complexe, dangereuse et coûteuse (recrutement et salaires de plongeurs nombreux, fourniture de petits bateaux pour aller sur les bancs, frais de nourriture, frais lié au contrôle de la production etc.) . Les roi n’avaient aucun intérêt à dépenser pour un produit qui n’intéressait pas encore les Grecs et qui, à la différence des éléphants et autres grands animaux, n’était source d’aucun prestige35 . Et même en supposant que la mode des perles ait commencé au IIIe siècle, il aurait été plus simple de taxer la marchandise, à l’image de ce qui se faisait pour les aromates36, plutôt que mener une activité de production à une telle distance. On peut donc résolument écarter l’idée que le plongeur Aristis ait été employé à pêcher des perles. Cet homme avait donc été recruté pour d’autres raisons.

4) Ce que savaient faire les plongeurs

Ceux qui savaient plonger et nager sous l’eau avaient généralement pour métier d’aller récolter des éponges37 ou des coquillages comme les murex à pourpre38. Cependant, les plongeurs pouvaient occasionnellement utiliser leurs compétences à d’autres fins. Ainsi, lors du siège de Sphactérie en 425 av. J.-C., des plongeurs (kolumbêtai huphudroi) ravitaillèrent les Spartiates assiégés en nageant sous l’eau et en traînant des vases remplis de nourriture39. Lors du siège de Tyr en 332 av. J.-C. , des plongeurs tyriens (huphaloi kolumbêtai – sans doute des pêcheurs de murex) avaient pour mission de couper les cordes des ancres de la flotte d’Alexandre (Arrien, Anab. 2, 21, 6.). Lors du siège de Numance en 133 av. J.-C. , les Numantins tentaient de se ravitailler avec des plongeurs, manœuvre que Scipion déjoua en dispersant des lames attachées à des morceaux bois flottant dans le fleuve40. La plus ancienne mention d’un plongeur en contexte militaire remonte à Hérodote. Il rapporte que Skylliês de Skionê, le meilleur plongeur de son temps, était allé récupérer pour les Perses des biens précieux ( khrêmata) qui avaient sombré en même temps que leurs navires près du Pélion41. On pourrait citer d’autres exemples42.
Hors contexte militaire, les plongeurs pouvaient se montrer spécialement utiles aux marins et aux marchands. Un article du Digeste évoque la récupération des objets perdus en mer par les urinatores. Le cas à discuter est le suivant : par mauvais temps, un mercator a jeté des marchandises à la mer pour alléger le navire ; néanmoins le navire finit par sombrer plus loin. Des plongeurs ont pu, contre salaire, récupérer les marchandises des mercatores à l’endroit du naufrage (merces per urinatores extractae sunt) mais celles du premier mercator ne l’ont pas été43. C’est également cette activité de repêchage qu’évoque Manilius, décrivant les aptitudes de ceux qui naissent quand le Dauphin devient visible44. À Rome et à Ostie, les urinatores étaient constitués en collège (à Rome, ils étaient réunis aux piscatores)45. Ils pouvaient aussi intervenir dans le cadre de l’entretien des infrastructures portuaires46.
À la lumière de ces documents, on peut penser que le plongeur Aristis, et peut-être quelques autres avec lui, avaient été recrutés non pas pour pêcher des perles ou des éponges, mais pour un certain nombre de services qu’ils pouvaient rendre dans le cadre d’une expédition maritime.

5) Aristis : un plongeur au service des marins


Aristis était assurément un de ces spécialistes dont les corps expéditionnaires devaient avoir besoin, au même titre que le charpentier Dôrion ou le cornac Sophôn. On sait que les expéditions faisaient appel à au moins deux types de navires47. D’une part, les transporteurs d’éléphants (hai tous elephantas diagousai, appelées aussi elephantêgos). Ce sont des navires lourds (tais kataskeuais embristheis), à fort tirant d’eau (dia ta barê bathuplooi) et équipés de voiles (histiôn). On y embarquait les éléphants capturés dans le sens du retour, mais on pouvait sans doute le charger avec du ravitaillement dans le sens de l’aller48. D’autre part, des navires plus légers, propulsés par des rameurs (tais epikôpois tôn neôn) – rien n’est dit sur la présence de voiles –, destinés sans doute à transporter les hommes et une partie du matériel et du ravitaillement.
Or la mer Rouge, comme l’attestent de nombreuses relations de voyage, est une mer difficile, surtout si les navigateurs longent les côtes. Les écueils , les hauts-fonds, les tempêtes comptent parmi les principaux dangers49. Dès lors, il est assez aisé de comprendre l’utilité d’un plongeur. On peut, par exemple, imaginer Aristis allant débloquer une ancre coincée dans un récif corallien50. Peut-être pouvait-il aller reconnaître une passe avant que les navires ne la franchissent. En cas de naufrage, peut-être allait-il, comme les urinatores, récupérer des objets précieux. Quoi qu’il en soit de ces hypothèses, il semble évident que dans ce type d’expéditions maritimes pour lesquelles les rois dépensaient beaucoup, on avait tout intérêt à s’adjoindre les services d’un plongeur.
Aucun document, malheureusement, ne relate une intervention de plongeur au cours de ces expéditions. Néanmoins un passage bien connu de Diodore de Sicile décrit une situation où l’on perçoit de façon vivante ce qu’aurait pu faire un kolumbêtês. Diodore, d’après Agatharchide de Cnide, décrit un secteur de la mer Rouge où dominent les hauts-fonds. Il explique alors que les navires à rames peuvent franchir cette zone sans trop de difficultés, à la différence des elephantêgoi. i. Celles-ci, en effet, en raison de leur masse et de leurs voiles, résistent mal aux violentes tempêtes de la mer Rouge, souvent nocturnes (dia tên tôn pneumatôn bian pollakis nuktos ôthoumenai) : elles pouvaient alors se fracasser sur des écueils ou échouer – en raison de leur fort tirant d’eau – sur des hauts-fonds. Dans le deuxième cas, les hommes embarqués allégeaient le navire en jetant tout ce qui n’était pas indispensable, c’est-à-dire tout sauf les vivres (ekballousin hapanta plên tês trophês) ; puis ils tâchaient de dégager le navire au moyen de gaffes (dia tôn kontôn)51. Dans une telle situation, un plongeur pouvait faciliter le travail des matelots à la manœuvre, et si le navire, par bonheur, avait été dégagé, il pouvait aller rechercher des objets jetés à la mer. Assurément, le recrutement d’une équipe de kolumbêtai coûtait moins cher que la perte d’éléphants et de marins.

6) Aristis sauvé

À Abydos, Aristis remercie le dieu pour un retour sain et sauf (esôthê). S’il courait les mêmes risques que tous ses compagnons (naufrage, chaleur, maladies, attaques des indigènes etc.), certains dangers étaient particulièrement réservés aux kolumbêtai. Il s’agit évidemment de ceux qui menacent ceux qui s’aventurent sous l’eau. En mer Rouge, ce sont les requins qui devaient représenter un grand risque. Tout au moins, la présence de ces poissons a particulièrement marqué les navigateurs de la mer Rouge du temps des Ptolémées. Ainsi Strabon qui connaît Agatharchide à travers la paraphrase qu’en avait faite Artémidore rapporte que le passage (poros) évoqué ci-dessus, dont les écueils et les hauts-fonds étaient un piège pour les elephantegoi, était infesté de « chiens de mer » (ekhei de kai kunôn plêthos tôn thalattiôn)52. Théophraste, qui utilise des sources antérieures à la mise en place des expéditions de chasse, rapporte que, dans un secteur de la mer Rouge qui devait se trouver à l’extrémité d’une piste partie de Coptos, il est impossible de plonger dans la mer (mê einai kolumbêsai), parce qu’elle est infestée de créatures féroces (hê de thalatta thêriôdês) et que les requins pullulent (pleistous de ekhei tous karkharias53.

7) Conclusion

Le graffite du temple d’Abydos nous apprend donc que les organisateurs des expéditions de chasse s’adjoignaient un certain nombre de plongeurs, dont les compétences étaient précieuses, au cours de ces navigations où les dangers étaient nombreux. Peut-être faisaient-ils partie des effectifs militaires. C’est tout au moins l’hypothèse que l’on peut hasarder, en constatant que le nom d’Aristis suit celui de Lykandros et des soldats.
Les Grecs furent-ils amenés à faire appel aux services de plongeurs locaux ? Ils connaissaient bien, en effet, les Ichtyophages du littoral, avec lesquelles ils devaient nécessairement entrer en contact. Si certains d’entre eux piégeaient les poissons sur le rivage, d’autres allaient les capturer dans l’eau. Agatharchide de Cnide évoque des Ichtyophages chassant les poissons en coopération avec les « phoques »54 ; d’autres capturaient les tortues marines à la nage55. Pline l’Ancien disait des Ichtyophages qu’ils nageaient aussi bien que des animaux marins56. On peut admettre que les Grecs purent faire appel à des indigènes qui étaient les meilleurs connaisseurs de leur environnement. Il devait en aller de même pour la conduite des chasses, pour lesquelles l’aide des meilleurs connaisseurs des lieux, des animaux et des ressources devait être précieuse.

8) Bibliographie

Bernand 1969 = A. Bernand, Les Inscriptions grecques et latines de Philae (t. 1 – Époque ptolémaïque), Paris.

Bernand 1972 = A. Bernand, Le Paneion d’El-Kanaïs : les inscriptions grecques, Leyde.

Bernand 1977 = A. Bernand, Pan du désert, Leyde, 1977.

Bernand et Masson 1957 = A. Bernand et O. Masson, “Les inscriptions grecques d’Abou Simbel”, Revue des études grecques, 70, p. 1-46.

Bruneau 1979 = Ph. Bruneau, “Deliaca (III)”, Bulletin de Correspondance Hellénique, 103-1, p. 83-107.

Casson 1993 = L. Casson, “Ptolemy II and the Hunting of African Elephants”, Transactions of the American Philological Association, 123, p. 248-249.

Charvet et Yoyotte 1997 = P. Charvet (trad. et comm.) et J. Yoyotte (comm.), Strabon. Le voyage en Égypte : un regard romain, Paris.

Clément (à paraître) = J. Clément, “Ἐλεφαντοθῆραι ou les chasses éthiopiennes des Ptolémées”.

Cuvigny 2017 = H. Cuvigny, « Quand Lichas plantait sa tente à Abbad », Chronique d’Égypte, 92, p. 111-128.

Desanges 1970 = J. Desanges, “Les chasseurs d’éléphants d’Abou-Simbel”, Actes du 92e congrès des sociétés savantes. Strasbourg et Colmar (1967). Section d’Archéologie, Paris, p. 31-50.

Desanges 1978 = J. Desanges, Recherches sur l’activité des Méditerranéens aux confins de l’Afrique -VIe s. av. J.-C.-IVe s. ap. J.-C- , Rome.

Hesnard 2012 = A. Hesnard, “L’épave la Madrague de Giens (Var) et la plaine de Fondi (Latium). Producteurs des vins, des amphores Dr. 1b et commerçants”, Archaeonautica 17, p. 71-93.

Jouguet 1921 = P. Jouguet, “Les grecs au temple d’Abydos”, Journal des savants, 19ᵉ année (juillet-août 1921), p. 145-156.

Maniscalco 1999 = F. Maniscalco, “Pratica ed insidie del nuoto nel mondo antico”, Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 111/1, p. 145-156.

Meyer 1900 = P. Meyer, Das Heerwesen der Ptolemäer und Römer in Ägypten, Leipzig.

Monfreid 2007 = H. de Monfreid, Aventures extraordinaires, Paris.

Perdrizet et Lefebvre 1919 = P. Perdrizet et G. Lefebvre, Les graffites grecs du Memnonion d’Abydos, Nancy.

Rostovtzev 1908 = M.I. Rostovtzev, “Zur Geschichte des Ost- und Südhandels im ptolemaïsch-römischen Ägypten”, Archiv für Papyrus Forschung, 4, p. 301-304

Schneider 2006 = P. Schneider, “La connaissance des mangroves tropicales dans lʼAntiquité”, Topoi, 14/1, p. 207-244.

Schneider 2013 =  P. Schneider, Margarita. Une histoire culturelle, économique et sociale de la perle de l’océan Indien dans l’Antiquité gréco-romaine, mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches (https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01811818v1)

Schneider 2019 = P. Schneider, “Ptolémaïs des chasses : une fondation urbaine grecque dans l’océan Indien (IIIe siècle a.C. – Ier siècle p.C)”, Carnets de recherches de l’océan Indien 3, p. 5-33.

Scullard 1974 = H. H. Scullard, The Elephants in the Greek and Roman World, Londres.

Trinquier 2002 = J. Trinquier, “Localisation et fonctions des animaux sauvages dans l’Alexandrie lagide : la question du ‘zoo d’Alexandrie'”, Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 114/2, p. 861-919

Trinquier 2009 = J. Trinquier, “L’animal, le roi et le savant : le ‘Musée’ et le développement des savoirs sur l’animal dans l’Alexandrie lagide”, dans Fr. Le Blay, Transmettre les savoirs dans les mondes hellénistique et romain, Rennes , p. 333-366.

 

 

 



 

 

 

 

 



Citer ce billet
Pierre Schneider (2021, 18 octobre). Des plongeurs faisaient-ils partie des expéditions de chasse à l’éléphant (IIIe siècle av. J.-C.) ? Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l'océan Indien. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rbpi

  1. sur les chasses de Ptolémée II et de ses successeurs, voir, par exemple, Rostovtzev 1908, p. 301-304 ; Casson 1993, p. 248-249 ; Desanges 1970, p. 31-50 ; Desanges 1978, p. 253-257 ; 263-279 ; 292-298 ; 302-303 ; Scullard 1974, p. 126-137 []
  2. Schneider 2019, p. 24-25 []
  3. Diodore de Sicile, 1, 30, 3 []
  4. Bernand et Masson 1957, n°27 []
  5. Voir, par exemple, WChr. 451, daté de 223 : l’équipe d’Andronikos et Peitholaos comprenait 231 hommes ; également Cuvigny 2017, p. 114 : l’expédition conduite par Lichas semble engager une troupe de 500 hommes. []
  6. Bernand 1977, n° 1. []
  7. Bernand 1969, n° 9. []
  8. Bernand 1977, n°1. Le même document indique la présence d’un kunêgos prôtos (chef d’une unité de chasseurs ?). []
  9. par exemple Lichas, sous le règne de Ptolémée IV (( Bernand 1977, n°77 = OGIS 82. []
  10. Voir Strabon, 17, 1, 5 ; Trinquier 2009, p. 335-339. []
  11. Bernand et Masson 1957, n° 26 : signature de Jason, fils de Zénobios, engagé pour la chasse aux oiseaux (ὀρνιθοθήρας). Voir également Cuvigny 2017, p. 114-115. []
  12. Les descriptions précises des contrées et peuples de l’hinterland (par exemple, Strabon, 16, 4, 8-14) sont très certainement le résultat de la circulation des chasseurs dans ces zones. []
  13. Voir Cuvigny 2017, p. 115-116, qui écrit : « Il est possible que makhimoi et misthophoroi aient joué un rôle dans la protection de l’expédition, sur mer et sur terre, les chasseurs d’éléphants n’étant pas nécessairement formés à combattre des pirates ou à tenir en respect des populations hostiles. » []
  14. Bernand 1977, n° 85 = OGIS 85. []
  15. Bernand 1977, n° 85 = OGIS 86. []
  16. Meyer 1900, p. 16-18. Sur cet aspect de l’organisation des chasses, voir l’article (à paraître) de Jérémy Clément, “Ἐλεφαντοθῆραι ou les chasses éthiopiennes des Ptolémées”. Je remercie son auteur de m’en avoir permis la lecture avant parution. []
  17. Voir, par exemple, la dédicace à Pan gravée par Sophôn l’Indien (Bernand 1972, n° 38 []
  18. Bernand 1972, n° 9bis (Δωρίων τέκτων, / τῶν μετ’ Εὐμήδου ἀνα- / ζεύξας ἐπὶ τὴν θήραν / τῶν ἐλεφάντων / καὶ ἐσώθην /εἰς Αἴγυ- / πτον). Cet Eumédès pourrait être le fondateur de Ptolémaïs. []
  19. Voir Cuvigny 2017, p. 120. []
  20. Charvet et Yoyotte 1997, p. 249. []
  21. Perdrizet et Lefebvre 1919, p. 16, n° 91-92. []
  22. Sur cette forme, voir Perdrizet et Lefebvre 1919, p. 16. []
  23. Charvet et Yoyotte 1997, p. 251. []
  24. Perdrizet et Lefebvre 1919, p. 16-17, n° 93-95. []
  25. Perdrizet et Lefebvre 1919, p. 16 ; Jouguet 1921, p. 153. []
  26. Perdrizet et Lefebvre 1919, p. 16 ; Charvet et Yoyotte 1997, p. 251. []
  27. Oppien, Hal. 5, 612-674 []
  28. Schneider 2013, p. 155-159; 183-189 []
  29. Diodore de Sicile, Bibl. Hist. 3, 36, 3-4 (= Agatharchide, Erythr. 5, 35); voir aussi 3, 37, 1; 3, 37, 8. ((= Agatharchide, Erythr. 5, 35 []
  30. Traduction de B. Bommelaer (C.U.F.). Il est possible – le texte ne s’oppose pas à ce commentaire – que des kynêgoi se soient associés pour conduire des campagnes de chasse à titre privé tout en profitant des infrastructures royales (même si, in fine, les récompenses reçues équivalent à un financement royal de ces chasses spéciales). []
  31. Elles figurent dans une liste de denrées des archives de Zénon (PSI 5 535, l. 21-21 : σπόγγοι̣ τ̣ραχεῖς ϛ /
    ἄλλοι μαλακώτεροι κα). []
  32. Sur tous ces points, voir Schneider 2013, p. 155-223. []
  33. Schneider 2013, p. 317-320 []
  34. ci-dessus, n. 28 []
  35. Voir Diodore de Sicile, Bibl. Hist. 3, 37, 8. []
  36. Voir Wilcken 1927, p. 277 []
  37. Oppien, Halieut. 5, 612-674 la décrit avec de nombreux détails. C’est une pêche difficile et dangereuse. []
  38. Bruneau 1979, p. 86-88. []
  39. Thucydide, 4, 26, 8. []
  40. Appien, Iber. 91. []
  41. Hérodote, 8, 8 ; voir Pausanias, Périégèse, 10, 19, 1, pour une version très différente. []
  42. Voir Maniscalco 1999, p. 145-148. []
  43. Digeste, 14, 2, 4, 1. Des traces de l’activité des urinatores (pierre de plongée) ont été relevées dans l’épave de la Madrague de Giens (Hesnard 2012, p. 74). []
  44. Manilius, Astron. 5, 431-435. []
  45. AE 1982, 131 ; CIL 14, 303 ; 6, 1872 ; 6, 29700 ; 6, 40638. []
  46. A. M. Kotarba, The port of Berenike Trogodytica on the Red Sea. A landscape-based approach to the study of its harbour and its role in Indo-Mediterranean trade, thèse soutenue à Oxford en 2015 (publication à venir), p. 230-231. []
  47. Diodore de Sicile, 3, 40, 3-5 ; Chresth. 452. []
  48. Chresth. 452. []
  49. Voir, par exemple, Diodore de Sicile, Bibl. Hist. 3,38, 4-5 ; Procope de Césarée, De bellis, 1, 19, 3-7. []
  50. Comparer avec Monfreid 2007, p. 330. []
  51. Voir Casson 1993, p. 253 : “Diodorus’ statement (His. 3.40.5) that, when an elephant-carrier runs aground “the crew is unable to go over the side because the depth is greater than a man’s height and, when they try to help the vessel by using boat poles, (…) and accomplish nothing” sets the minimum draught, while his mention of the depths encountered (His. 3.40.3) sets the maximum. However, if the men were able to use boat poles, the maximum was very likely a good deal less than eighteen feet. ” []
  52. Strabon, 16, 4, 7 (même information chez Photius, Bibl. 250, 456b = Agatharchide, Erythr. 5, 83). []
  53. Amigues 1989, p. 247-248 ; Schneider 2006, p. 214. []
  54. Diodore, Bibl. Hist., 3, 18, 7. []
  55. Diodore, Bibl. Hist., 3, 21, 1-5. []
  56. Pline l’Ancien, Hist. Nat., 6, 176. []