Vasco de Gama en inde : deux lettres de sernigi

Voyages de Vasco de Gama. Relations des expéditions de 1497-1499 et 1502-1503, traductions présentées et annotées par P. Teyssier et P. Valentin et présentées par J. Aubin, Paris, Chandeigne, 1995, p. 171-182 (extraits)

Première lettre de Sernigi

On trouve toute les épices dans cette ville de Calicut à savoir la cannelle, le poivre, les clous de girofle, le gingembre, l’encens, la laque et une énorme quantité de brésil (il y en a plein les bois). Mais les épices ne sont pas produites là-bas : elles sont produites dans certaines îles situées à 60 lieues de la ville, et ces îles sont près de la terre ferme, toutes du même côté de la ville. Ils y vont par terre en vingt jours. Elles sont toutes peuplées de Maures et toutes les épices  arrivent à cette ville, où se fait l’étape.

(…) Les Portugais sont restés trois mois dans cette ville, à savoir du 21 mai au 25 août, et pendant cette période ils y ont vu et pendant cette période ils y ont vu venir une quantité infinie de navires appartenant à des Maures, environ 1500 nefs qui venaient chercher ces épices. Les plus gros navires jaugeaient 800 tonneaux et il y en avait de toutes sortes, des grands et des petits. Ils ne portent qu’un seul mât et ne peuvent naviguer que vent arrière. Quelquefois, ils restent là quatre à six mois à attendre les vents favorables. Beaucoup de ces navires se perdent, car ils sont très mal construits ; ils sont très fragile et n’emportent pas d’armes ni d’artillerie.

Les vaisseaux qui vont dans les îles chercher les épices pour les apporter à cette ville de Calicut sont à fond plat afin d’avoir un faible tirant d’eau, car il y a là beaucoup de hauts-fonds. Certains de ces navires sont construits sans clous ni ferrures car ils passent au-dessus de roches aimantées. Toutes les nefs, quand elles séjournent  devant cette ville, sont tirées à terre et elles y restent comme si elles étaient à sec, car il n’y a pas de port où elles puissent être plus en sûreté.

Deuxième lettre de Sernigi

(…)

Il dit [il s’agit d’un marchand juif] qu’on y [en Inde] apprécie fort les coraux en branches, le cuivre en plaques ou en lingots, le tartre, le vif-argent, les grosses toiles, les gros tissus bleus, les lunettes, et qu’en certains endroits on tient pour quelque chose d’inestimable le vin, certains brocards et les tissus de Lucques. Les seigneurs de là-bas prisent fort l’argent et l’or. Les produits du pays sont toutes les épices, en gros et en détail, des laques en quantité infinie, de la noix muscade, de la civette et des pierres précieuses de toutes sortes.

On pêche les perles dans une île située près de la ville de Calicut, à quatre milles de la terre ferme, dans laquelle il n’y a pas du tout d’eau douce. On en trouve seulement dans un grand fleuve qui est sur la terre ferme, en face de cette île. Chaque jour trois cents barques s’y rendent pour charger de l’eau douce en vrac, comme à Venise, et elles font trois voyages par jour. (…) Dans cette île la plus grande partie des gens sont pêcheurs et ils pêchent  les perles. Ce Juif dit qu’ils prennent des perles énormes (grosses comme des noix, des œufs de pigeon et des noisettes) mais cela me semble impossible car on n’en a jamais vu qui viennent de là. Ils l’affirment pourtant et disent qu’une perle de ce genre se vend là-bas, sur place, 1500 ducats.

(…)

Tous ces rois et tous ces seigneurs possèdent des éléphants comme marque de leur état et de leur grandeur, et pour faire la guerre. L’un en  a cinquante, un autre en a  cent, un autre deux cents, d’autres en ont trois cents, quatre cents, ou six cents, selon leur importance. (…) Quand dans ces pays on veut mettre les vaisseaux à sec, on se sert des éléphants. Ceux-ci appuient leur tête contre le navire et ils poussent si fort qu’ils le font avancer et l’échouent. Quand ils veulent les haler à terre ils font certains engins de corde avec lesquels les éléphants les tirent. S’ils veulent les examiner par-dessous, les éléphants mettent leur trompe sous la carène et la soulèvent. Ces navires n’ont que des ancres de bois qui sont très fragiles, et c’est pourquoi le plus souvent on les met sur la vase. Leur gouvernail est attaché avec des cordes et dépasse d’un et demi de nos bras l’étambot du navire. Chaque fois que ce gouvernail a besoin d’être réparé ou quand le navire prend l’eau, certains marins maures peuvent, chose extraordinaire, rester sous l’eau deux ou trois heures pour tout arranger.

(…)

Comme je te l’ai dit dans mon autre lettre, le golfe qu’ils ont traversé a 700 lieues de large, et son autre rive, c’est-à-dire celle qui est au midi, est habitée par des Indiens chrétiens. C’est un pays très fertile, qui produit du grain, du fourrage, des fruits, de la viande, et qui est très peuplé. De ce côté-ci, celui de Mélinde, il est peuplé de Maures. (…) Il y a là un détroit très resserré par où entrent les nefs chargées d’épices. Une fois passé, elles trouvent un autre golfe  qui s’appelle la mer de Giuda. Là elles sont déchargées dans de petites embarcations qui entrent dans la mer Rouge, où il y a peu de fond, et qui vont à une ville du sultan où toute leur cargaison est déchargée, avant d’aller par voie de terre jusqu’au Caire. Et les navires regagnent l’Inde en traversant le golfe : ils vont dans toutes ces régions pour y charger des céréales et d’autres produits, car c’est de l’autre côté et non de ce côté-ci qu’est la plus grande richesse et que ce fait le plus grand commerce.

Il ne souffle dans ces régions que deux vents, le levant et le ponant, c’est-à-dire le levant en été et le ponant en hiver. La mer est très calme et il n’y a pas de tempête. L’été, les navires restent parfois encalminés pendant trois ou quatre mois parce qu’il n’y a pas de vent.

(…)

C’est un exploit magnifique et ce roi du Portugal mérite les louanges de toute la chrétienté. Mais avec le temps il faudra qu’il soit bien sur ses gardes et qu’il se méfie. Ces Maures s’ingénient à lui jouer des tours pour lui faire abandonner son entreprise, car ils craignent de perdre leur trafic, ce qui ne manquerait pas de se produire un jour. Les gens de Calinde calculent qu’il leur faut parcourir 3400 milles du golfe et transporter les épices au prix de grande dépenses, compte-tenu des premiers débours et des droits de douane. Puis il faut les conduire à 4000 de là, jusqu’au détroit par lequel on entre dans le mer Rouge, tout cela à grands frais ; et aller ensuite des rives de la mer Rouge à la ville du sultan, sur une distance de 700 milles. Là il faut payer les droits (chacun cherche son profit) ; ensuite les porter de là par voie de terre jusqu’à Damas au Caire, à Alexandrie, à Beyrouth et à Jaffa, avec partout des droits et d’énormes dépenses. Cela représente, tous comptes faits, six fois le prix d’achat. Et tout aura servi à payer des voituriers, des navires et les droits du sultan. Alors qu’en passant de l’autre côté on aurait la possibilité de supprimer toutes ces dépenses et tous ces trafics. C’est pourquoi je dis que le sultan, que ces rois et que les Maures feront tout pour écarter le roi du Portugal de cette entreprise. Si le roi du Portugal la poursuit, il pourra en effet vendre les épices à Porto Pisano beaucoup moins cher qu’elles ne coûtent au Caire, car il peut les y amener avec beaucoup moins de dépenses. Et l’on serait obligé de rappeler de là-bas les marchands génois et vénitiens, et ceux de toutes les autres nations. Les droits qu’ils paient et leurs revenus feraient gravement défaut, car c’est là l’essentiel du commerce de la Syrie avec nous. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Schneider (7 juillet 2022). Vasco de Gama en inde : deux lettres de sernigi. Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l'océan Indien. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rbpl