Les tumuli des Somalis

Georges Revoil, Notes d’archéologie et d’ethnographie recueillies dans le Somal, Paris, Ernest Leroux, 1883, p. 4-11. 

Dans la grande arène qui court aux pieds des monts Gorali, entre Berguel et Binnah, auprès d’un torrent qui se déverse dans une lagune alimentée par la mer, se développe un espace délimitée par des blocs de rochers irrégulièrement disposés et assez distants les uns des autres. Dans l’enceinte ainsi formée, des tumuli circulaires encadrent symétriquement un énorme amoncellement de petits cailloux représentant une pyramide tronquée dont les parois sont revêtues de plus grosses pierres.

La base supérieure de ce tronc de pyramide atteint une superficie de 60 mètres carrés. C’était là sans doute un ancien camp. Sur les terrassements formés par les massifs résidaient mes chefs qui exerçaient autour d’eux leur surveillance. Aux alentours, gisaient des monceaux de détritus de coquillages (clovisses) et des ossements de poissons, puis des squelettes de tortues gigantesques enfouis à peu de profondeur dans ces mêmes détritus. Tous signalait en ces lieux le passage d’une peuplade ichtyophage.Des silex, des amulettes en coquillages percées de deux trous pour être suspendues, des poteries, du fer, du bronze, jusqu’à des éclats de bombe s’y rencontraient également, fournissant les preuves d’une occupation successive de peuplades d’un âge différent et d’une civilisation inégale, antérieur à la conquête moderne de la côte orientale signalée par les débris de projectiles.

Sur le parcours de Berguel à Bender-Khor dans l’intèrieur de la Madjourtine, à Dadaballo, à Deïlah, à Goumayo, à Dagagnad, à El-Guel, à Bour-Chérad, dans les petites vallées aux abords des sources se retrouvent partout les traces du passage de ces peuplades riveraines. A Golfi, Bio-Kolalla, dans l’arène de Bender Gasem, dans le lit de Karin, à Massal, se dressent des amoncellements de pierres semblables. Si, passant de la tribu des Medjourtines dans celle des Ouarsanguelis, nous arrivons à quelques heures de Bender Gasem, auprès d’Alleyah, un vaste champ s’ouvre à nos conjectures. Dans une arène jonchée de tumuli s’élèvent les ruines de deux tours carrées construites l’une à côté de l’autre sur la même base et emplâtrées en différents endroits d’un ciment fort dur.

Aux environs de Lasgorée, dans la vallée de Guel-Dora, sur les sommets d’Aïrensit, de Mana, de Yaffar ( 1,800 m. altitude), dans la vallée du Darror, à Bar-Ham, à Rhât, toujours ces mêmes tumuli. A Haffdâr, près de Rhât, point déjà visité par Speke, je retrouve ce mélange d’amoncellements de pierres et de ruines de constructions en pierre sèches dont le plan ci-joint peut faire apprécier le caractères curieux. On remarquera, entre autres, l’agencement compliqué des pièces qu’elles devaient contenir.

Partout il m’est impossible, à cause de la méfiance des naturels, de faire la moindre fouille dans ces tumuli. Une seule occasion m’a été offerte par hasard de réaliser ce désir. Voici dans quelle circonstance j’ai opéré et quels résultats j’ai obtenus. Je revenais sur Aden, à bord d’une boutre lorsqu’une violente tempête nous obligea à relâcher dans la petite crique de Saluine, près de Hés, dans la tribu des Habar-tel-Jalo. Nous descendons à terre pour prendre du lest. J’accompagne mes hommes et je me trouve en présence d’une quantité innombrable de tumuli de toutes formes, dont quelques-uns ont été couverts par les éboulements de la montagne à laquelle ils étaient adossés. J’interroge. Un des naturels du pays, en causant avec moi, m’avoue en secret que, plus hardi que les autres habitants, il a bravé le cheïtan ou esprit malfaisant caché sous ces tas de pierres. En fouillant l’un de ces tumuli en forme de couronne et marqué par une pierre levée (cette pierre surtout semblait avoir attiré son attention) il avait trouvé des perles, du bronze, du verre, des poteries, et les restes de matériaux brûlés. Je l’engage à me conduire de suite sur les lieux. Mes recherches mettent à jour à cette même place des débris informes de verre, du bronze, des perles en cornaline et en améthyste, des fragments de coupes en émaux juxtaposés par fragments hexagonaux.

Le lendemain je poursuis mes fouilles sur un autre point, mais comme nous avons peu de temps et qu’il importe de ne pas éveiller l’attention des indigènes, j’avise un tas de pierres comme celui de la veille, au pied de la même colline, et que les eaux pluviales ont débarrassé du sable et de la terre qui l’encombraient.

Presque à la surface du sol je ramasse :

  1. Des débris de verreries ;
  2. Des fragments d’émaux divers ;
  3. Un masque en verre filé ;
  4. Des baguettes d’émail de diverses couleurs dont une ornée d’étoiles ;
  5. Des fragments d’émaux ornés de grecques ;
  6. Des débris de poteries recouvertes d’une couche de vitrification verte et bleu clair ;
  7. Un fragment de vase en albâtre ;
  8. Des perles en cornaline, en améthyste, en verre, et même en os ;
  9. Des débris de vases en pierres et d’amphores ;
  10. Des clous ;
  11. Des poteries rouges, recouvertes d’un vernis de même couleur, dites vulgairement poteries de Samos.

Avant d’analyser ces découvertes de Hés, je dois parler des constructions d’Olok et de Khor Abdaham auxquelles leur caractère assigne une place ici, bien que ces découvertes se rattachent au début de mon voyage, contrairement à celles-ci qui le clôturent. J’ai souligné les deux tours carrées revêtues de ciment d’Alleyah, près de Bender Gasèm, au milieu de tumuli de toutes sortes. J’ai aussi appelé spécialement l’attention sur le plan des ruines d’Hafdâr, constructions en pierres sèches d’une régularité vraiment curieuse. Les vestiges d’Olok et de Khor Abdaham sont tout différents. A Olok, sur le versant N-O. du cap Guardafui, à fleur de sable qui les encombre, sortent les murs de constructions taillées dans le roc. Auprès d’elles, j’ai ramassé des débris d’amphores, de poteries et de meules de moulin en lave.  A Khor Abdaham, sur la route de Tohen à Berguel (océan Indien), les naturels m’ont arrêté sur une petite hauteur, au fond d’une crique, devant les traces d’une construction dont il ne reste que les soubassements émergeant à 50 centimètres à peine du sol. Les assises sont formées d’apparaux parfaitement assemblés. Dans le milieu de l’une de deux pièces qui forment le plan de ces ruines sort de la terre et du sable qui l’encombrent une corniche et ses moulures, trois filets simples en retraire de 2 centimètres.

A quelques pas de là, sur un petit tertre, s’élèvent aussi les assises d’une construction qui n’a pas plus de deux mètres carrés. L’ensemble de ces vestiges me ferait croire, par leur disposition, que je suis en présence d’un temple en dehors de l’enceinte duquel aurait été dressé un petit autel. A toutes les questions que, dès le début de mon exploration et de mes recherches, j’ai adressées aux naturels en face de ces vestiges, il m’était partout répondu : « Ce que tu vois devant toi est l’œuvre des Gallas, des Pharsis, des païens d’autrefois (kofri min aouél). » Mais là se bornait le savoir des mes guides ou des vieillards du pays. Ce qu’ils affiramaient par leur réponse, c’est que tout cela n’était point leur œuvre, mais celle de leurs ancêtres, des païens, des Gallas, des Pharsis, races qui vivaient dans le pays des Somalis au moment de la venue de Jabarti ben Ismaïl, leur père, le prédicateur de la religion islamique.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Amélie Hellin (10 mars 2023). Les tumuli des Somalis. Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l'océan Indien. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rbpp