Cambaye et le golfe de Cambay (Khambhat)

Jacques Peuchet, Dictionnaire universel de la géographie commerçante, tome troisième,  Paris, 1799, s.v. Cambaye

Cambaye, ville de l’Inde, dans l’Indostan, au royaume de Guzurate, à l’embouchure de la rivière Catari, qui se décharge dans le golde de Cambaye, par les 23 degrés de latitude nord, à 16 lieues de Boritschia et à 30 de Surate. Long. 89 ; lat. 22.30.

Cambaye a été autrefois une grande et riche ville et la capitale du royaume du même nom, tant qu’elle a appartenu aux Portugais, n’étant inférieure ni à Surate ni à Baroche, parce que cette vaillante nation la gouvernait très bien. Ce sont eux qui ont fait faire les portes qui la ferment encore aujourd’hui, mais depuis qu’ils l’ont abandonnée et que la mer s’est retirée, Cambaye a perdu tout presque tout son trafic et toute sa splendeur, à cause que les barques restaient à 12 milles de la ville et ne peuvent arriver qu’avec la marée qui est si rapide et si impétueuse qu’un cheval a bien de la peine à la devancer en courant, ce qui empêche souvent les vaisseaux d’y pouvoir entrer, dans la nécessité où l’on est d’aller contre le vent pour résister à la violence de la marée qui les amène si rapidement.

Golfe de Cambay , 16 octobre 2021 (NASA Earth Observatory images by Lauren Dauphin, using MODIS data from NASA EOSDIS LANCE and GIBS/Worldview).

(…)
Les principales marchandises que l’on tire de Cambaye sont les toiles de coton très fines et parfaitement bien fabriquées, qu’on estime pas moins que celles de la côte de Coromandel et de Bengale, bien que celles-ci soient d’une grande réputation dans les Indes et en Europe ; des canafasses, dont on fait des voiles de navires et des sacs ; plusieurs sortes d’étoffe de soie ; des tulbandes, des ceintures, des écharpes pour couvrir la tête et le visage des femmes ; des tapis, des draps d’or ; des couvertures de lits, de soie et de coton, piquées ou brochées ; des pavillons, des matelas, des cadels ou bois de lit des Indes ; des fauteuils, des trictracs et autres ustensiles de ménage à la mode du pays ; de l’indigo, dont on prépare une grande quantité à Cambaye et qu’on exporte ensuite en Europe et en Asie ; du salpêtre, du borax, de l’amphion, du cumin, du gingembre, de la rhubarbe, des mirobolans ; plusieurs autres excellentes drogues, du sucre, de l’huile et du beurre ; sans compter plusieurs sortes de pierreries, ou qui se trouvent dans le Guzurate, ou qui y sont apportées d’ailleurs, dont les Benjans, qui tiennent leurs boutiques dans l’un des trois grands bazars de Cambaye, font un commerce très riche et où les Européens peuvent faire aussi de grands profits, s’ils sont connaisseurs et s’ils se tiennent sur leurs gardes contre les ruses et l’artifice des joailliers indiens.
Il sa fait aussi à Cambaye quantité d’excellents ouvrages d’agathes, qui ne cèdent en aucune manière à ceux qui se fabriquent en Europe, ni pour la beauté de la pierre, ni pour la perfection de l’ouvrage ; des bracelets d’ivoire, des chapelets, des anneaux etc. Il s’y fait aussi un grand commerce de dents d’éléphants, qui viennent de Rufala, et dont les habitants de Cambaye ornent leurs maisons, qui sont bâties de briques et de marbre blanc. la plupart de ces marchandises, dont les Européens font les plus grands achats, ne sont pas celles dont ils composent la cargaison de leurs vaisseaux pour leur retour en Europe ; mais ils s’en servent pour les porter dans divers lieux des Indes et les échanger contre d’autres marchandises qui leur conviennent : ce qu’on peut dire aussi des grains, des fruits et des légumes ; comme du froment, du riz, des poids, des fèves, du kitzeri, du millet, de l’orge, des oranges, des limons, des citrons, des mangas et des cocos ; dont les Hollandais, entr’autres, enlèvent quantité chaque année et sur lesquelles ils font de grands gains, en les portant des des lieux qui manquent de ces denrées.

Aujourd’hui la mer est éloignée de Cambaye d’une demi-lieue, quoiqu’autrefois elle soit venue jusqu’à la ville, et cette retraite a diminué le commerce, parce que les grands vaisseaux ne peuvent venir qu’à trois ou quatre lieues de là. La violence des marées est encore une des raisons pourquoi les grands vaisseaux n’y vont que rarement. Les Hollandais n’y viennent qu’à la fin de septembre, parce que le long de la côte de l’Inde qui regarde l’Arabie, et principalement le golfe de Cambaye, il y fait très mauvais pour les vaisseaux au commencement de ce mois, à cause du vent d’ouest qui souffle en ce temps-là avec violence, et qui est toujours accompagné de gros nuages qu’on appelle éléphants, parce qu’ils en ont la figure, et que le naufrage y est presque inévitable.

Jean de Thévenot, Relation d’un voyage fait au Levant, tome 3, Paris, 1664, p. 35-36.

Cambaye, que quelques-uns appellent Cambage, est une ville du Guzerat située au fond d’un golfe qui porte son nom et qui est à son midi. Elle est deux fois grande comme Sourat, mais il s’en faut de beaucoup qu’elle ne soit aussi peuplée. Elle a de fort belles murailles de brique qui sont haute d’environ quatre toises, avec des tours d’espace en espace. Ses rues sont larges et toutes ont des portes au deux bouts que l’on ferme durant la nuit. Ses maisons sont fort hautes, et bâties de brique cuites au soleil, et les boutiques sont pleines d’aromates parfums, épiceries, étoffes de soies et autres. On y voit quantité d’ivoire, de tasses d’agathe, de chapelets et d’anneaux qu’on travaille en cette ville ; et ces agathes sont tirées des carrières d’un village appelé Nimodra, qui sont à quatre lieues ou environ de Cambaye, sur le chemin de Baroche, mais les pièces qu’on en tire ne sont guère plus grosses que le poing. La plupart des habitants sont Banians et Raspoutes (…). Le château où loge le gouverneur est grand mais il n’a rien de beau. Il y a tant de singes dans cette ville que quelquefois les maisons en sont couvertes, en sorte qu’ils blessent toujours quelqu’un dans la rue quand ils trouvent sur les toits de quoi leur jeter. Les dehors de la ville sont ornés de plusieurs beaux jardins publics.

Carte du golfe de Cambaye, 1761 (Wikimedia Commons)

(…) Il y avait autrefois un hôpital pour les animaux malades mais on l’a négligé et présentement il est en ruines. Les faubourgs sont presque aussi grands que la ville. On y fait de l’indigo. La mer en est éloignée de demi-lieue, quoiqu’autrefois elle vint jusqu’à la ville (…). Les marées sont si violentes au nord du golfe qu’un cavalier courant à toute bride ne peut suivre les premiers flots ; et cette violence de la mer est une des raisons pourquoi les grands vaisseaux n’y vont que rarement.

Auguste  Morel, Dictionnaire universel de géographie et de commerce maritime, tome 1, Paris, 1856, s. v. Cambaye

Au fond du golfe la séparation entre les rives opposées descend jusqu’à 25 km. Les bancs de sable y sont très nombreux et rendent la navigation très difficile, sans parler de la rapidité des marées qui est excessive, surtout aux équinoxes. Le flot y apporte jusqu’à 9, 74 m d’eau, hauteur nécessaire pour traverser une foule de passes qui sans cela seraient inextricables. Ce golfe a beaucoup d’affluents (…)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Schneider (15 avril 2023). Cambaye et le golfe de Cambay (Khambhat). Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l'océan Indien. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rbpq