Bender Khor (Somalie)

Georges Revoil, Voyages au cap des aromates (Afrique orientale), Paris, 1880, p. 193-205

Nous passons rapidement devant Ras Orbé, et devant les deux caps Djebeur el Kébir, Djebeur el Seghir, où nichent les myriades de cormorans (Graculus latter), et que je me promets de visiter. Au coucher du soleil, nous mouillons à l’entrée de la rivière de Bender Khor. Il nous faut, après notre débarquement, deux bonnes heures pour nous rendre à Gandala. Cette ville, au pied de Gebel Aïsema et cachée dans le sable, tire son nom d’un arbre appelé ganda auquel le Somali attache l’idée superstitieuse que toute branche qu’il en casse amène ou la fracture d’un bras ou celle d’une jambe. Nous n’arrivons qu’à la nuit et au sortir de la prière. Tout le village vient recevoir Sementar ; il me présente comme le protégé du sultan, « Aban Sultan », et cause ensuite des affaires du pays. Cela fait, il me conduit à sa case. Il me la montre avec un certain orgueil ; ici, au moins, je serai mieux qu’à Merâya. Sa femme aura bien soin de moi; si je le préfère, d’ailleurs, je puis me choisir une autre habitation. J’aime mieux rester à ses côtés, d’autant plus qu’il a lui-même une autre hutte voisine où il compte loger. Alima est une belle jeune femme, qui semble plutôt la fille que l’épouse de Sementar. Elle a deux ou trois compagnes, fort jolies (à part l’une d’elles pourtant, qu’un tigre a affreusement défigurée, l’année dernière, pendant qu’elle gardait les troupeaux). Moins farouche que je ne le suppose, Alima nous prépare un modeste souper composé d’un peu de mouton boucané. Après ce repas, nous allons avec Bagaro voir le seul négociant arabe, Mohamed ben Gebbel, 

Le lendemain, au point du jour, je prends au crayon une vue de Gandala ; cette opération fut assez pénible, car pas un arbre ne m’offrait le moindre abri, au point d’où je pouvais le mieux saisir le panorama.
Quelques bâtisses en pisé, deux fortins autour desquels sont groupés des huttes, une grande et belle mosquée, voilà Gandala, qui, malgré son aridité, offre aux voyageurs la coquetterie et la propreté d’une ville neuve. Il n’y manque que de l’eau, et, sans cet inconvénient, ce serait un point bien plus important que Bender Khor pour les arrivages. Assez inquiet sur le sort de mes bagages laissés à bord, j’envois Bagaro les chercher avec une petite embarcation à voile. Obligé de remonter dans le vent, elle ne revient qu’à la tombée de la nuit, mais sans mes malles. Le capitaine a trouvé plus commode de faire charger du riz pour le compte d’un revendeur somali. Sementar, furieux, donne ordre qu’on retourne de suite à bord prendre mes bagages, menaçant du bâton si l’on exécute pas ses ordres. J’accompagne moi-même l’embarcation de peur qu’on oublie quelque chose. Nous ne rentrons à Gandala qu’à neuf heures. A l’aide de Bagaro et d’un Dolbohante, nommé Ali, un de ses amis qu’il a retrouvé à Gandala, nous transportons péniblement mes quelques colis. Tout le monde dort, et, pour ce soir-là encore, nous nous couchons en faisant pour tout repas un tour de plus à notre ceinture. Je ne sais au juste combien durera mon séjour ici ; désireux de voir un peu les environs, je prends Ali à mon service pour m’accompagner dans mes excursions, pendant que Bagaro restera de garde à la maison. Le 18, Sementar ajoute par sa conversation sur la contrée quelques pages à mon carnet de renseignements. Il m’indique en même temps les gens que je puis consulter dans Gandala. Pendant que je me rends ayprès d’eux, des Somalis m’accostent et me demandent un aschour, parce que j’ai ramassé des coquilles le long de la plage. Je leur réponds que Noûr m’a dispensé de tout impôt de ce genre et qu’ils s’adressent à Sementar ; je ne sais s’ils osèrent donner suite à leur réclamation. Dans l’après-midi, je fais une course au torrent ; j’y ramasse encore ces mêmes pétrifications à 2,500 mètres du rivage et sur le versant du Gebel Aïsema, ce qui me fait connaître parfaitement, comme à Merâya, où s’arrêtait l’ancien lit de la mer. La végétation est en ces endroits moins luxuriante que le lit du Goudmô ; peu d’oiseaux ; mais ; en revanche, des traces nombreuses du passage des serpents. Mon guide, qui n’a pour chaussures que ses sandales (kàbo), regarde toujours où il passe. Je compris ses appréhensions lorsque, pendant le reste de mon séjour, on m’amena deux enfants mordus par les reptiles. Ni alcali, ni acide phénique ne purent empêcher une mort des plus douloureuses.

Je rentrai de cette promenade sans rapporter, malgré mes désirs, la moindre pièce de gibier, et fus obligé de m’asseoir encore, non sans faire un peu la grimace, devant un grand plat de riz à l’eau, où Alima nous versa un peu de beurre fondu. Quoique condamné, depuis quelque temps, à cette trop simple nourriture, ma santé n’en est cependant nullement éprouvée. J’attribue le maintien de mes forces aux fumigations que je fais le matin et soir avec les parfums de tous genre que produit Medjourtine, et qui, j’en suis convaincu, soutiennent énormément un tempérament délabré. Le 19, après midi, informé que la caravane attendue arrive, je décide d’aller par voie de terre à Bender Khor ou Bottiala. Nous partons avec Ali et un autre indigène que ses affaires appellent au même point. Nous atteignons le plateau qui domine la ville et traversons un véritable désert. Après une heure de marche, le terrain, d’abord uni, devient accidenté. Le ravin qui le sillonne a découpé une série de monticules sur lesquels pas la moindre végétation ne repose l’œil. Ces montées et descentes rendent la route fatigante, et les trois heures qu’il faut pour la parcourir sont autant d’heures de supplice. Nous avons la chance, de rencontrer quelques Bédouins qui vont à Gandala. Ali leur demande des nouvelles de l’intérieur. On s’y bat avec acharnement. Quant à eux, ils se sont détachés de la caravane qui est arrivée à Bender Khor pour aller faire des offres de marchandises. Nous allongeons les pas pour atteindre la ville avant la nuit. Nous nous trouvons bientôt au bord d’un ravin de 100 à 150 mètres de profondeur, immense déchirure faite dans le sol comme par un tremblement de terre; des blocs énormes, amoncelés les uns sur les autres, s’étagent au-dessus de nos têtes, semblant menacer de nous écraser dans leur chute. A peine pouvons -nous distinguer au fond de cet abîme un troupeau de moutons qui se détache en petits points blancs sur la teinte ferrugineuse du sol. C’est par un vrai sentier de chèvres qu’il nous faut descendre. Mon guide saute de roche en roche sans appréhension ; pour moi, je l’avoue, je suis peu rassuré et j’ai toujours peur d’être entraîné par le poids de mon sac que je maudis. Nous voilà non sans peine au fond de cette crevasse. Une arène immense s’ouvre devant nous. Au milieu est Bender Khor ou Bottiala, dont les maisons et les huttes rangées en cercle, et circonscrites elles-mêmes par les deux bras desséchés de la rivière, entourent une grand place ouverte de tombes. A notre gauche, la mer, qui remonte par des gorges profondes étendue de cinq milles, vient baigner le pied d’un fort qui garde ce défilé. A notre droite, de hautes montagnes couleur de fer encaissent d’une vallée aride qui se dérobe à nos yeux. Dès notre approche, tout Bender Khor vient au devant de nous. Mon guide, assailli de questions de toute nature, répond suivant les instructions de Sementar en disant que le sultan m’a laissé le courir les Medjourtines, et que je suis libre d’aller où bon me semble, sans payer le moindre aschour. La caravane est dispersée dans Bottiala, mais tous les produits sont amoncelés devant la maison d’un négociant arabe, établi à Bender Khor depuis fort longtemps. Je me rends chez lui ; il me laisse tout examiner et prendre une foule de notes. Demain, il doit procéder au pesage et au règlement ; je pourrai me rendre compte de ces opérations en y assistant moi-même. Je le remercie de ses complaisances, et vais chez le cadi pour lui demander de me donner l’hospitalité, mon intention étant de passer quarante-huit heures à Bottiala. Ce personnage me reçoit d’une façon assez rude et m’assigne comme gîte un méchante hutte ouverte à tous les vents. Une simple natte doit me servir de couchette. Je n’insiste pas pour avoir mieux, ne voulant être tenu à aucune reconnaissance. Ali va chercher de quoi faire du feu pour la nuit, et après lui avoir recommandé de veiller autant que possible, je me roule dans ma couverture. Notre compagnon de route qui s’était séparé de nous dés notre arrivée, vient fort à propos quelques moments après me porter un peu de lait ; Ali en profite pour lui faire observer combien nous sommes mal. Il nous répond qu’il nous offrirait l’hospitalité volontiers, mais il n’est pas de Bottiala et lui-même loge chez un autre Somali.

Il m’est impossible de fermer l’œil à cause de la fraîcheur, et la nuit me semble bien longue, surtout quand notre provision de bois est complètement épuisée. Il est trois heures du matin : je profite d’un heureux clair de lune pour aller courir ça et là, et attendre le jour qui ne tarde pas à arriver. Ce qui inquiète le plus, au dire d’Ali, les gens du pays, c’est l’indifférence que j’attache à leurs personnes et le peu d’égards dont je les entoure. Grande est leur irritation, quand ils me voient dessiner leur ville, assis à l’ombre d’un rocher. Des groupes nombreux se forment alors. On se demande ce que peut bien faire cet Européen, qui note tout, qui interroge sur tout. Alors les mêmes appréhensions qu’à Merâya surgissent dans ces esprits ignorants, et l’on porte se porte en foule vers moi pour m’entraîner chez le cadi. Il m’attend sur la place. Un Comali prend mon sac, un autre mon fusil ; je les laisse faire et les suis sans inquiétude aucune. Cependant, par prudence, je désarme mon Lefaucheux et le remets au porteur ébahi, en deux morceaux. Un fois devant le cadi, ce dernier me demande, d’un ton fort insolent, de quel droit je parcours Bender Khor, sans lui en avoir demandé l’autorisation. Ma réponse est simple : je considère le ouarga ou firman du sultan , comme suffisant. Le cadi me réplique alors brusquement que le sultan n’a rien à voir sur Bottiala, que toutes les autres villes de Medjourtine sont sous sa dépendance, excepté la ville de Séliman . Un jeune Comali plus arrogant se prétend lui-même sultan tout comme Mahmoud ; il exige de moi sur-le champ un aschour et m’intime l’ordre de quitter la ville. Je me contente de hausser les épaules et je laisse le groupe des Somalis, reprenant non sans brusquerie, mon sac et mon fusil. Je regagne ma place où je continue mon croquis, pendant qu’Ali se démène avec le cadi, en le menaçant de la colère du sultan. Les réponses qu’il reçoit sont assez inquiétantes, si bien qu’il n’hésite pas à me conseiller de quitter Bender Khor. J’y reviendrai avec Sementar Osman. Je consens, à condition qu’il trouver une embarcation pour pouvoir rentrer par mer. Cela n’est pas chose facile, mais la promesse d’une piastre finit par décider un pêcheur. Plus de 150 Comalis nous escortent jusqu’à l’entrée des gorges du Khori.

Nous voilà en route, descendant lentement avec la marée ces gorges escarpées dont la solitude n’est troublée que par les cris d’une myriade d’échassiers. A l’aide d’une sonde, je trouve presque à chaque coup, 5 et 6 brasses d’eau dans le milieu. Avant d’arriver à la barre, sur notre gauche, s’offre un bouquet d’arbres ; mon guide m’y indique une source d’eau potable. Pour me convaincre du fait, je mets pied à terre et trouve en effet une flaque d’eau excellente, quoique un peu chaude. Au dire d’Ali, elle ne tarit jamais. Je ne sais quelle idée s’empare subitement du naturel qui conduit notre embarcation, mais, quitte à perdre son salaire, il ne veut pas aller plus loin ; il donne comme raison que le vent arrière nous poussera rapidement vers Gandala, mais qu’il lui faudra trop de peine pour remonter. Je suis d’ailleurs, dit-il, rendu à la plage que je n’ai qu’à longer pour arriver directement. Il fait une chaleur torride. Mon casque ne me garantit qu’imparfaitement ; j’intime donc l’ordre à mon Somali de poursuivre sa route. Il se contente de sourire ironiquement. J’ai peine à maîtriser ma colère et, m’armant d’un aviron, je pousse l’embarcation au large. Les choses auraient, je crois mal tourné, sans l’arrivée à contre-bord d’une pirogue montée par des Arabes qui décident mon homme à tenir ses engagements. Ali se charge de raconter au gouverneur comment nous avons été reçus à Bottiala, et tout ce qui nous avait été dit sur le compte de Noûr Osman et du sultan. Sementar outré prend la résolution d’aller au premier jour demander au cadi des explications sur sa conduite et ses propos. Jusqu’à quelques jours se passent, sans autres événements particuliers que la visite nocturne d’un guépard qui jette la panique dans Gandala. Comme dans tous les villages, il n’y a pas ici de bergeries ; les chèvres et les moutons sont parqués autour des cases dans de simples clos, entourés de branches épineuse. Les rôdeurs de nuit y pénètrent d’un bond et y commettent d’effroyables ravages. Aux glapissements poussés par la bête, Ali me réveille par le mot chebel ! M’invitant à prendre mon fusil et à aller à sa rencontre. Je préfère grimper sur le toit de ma case, d’où je pourrai faire du feu sur la bête qui viendra sans doute rôder autour de quelque chèvres de Sementar. En effet, grâce au clair de lune, au bout de quelques instants se détache sur le sable blanc une forme noire qui se dirige vers nous. A quelques mètres, l’animal s’arrête, èvente, puis retourne sur ses pas. Je n’ai plus d’espoir de le voir revenir, lorsque un coup de feu part de la citadelle ; il rebrousse alors vers nous sans trop se hâter. Il s’arrête encore, puis faut de nouveau mine de s’éloigner : je vais perdre l’occasion d’exercer mon adresse sur une pièce de ce genre ; alors, sans attendre qu’il revienne à moi, je fais feu de mes deux coups. L’animal atteint, se roule sur le sol, poussant d’affreux hurlements. Ali crie « Maraba ! » (bravo !) Sementar de sa case me demande si le  chebel est mort. J’allais répondre « oui », quand je vis la bête qui n’était que blessée reprendre le chemin du Gebel Aïsema.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Amélie Hellin (4 septembre 2023). Bender Khor (Somalie). Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l'océan Indien. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rbpr