Moussons et courants dans l’océan Indien

Instructions sur la navigation des Indes orientales et de la Chine pour servir au Neptune oriental, dédié au roi par M. d’Après de Mannevillette, chevalier de l’ordre du roi (…), à Paris, chez Dezauche, géographe, 1775, p. 67-73

On distingue ordinairement quatre moussons ou saisons dans les Indes, pendant lesquelles les vents soufflent communément six mois d’un côté et six mois de l’autre. La mousson du sud-ouest règne au nord de la ligne équinoxiale, tandis que celle du sud-est souffle du côté du sud ; et lorsque la mousson du  nord-est succède à celle du sud-ouest au nord de la Ligne, on voit dans la partie sud régner une mousson où les vents soufflent du nord-ouest à l’ouest, et en quelques endroits au sud-ouest.
La mousson du sud-ouest a lieu depuis le 15 avril jusqu’au 15 octobre et dans toute l’étendue des mers comprises entre les côtes d’Afrique, d’Arabie et du Japon. La mousson du nord-est règne sur les mêmes mers, depuis le 15 octobre jusqu’au 15 avril. On n’excepte de cette règle que la mer Rouge et le golfe de Perse, qui ont des vents particuliers. On pourrait y joindre le détroit de Malac, où les vents sont presque toujours inconstants (…). Le changement de ces deux moussons se fait graduellement et jamais subitement. Les vents variables règnent entre l’une et l’autre, mais ces révolutions sont ordinairement suivies, ou quelquefois précédées de tempêtes et d’ouragans, surtout lorsque la mousson du nord-est succède à celle du sud-ouest, c’est-à-dire dans les mois d’octobre et de novembre. Ceux qui surviennent en avril sont plus rares et moins impétueux. (…)

Nuages de mousson- Port Blair, Andaman (Ridhvan Sharma, Wikimedia Commons)

 

A l’égard de l’espace de mer situé au sud de l’équateur, entre la côte d’Afrique et le méridien qui passe par la pointe du nord-est de Madagascar, on y trouve depuis le mois d’avril jusqu’au mois d’octobre des vents de sud-sud-ouest qui s’inclinent davantage vers l’ouest, quand on remonte vers le nord, pour se joindre aux vents de la mousson du sud-ouest qui soufflent au nord de la ligne. Depuis le mois d’octobre ou de novembre, jusqu’à celui d’avril, on voit dans ce même espace des vents du nord-nord-est à l’est, et proche de la côte ils viennent très souvent de l’est-sud-est et au sud-est, pour rétablir probablement l’équilibre de l’air raréfié sur les terres par les grandes chaleurs en cette saison.

La mer Rouge et le golfe de Perse, quoique séparés seulement par l’Arabie, ont des vents différents ; ils soufflent dans la mer Rouge presque neuf mois de l’année de la partie sud, savoir depuis la fin d’août jusqu’au 15 ou même jusqu’à la fin de mai ; que le vent varie du nord au nord-nord-ouest et continue ordinairement de même jusqu’à la fin août ; mais les brises de terre et de mer prévalent quelquefois sur ces vents. Dans le golfe de Perse, les vents règnent depuis le mois d’octobre jusqu’au mois de juillet, du nord-ouest, et environ trois mois du côté opposé. Cependant ces vents ne sont pas si réguliers, ni de tant de durée que ceux de la mer Rouge, étant souvent interrompus par de forts vents de sud-ouest, principalement vers le cap Moçandon, quelquefois par des brises de terre.
Le courant porte de l’océan dans la mer Rouge depuis le mois d’octobre jusqu’en mai et il sort de la mer Rouge depuis le mois de mai jusqu’à celui d’octobre. Dans le golfe de Perse, le courant sort ordinairement pendant tout le temps qu’il entre dans la mer Rouge ; il porte au contraire dans le golfe depuis le mois de mai jusqu’en octobre.
La mousson du sud-ouest commence à souffler sur la côte d’Afrique au nord de l’équateur, dès le commencement du mars ; vers la fin de ce mois elle règne sur les côtes d’Arabie, à l’entrée de la mer Rouge et jusqu’au cap Ras-algate ; au commencement d’avril elle se fait sentir sur la côte méridionale de Perse au dehors du golfe ; au cap Guadel, sur les côtes de Sinde, de Guzurat et jusqu’au cap Saint-Jean vers le 15 avril ; mais de Bombay tout le long de la côte de Malabar jusqu’à Cochin, la mousson du sud-ouest ne commence qu’à la fin de mai ou au plus tard le 15 juin et alors elle est générale. De Cochin, en allant vers le sud, jusqu’au cap Comorin, cette mousson commence 15 jours plus tôt qu’à Bombaie ; au golfe de Manara et le long de la côte de l’île de Ceylan, elle se fait sentir dès le 15 avril.

Nuages de mousson près de Nagercoil (Inde) (w:user:PlaneMad – Wikimedia Commons)

 

Les courants suivent en partie sur cette mer l’impulsion des vents. Près des côtes, ils sont plus sensibles à cause des moindres profondeurs. Quant à leur direction, elle dépend presque toujours du gisement des côtes, des caps qu’ils rencontrent et des îles dont les continents sont environnés. Voici à cet égard les remarques particulières sur leur cours. Le long de la côte du nord-est d’Afrique, depuis la ligne équinoxiale jusqu’au cap Gardafui, de là sur la côte d’Arabie vers le Ras-algate et sur la côte de Guadel, les courants commencent à venir du sud-ouest, en mars ou en avril, jusqu’en septembre ou octobre, qu’ils prennent leur cours du nord-est au sud-ouest. De la point de Diu à Bombaie, il y a rarement un courant réglé à cause des fortes marées ; mais en août et en septembre le débordement des rivières de Sinde, de Cambaie, de Surate et autres, occasionnent sur cet océan un fort courant qui portent au sud.Du cap Saint-Jean au cap Comorin, il y a presque toujours un courant constant qui va du nord-nord-ouest au sud-sud-est comme la côte, excepté qu’entre le cap Comorin et Cochin, et rarement plus au nord, on trouve le courant du sud-est au nord-ouest depuis le moins d’octobre jusqu’à la fin de janvier.
Sur la partie de l’océan compris entre la côte d’Afrique et les îles Laquedives, on prétend qu’en toute saison le courant porte en général vers l’ouest, et cette opinion est fondée sur les différences que trouve à l’attérage de la côte de Malabar la plupart des vaisseaux qui viennent du canal de Mozambique ou des îles de France et de Bourbon ; mais comme dans ce trajet on sait que les courants au sud de l’équateur portent à l’ouest assez rapidement, la différence ne doit pas être attribuée au cours des mers de la partie du nord. On trouve d’ailleurs, en examinant les journaux, des différences en sens contraire. Quoi qu’il en soit, pendant la mousson du sud-ouest, quand on approche des Laquedives, les courants portent au sud-ouest ; entre les îles ils vont au sud-sud-ouest et entre elles et la côte de Malabar, ils prennent leurs cours au sud-sud-est.

Dans le golfe de Manar, entre l’île de Ceylan et le cap Comorin, depuis le mois de mai jusqu’en octobre, le courant porte dans la partie du nord. Pendant les six autres mois, c’est-à-dire depuis octobre jusqu’en mai, il prend son cours au sud-ouest et sud-sud-ouest. De l’île Barberin, le long de la côte du sud de Ceylan, pendant la mousson du sud-ouest, le courant porte à l’est ; mais pendant ce temps-là il n’y en a aucun régulier sur la côte de l’est de cette île, depuis les environs d’Aganis jusqu’à la baie de Trinquemalai ; de là il porte vers le nord le long de la côte de Coromandel. De la fin de septembre, même plus tôt, jusqu’en février, le courant prend son cours de la pointe de Pedre au sud-est, au sud-sud-est, au sud, au sud-ouest et à l’ouest, selon le gisement de la côte, jusqu’à la pointe de Galle, où il rencontre le courant qui sort alors du golfe de Manar, avec lequel il se confond. Indépendamment de ces règles générales, les courants autour de l’île de Ceylan sont sujets à des variétés et à des changements subits dont on ne peut rendre raison.

 



Citer ce billet
Pierre Schneider (2023, 1 décembre). Moussons et courants dans l’océan Indien. Les sociétés méditerranéennes antiques et les mondes de l'océan Indien. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rbpt