« Érythrée » : une base de données pour accéder aux ressources des documents textuels gréco-romains

Responsables : Pierre Schneider (Maison de l’Orient et de la Méditerranée  / Université d’Artois) en collaboration avec Caroline Durand et Ange Hernandez (Maison de l’Orient et de la Méditerranée)

Des noms : mer Érythrée, mer Indienne, grande Mer…

Des lieux : Barygaza, Adoulis, Kanê

Des îles : Dioscoride, Taprobane, Tylos…

Des pays : Troglodytique, Arabie Heureuse, Carmanie, Inde…

Des dynasties et des royaumes : les Lagides, les Achéménides, les Séleucides…

Des navigateurs : Néarque, Scylax de Caryanda, Eudoxe…

Des héros et des dieux : Alexandre le Grand, Héraclès, Dionysos …

Des produits de luxe : perle, écaille de tortue …

Des peuples : Indiens, Ichthyophages, Arabes …

Des marchands et des échanges : Diogène, l’anonyme du Périple de la Mer Érythrée, Cosmas Indicopleustês

Des animaux marins et terrestres : baleines, éléphants …

Des plantes : mangrove, arbres à encens…

Des mirabilia : les monstres marins, les serpents géants, les Éthiopiens apathiques…

Des fantasmes de conquérant : Alexandre, Pompée …

Des utopies : l’île de Iamboulos, l’ïle du Soleil…

Des lieux pour les Chrétiens : le Paradis, Saba…

etc.

Notre océan Indien, que les Grecs, puis les Romains, désignaient sous différents noms, apparaît tôt dans les sources littéraires de l’Antiquité : au moins dès le VIe siècle a.C. Et, jusqu’à la fin de l’Antiquité, l’Érythrée n’a pas cessé d’agglomérer le savoir, l’expérience du voyage et le goût du paradoxal des Méditerranéens. Cette énumération donne un aperçu éloquent de cet ensemble foisonnant.

L’héritage antique a survécu au-delà de l’Antiquité : les chroniqueurs et compilateurs byzantins connaissaient les grands textes d’Agatharchide, de Mégasthène ou d’Hérodote. Nous leur sommes parfois redevables de la survie de documents très précieux. En Occident, les clercs médiévaux tiraient toujours leur savoir sur le mare Rubrum de Pline, de Solin ou de Martianus Capella. Ils en remplissent les contours méridionaux et orientaux des grandes mappemondes d’Hereford ou d’Ebstorf.

Les sources écrites antiques relatives à l’océan Indien et à ses terres bordières (pour les Anciens, le premier n’est pas séparable des secondes) sont, comme les spécialistes de l’histoire de l’Antiquité le savent bien, d’une diversité déconcertante. A une extrémité, des ouvrages majeurs et d’une remarquable richesse : ainsi les textes de  Strabon, d’Agatharchide, de Pline l’Ancien ou encore le Périple de la mer Érythrée. A l’autre, des allusions infimes, isolées ou répétées, mais toujours significatives : par exemple l’évocation de la perle de la mer Érythrée dans un poème d’Ovide, les dangers de la navigation en mer Rouge dans une lettre de Jérôme et bien d’autres encore. Entre ces deux extrêmes, tout un éventail d’allusions et d’excursus plus ou moins développés.

Il n’y a pas davantage de source écrite privilégiée : des monographies régionales à la poésie élégiaque, de l’encyclopédie au traité de botanique, du lexique de grammairien à la géographie mathématique, il n’est pas de source littéraire qui ne puisse restituer une information plus ou moins discrète, plus ou moins fondamentale, plus ou moins détaillée. Au-delà des sources littéraires, quelques inscriptions, quelques papyri nous parlent, eux aussi, et différemment, de l’océan Indien.

Bien entendu, l’océan Indien des sources écrites antiques n’est pas autre chose que le regard gréco-romain sur cet immense espace d’au-delà de la Méditerranée : un regard par conséquent déformé et déformant, mais généralement curieux et intéressé par les « Barbares » de l’Érythrée, par ce monde des confins méridionaux et orientaux de l’oikoumenê. Du fait de cet intérêt sincère, les textes antiques sont, malgré les distorsions que créent les catégories de pensée des Gréco-Romains,  le soubassement fondamental et irremplaçable des recherches sur cet espace maritime et terrestre dans l’Antiquité.

La base « Érythrée » a pour ambition de rendre accessible ces données dispersées, ces textes dans lesquels parfois quelques lignes recèlent une grande richesse d’information. Il sera possible d’accéder, par enchaînement de menus déroulants ou par recherche libre, aux textes. Les requêtes simples ou combinées interrogeront les champs « auteur », « lieu », « thème » etc.  « Érythrée » a pour objectif de livrer l’héritage gréco-romain dans sa globalité comme dans le détail.

Faisant le choix du bilinguisme (français/anglais), cette base de données hébergée et mise en ligne par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée- Jean Pouilloux a pour ambition de devenir un instrument de service simple et complet au service des chercheurs intéressés par l’océan Indien, au-delà du domaine de l’Antiquité.

Pierre Schneider

https://sites.google.com/site/mererythree/

pierre.schneider@univ-artois.fr