Transferts de savoir dans les cartographies de l’océan Indien : résumé d’Angelo Cattaneo

Journée d’étude du 28 octobre 2011, BnF, Salle des commissions. 

La mappemonde de Fra Mauro (Venise, c. 1450) et la carte Honil kangni yŏktae kukto chi to (Corée, c. 1479-85). Un regard croisé sur le monde du XVe siècle

Angelo Cattaneo (Centro de História de Além-Mar – Faculdade de Ciências Sociais e Humanas – Universidade Nova de Lisboa)

ang.cattaneo@gmail.com

La mappemonde de Fra Mauro et la carte universelle Honil kangni yŏktae kukto chi to, ou carte complète [littéralement “amalgamée”] des terres et des régions des pays historiques et de [leurs] capitales, sont les deux plus importantes représentations de l’oecumène élaborées dans les civilisations européenne et asiatique, au milieu du XVe siècle. Alors qu’on pourrait les considérer comme totalement différentes – par leur langue, leur contenu, leurs sources, leur contexte et les finalités de leur élaboration et de leur réception – leur comparaison offre toutefois d’intéressants points d’analyse. Sans se connaître directement, les deux civilisations situées aux marges opposées de l’oecumène eurasiatique, se représentaient à l’intérieur de cosmographies universelles, qui réélaboraient, avec leur forme propre, des savoirs élaborés pour une bonne part, et ayant émergé en Asie centrale et en Chine à l’époque de la dynastie mongole des Yuan, fondée par Kubilai Khan en 1279, et qui dura jusqu’en 1368. Les deux cartes, de même que les récits de voyage de Marco Polo, des missionnaires franciscains en Asie des XIIe et XIIIe siècle, de Rabban Sawma, patriarche mongol de l’Eglise nestorienne de Bagdad, mettent en évidence l’existence de formidables connexions entre différentes civilisations du continent eurasiatique, dans un monde polycentrique, qui incluait la Méditerranée, la Perse, l’Afrique, l’océan Indien, l’Inde, la Chine, le Japon. Des documents de géographie et de cartographie universelle comme la mappa mundi de Fra Mauro et la Ryūkoku Kangnido mettent en évidence l’existence de processus historiques concomitants et similaires qui concernaient la totalité de l’oecumène eurasiatique : la fondation d’empires et la création de circuits d’échanges commerciaux et de réseaux de connaissance à grande distance ; l’existence de diasporas commerciales et culturelles ; et pour finir l’expansion géographique et l’ouverture mentale vers des espaces terrestres et maritimes considérés dans les périodes précédentes comme non accessibles à l’homme ou comme exclus de la civilisation. Ces processus trouvèrent en Occident, à partir du milieu du XIIIe siècle, en Venise l’un des protagonistes principaux – sinon l’agent principal – à l’échelle de l’Europe et de l’oecumène. En Asie, en revanche, la fondation de l’empire mongolo-chinois des Yuan, et, cent cinquante ans plus tard, de la dynastie Chosŏn constituèrent deux catalyseurs fondamentaux.