Tous les articles par median

Commenter Denys d’Alexandrie à la Renaissance: un témoin nouveau

A l’époque d’Hadrien, Denys d’Alexandrie, appelé aussi le Périégète, a composé une description de la Terre habitée qui a été le manuel de géographie de l’Antiquité tardive et des écoles byzantines. Durant le moyen âge latin, on le lisait dans la traduction qu’en a donnée Priscien au VIe siècle; à la Renaissance, quand on redécouvrait Ptolémée et Strabon, le tableau du monde de Denys a continué de fournir un modèle d’exposition géographique aux humanistes de toute l’Europe ; dans son texte grec comme au travers de la traduction de Priscien, il a été aussi objet d’enseignement et de commentaire, à la fin du XVe siècle, au Studio de Rome comme à l’université de Vienne. Le premier des commentaires connus a été entrepris vers 1490 par le fondateur de l’Accademia Romana, Pomponio Leto, élève de Laurent Valla, mais il était considéré comme perdu; Didier Marcotte en a retrouvé le manuscrit récemment. Il présentera ce témoin nouveau de Denys au cours d’une intervention à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (23, quai Conti, Paris 6, Grande salle des séances) le 8 avril prochain à 15 h 30: La géographie grecque à l’Accademia Romana. Un manuscrit de Pomponio Leto retrouvé.

The Horn of Africa: un séminaire à la Freie Universität de Berlin

Un séminaire sur la Corne de l’Afrique dans l’Antiquité rassemblera à la Freie Universität de Berlin, les 25 et 26 février 2011, une vingtaine d’historiens, d’archéologues et de philologues, parmi lesquels quatre collaborateurs de MeDIan (Serena Bianchetti, Veronica Bucciantini, Didier Marcotte, Pierre Schneider). La rencontre est organisée par Klaus Geus, professeur de géographie historique de la Méditerranée antique, spécialiste d’Ératosthène et de Ptolémée, qui dirige le Friedrich-Meinecke-Institut de la FU, partenaire du Cluster TOPOI (http://www.topoi.org/); les débats seront animés par Hatem Elliesie (pour un programme complet, voir: http://www.geschkult.fu-berlin.de/e/fmi/arbeitsbereiche/ab_geus/aktuelles/hornvonafrika.html).

Colloque international Gujarat and the Sea, 1-3 octobre 2010, Mandvi, Gujarat, Inde

Colloque international « Gujarat and the Sea »

1-3 octobre 2010

Mandvi (Gujarat, Inde)

Compte-rendu de Sara Keller (Post-doctorante associée au Laboratoire Islam médiéval / Programme APIM)

sara_keller@hotmail.fr

Colloque organisé par Mr Hasmukh Shah, président de l’organisation ‘Darshak Itihas Nidhi’

Le navigateur et constructeur de maquette Shivjibhai presentant le "kotia" kutchhi lors de l'exposition accompagnant le colloque Gujarat and the Sea (photo S. Keller)

Bien qu’aujourd’hui situé à l’écart des voies de communication les plus animées, le port historique de Mandvi fut retenu pour recevoir le colloque international « Gujarat and the Sea » du 1er au 3 octobre 2010. C’est sur fond de chantiers traditionnels de construction navale que se sont succédées les conférences portant sur les activités commerciales et maritimes des ports gujaratis depuis l’ère pré-chrétienne.

Le panel des présentations s’est organisé autour de deux réflexions majeures portant respectivement sur les échanges et activités portuaires historiques du Gujarat, et sur les techniques de construction navale et de navigation dans l’océan Indien occidental au cours des périodes pré-modernes (nous ne reviendrons pas ici sur les communications qui traitaient des recherches archéologiques effectuées sur les sites datant des civilisations harappéennes). Les interrogations orientées sur les technologies, les communautés et la nature des échanges attestés dans les sites portuaires gujaratis offrent un regard nouveau sur les rapports, les communications et les transferts de l’océan indien au cours de l’histoire. Elles ont ainsi mis en évidence le rôle privilégié du Gujarat comme plateforme de contacts pour des espaces à la fois régionaux et globaux, et apporté de nouveaux éléments de compréhension révélant l’importance des communautés gujaraties marchandes et navales sur la longue durée.

Le colloque fut l’occasion de présenter des travaux récents portants sur des sources écrites parfois inédites, démontrant à la fois la variété des interactions manifestées dans les ports gujaratis jusqu’à l’époque moderne, et la persistance du rôle clef des marchands, constructeurs et navigateurs gujaratis dans l’océan indien. On relèvera notamment l’intervention de Rukshana Nanji qui pu démontrer, à la lumière du poème Kisse-i-Sanjan, la présence de communautés parsies à Sanjan et dans de nombreux grands ports du Gujarat, ainsi que leur rôle dans les échanges commerciaux et culturels. Notons aussi l’étude de Sally Church portant sur deux rapports maritimes chinois des XIIe et XIIIe siècles, celle de Leonard Y. Andaya concernant des sources malaises des XVe, XVIe et XVIIe siècles, les travaux de John Carswell sur des céramiques chinoises et autres objets archéologiques retrouvés dans différents sites du Gujarat, ou encore l’étude de Gauri Parimoo analysant les motifs ornementaux des textiles retrouvés en Indonésie et provenant manifestement du Gujarat.

En parallèle, les communications de Claude Guillot et Paul Wormser sur l’éloge des navigateurs gujaratis par les Portugais, celle de Jose Malhao Pereira sur l’influence des techniques de navigation indienne dans les sources écrites portugaises des XVe-XVIe siècles, ou encore l’étude de Adhya Bharti Saxena sur les cahiers de navigation et de commerce gujaratis (une source encore largement inexploitée) démontrent le rôle essentiel joué sans discontinuité par les communautés gujaraties dans l’océan indien.

Ces différentes présentations furent enrichies par le témoignage inattendu de plusieurs navigateurs kutchhis qui participaient, dès avant l’indépendance, aux traversées de l’océan Indien, depuis Mandvi vers les côtes arabes et africaines. Leurs récits ont permis de mieux comprendre les pratiques traditionnelles locales de la navigation, qui permirent à de multiples générations indiennes d’atteindre des régions aussi lointaines et diverses que Zanzibar, le Mozambique, le Yémen, le sud-est asiatique, etc.

C’est ainsi que le séminaire fut l’occasion d’orienter la réflexion sur les acteurs des échanges dans l’océan Indien, et de démontrer la présence et la persistance des communautés gujaraties sur l’ensemble de la période médiévale et moderne, indépendamment des rapports de force et des jeux politiques qui ont pu affecter les territoires et les sites portuaires.

Une exposition sur le thème « Gujarat et la mer », présentée à Mandvi lors du colloque, permit d’illustrer, à l’aide de reproductions de différentes sources historiques (cartes et illustrations), les perceptions européennes des côtes et ports du Gujarat depuis le XVIe siècle.

L’exposition fut aussi l’occasion de présenter plusieurs documents et objets d’origine locale, notamment un carnet de commerce et de navigation gujarati (une « pothi »), une étude en gujarati publiée en 1935 portant sur l’art de la construction navale locale, et une maquette de navire traditionnel kutchhi (le « kotia »). L’exposition sera présentée les 19, 20 et 21 novembre à Ahmedabad, puis à Surat en décembre (dates en attente de confirmation).

Le colloque sur le « Gujarat et la mer » a finalement ouvert de nombreux champs de réflexion, notamment concernant les civilisations pré-chrétienne, l’art de la navigation pré-moderne, les transferts culturels dérivant des échanges commerciaux et politiques, ou encore les liens avec la côte mahrattie. Le comité d’organisation a donc exprimé le souhait de donner suite, sous la forme d’une seconde édition, à la dynamique de réflexion impulsé par cette rencontre. Les communications du colloque « Gujarat et la mer » feront par ailleurs prochainement l’objet d’une publication.

Gujarat and the Sea – Program

International Conference « Gujarat and the Sea »

Organised by Shri Hasmukh Shah, chairman of Darshak Itihas Nidhi

1-2-3 October 2010, Mandvi (Gujarat, India)

Report by Sara Keller (Post-doctoral associate researcher, Laboratoire Islam médiéval)

The port city of Mandvi might be located outside the main communication network of India’s westernmost state Gujarat, but was the most apt for locating the international conference on « Gujarat and the Sea » from 1st to 3rd of October 2010, thanks to its centuries old tradition of ship building and port activity.

That’s how the traditional wooden boat construction served as a background for the seminar on the trade and maritime activities of the gujarati ports since the pre-christian time.

Two major thoughts dominated the panel discussion proceedings, first being the exchanges and port related activities in Gujarat, second concerning the navigation and sailing constructions techniques in the Indian ocean during the pre-modern times (I won’t detail here the papers concerning the archeological research on Harappan cities and ancient maritime sites in Gujarat). The questions rising in the field of technologies, communities and nature of exchanges attested in the port sites of Gujarat facilitate a fresh look on the relationships, communications and transfers in the Indian ocean during the history. Those discussions did not only show the particular role of Gujarat as a contact platform for regional and global spaces, they also brought forth new insight demonstrating the importance of gujarati trade and sailing communities on a longer run.

Several scholars got the opportunity during the conference to present their recent works on written sources, sometimes unedited, showing the variety of interactions occurring in the ports of Gujarat till the modern time, as well as the continuous importance of gujarati merchants and sailors in the Indian ocean. Let us particularly note the paper of Dr Rukshana Nanji quoting the poem Kisse-i-Sanjan and demonstrating the presence of Parsi communities at Sanjan and several other important ports of Gujarat, as well as their important role in term of economic and cultural exchange. Several papers brought revealing information in a similar line, like the study of Dr Sally Church on two Chinese maritime reports of the 12 and 13th centuries, the work of Dr. Leonard Y. Andaya concerning Malay sources of the 15-16-17th centuries, the presentation of Prof John Carswell mentioning Chinese ceramics and other archeological objects found on various gujarati sites, or the study of Dr. Gauri Parimoo analyzing ornamental designs on cloths found in Indonesia but with distinct signs of gujarati origin. At the same time, the presentation of Prof. Claude Guillot and Dr Paul Wormser on the Portuguese praise for gujaratis sailors, the paper of Dr. Jose Malhao Pereira on the influence of Indian sailing techniques in the Portuguese written sources of the 15-16th centuries, or the study by Dr. Adhya Bharti Saxena on the gujarati sailing and trade booklets (a largely unstudied source) prove the fundamental role played, without discontinuity, by gujarati communities in the Indian ocean.

Those different papers were enriched by the unexpected testimony of few kutchhi sailors who participated, already before independence, to the overseas journeys from Mandvi towards the Arabic and African coasts. Their descriptions brought practical data which come to be an essential information for the understanding of the local traditional sailing knowledge which helped numerous Indian generations to reach far and diverse places such as Zanzibar, Mozambique, Yemen, or the south-east Asia, etc.

That is how the conference could focus the discussion on the actors of exchanges in the Indian ocean, and it could show the presence and persistence of the Gujarati communities in the trade and maritime field during the medieval and modern time, independently from the power and political games affecting the coastal regions and ports of Gujarat.

An exhibition on “Gujarat and the Sea”, presented at Mandvi during the conference, could show, with the help of reproductions of various historical sources (maps and illustrations) the European perceptions of the coasts and ports of Gujarat since the 15th century. The exhibition was also an opportunity to display several documents and objects of local sources, especially a gujarati sailing booklet (or “pothi”), a gujarati study on sailing construction dated 1935, and a model of a traditional kutchhi sailing (or “kotia”). The exhibition is now going to be presented in Ahmedabad on 19-20-21 of November and soon after in Surat (dates to be confirmed).

The conference “Gujarat and the Sea” opened many new field of studies, like the question of cities   during the pre-christian civilization era, the pre-modern sailing knowledge, the cultural transfers derived from the economic and political exchanges, or the links with the mahratti coast. The organizing committee expressed the wish of taking it further and are thinking of planning a second edition of this seminar to be able to find answers to the intellectual dynamic queries impulsed by this first meeting.

The committee is also looking forward to publish soon the papers presented during the conference.

International conference “The ports of the Indian Ocean” – Call for papers

Veuillez trouver ci-joint le premier appel à communications concernant le colloque international sur “Les ports de l’océan Indien, de la Mer Rouge au Golfe du Bengale” qui aura lieu à Kolkata (Inde) du 23 au 27 février 2011. Ce colloque est organisé dans le cadre du programme ANR MeDIan, en partenariat avec l’Archaeological Survey of India et le Centre for Archaeological Studies and Training, Eastern India :

Kolkata 2011, circulaire

Please find enclosed the 1st Call for Papers for the International Conference “The ports of the Indian Ocean, from the Red Sea to the Gulf of Bengal” which will take place in Kolkata (India) on the 23-27 February 2011. The event is organized by the French research program ANR MeDIan in collaboration with the Archaeological Survey of India and the Centre for Archaeological Studies and Training, Eastern India :

Kolkata 2011, call for papers

L’océan Indien, thème géopolitique au début de l’Empire romain

La troisième édition des entretiens de la Villa Vigoni sur Geografia e politica in Grecia e a Roma/Geographie und Politik in Griechenland und in Rom est consacrée à la période impériale. Sous la direction conjointe de Hans-Joachim Gehrke (DAI Berlin), Francesco Prontera (Pérouse) et Pascal Arnaud (Nice), elle se tient du 3 au 7 octobre 2010 au Centro Italo-Tedesco à Loveno di Menaggio, près de Côme (www.villavigoni.it). Pascal Arnaud y présente une communication sur Pline, Mela et Agrippa: jeux de citations et arrière-pensées politiques, et Didier Marcotte sur Géopolitique de l’océan Indien au début de l’Empire.

L’océan Indien, espace d’échange et de formation de la science géographique avant l’arrivée des Portugais

Le numéro spécial du magazine L’Histoire daté de juillet-août 2010 (n°355) est intitulé Les Grandes découvertes; il est coordonné par Patrick Boucheron, qui a dirigé l’ouvrage Le Monde au XVe siècle, paru chez Fayard en novembre 2009. Éric Vallet et Philippe Beaujard signent dans ce numéro deux articles qui illustrent directement les thématiques du programme MeDIan. Le premier porte sur le rôle du monde islamique dans la découverte de l’Asie, du Xe au XVe siècle, et sur la contribution des géographes et encyclopédistes musulmans à la connaissance des pays périphériques de l’océan Indien (“Fermé sur lui-même, l’Islam?”, p. 24-29); le second éclaire la place de l’océan Indien entre Méditerranée et mer de Chine avant l’irruption des Européens et montre que cet espace maritime était, au XVe siècle, le carrefour d’un monde et d’un système d’échanges dans lequel l’Europe n’exerçait qu’un rôle marginal (“Océan Indien, le grand carrefour”, p. 30-35).

Éric Vallet est auteur de L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasûlides du Yémen (Publications de la Sorbonne, 2010); Philippe Beaujard est, avec L. Berger et P. Norel, co-auteur d’une récente Histoire globale, mondialisations et capitalisme (La Découverte, 2009).

Publié en ligne : Migration, Trade and Peoples

Publication en ligne de la Royal Asiatic Society :

Willis M. (ed.), Migration, Trade and Peoples : European Association of South Asian Archaeologists. Proceedings of the eighteenth congress, London, 2005, London : The Br itish Association for South Asian Studies, The British Academy, 2009.

Sommaire
Foreword / Michael Willis. iii
PART 1: INDIAN OCEAN COMMERCE AND THE ARCHAELOGY OF WESTERN INDIA. 1
Editors: Roberta Tomber, Lucy Blue, Shinu Abraham
Preface. 2
– Boats, Routes and Sailing Conditions of Indo-Roman Trade / Lucy Blue. 3
– Strategies for Surface Documentation at the Early Historic site of Pattanam, Kerala: the Malabar Region Archaelogical Survey / Shinu A. Abraham. 14
– Archaeological investigations at Pattanam, Kerala: New Evidence for the Location of Ancient Muziris / V. Selvakumar, K.P. Shajan and Roberta Tomber. 29
– Beyond Western India: the Evidence from Imported Amphorae / Roberta Tomber. 42
PART 2: GANDHARAN ART. 58
Editor: Dr Christine Frölich
Preface. 59
– A Study of some Deities in Indo-Scythian and Indo-Parthian Coinages / Christine Frölich. 60
– Vajrapāṇi in the Narrative Reliefs / Monika Zin. 73
– Reliefs and Stelae from Sahrī-Bāhlol: a Typological Study / Carolyn Woodford Schmidt. 89
– Indo-Scythian Buddhists in Han Dynasty China: the Visual Evidence and its Significance / Martha L. Carter. 108
– The Gates to the Darel Valley from the Singal Valley: the Batakhun & the Yajei Passes. Field Research in Northern Pakistan tracing Fa Hsien’s route from Pamir to Darel / Haruko Tsuchiya. 118
– The ‘Greek Grid-Plan’ at Sirkap (Taxila) and the Question of Greek Influence in the North West / Rachel Mairs. 135
PART 3: ARYANS AND NOMADS. 148
Editor: Asko Parpola
– The Face Urns of Gandhara and the Nasatya Cult / Asko Parpola. 149
– Stone ‘Harvesters’ of Neolithic Tradition from Northern Indo-Pakistan Valleys / Giorgio Stacul. 163
– The Evolution of Moulding Techniques in the Ceramic Sequence of the Swat Valley (North-West Pakistan) / Emanuele Morigi. 167
– Relative and Absolute Chronology of Farming Monuments in the Late Bronze and Early Iron Age of Northern Bactria (South-West Tajikistan) / N.M. Vinogravoda. 179

Lien vers les documents pdf : http://royalasiaticsociety.org/site/?q=node/280

Nouvelle publication : La Perse et l’Inde racontées par un Grec

Stefano Micunco (ed.), Ctesia. Storia della Persia. L’India, (Fozio, Bibliotheca, 72), con la traduzione inedita di J.B. Constantin, Editrice Antenore, Roma-Padova, 2010.

PhotiosLa Biblioteca di Fozio I detto il Grande (IX sec.), due volte patriarca di Costantinopoli, filologo ed esegeta, è stato il veicolo fondamentale per conoscere molte opere greche, dall’antichità classica al periodo contemporaneo dell’autore, altrimenti perdute. Tra queste vi sono gli scritti di Ctesia di Cnido, medico e storico greco del V-IV sec a.C., che ebbe modo di redigere 23 libri di Storia della Persia ed un libro relativo all’India, avendo a supporto i documenti e le tradizioni a cuicopertina poté accedere durante il suo lungo soggiorno alla corte achemenide.

La prima traduzione in lingua moderna completa della Biblioteca fu realizzata dal poligrafo francese Jean-Baptiste Constantin (1771-1855 ca.); nonostante non sia mai stata data alle stampe, essa sembra essere stata di ispirazione per le moderne interpretazioni dell’antologia di Fozio. Questa edizione del capitolo 72 della Biblioteca presenta la traduzione francese inedita di Constantin con testo greco a fronte, un ricco apparato di note e un’ampia introduzione in cui vengono precisate le vicissitudini dei manoscritti di Constantin.

Exposition “Routes d’Arabie” au Musée du Louvre

Prochainement :

Routes d’Arabie. Archéologie et histoire du royaume d’Arabie Saoudite

Antiquités orientales et Arts de l’Islam, du 14 juillet au 27 septembre 2010.

Trois cents œuvres révèlent l’archéologie et l’histoire du royaume d’Arabie saoudite de la préhistoire à l’orée du monde moderne.

Cette exposition propose un périple au cœur de l’Arabie, rythmé par l’évocation photographique des somptueux paysages de la région. Elle est conçue comme une succession d’étapes dans quelques-unes des grandes oasis de la péninsule qui abritèrent, dans l’Antiquité, de puissants États ou devinrent, à partir du VIIème siècle, les lieux saints de l’Islam. Les trois cents œuvres sélectionnées, qui, pour la plupart, n’ont jamais quitté leur pays d’origine, permettent d’esquisser un panorama inédit des différentes cultures qui se sont succédé sur le territoire du royaume d’Arabie saoudite depuis la préhistoire jusqu’à l’orée du monde moderne.

Elles dévoilent en particulier le passé méconnu d’un monde arabe pré-islamique brillant et prospère, que découvrent peu à peu les fouilles archéologiques. Émouvantes stèles funéraires néolithiques, statues colossales des rois de Lihyan (VIe – IVe siècle avant J.-C.), vaisselle d’argent ou bijoux précieux déposés dans les tombes témoignent du dynamisme de cette civilisation. Malgré des conditions naturelles difficiles, les hommes ont su tirer parti de la position géographique du pays, lieu de passage des routes reliant les rives de l’océan Indien ou les pays de la corne de l’Afrique à Égypte, à la Mésopotamie et au monde méditerranéen. Au début du Ier millénaire avant J.-C., ces échanges transarabiques s’intensifient et font la prospérité des cités caravanières, irriguant la culture locale de modes et d’idées nouvelles venues des grands empires voisins.

Le second volet de l’exposition met en évidence le rôle de l’Arabie, berceau de l’Islam. Sur les routes, les pèlerins se mêlent désormais aux marchands. Un premier ensemble évoque ces chemins de pèlerinage et l’une des principales étapes, Al-Rabadha. En suivant cette route jusqu’à La Mecque, un deuxième ensemble présente une sélection de stèles funéraires qui illustre l’évolution de l’écriture et du décor entre le Xe et le XVIe siècle, tout en constituant un témoignage précieux sur la société mekkoise de l’époque. Enfin, les souverains musulmans ont rivalisé de largesses envers les lieux saints : constructions, embellissements divers, comme cette monumentale porte de la Ka’ba au nom d’un sultan ottoman.

Cette exposition bénéficie du soutien de la Fondation Total et d’Al Rubaiyat (Arabie saoudite).

En partenariat avec Thalys.

Commissaire(s) : Béatrice André-Salvini et Françoise Demange, département des Antiquités orientales ; Carine Juvin, département des Arts de l’Islam, musée du Louvre ; Dr Ali Al Ghabban, responsable des musées et de l’archéologie au Haut Comité du tourisme du royaume d’Arabie saoudite.

Consulter le site web de l’exposition

Trois cnts œuvres révèlent l’archéologie et l’histoire du royaume d’Arabie saoudite de la préhistoire à l’orée du monde moderne.
Cette exposition propose un périple au cœur de l’Arabie, rythmé par l’évocation photographique des somptueux paysages de la région. Elle est conçue comme une succession d’étapes dans quelques-unes des grandes oasis de la péninsule qui abritèrent, dans l’Antiquité, de puissants États ou devinrent, à partir du VIIème siècle, les lieux saints de l’Islam. Les trois cents œuvres sélectionnées, qui, pour la plupart, n’ont jamais quitté leur pays d’origine, permettent d’esquisser un panorama inédit des différentes cultures qui se sont succédé sur le territoire du royaume d’Arabie saoudite depuis la préhistoire jusqu’à l’orée du monde moderne.

Elles dévoilent en particulier le passé méconnu d’un monde arabe préislamique brillant et prospère, que découvrent peu à peu les fouilles archéologiques. Émouvantes stèles funéraires néolithiques, statues colossales des rois de Lihyan (VIe – IVe siècle avant J.-C.), vaisselle d’argent ou bijoux précieux déposés dans les tombes témoignent du dynamisme de cette civilisation. Malgré des conditions naturelles difficiles, les hommes ont su tirer parti de la position géographique du pays, lieu de passage des routes reliant les rives de l’océan Indien ou les pays de la corne de l’Afrique à l’Egypte, à la Mésopotamie et au monde méditerranéen. Au début du Ier millénaire avant J.-C., ces échanges transarabiques s’intensifient et font la prospérité des cités caravanières, irrigant la culture locale de modes et d’idées nouvelles venues des grands empires voisins.

Le second volet de l’exposition met en évidence le rôle de l’Arabie, berceau de l’Islam. Sur les routes, les pèlerins se mêlent désormais aux marchands. Un premier ensemble évoque ces chemins de pèlerinage et l’une des principales étapes, Al-Rabadha. En suivant cette route jusqu’à La Mecque, un deuxième ensemble présente une sélection de stèles funéraires qui illustre l’évolution de l’écriture et du décor entre le Xe et le XVIe siècle, tout en constituant un témoignage précieux sur la société mekkoise de l’époque. Enfin, les souverains musulmans ont rivalisé de largesses envers les lieux saints : constructions, embellissements divers, comme cette monumentale porte de la Ka’ba au nom d’un sultan ottoman.

Cette exposition bénéficie du soutien de la Fondation Total et d’Al Rubaiyat (Arabie saoudite).

En partenariat avec Thalys.

Commissaire(s) : Béatrice André-Salvini et Françoise Demange, département des Antiquités orientales ; Carine Juvin, département des Arts de l’Islam, musée du Louvre ; Dr Ali Al Ghabban, responsable des musées et de l’archéologie au Haut Comité du tourisme du royaume d’Arabie saoudite.