Tous les articles par Pierre Schneider

Red Sea ix – Appel à communications / Call for papers

La neuvième édition du cycle des Red Sea Conferences se tiendra du 2 au 5 juillet 2019 à Lyon (France). Après plusieurs rencontres consacrées à d’autres sujets, la Red Sea Conference IX revient sur la question essentielle de la connectivité et des réseaux, en proposant de les aborder dans une perspective spatiale. Nous partons de l’idée que les réseaux humains et l’espace sont interconnectés et que les liens et contacts ont d’ailleurs souvent des formes spatiales. Inversement, les structures et les dynamiques des réseaux dépendent fréquemment d’un contexte spatial particulier. En d’autres mots, en prenant le thème de l’espace comme point de départ, nous voudrions lancer de nouvelles réflexions et enquêtes sur les réseaux humains qui ont autrefois maillé la région de la mer Rouge, l’ouest de l’Océan Indien et les zones environnantes, de la préhistoire à l’époque contemporaine, dans une perspective transdisciplinaire (archéologie, histoire, géographie, cartographie, anthropologie, ethnographie, sciences naturelles, philologie, etc.).

Durant la Red Sea Conference IX, quatre thèmes principaux seront explorés :

  •  Îles et insularité
  • Les détroits de la mer Rouge et de l’Océan Indien
  • Zones dangereuses et les lieux sûrs : la solidité des réseaux en pratique
  •  Mer, déserts, montagnes : le maintien des connexions dans des environnements discontinus

L’appel à communications est disponible sur le site de la conférence

The Red Sea Conference IX will be held from 2 to 5 July 2019, in Lyon, France. After several events devoted to other subjects, Red Sea IX moves back to the issues of connectivity and networks, putting forward a space-oriented perspective. We postulate that human networks and space interrelate; connections and contacts often take spatial forms. Conversely the layouts and dynamics of networks often depend on a particular spatial context. In other words, by taking the issue of space as a starting point, we would like to bring out a renewed inquiry into human networks that once linked the Red Sea region, the western Indian Ocean and their surrounding areas, from prehistory to modern times from a transdisciplinary perspective (archaeology, history, geography, cartography, anthropology, ethnography, biosciences, philology etc.).

During the Red Sea Conference IX, four major issues will be discussed:

  • Islands and insularity
  • Red Sea and Indian Ocean straits
  • Dangerous areas and safe places: the solidity of networks in practice
  • Sea, deserts, mountains: maintaining connections throughout discontinuous environments

For more information visit the conference website

Une traversée de la Tihama

Paul-Emile Botta, Relation d’un voyage dans l’Yémen entrepris en 1837 pour le Museum d’Histoire naturelle de Paris, Paris, 1841, p. 128-134

N’ayant plus rien à faire à Hais, je me disposai à partir pour Moka; mes effets furent envoyés dans cette ville aux frais du cheikh Hassan. Quant à moi, avant de m’y rendre, j’allai avec Ezzé passer un jour à une plantation de dattiers qu’il avait sur le bord de la mer, à quelques heures de Hais. Pour y arriver, nous traversâmes des plaines arides et sablonneuses où nous ne rencontrâmes qu’un misérable café sur la route de Zebid à Moka, et après cinq heures de marche d’autant plus fatigantes pour moi que je commençais à ressentir les premiers symptômes de la fièvre, nous arrivâmes à un grand jardin, appartenant à Ezzé, planté sur le sable au bord de la mer, dans un endroit nommé El-Ghandja, où probablement la rivière de Hais, après s’être perdue sous les sables, reparaît au moment où elle atteint le niveau de la mer, car l’eau que l’on trouve en creusant d’un pied ou deux est douce, même à quelques pas du rivage, et dans des points recouverts par la marée montante.

Par un goût aussi remarquable chez,les Arabes que son caractère lui-même, Ezzé avait la passion du jardinage; son jardin était régulièrement planté, tenu avec une propreté presque anglaise , et il aimait à y rassembler toutes les plantes qu’il pouvait se procurer; pour augmenter collection botanique, il avait eu soin, pendant notre voyage dans les montagnes, de recueillir des graines de toutes les plantes remarquables qu’il voyait, afin d’en propager la culture, tentative qui probablement ne lui réussit pas. Parmi ses raretés, Ezzé me montra le seul cocotier que j’aie rencontré dans l’Yémen, quoique la nature des plaines paraisse très-favorable à la culture de cet arbre précieux. Outre l’intérêt qu`il offrait à cause de sa singularité dans un pareil pays, le jardin était encore décoré par des cabanes de diverses formes, très-simplement, mais très-joliment construites avec des troncs et des branches de palmiers, en sorte que l’ensemble offrait au premier abord l’aspect du Jardin des Plantes de Paris; tout autour était une vaste plantation de trois mille dattiers appartenant aussi à Ezzé. Lors de la saison des dattes, il invitait tous ses amis et beaucoup des habitants de Hais , à venir passer quelque temps chez lui. Les visiteurs se logeaient soit dans les chaumières du jardin , soit dans des huttes de branches de palmiers formant un petit village situé tout auprès, mais désert à l’époque où je m’y trouvais, et y vivaient aux dépens des palmiers, dont jamais Ezzé ne vendait la récolte, générosité tout-à-fait arabe, et bien en harmonie avec le reste de son caractère.

Continuer la lecture de Une traversée de la Tihama

Dimitrios Papanikolaou – « The Last Phase of ‘Hellenismos’ in post-Hellenistic India »

Dimitrios Papanikolaou (philopappos@yahoo.gr)

The Last Phase of in ΕΛΛΗΝΙCΜΟC post-Hellenistic India

 

It was in 1886, when P. Gardner published his work on Hellenistic Greek coinage from Bactria and India, the first important modern account of the subject.1 In this work, Gardner made an account and a presentation of coins of Greek-speaking Hellenistic monarchs in Bactria and India and, in fact, made a (not always flawless) first attempt at establishing the history, succession and dates of those Greek-speaking monarchs.2  His main problem were the coins of Greek monarchs south of the Hindokush struck after 130 BC, i. e. after the collapse of Greek rule in Bactria north of the Hindokush at the hands of the Yueh-chi. Gardner was at a loss concerning the dates of all those later monarchs.3 He contended (erroneously as it was later proven) that Greek rule south of the Hindokush appears to have faded out around 30 BC in the region of Kabul or Begram under king Hermaeus; this assertion seems to have influenced the analysis of W. W. Tarn and A. K. Narain on the end of Greek rule over parts of the Indian subcontinent.4 Continuer la lecture de Dimitrios Papanikolaou – « The Last Phase of ‘Hellenismos’ in post-Hellenistic India »

  1. P. Gardner, The Coins of the Greek and Scythic Kings of Bactria and India in the British Museum, London 1886. []
  2. Gardner (n.1), xviii-xxxii, xxxiv-xxxix. []
  3. On this uncertainty, see Gardner (n.1), xxx-xxxii, xxxiv, xxxviii. []
  4. On this assertion, see Gardner (n.1), xxxi. Cf. the analysis of W. W. Tarn, The Greeks in Bactria and India, Cambridge 1922 (1951 2 ), 349-350; A. K. Narain, The Indo-Greeks, Oxford 1957, p.164. []

Animaux des Indes orientales, observés par François Pyrard (1615)

Seconde partie du voyage de François Pyrard, depuis l’arrivée à Goa jusques à son retour en France. Traité et description des animaux, arbres et fruits des Indes Orientales, observés par l’auteur, Paris, 1615

Chapitre 1. Des éléphants et des tigres

Quant aux tigres, il y en a grande quantité en Inde et ils y sont plus communs que ne sont ici les loups. C’est un animal fort curieux et malfaisant, qui ne s’enfuit pas des hommes, s’ils ne sont en bien grand nombre, mais au contraire les cherche et les assaille pour les dévorer. De façon que tous portent les armes pour se défendre ; encore s’en trouve-t-il journellement beaucoup d’hommes qui en sont dévorés. Les rois prennent fort grand plaisir à la chasse de ces tigres pour en décharger le pays et délivrer les pauvres gens ; aussi que par là ils connaissent et prouvent la vaillance et la hardiesse de leur noblesse. Les nayres 1 ne font autre chose que les chasser et la plupart les combattent avec l’épée et la rondache (ce qui n’est pas sans danger, car c’est une hardie et furieuse bête), et les ayant tuées les traînent devant le roi en grand honneur et triomphe. J’en ai vu plusieurs les amener ainsi et beaucoup qui en étaient bien blessés. Ces tigres sont de la hauteur de mâtin, mais plus longs, la tête ressemblante à un chat. La peau en est fort belle, toute marquée de blanc, noir et roux. Ils vivent de chasse et de proie, et aiment fort la volaille.

 

Chapitre 2. Des crocodiles et tortues

(…)

Les tortues flottent à la surface de l’eau pour s »échauffer au soleil, et il s’en voit de si grande que l’écaille suffirait à couvrir une petite case et pauvre maison, et est capable de tenir assis dix personnes et plus. Il y en a grande quantité aux Maldives, et s’y voient plusieurs petites îles qui ne sont poit habitées d’autres animaux que ces grandes tortues, dont elles sont couvertes. Quand nous fûmes arrivés aux Maldives, nous en prîmes une grande qui avait 500 ou 600 œufs gros comme des jaunes d’oeufs. Nous la fîmes cuire en l’eau de mer, et en mangeâmes et vécûmes trois ou quatre jours, n’ayant autre chose que cela à manger. Cela a la chair fort grasse et délicate comme du veau. Mais la mangeant sans pain et sel et autre appareil, beaucoup en furent malades, et moi en particulier je m’en trouvai mal, vomissant sans cesse jusqu’au sang. De l’écaille, les insulaires s’en servent pour faire des rondaches et divers meubles et commodités.

Aux Maldives, il y en a une autre espèce de plus petites, qui néanmoins ont trois ou quatre pied de diamètre. L’écaille est tannée, tirant partie sur le noir, partie sur le rouge, fort lisse, éclatante et façonnée si admirablement que c’est une infiniment belle chose que de la voir quand elle est polie. C’est pourquoi elle est tant recherchée de tous les Indiens, rois, grands seigneurs et riches personnes, principalement ceux de Cambay et de Surat, qu’ils en font des coffres et des cassettes garnies d’or et d’argent, des bracelets et autres ornements de meubles ; il n’en croît qu’aux Maldives et aux îles Philippines ou Manilles. C’est chose admirable que la nature et durée de vie de cet animal. Car les insulaires les ayant prises les approchent du feu, puis ils en tirent l’écaille ; cette écaille étant tirée et séparée de la tortue par pièces (dont les plus grandes et les plus épaisses sont les meilleures et les plus vendues, car elles ne se lèvent pas tout d’une pièce comme les tortues communes), ils remettent la tortues dans la mer, qui est encore toute vive, et elle refait une autre écaille, étant défendu de les tuer. Joint qu’il ne mangent jamais d’aucune espèce de tortues, parce que, disent-ils, cela a quelque conformité et approche avec l’homme.

Continuer la lecture de Animaux des Indes orientales, observés par François Pyrard (1615)

  1. Nom également donné aux cornacs []

Al-Mas’ûdî: l’Inde du nord-ouest

Maçoudi  (al-Mas’ûdî), Les prairies d’or, texte et traduction par C. Barbier de Meynard et Pavet de Courteille (tome 1), Paris, 1861, p. 376-390

Lorsque les cinq fleuves que nous avons nommés ont dépassé la porte de la maison d’Or, ou Moultan, ils se réunissent à trois journées de cette ville, entre elle et Mansourah, dans un endroit appelé Douchai. Arrivé ensuite à l’ouest de la ville de Rour, qui est une dépendance de Mansourah,

le fleuve prend le nom de Mehran. Plus tard il se divise en deux branches, et les deux branches du grand fleuve, appelé Mehran du Sind, se jettent dans la mer de l’Inde à la ville de Chakirah, dépendance de Mansourah, à deux journées de distance de la ville de Deïboul. De Moultan à Mansourah il y a soixante et quinze parasanges sindiennes, c’est-a-dire des parasanges de huit milles. Le territoire de Mansourah comprend trois cent mille fermes ou villages, situés dans un pays fertile, bien planté et bien cultivé. Ce royaume est en guerre continuelle avec un peuple appelé El-Meid, originaire du Sind, et avec d’autres races. Il est situé sur la frontière du Sind, comme Moultan et ses dépendances. Son nom de Mansourah lui vient de Mansour, fils de Djemhour, que les Ommiades y avaient placé comme gouverneur. Le roi possède quatre-vingts éléphants de guerre. Il est d’usage que chaque éléphant soit entouré de cinq cents fantassins, et qu’il combatte ainsi des milliers de cavaliers, comme nous l’avons déjà expliqué.

J’ai vu chez ce prince deux éléphants d’une taille colossale, et qui étaient renommés chez tous les rois du Sind et de l’Inde pour leur force, leur courage et leur intrépidité dans le combat. L’un s’appelait Manfaraklas et l’autre Ilaïdarah. On raconte du premier des traits remarquables et dont tous les habitants de ces contrées et des pays environnants ont entendu parler. Une fois qu’il avait perdu un de ses cornacs, il resta plusieurs jours sans vouloir prendre aucune nourriture ; il s’abandonnait à sa douleur et poussait des gémissements comme un homme profondément affligé; les larmes coulaient continuellement de ses yeux. Une autre fois, Manfaraklas, suivi de Haïdarah et du reste des quatre-vingts éléphants, sortit de la daïrah ou écurie. Arrivé à une rue étroite de Mansourah , il se trouva subitement face à face avec une femme, qui était loin de s’attendre à une pareille rencontre. Frappée de terreur à sa vue, cette malheureuse perdit la tête, et tomba à la renverse au milieu de la rue, en découvrant les parties les plus secrètes de son corps. Aussitôt Manfaraklas s’arrêta, et, se posant en travers de la rue, il présenta son côté droit aux éléphants qui le suivaient, pour les empêcher d’avancer. Puis, agitant sa trompe comme pour faire signe à la femme de se relever, il ramena sur elle ses vêtements et l’en recouvrit. Ce ne fut qu’après qu’elle se fut soulevée pour lui faire place, et qu’elle eut repris ses sens, qu’il poursuivit son chemin avec tous ses compagnons. Il y aurait encore bien d’autres choses extraordinaires à raconter, non-seulement sur les éléphants de guerre, mais encore sur les éléphants employés aux travaux , tels que tirer les voitures, porter des fardeaux, battre le riz et d’autres grains encore, comme font les bœufs qui travaillent dans l’aire. Plus bas dans ce livre, lorsqu’il sera question du pays de Zendj , nous parlerons de l’éléphant et de sa manière de vivre dans cette contrée, où il est plus multiplié qu’en tout autre endroit, et où il vit à l’état sauvage. Pour le moment, nous nous bornons à des notions sommaires sur les rois du Sind et de l’Inde. Continuer la lecture de Al-Mas’ûdî: l’Inde du nord-ouest

Semaine de l’histoire de l’Indianocéanie – Saint-Denis de la Réunion, 13-19 novembre 2017

Organisé par L’Association Historique Internationale de l’Océan Indien (AHIOI), avec l’appui du CRESOI (Université de la Réunion) et en partenariat avec la Ville de Saint-Denis, la « Semaine de l’Histoire de l’Indianocéanie 2017 » se tiendra du 13 au 19 novembre à Saint-Denis de la Réunion.

Trois thématiques ont été retenues pour cette nouvelle édition:

 

  • Routes, flux, réseaux en Indianocéanie, du VIIIe siècle à nos jours.
  • L’animal en Indianocéanie, de l’Antiquité à nos jours.
  • Nouvelles approches de l’esclavage.

Le poivre: un luxe populaire ? Troisième conférence de la série « Ex Oriente luxuria »

La troisième conférence de la série Ex Oriente luxuria :

Le poivre, de l’Antiquité à l’époque moderne : un luxe populaire ?
Échanges, circulations et usages

organisée par Jean Trinquier (Ecole normale supérieure), Pierre Schneider (université d’Artois) et Federico de Romanis (Université de Rome « Tor Vergata ») se tiendra à Paris, du 23 au 25 novembre (E.N.S. campus Jourdan).Informations et programme (à venir)

  •  http://www.transfers.ens.fr/le-poivre-de-l-antiquite-a-l-epoque-moderne-un-luxe-populaire-echanges
  • www.ens.fr (rubrique « agenda »)

 

Entrer dans le golfe de Cambaye (Pietro della Valle)

Quatrième et dernière partie des voyages de Pietro della Valle, gentilhomme romain surnommé l’illustre voyageur, contenant la description des villes et des lieux les plus considérables des Indes (…), à Paris chez Gervais Clouzier, 1664, p. 2-18.

Monsieur,

J’ai toujours été si soigneux de vous donner de mes nouvelles, que même au commencement de cette année 1623, sur le point d’abandonner la Perse, je vous écrivis la dernière fois du vaisseau de la Baleine, dans lequel je m’étais embarqué, sans pourtant avoir encore levé l’ancre pour faire ce trajet. Mais à cette heure que j’ai croisé les mers, sans que j’ai déjà parcouru l’océan et que je sois arrivé dans ces fameuses contrées de l’Inde, et dont à présent une grande partie ne m’est pas inconnue, j’ai cru que je ne devais pas négliger l’occasion de ce même vaisseau qui m’a porté en ce pays  et qui ne tardera pas longtemps à faire voile du côté de Mucha dans le golfe Arabique, et d’autant plus qu’un gentilhomme allemand de mes amis, qui doit s’y embarquer dans le dessein de se rendre de là en Éthiopie pour y satisfaire sa curiosité, m’a donné sa parole qu’il veillerait incessamment sur les moyens de faire tenir en Italie cette lettre que je lui ai confiée (…).

Mais pour commencer vous saurez que le jeudi 19 de janvier, après avoir pourvu à toutes les choses nécessaires à notre embarquement, et pour un voyage de cette conséquence, après, dis-je, après avoir fait tirer quelques volées de canon selon la coutume, nous commençâmes insensiblement à dégager les voiles, balançant cependant agréablement sur les ondes, en attendant la barque du vaisseau qui était encore à terre (….) Incontinent après qu’elle fut rendue à notre bord, nous donnâmes toutes nos voiles au vent et quoi qu’il fut fort médiocre, nous prîmes notre cours entre les îles d’Ormus et de Kesem passant derrière Ormus du côté d’Arabie, parce que ordinairement les eaux sont basses du côté de la Perse, et qu’il n’y avait pas de sûreté pour de gros vaisseaux comme les nôtres, qui auraient sans doute donné contre terre (…)

 

Sur le midi le calme nous ayant arrêté à la vue de Larek, nous mouillâmes sans baisser les voiles, et en même temps notre capitaine envoya la grande barque à terre vers Larek avec deux lévriers dont les Anglais de Combrù lui avaient fait présent pour le divertir quelquefois à la chasse. Mais le vent ayant ayant un peu augmenté nous ramenâmes les voiles et demeurâmes là en attendant le retour de la barque, faisant même quelque décharge de notre mousqueterie, afin de lui faire connaître l’endroit où nous étions, parce que comme il était déjà nuit, et que nous n’avions aucune nouvelle de nos gens, nous appréhendions qu’il ne leur fut arrivé quelque accident, à cause que Larek est ordinairement rempli d’une infinité de ces voleurs arabes qui se nomment noutek et qui piratent incessamment sur cette mer, et se retirent bien souvent dans cette même île de Larek. Continuer la lecture de Entrer dans le golfe de Cambaye (Pietro della Valle)

Navigation dans le golfe Arabo-Persique (1863)

W. G. Palgrave, Une année dans l’Arabie centrale (1862-1863), traduction d’Émile Jonveaux, abrégée par J. Belin-De Launay, Paris, 1869, p. 244-259

Ménama, comme la plupart des villes orientales, n’a pas d’hôtels pour recevoir les étrangers. Pendant plusieurs heures, nous errâmes sur les places, regrettant vivement de n’apercevoir aux murailles des maisons aucune de ces affiches hospitalières qui en Europe sollicitent le voyageur. Enfin nous entrâmes dans un élégant petit café situé près de la plage. Le propriétaire, Arabe fort poli, eut compassion de notre embarras et, emmenant avec lui Ba-racat, tandis que je restais à examiner un télescope qui passait pour un objet de grande curiosité, il s’occupa de nous chercher un logement. Tous deux revinrent au coucher du soleil, apportant la bonne nouvelle qu’ils avaient trouvé un appartement convenable pour notre court séjour. Un grand enclos, formé par une palissade haute d’environ deux mètres quarante, renfermait deux longues cases en feuilles de palmier, l’une pour nous, l’autre habitée par un marin et sa famille. Notre demeure avait environ neuf mètres de long sur trois de large et autant de hauteur ; une cloison clayonnée partageait l’intérieur en deux compartiments inégaux ; le plus petit servait de réserve et le plus grand d’habitation. Le plancher était couvert, suivant l’usage, d’une épaisse couche de menus coquillages presque tous du genre des hélices, et dont chacun est long de deux millimètres et demi. Les enfants vont chercher sur le rivage cette sorte de poudre qui entretient la propreté et la sécheresse ; par-dessus on avait étendu une grande natte rouge. A peine avions nous pris quelques dispositions pour embellir et meubler l’appartement, que nous reçûmes la visite du propriétaire lui-même. Sortant de la jolie maison en briques qu’il occupait dans le voisinage, il vint voir notre commencement d’installation ; ses serviteurs apportèrent bientôt pour les nouveaux hôtes un repas composé de riz, de poissons, de crevettes et de légumes. Nous invitâmes les amis, dont l’obligeance nous avait procuré cet asile, à partager notre souper, et nous passâmes tous ensemble une soirée fort agréable, rendue plus douce encore par le sentiment de calme et de sécurité, qui remplissait nos âmes et que nous n’avions pas souvent éprouvé depuis notre départ de Jaffa.

C’est à Bahraïn que commencent véritablement les pêcheries de perles ; elles s’étendent sur le rivage oriental de l’île et sur les côtes du Golfe Persique, depuis le promontoire de Catar jusqu’aux frontières du Chardja dans l’Oman. On trouve bien quelques huîtres perlières le long des plages du Catif, mais elles ne donnent lieu qu’à une exploitation insignifiante.

Le temps que nous ne passions pas au café se partageait entre les consultations médicales, les visites et les excursions dans la campagne ; nous parcourûmes plusieurs villages, dans l’un desquels se tenait une foire hebdomadaire absolument semblable à celles de Hofhouf et de Mebarraz. Continuer la lecture de Navigation dans le golfe Arabo-Persique (1863)