Archives de catégorie : Colloques, séminaires, rencontres

Discussions d’histoire économique: commerce à longue distance, biens de luxe, mondialisation

Deux rencontres autour des échanges à longue distance entre la Méditerranée et l’océan Indien

 

Autour de la consommation des produits de luxe à Rome: le cas des perles de l’océan Indien (Pierre Schneider, Université d’Artois / Hisoma -Maison de l’Orient et de la Méditerranée)

 

Les premières globalisations : autour de Ph. Norel, L’invention du marché. Une histoire économique de la mondialisation, Paris, Seuil, 2004 (http://www.seuil.com/livre-9782020410915.htm) – discussion animée par Pierre Schneider et Jérôme Maucourant.

 

Ex oriente luxuria (2) – première étude de cas :perles et écailles de tortues

Programme détaillé: Ex oriente luxuria (2)

La première journée d’études (« Ex Oriente luxuria 1 ») s’était donné pour thème de réflexion l’objet de luxe en général. Notre objectif était d’éclaircir une notion destinée à se trouver constamment en arrière-plan des journées d’études suivantes. En effet, la plupart des produits « érythréens » – i. e. importés des contrées de l’océan Indien – sont presque automatiquement classés dans la catégorie « objet de luxe ». Or ce concept – ou cette catégorie – ne va pas de soi. Cette journée a été l’occasion de dresser l’état de la recherche académique sur ce sujet et de faire un premier état de la question. Ce faisant, nous avons voulu contribuer à replacer l’Antiquité au cœur des recherches sur le luxe et l’objet de luxe – un domaine bien exploré par nos collègues d’histoire moderne et contemporaine –.

Cette deuxième journée d’étude s’inscrit dans la continuité de la première, tout en prenant une autre orientation – qui sera aussi celles des suivantes – : nous passons aux études de cas, à savoir l’examen de certains objets et matières produits dans les mondes de l’océan Indien et consommés par les Méditerranéens. Ce faisant, ces études de cas mettent à l’épreuve les idées générales et, par induction, permettent d’affiner les concepts. Autrement dit, notre réflexion générale ne s’est pas arrêtée à la première journée, mais continue de se construire au moyen de ces corpus de documents spécifiques. Continuer la lecture de Ex oriente luxuria (2) – première étude de cas :perles et écailles de tortues