Archives de catégorie : Le voyageur du mois

Jean Ribeyro : histoire de ceylan (1)

Histoire de Ceylan, écrite par le capitaine Jean Ribeyro et présentée au roi de Portugal en 1685, traduite du portugais en français, Paris, 1701

Chapitre 3 : les richesses de Ceylan

Le roi de Cotta permit aux Portugais de s’établir en l’île de Ceylan. J’ai déjà dit que ce roi prenait la qualité d’empereur et qu’il était considéré et respecté comme tel par tous les rois de cette île. C’est particulièrement dans son pays que croît la cannelle. Il y en a une forêt de 12 lieues entre Chilaon et la pagode de Tenevaré; et ces forêts sont si épaisses qu’un homme ne saurait y entrer. La feuille du cannelier approche de beaucoup celle du laurier; elle ne tombe jamais quoiqu’il pleuve souvent en ce pays. Si on la rompt entre les doigts, elle rend une odeur très agréable et en même temps très forte. Cet arbre n’est pas grand et le plus haut n’a pas plus de deux brasses; il porte son fruit deux fois l’année et ce fruit ressemble à celui que donne le laurier. La chaleur du climat et l’humidité de la terre le font germer presqu’aussitôt qu’il tombe à terre.; et ces arbres croissent si vite et si facilement qu’il y a une loi qui oblige les habitants à battre les chemins et à les nettoyer; et s’ils étaient une année sans le faire on y verrait un bois si épais qu’on en pourrait plus passer: quelque soin même que l’on prenne d’entretenir les chemins, ils sont si étroits que deux hommes ne peuvent marcher de front. Ainsi de sont ces défilés continuels qui embarrassent extrêmement les armées (…).

Cinnamomum verum (Wikimedia Commons – USDA photo)

Il y a aussi dans les royaumes de Ceita-Vaca, de Dina-Vaca, de Candy, d’Uva et de Cotta, beaucoup de mines très riches: on en tire des rubis, des saphirs, des topazes d’une grandeur considérable; des yeux de chat, et on en a trouvé quelques-uns qui ont été vendus 20 000 cruzades; des jacinthes, des verlis, des taripos et plusieurs autres pierres précieuses, dont on fait là aussi peu de cas que nous pourrions faire ici du sable ou des cailloux que l’on ramasse dans les rivières.

Continuer la lecture de Jean Ribeyro : histoire de ceylan (1)

Voyage a bandar abbas du chevalier chardin (1674)

Voyages de Monsieur le chevalier Chardin en Perse et autre lieux de l’Orient, enrichis d’un grand nombre de belles figures en taille-douce, représentant les antiquités, et les choses remarquables du pays, chez Delorme, à Amsterdam (1711).

Le Bander-Abassi est bâti le long de la mer, si proche du rivage que les flots viennent  laver le pied des maisons dans les hautes marées. [IX, 234] Il est situé justement  entre les îles  d’Ormus et de Kichmichs,  que l’on voit la première à gauche  et l’autre à droite à environ  quatre lieues de distance. La côte d’Arabie que l’on voit aussi à la droite n’en est qu’à vingt  lieues, et comme  cette côte est de hautes montagnes,  on la voit fort à plein du Bander-Abassi  quand le ciel est serein. Cette place a aussi des hautes montagnes  derrière soi à trois lieues  seulement,  lesquelles ne sont pas stériles comme  dans la plupart de la Caramanie déserte,  mais fertiles, chargées de bois, et abondantes en eaux. Le terroir du Bandar, au contraire, et  sec et stérile, un sable mouvant  qui ne produit qu’à force de culture et surtout  à force d’eau.  

On peut appeler le Bander une ville, car il est ceint de murs du côté de la terre ayant deux  petites forteresses. On y compte quatorze ou quinze cents maisons, le tiers d’Indiens gentils  ou idolâtres, quelque cinquante  de juifs, et le reste de Persans naturels. Pour des chrétiens il  n’y en a que d’étrangers, et point qui y soient établis. Je ne parle point de sa figure, parce  qu’on la voit à clair dans le plan qui est à côté. Le quai a plus d’un mille de longueur.  Ces  maisons où l’on voit des pavillons ou bannières sont celles des compagnies orientales de  France, d’Angleterre, et de Hollande, qui sont les plus commodes  du lieu. Le gouverneur  de  la province, qui d’ordinaire fait ici sa résidence et non pas dans la capitale, qui est appelée  Neris, et qui est à dix journées de chemin,  y a un palais assez grand et assez commode  à un  bout de la ville, à l’endroit le plus éloigné de la mer, [IX, 235] bâti en partie de pierres et de  marbres tirés d’Ormus. Les maisons du lieu sont toutes en plate-forme avec des tours à vent  pour avoir de l’air. Ces tours, qui sont au milieu ou aux côtés de la plate-forme, sont carrées,  hautes de dix à quinze  pieds, selon la chaleur du pays, car les plus hautes font le plus d’air, et  de six à huit pieds de diamètre, divisées par-dedans en quatre, six, ou huit espaces, comme  des tuyaux  de cheminée,  afin que l’air qui entre par le haut,  se trouvant  plus resserré, se fasse  mieux  sentir. On le reçoit en une ou en plusieurs chambres, comme  on le veut, en faisant que  tous les tuyaux  répondent au milieu d’une chambre ou qu’ils donnent  dans les coins. J’ai  donné un modèle de ces tours dans le volume précédent. Il faut observer que l’on s’en sert  principalement pour les appartements des femmes,  à cause qu’elles ne pourraient pas prendre  le frais sur les plates-formes ou les terrasses, comme  les hommes,  sans les voir ou sans en  être vues. On voit de ces tours à vent particulièrement aux maisons qui ne sont pas bâties sur  le quai, comme  n’étant pas si ouvertes à l’air. Du reste, il n’y a rien du tout de considérable  dans les édifices publics du Bander-Abassi.

Continuer la lecture de Voyage a bandar abbas du chevalier chardin (1674)

La côte somalienne d’apres un routier de 1775

Instructions sur la navigation des Indes orientales et de la Chine, pour servir au Neptune oriental, par M. d’Aprés de Mannevillette, Paris, 1775

Depuis la rivière Dos-fugos, située sous la ligne équinoxiale, le gisement général de la côte jusqu’au cap Das Baixas est au nord-est 3 à 4 degré est. Le premier endroit habité et fréquenté par les Arabes est Barva, situé par 1° de latitude nord. C’est une grosse terre peu couverte de bois et on la reconnaît par quatre mornes escarpés de sable blanc ; ce sable commence au bord de la mer et va jusqu’au sommet : il y a au rivage deux récifs qui paraissent des îlots et sur lesquels la mer se brise.

Trois ou quatre lieues [une lieue marine = 5.556 km] au sud-ouest de ces quatre mornes commence une chaîne de montagnes de sable qu’on appelle les Lançoes, ou en langue du pays, Abumba. Ils vont jusques par 15 minutes de latitude. Au devant de ces sables, près de terre, il y a un petit îlot, au-delà duquel la terre forme une anse de deux lieues d’ouverture. Magadaxo est le principal endroit de cette côte et celui où tombe la rivière la plus considérable. Il est situé par 2° 20′ de latitude. Le terrain y paraît plus élevé et en rangeant la côte à deux ou trois lieues de distance on voit des édifices en forme de tours, qui sont des pagodes : celle qui est la plus nord a l’apparence d’un vaisseau avec les voiles d’avant. Au sud-ouest de cette pagode, dans un lieu qui paraît un peu plus obscur et couvert de bois d’égale hauteur, on aperçoit l’endroit habité. Au rivage, il y a de petites montagnes de sable blanc ; en venant du large on ne voit point les îles dont il est bordé et le tout paraît terre ferme. Plus au sud-ouest il y a de grandes plaines de sable blanc. Le terrain de l’intérieur est couvert de bois ras et le rivage est bordé de récifs. Quand on range la côte à une lieue de distance, on ne rencontre point le fond. De là, en allant au cap Das Baixas, on ne doit point ranger la terre de plus près que trois ou quatre lieues, gouvernant de jour au nord-est et pendant la nuit un peu plus au large.

Continuer la lecture de La côte somalienne d’apres un routier de 1775

Une traversée de la Tihama

Paul-Emile Botta, Relation d’un voyage dans l’Yémen entrepris en 1837 pour le Museum d’Histoire naturelle de Paris, Paris, 1841, p. 128-134

N’ayant plus rien à faire à Hais, je me disposai à partir pour Moka; mes effets furent envoyés dans cette ville aux frais du cheikh Hassan. Quant à moi, avant de m’y rendre, j’allai avec Ezzé passer un jour à une plantation de dattiers qu’il avait sur le bord de la mer, à quelques heures de Hais. Pour y arriver, nous traversâmes des plaines arides et sablonneuses où nous ne rencontrâmes qu’un misérable café sur la route de Zebid à Moka, et après cinq heures de marche d’autant plus fatigantes pour moi que je commençais à ressentir les premiers symptômes de la fièvre, nous arrivâmes à un grand jardin, appartenant à Ezzé, planté sur le sable au bord de la mer, dans un endroit nommé El-Ghandja, où probablement la rivière de Hais, après s’être perdue sous les sables, reparaît au moment où elle atteint le niveau de la mer, car l’eau que l’on trouve en creusant d’un pied ou deux est douce, même à quelques pas du rivage, et dans des points recouverts par la marée montante.

Par un goût aussi remarquable chez,les Arabes que son caractère lui-même, Ezzé avait la passion du jardinage; son jardin était régulièrement planté, tenu avec une propreté presque anglaise , et il aimait à y rassembler toutes les plantes qu’il pouvait se procurer; pour augmenter collection botanique, il avait eu soin, pendant notre voyage dans les montagnes, de recueillir des graines de toutes les plantes remarquables qu’il voyait, afin d’en propager la culture, tentative qui probablement ne lui réussit pas. Parmi ses raretés, Ezzé me montra le seul cocotier que j’aie rencontré dans l’Yémen, quoique la nature des plaines paraisse très-favorable à la culture de cet arbre précieux. Outre l’intérêt qu`il offrait à cause de sa singularité dans un pareil pays, le jardin était encore décoré par des cabanes de diverses formes, très-simplement, mais très-joliment construites avec des troncs et des branches de palmiers, en sorte que l’ensemble offrait au premier abord l’aspect du Jardin des Plantes de Paris; tout autour était une vaste plantation de trois mille dattiers appartenant aussi à Ezzé. Lors de la saison des dattes, il invitait tous ses amis et beaucoup des habitants de Hais , à venir passer quelque temps chez lui. Les visiteurs se logeaient soit dans les chaumières du jardin , soit dans des huttes de branches de palmiers formant un petit village situé tout auprès, mais désert à l’époque où je m’y trouvais, et y vivaient aux dépens des palmiers, dont jamais Ezzé ne vendait la récolte, générosité tout-à-fait arabe, et bien en harmonie avec le reste de son caractère.

Continuer la lecture de Une traversée de la Tihama

Animaux des Indes orientales, observés par François Pyrard (1615)

Seconde partie du voyage de François Pyrard, depuis l’arrivée à Goa jusques à son retour en France. Traité et description des animaux, arbres et fruits des Indes Orientales, observés par l’auteur, Paris, 1615

Chapitre 1. Des éléphants et des tigres

Quant aux tigres, il y en a grande quantité en Inde et ils y sont plus communs que ne sont ici les loups. C’est un animal fort curieux et malfaisant, qui ne s’enfuit pas des hommes, s’ils ne sont en bien grand nombre, mais au contraire les cherche et les assaille pour les dévorer. De façon que tous portent les armes pour se défendre ; encore s’en trouve-t-il journellement beaucoup d’hommes qui en sont dévorés. Les rois prennent fort grand plaisir à la chasse de ces tigres pour en décharger le pays et délivrer les pauvres gens ; aussi que par là ils connaissent et prouvent la vaillance et la hardiesse de leur noblesse. Les nayres 1 ne font autre chose que les chasser et la plupart les combattent avec l’épée et la rondache (ce qui n’est pas sans danger, car c’est une hardie et furieuse bête), et les ayant tuées les traînent devant le roi en grand honneur et triomphe. J’en ai vu plusieurs les amener ainsi et beaucoup qui en étaient bien blessés. Ces tigres sont de la hauteur de mâtin, mais plus longs, la tête ressemblante à un chat. La peau en est fort belle, toute marquée de blanc, noir et roux. Ils vivent de chasse et de proie, et aiment fort la volaille.

 

Chapitre 2. Des crocodiles et tortues

(…)

Les tortues flottent à la surface de l’eau pour s”échauffer au soleil, et il s’en voit de si grande que l’écaille suffirait à couvrir une petite case et pauvre maison, et est capable de tenir assis dix personnes et plus. Il y en a grande quantité aux Maldives, et s’y voient plusieurs petites îles qui ne sont poit habitées d’autres animaux que ces grandes tortues, dont elles sont couvertes. Quand nous fûmes arrivés aux Maldives, nous en prîmes une grande qui avait 500 ou 600 œufs gros comme des jaunes d’oeufs. Nous la fîmes cuire en l’eau de mer, et en mangeâmes et vécûmes trois ou quatre jours, n’ayant autre chose que cela à manger. Cela a la chair fort grasse et délicate comme du veau. Mais la mangeant sans pain et sel et autre appareil, beaucoup en furent malades, et moi en particulier je m’en trouvai mal, vomissant sans cesse jusqu’au sang. De l’écaille, les insulaires s’en servent pour faire des rondaches et divers meubles et commodités.

Aux Maldives, il y en a une autre espèce de plus petites, qui néanmoins ont trois ou quatre pied de diamètre. L’écaille est tannée, tirant partie sur le noir, partie sur le rouge, fort lisse, éclatante et façonnée si admirablement que c’est une infiniment belle chose que de la voir quand elle est polie. C’est pourquoi elle est tant recherchée de tous les Indiens, rois, grands seigneurs et riches personnes, principalement ceux de Cambay et de Surat, qu’ils en font des coffres et des cassettes garnies d’or et d’argent, des bracelets et autres ornements de meubles ; il n’en croît qu’aux Maldives et aux îles Philippines ou Manilles. C’est chose admirable que la nature et durée de vie de cet animal. Car les insulaires les ayant prises les approchent du feu, puis ils en tirent l’écaille ; cette écaille étant tirée et séparée de la tortue par pièces (dont les plus grandes et les plus épaisses sont les meilleures et les plus vendues, car elles ne se lèvent pas tout d’une pièce comme les tortues communes), ils remettent la tortues dans la mer, qui est encore toute vive, et elle refait une autre écaille, étant défendu de les tuer. Joint qu’il ne mangent jamais d’aucune espèce de tortues, parce que, disent-ils, cela a quelque conformité et approche avec l’homme.

Continuer la lecture de Animaux des Indes orientales, observés par François Pyrard (1615)

  1. Nom également donné aux cornacs []

Al-Mas’ûdî: l’Inde du nord-ouest

Maçoudi  (al-Mas’ûdî), Les prairies d’or, texte et traduction par C. Barbier de Meynard et Pavet de Courteille (tome 1), Paris, 1861, p. 376-390

Lorsque les cinq fleuves que nous avons nommés ont dépassé la porte de la maison d’Or, ou Moultan, ils se réunissent à trois journées de cette ville, entre elle et Mansourah, dans un endroit appelé Douchai. Arrivé ensuite à l’ouest de la ville de Rour, qui est une dépendance de Mansourah,

le fleuve prend le nom de Mehran. Plus tard il se divise en deux branches, et les deux branches du grand fleuve, appelé Mehran du Sind, se jettent dans la mer de l’Inde à la ville de Chakirah, dépendance de Mansourah, à deux journées de distance de la ville de Deïboul. De Moultan à Mansourah il y a soixante et quinze parasanges sindiennes, c’est-a-dire des parasanges de huit milles. Le territoire de Mansourah comprend trois cent mille fermes ou villages, situés dans un pays fertile, bien planté et bien cultivé. Ce royaume est en guerre continuelle avec un peuple appelé El-Meid, originaire du Sind, et avec d’autres races. Il est situé sur la frontière du Sind, comme Moultan et ses dépendances. Son nom de Mansourah lui vient de Mansour, fils de Djemhour, que les Ommiades y avaient placé comme gouverneur. Le roi possède quatre-vingts éléphants de guerre. Il est d’usage que chaque éléphant soit entouré de cinq cents fantassins, et qu’il combatte ainsi des milliers de cavaliers, comme nous l’avons déjà expliqué.

J’ai vu chez ce prince deux éléphants d’une taille colossale, et qui étaient renommés chez tous les rois du Sind et de l’Inde pour leur force, leur courage et leur intrépidité dans le combat. L’un s’appelait Manfaraklas et l’autre Ilaïdarah. On raconte du premier des traits remarquables et dont tous les habitants de ces contrées et des pays environnants ont entendu parler. Une fois qu’il avait perdu un de ses cornacs, il resta plusieurs jours sans vouloir prendre aucune nourriture ; il s’abandonnait à sa douleur et poussait des gémissements comme un homme profondément affligé; les larmes coulaient continuellement de ses yeux. Une autre fois, Manfaraklas, suivi de Haïdarah et du reste des quatre-vingts éléphants, sortit de la daïrah ou écurie. Arrivé à une rue étroite de Mansourah , il se trouva subitement face à face avec une femme, qui était loin de s’attendre à une pareille rencontre. Frappée de terreur à sa vue, cette malheureuse perdit la tête, et tomba à la renverse au milieu de la rue, en découvrant les parties les plus secrètes de son corps. Aussitôt Manfaraklas s’arrêta, et, se posant en travers de la rue, il présenta son côté droit aux éléphants qui le suivaient, pour les empêcher d’avancer. Puis, agitant sa trompe comme pour faire signe à la femme de se relever, il ramena sur elle ses vêtements et l’en recouvrit. Ce ne fut qu’après qu’elle se fut soulevée pour lui faire place, et qu’elle eut repris ses sens, qu’il poursuivit son chemin avec tous ses compagnons. Il y aurait encore bien d’autres choses extraordinaires à raconter, non-seulement sur les éléphants de guerre, mais encore sur les éléphants employés aux travaux , tels que tirer les voitures, porter des fardeaux, battre le riz et d’autres grains encore, comme font les bœufs qui travaillent dans l’aire. Plus bas dans ce livre, lorsqu’il sera question du pays de Zendj , nous parlerons de l’éléphant et de sa manière de vivre dans cette contrée, où il est plus multiplié qu’en tout autre endroit, et où il vit à l’état sauvage. Pour le moment, nous nous bornons à des notions sommaires sur les rois du Sind et de l’Inde. Continuer la lecture de Al-Mas’ûdî: l’Inde du nord-ouest

Entrer dans le golfe de Cambaye (Pietro della Valle)

Quatrième et dernière partie des voyages de Pietro della Valle, gentilhomme romain surnommé l’illustre voyageur, contenant la description des villes et des lieux les plus considérables des Indes (…), à Paris chez Gervais Clouzier, 1664, p. 2-18.

Monsieur,

J’ai toujours été si soigneux de vous donner de mes nouvelles, que même au commencement de cette année 1623, sur le point d’abandonner la Perse, je vous écrivis la dernière fois du vaisseau de la Baleine, dans lequel je m’étais embarqué, sans pourtant avoir encore levé l’ancre pour faire ce trajet. Mais à cette heure que j’ai croisé les mers, sans que j’ai déjà parcouru l’océan et que je sois arrivé dans ces fameuses contrées de l’Inde, et dont à présent une grande partie ne m’est pas inconnue, j’ai cru que je ne devais pas négliger l’occasion de ce même vaisseau qui m’a porté en ce pays  et qui ne tardera pas longtemps à faire voile du côté de Mucha dans le golfe Arabique, et d’autant plus qu’un gentilhomme allemand de mes amis, qui doit s’y embarquer dans le dessein de se rendre de là en Éthiopie pour y satisfaire sa curiosité, m’a donné sa parole qu’il veillerait incessamment sur les moyens de faire tenir en Italie cette lettre que je lui ai confiée (…).

Mais pour commencer vous saurez que le jeudi 19 de janvier, après avoir pourvu à toutes les choses nécessaires à notre embarquement, et pour un voyage de cette conséquence, après, dis-je, après avoir fait tirer quelques volées de canon selon la coutume, nous commençâmes insensiblement à dégager les voiles, balançant cependant agréablement sur les ondes, en attendant la barque du vaisseau qui était encore à terre (….) Incontinent après qu’elle fut rendue à notre bord, nous donnâmes toutes nos voiles au vent et quoi qu’il fut fort médiocre, nous prîmes notre cours entre les îles d’Ormus et de Kesem passant derrière Ormus du côté d’Arabie, parce que ordinairement les eaux sont basses du côté de la Perse, et qu’il n’y avait pas de sûreté pour de gros vaisseaux comme les nôtres, qui auraient sans doute donné contre terre (…)

 

Sur le midi le calme nous ayant arrêté à la vue de Larek, nous mouillâmes sans baisser les voiles, et en même temps notre capitaine envoya la grande barque à terre vers Larek avec deux lévriers dont les Anglais de Combrù lui avaient fait présent pour le divertir quelquefois à la chasse. Mais le vent ayant ayant un peu augmenté nous ramenâmes les voiles et demeurâmes là en attendant le retour de la barque, faisant même quelque décharge de notre mousqueterie, afin de lui faire connaître l’endroit où nous étions, parce que comme il était déjà nuit, et que nous n’avions aucune nouvelle de nos gens, nous appréhendions qu’il ne leur fut arrivé quelque accident, à cause que Larek est ordinairement rempli d’une infinité de ces voleurs arabes qui se nomment noutek et qui piratent incessamment sur cette mer, et se retirent bien souvent dans cette même île de Larek. Continuer la lecture de Entrer dans le golfe de Cambaye (Pietro della Valle)

Navigation dans le golfe Arabo-Persique (1863)

W. G. Palgrave, Une année dans l’Arabie centrale (1862-1863), traduction d’Émile Jonveaux, abrégée par J. Belin-De Launay, Paris, 1869, p. 244-259

Ménama, comme la plupart des villes orientales, n’a pas d’hôtels pour recevoir les étrangers. Pendant plusieurs heures, nous errâmes sur les places, regrettant vivement de n’apercevoir aux murailles des maisons aucune de ces affiches hospitalières qui en Europe sollicitent le voyageur. Enfin nous entrâmes dans un élégant petit café situé près de la plage. Le propriétaire, Arabe fort poli, eut compassion de notre embarras et, emmenant avec lui Ba-racat, tandis que je restais à examiner un télescope qui passait pour un objet de grande curiosité, il s’occupa de nous chercher un logement. Tous deux revinrent au coucher du soleil, apportant la bonne nouvelle qu’ils avaient trouvé un appartement convenable pour notre court séjour. Un grand enclos, formé par une palissade haute d’environ deux mètres quarante, renfermait deux longues cases en feuilles de palmier, l’une pour nous, l’autre habitée par un marin et sa famille. Notre demeure avait environ neuf mètres de long sur trois de large et autant de hauteur ; une cloison clayonnée partageait l’intérieur en deux compartiments inégaux ; le plus petit servait de réserve et le plus grand d’habitation. Le plancher était couvert, suivant l’usage, d’une épaisse couche de menus coquillages presque tous du genre des hélices, et dont chacun est long de deux millimètres et demi. Les enfants vont chercher sur le rivage cette sorte de poudre qui entretient la propreté et la sécheresse ; par-dessus on avait étendu une grande natte rouge. A peine avions nous pris quelques dispositions pour embellir et meubler l’appartement, que nous reçûmes la visite du propriétaire lui-même. Sortant de la jolie maison en briques qu’il occupait dans le voisinage, il vint voir notre commencement d’installation ; ses serviteurs apportèrent bientôt pour les nouveaux hôtes un repas composé de riz, de poissons, de crevettes et de légumes. Nous invitâmes les amis, dont l’obligeance nous avait procuré cet asile, à partager notre souper, et nous passâmes tous ensemble une soirée fort agréable, rendue plus douce encore par le sentiment de calme et de sécurité, qui remplissait nos âmes et que nous n’avions pas souvent éprouvé depuis notre départ de Jaffa.

C’est à Bahraïn que commencent véritablement les pêcheries de perles ; elles s’étendent sur le rivage oriental de l’île et sur les côtes du Golfe Persique, depuis le promontoire de Catar jusqu’aux frontières du Chardja dans l’Oman. On trouve bien quelques huîtres perlières le long des plages du Catif, mais elles ne donnent lieu qu’à une exploitation insignifiante.

Le temps que nous ne passions pas au café se partageait entre les consultations médicales, les visites et les excursions dans la campagne ; nous parcourûmes plusieurs villages, dans l’un desquels se tenait une foire hebdomadaire absolument semblable à celles de Hofhouf et de Mebarraz. Continuer la lecture de Navigation dans le golfe Arabo-Persique (1863)

Aden dans les années 1880

Alfred Bardey, Barr-Adjam. Souvenirs d’Afrique orientale (1880-1887), éditions du C.N.R.S., Paris, 1981, p. 28-32.

Le lendemain nous quittons l’hôtel pour nous rendre à la ville d’Aden (Aden town ou Aden camp), située dans le cratère même de l’ancien volcan qui a formé la presqu’île, et à cinq milles ou huit kilomètres de Steamer Point. M. Suel veut bien nous renseigner afin de nous donner tous les renseignements que nous désirerons. Montés dans une américaine brinquebalante attelée de deux petits chevaux étiques et conduite par un gari walla nous longeons la mer à quelque distance et dépassons les grands dépôts de charbon qui livrent en moyenne 1000 tonnes par jour aux paquebots et aux autres navires de passage. A côté sont des quais primitifs où les balles de café, de gommes, de peaux etc. s’accumulent sans abri, car il ne pleut qu’une fois tous les cinq ans.

La route que nous suivons traverse une plaine pierreuse, au bout de laquelle s’étale un important village de paillotes somalies du nom de Maalah. En face, et tout au fond de la rade, se trouve un port du même nom, réservé aux sambouks arabes et somalis, voiliers de 40 à 100 tonnes. La forme de ces bateaux, qui n’ont qu’un mât et qu’une voile, est très ancienne. Non pontés et bas de l’avant, ils ont un arrière élevé et en plate-forme. Ceux qui appartiennent aux indigènes de la côte d’Afrique sont faits de planches cousues sur les bords au moyen de cordelettes et enduits d’une couche de madrépores pilés mélangés d’huile de poisson.

Continuer la lecture de Aden dans les années 1880

De Djeddah à Kilwa

Ibn Batoutah, Voyages, texte arabe, accompagné d’une traduction par C. Defremery et le Dr B. R. Sanguinetti, Volume 2, Paris, 1874.

Je quittai la Mecque à cette époque-là, me dirigeant vers le Yémen, et j’arrivai à Haddah, qui est à moitié chemin entre la Mecque et Djouddah. Puis j’atteignis cette dernière ville, qui est ancienne, et située sur le bord de la mer; l’on dit que Djouddah a été fondée par les Persans. A l’extérieur de cette cité il y a des citernes antiques, et dans la ville même des puits pour l’eau, creusés dans la pierre dure. Ils sont très rapprochés l’un de l’autre, et l’on ne peut pas les compter, tant leur nombre est considérable. L’année dont il s’agit manqua de pluie, et l’on transportait l’eau à Djouddah, de la distance d’une journée. Les pèlerins en demandaient aux habitants des maisons. (…)

Nous nous embarquâmes dans cette ville sur un bâtiment appelé djalbah qui appartenait à Rachid eddîn Alalfy alyamany, originaire de l’Abyssinie. Le chérif Mansour, fils d’Abou Nemy, monta sur un autre bâtiment de ce genre, et me pria d’aller avec lui. Je ne le fis pas, car il avait embarqué des chameaux sur son navire, et je fus effrayé de cela, vu que je n’avais point, jusqu’à ce moment, traversé la mer. Il y avait alors à Djouddah une troupe d’habitants du Yémen qui avaient déjà déposé leurs provisions de route et leurs effets dans les navires, et qui étaient prêts pour le voyage.
Lorsque nous prîmes la mer, le chérif Mansour ordonna à un de ses esclaves de lui apporter une ‘adîlah de farine, c’est-à-dire la moitié d’une charge, ainsi qu’un pot de beurre, à enlever l’un et l’autre des navires des gens du Yémen. Il le fit, et apporta ces objets au chérif; Les marchands vinrent à moi tout en pleurs; ils me dirent que dans le milieu de l’adîlah il y avait dix mille dirhems en argent, et me prièrent de demander à Mansour sa restitution, et qu’il en prit une autre en échange. J’allai le trouver et lui parlai à ce sujet, en lui disant que, dans le centre de cette ‘adîlah, il y avait quelque chose appartenant aux marchands. Il répondit : « Si c’est du vin (sacar), je ne le leur rendrai pas; mais si c’est autre chose, ce sera pour eux. » On rouvrit, et l’on trouva les pièces d’argent, que Mansour leur rendit. Il me dit alors : « Si c’eût été ‘Adjlân, il ne les aurait point rendues. » Celui-ci est le fils de son frère Romaïthah; il était entré peu de jours auparavant dans la maison d’un marchand de Damas, qui se rendait dans le Yémen, et il avait enlevé la majeure partie de ce qui s’y trouvait. ‘Adjlân est maintenant émir de la Mecque ; il a redressé sa conduite, et a fait paraître de l’équité et de la vertu. Continuer la lecture de De Djeddah à Kilwa