Archives de catégorie : Le voyageur du mois

Une anthologie de textes de voyageurs, anciens ou modernes

Carsten Niebuhr dans la Tihama yéménite

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Carsten Niehbur (1733-1815), Voyage en Arabie et dans d’autres pays d’Orient, traduction française de 1780, volume 1, p. 288-293

Section 9: voyages dans les environs de Beit el Fakih
Chapitre 1 : voyage à Ghalefka

Pour profiter de la liberté dont nous jouissions à Beit el Fakih, je me proposai de faire seul quelques courses pour examiner les endroits ruinés aujourd’hui, mais célèbres autrefois, dont parle Abulfeda. J’espérais d’y découvrir quelques inscriptions, propres à montrer les variations survenues dans les mœurs et la langue de cette province : mon attente ne fut pas entièrement trompée.
Convaincu de la sûreté entière qui règne dans le Tehama, je résolus d’aller à Ghalefka et de faire ce voyage dans l’équipage le plus simple et le plus éloigné d’un air d’opulence qui eût pu tenter les brigands. Je louai un âne, dont le propriétaire qui suivait à pied me servait de domestique. Un turban, un surtout sans manches, une chemise, une culotte de toile, à la mode des Arabes et une paire de pantoufles composaient tout mon habillement.La coutume étant de voyager armé, je portais un sabre et deux pistolets à la ceinture. Un mauvais tapis était, en même temps, ma selle, ma chaise, ma table et mon matelas ; le linge dont les Arabes s’enveloppent les épaules pour se garantir du soleil et de la pluie me servait de couverture pendant la nuit. Depuis quelque temps, j’avais tâché de vivre à la manière des Arabes : ainsi, je pouvais me passer de beaucoup de commodités et me nourrir de mauvais pain, la seule chose que l’on trouve dans beaucoup d’auberges. Continuer la lecture de Carsten Niebuhr dans la Tihama yéménite