Workshop « Thinking about luxury » au Collège d’études mondiales

Pierre Schneider donnera une communication le jeudi 15 juin 2017 au sujet de la consommation des produits « de luxe » importés des contrées de l’océan Indien dans le monde romain. Elle prend place dans le workshop « Thinking about luxury » organisé par Marc Abélès, titulaire de la chaire « Anthropologie globale du luxe » au Collège d’études mondiales (http://www.fmsh.fr/fr/college-etudesmondiales/28355)

Argumentaire et programme ci-dessous.

Continuer la lecture de Workshop « Thinking about luxury » au Collège d’études mondiales

« Aventuriers des mers : Méditerranée—océan Indien, VIIe-XVIIe siècles » au MUCEM

L’exposition « Aventuriers des mers » s’installe à partir du 7 juin au Mucem.

De l’Empire perse aux conquêtes d’Alexandre le Grand, de  l’expansion de l’islam aux explorations chinoises et des aventures portugaises aux navigations hollandaises, c’est entre Méditerranée et océan Indien que se sont déroulées les grandes aventures maritimes fondatrices du monde d’aujourd’hui. L’exposition débute par la mise en place, au VIIe siècle, d’un empire des deux mers, celui des Omeyyades, lequel ouvrira les voies d’un monde dont le destin se joue principalement à la bascule du XVe et du XVIe siècle. Cette exposition, riche de plus de deux cents œuvres provenant de cinquante musées et institutions, de Lisbonne à Singapour, conduit le visiteur au croisement de l’or d’Afrique et de l’argent d’Occident, des verreries de Venise, des cotonnades indiennes, des porcelaines et des épices venues des mers de Chine.

Les océans ont historiquement permis d’aller à la rencontre des autres, d’échanger et de commercer. Après avoir longtemps pensé la mer comme un espace périlleux, les hommes ont très tôt élaboré de multiples savoirs pour s’aventurer toujours plus loin et plus sûrement, à la recherche des trésors de l’Orient. Le développement des connaissances et des navigations exploratoires a permis de penser la géographie du monde dans son ensemble. Avec la belle énergie des pionniers, marins et commerçants se sont alors lancés sur les mers à la recherche de fortunes à faire, d’âmes à convertir, de nouveautés à découvrir. Continuer la lecture de « Aventuriers des mers : Méditerranée—océan Indien, VIIe-XVIIe siècles » au MUCEM

La pêche des perles en mer Rouge et à Bahrein

Pêcheurs de perles fut à l’origine une série d’articles pour « Le petit Parisien »,  parus entre le 19 octobre 1930 et le 16 novembre 1930. Ils furent rassemblé dans un livre dont le titre originellement prévu était A ce prix, Mesdames. Le livre numérique  complet est disponible dans la bibliothèque Gallica.

p.51-52
Lou-lou veut dire perle en arabe. Dans les souks, à Djeddah, les marchands de lou-lou se distinguent entre tous, tranchant crûment sur le fond bédouin et le reste de la racaille. On les prendrait, en allant vite, pour des courtisans d’antichambre royale (…) groupés devant deux ou trois boutiques qui ne sont pas les leurs, ils semblent réunis là plutôt pour causer des affaires du royaume que pour attendre une vile clientèle

p.52-55
Abdallah Kafir ben Ibrahim, en dépit de son nom sans fin, n’est qu’un pêcheur de perles. Il guette sans fin notre arrivée au milieu des marchands. C’est un homme petit et chétif , pas encore aveugle, et qui entend suffisamment d’une oreille. Il est venu de Rouyéïs, son village, pour nous prendre et nous y conduire. (…) tout près de Djeddah, sur la mer Rouge, est un village qui existe à peine : quelques demeures bâties en pierre de corail et protégées du vent de sable par de bas murs de mêmes pierres. C’est si pauvre à la vue que les bras vous en tomberaient (…) C’est là Rouyéïs. (…)le pêcheur de perles nous pria d’avancer. Il fallut nous baisser pour entrer dans son refuge (…) ce n’était pas une tannerie, mais une tanière : plafond bas, natte usée, quatre hommes au torse nu y racommodant une voile. Une inscription arabe était charbonnée sur le mur.
Ya-Mal, proclamait-elle. Et Ya-Mal veut dire : « Fortune. O Fortune!». (…)

Continuer la lecture de La pêche des perles en mer Rouge et à Bahrein

Nouvelle rubrique « Varia »

La nouvelle section intitulée « Varia » ouverte dans ce carnet de recherche est destinée à accueillir de courtes contributions, en relation avec la thématique générale du carnet. Les textes seront écrits en français ou en anglais et ne dépasseront pas 2000 mots pour le texte, et 300 mots pour les notes et la bibliographie. Les textes proposés seront envoyés aux deux éditeurs, Didier Marcotte (didier.marcotte@univ-reims.fr) et Pierre Schneider (pierre.schneider@univ-artois.fr), qui les examineront (pas de double-lecture à l’aveugle). En cas de nécessité, les éditeurs feront appel à l’expertise de leurs collègues. La publication sera immédiate après acceptation du billet.

Didier Marcotte ; Pierre Schneider

The editors are pleased to announce that this research blog includes a new section entitled “Varia”. We welcome short notes in French or English dealing with the topics on which this research blog focuses. We welcome submissions no longer than 2000 words, not including endnotes and bibliography which must not exceed 300 words. Submissions must be sent to the two editors, Didier Marcotte (didier.marcotte@univ-reims.fr) and Pierre Schneider (pierre.schneider@univ-artois.fr), who will review them (no peer-review process). If necessary we will ask colleagues for advice and further information. Texts will be published on line immediately after acceptation.

Didier Marcotte ; Pierre Schneider

La mousson de sud-ouest, ou mousson d’été, d’après un routier moderne

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Pilote du golfe d’Aden. Choix de documents extraits des mémoires des officiers de la marine de l’Inde par le commandant C. Y. Yard, L. N., traduits par M.-J. Lafont, Paris, 1866, p. 1-4; 10-11.

La mousson de sud-ouest (S.O.)

La mousson de S. O. commence, dans la mer d’Arabie, vers le milieu ou la fin d’avril et dure jusqu’à la fin de septembre. Elle est sujette à des variations de 10 à 15 jours, s’établissant tantôt plus tard ; on ne la ressent dans toute sa force qu’en mai ou même en juin. Elle continue à avoir toute sa force pendant les mois de juin, juillet et août, et souffle alors fortement et régulièrement en soulevant une mer plus grosse au large que sur les côtes. Près des côtes de l’Hindoustan, le vent varie de direction et souffle par grains accompagnés de forte pluie, principalement de l’ouest au nord. Sur la côte de Sindh, de grosses brises de l’O.S.O. s’établissent vers le commencement d’avril et produisent une grosse houle : à la même époque, de fortes brises d’ouest soufflent à l’ouest de Ceylan, et des vents de N.O. à la partie la plus basse de la côte de Malabar.
Sur la côte d’Afrique, la brise souffle très fortement du S.S.O. ; elle s’étend avec la même force dans le chenal compris entre l’île de Sokotra et Ras Asir (cap Gardafui), et de là dans le golfe d’Aden jusqu’à Ras Rehmat (qui en arabe signifie « cap de la mort du vent »), cap situé dans le S.O. de Makalleh. C’est sur cette ligne que les navires rencontrent généralement la mousson quand ils se rendent de la mer Rouge dans l’est. Continuer la lecture de La mousson de sud-ouest, ou mousson d’été, d’après un routier moderne

Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (II)

Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (II)
Les dégradations subies par les œuvres vives des navires (Cassiodore)

1. Cassiodore

 Cassiodore (Magnus Aurelius Cassiodorus Senator), né vers 485 et mort vers 580, a mené une brillante carrière politique à la cour de Ravenne dans l’Italie wisigothique, au service de Théodoric puis de sa fille et régente Amalasonthe. On le connaît également comme fondateur du monastère de Vivarium, dans lequel il s’est retiré. Les Variae sont un recueil de lettres et écrits qu’il avait rédigés pour Théodoric et ses successeurs, ainsi que des arrêtés qu’il avait promulgués en tant que préfet du prétoire (ces derniers sont conservés dans les livres 11 et 12).

2. Le texte (Variae 1, epist. 35)

La traduction (due à Th. Hodgkin) qui figure ci-après n’est pas fidèle, car elle comporte des abrègements. Elle permet néanmoins de prendre connaissance du sens général de cette lettre.

« King Theodoric to Faustus, Praepositus.
This extraordinarily dry season having ruined the hopes of our harvest, it is more than ever necessary that the produce should be brought forward promptly. We are therefore exceedingly annoyed at finding that the crops which are generally sent forward by your Chancellor from the coasts of Calabria and Apulia in summer have not yet arrived, though it is near autumn and the time is at hand when the sun, entering the southern signs (which are all named from showers), will send us storm and tempest.
What are you waiting for? Why are your ships not spreading their sails to the breeze? With a favourable wind and with bending oarsmen, are you perhaps delayed by the echeneis ? or by the shell‐fish of the Indian Ocean? or by the torpedo, whose touch paralyses the hand? No. The echeneis in this case is entangling venality; the bites of the shell‐fish, insatiable avarice; the torpedo, fraudulent pretence. The merchants are making delays in order that they may seem to have fallen on adverse weather.
Let your Magnitude put all this to rights promptly, otherwise our famine will be imputed, not to bad seasons, but to negligence. » Continuer la lecture de Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (II)

Colloque « Les sens du rite. Encens et religion dans les sociétés anciennes » (Rome, 23-24 juin 2017)

Argumentaire de l’appel à communications 

La rencontre se propose de mettre au cœur de l’étude un medium rituel bien connu pour la tradition judéo-chrétienne, à savoir l’encens[1]. Cette substance aromatique est devenue un marqueur olfactif de la religion orthodoxe à l’époque byzantine, comme l’a souligné Margaret E. Kenna en 2005, dans un article au titre évocateur : « Why does incense smell religious ? »[2]. Une telle question pourrait s’appliquer aux sociétés polythéistes antiques. En effet, en Mésopotamie, en Grèce ou à Rome, l’un des gestes de dévotion les plus fréquents consistait à offrir/faire brûler des grains d’encens en l’honneur des dieux. Les volutes odorantes montant vers le ciel matérialisaient le lien entre les hommes et les puissances immortelles, contribuant à définir le paysage sensoriel du sanctuaire.

Si plusieurs études ont souligné de façon ponctuelle le rôle de l’encens comme ingrédient du rituel et agent de communication entre les hommes et les dieux, aucune recherche d’envergure n’a encore proposé de comparer les usages et les significations dévolues à l’encens dans les mondes anciens. Or les fonctions qui lui ont été attribuées au cours du temps et suivant les espaces sont multiples et se combinent souvent : agent de purification, signal odorant destiné à appeler la divinité, source de contentement et « nourriture » pour les Immortels,… De plus, les progrès des analyses archéométriques[3] offrent aujourd’hui des données intéressantes qui méritent d’être confrontées aux témoignages littéraires, épigraphiques et iconographiques. Il apparaît clairement que derrière le mot générique « encens », thumiama en grec ou tus en latin, se cachent une large variété de substances odorantes – résines et gommes végétales – destinées à être brûlées.

Continuer la lecture de Colloque « Les sens du rite. Encens et religion dans les sociétés anciennes » (Rome, 23-24 juin 2017)

Les Indes de Marco Polo

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Maurice Turpaud, Les merveilleux voyages de Marco Polo dans l’Asie du XIIIe siècle,  Paris, 1929, p. 184-210 (cette version, libre de droits, doit être confrontée à une édition scientifique du texte).

Chapitre 52. Les perles de Maabar

La province de Maabar, qui est appelée l’Inde mineure, est gouvernée par cinq rois qui sont frères et indépendants. Celui qui règne dans la capitale s’appelle Sonder bandi davar. On trouve dans son royaume de très belles perles et voici la manière dont on se les procure. L’île de Ceylan est séparée de la terre ferme par un détroit qui n’a que dix à douze pas de profondeur, parfois deux pas seulement. Les marchands de perles vont avec leurs navires dans ce détroit depuis le commencement d’avril jusqu’au milieu de mai. Ils jettent l’ancre en mer à soixante milles d’un endroit appelé Betelar. Ils passent alors de leurs grands navires dans, des barques à fond plat. Plusieurs marchands s’associent et engagent des pêcheurs qu’ils paient d’avril jusqu’à la mi-mai. Ils versent au roi la dixième partie de leur butin. Ils en donnent, en outre, un vingtième à des enchanteurs afin que, par leurs sortilèges, ceux-ci empêchent de grands poissons de dévorer les hommes qui plongent pour trouver les perles. On appelle les enchanteurs abrivaman; l’effet de leurs enchantements ne dure qu’un jour. Leur puissance s’exerce sur les bêtes, les oiseaux et tous les êtres vivants. Les pêcheurs s’élancent des barques et plongent jusqu’au fond de l’eau, à dix ou douze pas de profondeur ; ils y restent aussi longtemps que cela leur est possible. Là se trouvent des coquillages semblables aux huîtres et qui contiennent les perles. Celles-ci, grosses et menues, sont enfoncées dans la chair des coquillages. C’est ainsi qu’on pêche les perles en très grande quantité, car toutes celles qui circulent dans le monde viennent de là. Continuer la lecture de Les Indes de Marco Polo

Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (I)

Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (I)
Poids et flottaison des navires circulant dans l’océan Indien (Olympiodore)

« On le voit, si bien des questions sur les bateaux fréquentant la mer Érythrée restent posées, les récentes découvertes archéologiques commencent à apporter des éléments de réponse et l’ethnographie contribue largement à la compréhension de certains types d’embarcation et des techniques de construction. » (P.  Pomey, p. 128)

Comme P. Pomey le dit, la découverte d’épaves et de restes non immergés contribuera à accroître nos connaissances sur les navires utilisés par les Méditerranéens – et les non-Méditerranéens – dans l’océan Indien. Cependant, les textes livrent aussi quelques précieux détails, en particulier sur les dommages causés aux navires. La liste classique des accidents et incidents auxquels s’exposaient les navigateurs comprend les tempêtes, les incendies, les attaques de pirates. Il en est d’autres, moins connus, dont pouvaient être victimes les usagers de l’océan Indien. C’est ce que montrent deux textes, le premier d’Olympiodore, le second de Cassiodore (prochain billet).

N. b. : tout commentaire permettant de corriger et améliorer ce texte sera le bienvenu.

1. Le texte et son auteur

On trouve chez Olympiodore, philosophe néo-platonicien originaire d’Alexandrie – où il est né entre 495 et 505 et où il professait encore en 565 ap. J.-C. – la remarque suivante :

« Des navires identiques supportent une plus grande charge sur mer que sur un lac. C’est assurément pour cette raison que de nombreux navigateurs de la mer Indienne [littéralement les indikopleustai], ignorants de ce fait, font naufrage : ils les remplissent de marchandises alors qu’ils se trouvent dans l’eau de mer et l’eau de mer, du fait de sa nature terreuse [geôdes] les repousse et les supporte ; puis ils circulent dans les fleuves et les lacs et ils font naufrage, parce que ces eaux, du fait des exhalaisons sous forme de vapeur, ne sont plus semblablement terreuses. » (Olympiodore, In Arist. Meteor. p. 81)

Tὰ γὰρ αὐτὰ πλοῖα πλείω φόρτον βαστάζουσι ἐπὶ θαλάττης ἤπερ ἐπὶ λίμνης. ἀμέλει διὰ ταύτην τὴν αἰτίαν πολλοὶ ἰνδικοπλεῦσται ναυαγοῦσι μὴ εἰδότες τοῦτο. καὶ ἐν μὲν θαλάσσῃ γεμίζουσιν αὐτὰ φόρτου, καὶ ἡ μὲν θάλασσα διὰ τὸ γεῶδες αὐτῆς ἀνωθεῖ καὶ βαστάζει· ἔρχονται δὲ ἐν ποταμοῖς ἢ λίμναις καὶ ναυαγοῦσι διὰ τὸ μὴ ἔχειν οὕτως τὸ γεῶδες ἐκ τῆς καπνώδους ἀναθυμιάσεως καὶ μὴ δύνασθαι ἀνωθεῖν. Continuer la lecture de Les navires circulant en mer Érythrée : questions techniques (I)

La baie de Zula (Adoulis) en 1865

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Denis de Rivoire, « La baie d’Adulis et ses alentours », Bulletin de la société de géographie de Paris, t. 15, 5e série (1868), p. 236-267.

L’expédition anglaise d’Abyssinie sollicite pour le moment l’attention publique de ce côté, et dès lors, peut-être, ne serait-il pas sans intérêt pour la Société de géographie d’accueillir quelques nouveaux détails sur la nature et l’aspect de ces contrées reléguées trop longtemps dans le dédain de l’Europe, en particulier sur cette baie d’Adulis que les Anglais appellent Annesley-Bay, où s’opère aujourd’hui le débarquement de leurs troupes. Je fus amené, par suite de circonstances qu’expliquera le cours de mon récit, à séjourner dans ces parages à trois reprises différentes, tantôt sur un point, tantôt sur un autre, et si l’insuffisance de mes connaissances techniques et l’absence de tout instrument ne m’ont pas permis de donner à mes observations le caractère scientifique dont j’aurais voulu qu’elles fussent empreintes, du moins, à défaut de celui-là, auront-elles le mérite de l’exactitude et de la vérité. N’étant pas un savant, je vais m’efforcer d’être un peintre. (…)

Au pied du mont Tarenta, ce premier échelon du plateau éthiopien, une surprise m’était ménagée. Afin d’accomplir plus agréablement la traversée de Djeddah à Massouah, et me procurer, à moins de frais, la barque nécessaire, je m’étais provisoirement associé à cinq Européens qu’une pensée de spéculation amenait dans la mer Rouge; à Massouah, nous nous étions séparés. Je les retrouvai campés dans le lit desséché du torrent de l’Addas, et se disposant, pour obéir au plan de leurs opérations, après quelques courses mal dirigées, à revenir sur leurs pas et à suivre à peu près le même itinéraire que je me proposais aussi. Pour la seconde fois, je me réunis à eux, et, tous ensemble, nous nous mîmes à descendre le torrent. Dans cette partie de l’Afrique où la nature se charge exclusivement de ce qui peut ressembler au tracé d’une route et à son entretien, la violence des pluies tropicales accumule sur un même point, en peu d’heures, de telles quantités d’eau que leur masse, se frayant un tumultueux passage au travers des arbres qu’elle entraîne et des rochers qu’elle déracine, creuse dans ce sol bouleversé de gigantesques sillons dont la main du temps respecte les caprices. Ce sont là les seuls chemins auxquels peut se confier l’allure paisible d’une caravane, et ce fut ainsi que nous voyageâmes, tantôt la poitrine comme oppressée par le poids formidable de deux murailles géantes se dressant de chaque côté, pour aller presque se rejoindre sur nos têtes, tantôt le front allégé, le regard rafraîchi par les grappes de verdure se déroulant le long des flancs plus inclinés de la montagne ou par le bleu du ciel s’élargissant entre des sommets moins escarpés. Puis, çà et là, quelque vague murmure sous le gazon ou quelque chute sonore sur les cailloux c’était un ruisseau, vestige modeste des dernières pluies, qui, surgissant au hasard d’un réservoir inconnu, accompagnait quelque temps notre marche pour aller disparaître plus loin, absorbé peu à peu par le sable altéré ou tout à coup englouti sans bruit par les profondeurs d’une crevasse invisible.

Continuer la lecture de La baie de Zula (Adoulis) en 1865