Archives par mot-clé : mer Rouge

Introduction de la poule domestique par la mer Rouge : une découverte récente

Une pièce supplémentaire au dossier de l’introduction d’espèces animales domestiques dans le monde méditerranéen par la voie de la mer Rouge (Arabie – Corne de l’Afrique) : un article du journal « The Source » (Washington University in Saint-Louis, daté du 2 novembre 2016)

 

How the chicken crossed the Red Sea : Africa’s oldest domestic chicken bones are relics of ancient trade route

The discarded bone of a chicken leg, still etched with teeth marks from a dinner thousands of years ago, provides some of the oldest known physical evidence for the introduction of domesticated chickens to the continent of Africa, research from Washington University in St. Louis has confirmed.

Based on radiocarbon dating of about 30 chicken bones unearthed at the site of an ancient farming village in present-day Ethiopia, the findings shed new light on how domesticated chickens crossed ancient roads — and seas — to reach farms and plates in Africa and, eventually, every other corner of the globe.

Pour lire la suite de l’article, suivre le lien suivant: https://source.wustl.edu/2016/11/chicken-crossed-red-sea/

 

The Red Sea Journal

Connu pour ses travaux d’archéologie sous-marine, notamment en mer Rouge, Ralph K. Pedersen est aussi fondateur et directeur du Red Sea Institute for Anthropological Research.

L’Institut va créer en 2017 un journal en ligne (« peer reviewed »), The Red Sea Journal, auquel il est possible de proposer des articles dès à présent.

Pour plus d’information,  cliquer surle lien suivant:  http://www.redseainstitute.org/publications–papers.html

 

The Red Sea Institute for Anthropological Research

Un voyageur moderne le long de l’ancienne Troglodytique

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Edm. Combes, Voyage en Egypte, en Nubie, par les déserts de Beyouda, des Bicharys, et sur les côtes de la mer rouge, Paris, 1846, p. 349-359

Les Bédouins qui fréquentent le littoral communiquent par terre avec Cosseïr et Massaouah, mais principalement avec ce dernier port. Voici le nom des stations ordinaires comprises entre Saouakim et Massaouah :

De Saouakim on se rend à Barrâ-bab, de Barrâ-bab à El-Mactah, de El-Mactah à Aghig Kebir, de  Aghig Kebir à Hasséri, de Hasséri  à Gueurgueur, de Gueurgueur à Hadouména, de Hadouména à Haïddo, de Haïddo à El-Hasséma Add-Hégalal, de El-Hasséma Add-Hégalal à Add-Hégalal, de Add-Hégalal à Dar-Gaïa, de Dar-Gaïa à El-Hasséma, de El-Hasséma à Massaouah.

On trouve de l’eau dans toutes ces stations. Deux chefs indigènes, dont l’un s’appelle Heidad et l’autre Mohamed-Hasséri gouvernent cet espace, occupé par une peuplade nommée Abab. Cette peuplade est musulmane et parle la langue des habitants de Massaouah. Elle reconnaissait à cette époque l’autorité du pacha d’Égypte et vivait en paix avec ses voisins. Continuer la lecture de Un voyageur moderne le long de l’ancienne Troglodytique

Dans les parages du Bab al-Mandab

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

H. de Monfreid, Lettres de la mer Rouge (Aventures extraordinaires  [1911-1921]), Paris,  2007, p. 576-579.

13 juillet 1915

A 4 heures, nous sommes en vue des terres plates de la côte arabe. Le phare de Moka ne fonctionnant plus depuis la guerre avec les Turcs, je ne puis reconnaître de nuit notre position. Nous virons de bord par temps calme.
A 6 heures, une petite brise se lève du sud et nous mettons cap au nord-nord-ouest. Le temps est magnifique, mais un peu trop calme car nous faisons peu de route. Dans la matinée, nous prenons des bonites: je n’affirmerai pas que c’est bien ce poisson; c’est un grand maquereau de 80 cm de long et sa chair ressemble à celle du thon. C’est un mets exquis. le vent tombe est ce n’est plus qu’une petite brise qui moire à peine la mer immobile.

A 14 heures, la brise se lève du nord et nous faisons route nord-nord-ouest.

A 16 heures, aperçu les montagnes de l’île de Grande Hanish.

A 18 heures, nous doublons par sa pointe sud le récif de Parkin: ce récif ressemble comme à un dépôt de charbon, car il est formé de roches noires comme du jais. il est couvert d’oiseaux. D’ailleurs, ces volatiles sont très familiers: ils viennent au-dessus du bateau et y planent à portée de la main, dans les remous de vent formés par la voile. C’est très curieux de voir ces animaux suspendus dans les airs, les ailes absolument immobiles; leur tête seule va et vient, et leurs yeux vifs semblent regarder avec intérêt. On peut causer, crier, aller et venir, cela ne les inquiète point. Nous approchons de la Grande Hanish, laissant par tribord des petites îles bizarrement découpées qui se dressent hors de la mer, comme de colossales ruines.

Le soleil se couche derrière la Grande Hanish, le temps est un peu brumeux et le ciel est rouge-orange. Les montagnes de l’île semblent être de velours noir et grenat foncé. De grandes coulées de sable blanc dévalement sur leur flanc sombre et en quelques endroits des mamelons de terre rouge émergent au milieu de la lave noire.
J’approche à quelques encablures du rivage, à l’embouchure d’une de ces rivières de sable blanc. J’ai la vision d’un monde mort; la plage est hérissée de récifs noirs qui semblent de vieilles épaves mangées par la mer. Le crépuscule, le ciel rouge, le vent qui souffle, brûlant, achèvent de rendre dramatique l’aspect de cette grande île morte.
Nous virons de bord; je veux doubler au nord les deux îles « Coin ». La nuit est noire et sans étoiles, le vent fraîchit de plus en plus. Je ne distingue plus rien; dans le noir opaque, la crête des lames qui déferlent jettent des phophorescences qui semblent être les yeux méchants d’une multitude d’animaux bizarres.

Je suis pris brusquement de la crainte d’être drossé par un courant et de manquer de doubler les îles Coin. Je fais deux bordées pour monter dans le vent. Tout cela dans les ténèbres les plus opaques et avec des îles et des récifs de tous les côtés. Enfin, par bâbord, je vois une ligne brillante à un demi-mille. C’est la pointe de l’île où la mer se brise avec phosphorescence. C’est fini, nous avons la route libre. Le vent tourne au nord-ouest et nous pouvons alors faire route nord.
A 1 heure du matin, un choc violent sur l’arrière nous met tous debout. l’homme de barre crie: « C’est un requin! ». et en effet un sillon de feu marque la fuite du squale énorme. C’est lui qui a heurté le gouvernail. Nous avons eu de la chance d’en être quitte sans avarie.

14 juillet
Au lever du jour, calme. Nous avons le Djebel Zukur par ouest. En attendant la brise, je fais une réparation à la drisse de grand-voile qui me donnait des inquiétudes.

A 7 heures, le vent se lève sud-est. Nous faisons route grand largue nord-ouest. J’ai l’intention de toucher Massawa, où j’ai l’espoir d’avoir des renseignements sur Farsan (…).

A midi le calme est absolu. La chaleur est terrible et je subis une réelle torture. Je suis obligé de faire arroser le pont, sur lequel il est impossible de marcher. Même à l’ombre, tous les objets sont brûlants au toucher. Le thermomètre marque 49, 5° à l’ombre la plus fraîche. L’air est humide et le corps ne cesse de ruisseler de sueur. Je n’ai jamais éprouvé une telle angoisse à Djibouti, où l’air est plus sec. Cela dure jusqu’à 16 heures. Alors seulement une petite brise se lève. A 16 heures, elle souffle frais et nous marchons nord-nord-ouest, toutes voiles pleines.

 

Sur un boutre en mer Rouge, au large du Hedjaz

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Abd el-Hamid Bey (Louis Ducouret [1812-1867?]), Journal d’un voyage en Arabie, rédigé par Alexandre Dumas, Bruxelles, 1856, p. 177-191.

D’autres [matelots] se baignaient au milieu des requins. La première fois que j’avais vu cet effrayant spectacle, j’avais eu la bonhomie de leur crier de prendre garde. Le capitaine me rassura : « Bon ! me dit-il, soyez tranquille. Ils mangeront le requin avant que le requin ne les mange ! »
Le fait est que, dans les traversées de la mer Rouge et de la mer des Indes, les nègres m’ont toujours paru plus friands de requins que les requins friands de nègres. J’ai vu, au reste, plus d’un duel de ce genre, d’où l’homme ne manquait jamais de sortir vainqueur. Ainsi le nègre porte constamment au bras gauche une espèce de bracelet en cuir auquel il suspend un large couteau recourbé. Quand il se sent flairer de trop près par le requin, il tire son couteau et passe comme un éclair sous le ventre du squale. Bien entendu, en passant, il lui a ouvert le ventre dans une longueur de trois ou quatre pieds, plus ou moins (…)

Continuer la lecture de Sur un boutre en mer Rouge, au large du Hedjaz

Le pays des Zendj

On sait combien Louis Robert connaissait les relations des voyageurs qui avaient parcouru au 19e siècle l’Asie Mineure. Ils étaient comme l’un de ces instruments – et non des moindres – dont l’historien, cet “homme-orchestre” (…), tire “une symphonie”. Suivant cet exemple, nous offrirons, chaque mois, un morceau choisi parmi les récits des nombreux visiteurs de l’océan Indien, comme un possible prolongement des documents antiques.

Al-Mas’ûdî, Chaîne des chroniques (Reinaud, Relation des voyages faits par les Arabes et les Persans dans l’Inde et à la Chine dans le IXe siècle de l’ère chrétienne. Texte arabe imprimé en 1811 par les soins de feu Langlès, pub. avec de corrections et additions et accompagné d’une traduction française et d’éclaircissements par M. Reinaud , tome 1, Paris, 1845, p. 137-148)

 

Le pays des Zendj ; l’île de Socotra ; la mer de Colzom (mer Rouge) ; l’ambre et la perle

Le pays des Zendj est vaste. Les plantes qui y croissent, telles que le dorra, qui est la base de leur nourriture, la canne à sucre et les autres plantes, y sont d’une couleur noire. Les Zendj ont plusieurs rois en guerre les uns avec les autres; les rois ont à leur service des hommes connus sous le titre de almokhazzamonn (ceux qui ont la narine percée), parce qu’on leur a percé le nez. Un anneau a été passé dans leur narine, et à l’anneau sont attachées des chaînes. En temps de guerre, ces hommes marchent à la tête des combattants; il y a pour chacun d’eux quelqu’un qui prend le bout de la chaîne et qui la tire, en empêchant l’homme d’aller en avant. Des négociateurs s’entremettent auprès des deux partis ; si l’on s’accorde pour un arrangement, on se retire; sinon, la chaîne est roulée autour du cou du guerrier ; le guerrier est laissé à lui-même ; personne ne quitte sa place, tous se font tuer à leur poste. Les Arabes exercent un grand ascendant sur ce peuple; quand un homme de cette nation aperçoit un Arabe, il se prosterne devant lui et dit : « Voilà un homme du pays qui produit la datte ; » tant cette nation aime la datte, et tant les cœurs sont frappés.

Des discours religieux sont prononcés devant ce peuple; on ne trouverait chez aucune nation des prédicateurs aussi constants que le sont ceux de ce peuple dans sa langue. Dans ce pays, il y a des hommes, adonnés à la vie dévote, qui se couvrent de peaux de panthères ou de peaux de singes; ils ont un bâton à la main, et s’avancent vers les habitations; les habitants se réunissent aussitôt; le dévot reste quelquefois tout un jour jusqu’au soir, sur ses jambes, occupé à les prêcher et à les rappeler au souvenir de Dieu, qu’il soit exalté! Il leur expose le sort qui a été éprouvé par ceux de leur nation qui sont morts. On exporte de ce pays les panthères zendjyennes, dont la peau, mêlée de rouge et de blanc, est très grande et très large.

La même mer renferme l’île de Socothora, où pousse l’aloès socothorien. La situation de cette île est près du pays des Zendj et de celui des Arabes. La plupart de ses habitants sont chrétiens; cette circonstance vient de ce que, lorsque Alexandre fit la conquête de la Perse, il était en correspondance avec son maître, Aristote, et lui rendait compte des pays qu’il parcourait successivement. Aristote engagea Alexandre à soumettre une île nommée Socothora, qui produit le sabr, nom d’une drogue du premier ordre, sans laquelle un médicament ne pourrait pas être complet. Aristote conseilla de faire évacuer l’île par les indigènes, et d’y établir des Grecs, qui seraient chargés de la garder, et qui enverraient la drogue en Syrie, dans la Grèce et en Egypte. Alexandre fit évacuer l’île et y envoya une colonie de Grecs. En même temps, il ordonna aux gouverneurs de provinces, qui, depuis la mort de Darius, obéissaient à lui seul, de veiller à la garde de cette île. Les habitants se trouvèrent donc en sûreté, jusqu’à l’avènement du Messie. Les Grecs de l’île entendirent parler de Jésus, et, à l’exemple des Romains, ils embrassèrent la religion chrétienne. Les restes de ces Grecs se sont maintenus jusqu’aujourd’hui, bien que, dans l’île, il se soit conservé des hommes d’une autre race. Continuer la lecture de Le pays des Zendj

Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve

Programme du séminaire de François Villeneuve 

Les séances ont lieu les mardis de 9 h. 30 à 13 h. 30, à l’Institut d’art et d’archéologie, 13 rue Michelet, Paris (75006),
salle 319 (ex-bibliothèque d’Orient)

8 mars  

  • L’archéologie en Arabie ; Hégra : présentation des recherches et fouilles (Fr. Villeneuve- Université de Paris I)

 

15 mars 

  • Adoulis, un port antique sur la côte africaine de la mer Rouge méridionale ;  la Corne de l’Afrique dans l’Antiquité ( Chiara Zazzaro- Université » L’Orientale », Naples).

Continuer la lecture de Archéologie de l’Arabie, de la mer Rouge et du golfe Arabo-Persique: séminaire de François Villeneuve

F. de Romanis et M. Maiuro (éditeurs): Across the Ocean. Nine Essays on Indo-Mediterranean Trade

 

FDRIssu d’un colloque tenu à la Columbia University en 2011, cet ouvrage regroupe neuf contributions réparties en deux parties:

  • la première section est spécifiquement consacrée à l’Antiquité, et particulièrement aux produits et routes du commerce empruntant les chemins de la mer Rouge et du désert oriental égyptien.
  • la seconde section se place dans la perspective de la « longue durée » et de l’approche comparatiste.

Table des matières et aperçu