Archives par mot-clé : Voyages

Séminaire : Antonio García Espada (Madrid), Fourteenth-century Latin fascination for the real Indies and its inherent contradiction.

Séminaire Les Mondes de l’océan Indien, résumé de la séance du jeudi 13 janvier 2011.

Antonio García Espada est docteur en histoire médiévale de l’Institut Universitaire Européen de Florence ; il a été visiting scholar à l’université de Columbia à New York et à l’université Jawaharlal Nehru de New Delhi. Il est l’auteur de Marco Polo y la Cruzada. Historia de la literatura de viajes a las Indias en el siglo XIV, Madrid 2009.

Contact : http://www.medievaltraveler.blogspot.com

 Les témoignages d’auteurs latins en Inde à la fin du XIIIe siècle et dans la première moitié du XIVe siècle : Marco Polo, Jean de Montecorvino, Giovanni de Marignolli, Odoric de Pordenone, Guillaume Adam, reflètent un flux sans doute bien plus important de voyageurs et de marchands latins qui ont parcouru l’Océan Indien à cette époque. Ces expéditions vers un Orient lointain et largement inconnu jusque là, sont à mettre en rapport avec la perte définitive  de la Terre Sainte en 1291, et les projets de croisade qui ont suivi la chute d’Acre. La volonté de trouver d’autres communautés chrétiennes (même schismatiques) au-delà du Dar al-islam, la nécessité stratégique d’obtenir des renseignements fiables sur ces pays lointains et leurs populations, ont stimulé l’envoi de missions d’évangélisation. Celles-ci furent conduites le plus souvent par des frères des Ordres Mendiants – et l’on peut souligner que certains d’entre eux, comme les Franciscains installés à Tabriz- étaient eux-mêmes des dissidents, en difficulté avec la doctrine de leur ordre. Certains trouvèrent en Inde le martyre, comme les compagnons de Jordan Catala de Sévérac à Thana.

Par ailleurs, la teneur des témoignages de ces voyageurs latins est en rupture avec la tradition antérieure des merveilles de l’Inde, inspirée des auteurs antiques et largement allégorique. Tout en cherchant à plaire à un public occidental qu’il s’agissait de convaincre, les descriptions de l’Inde du XIVe siècle décrivent un espace géopolitique concret, un monde où la diplomatie et les contacts commerciaux peuvent se déployer.

Pour finir cet exposé, Antonio García Espada montre, images à l’appui, combien certaines descriptions extraites de Marco Polo et d’autres voyageurs médiévaux reflètent des réalités dont on peu encore trouver les traces dans l’Inde d’aujourd’hui : les rites et les fêtes, le rapport au corps, la spiritualité, les couleurs.